AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782748515367
48 pages
Syros (06/03/2014)
4.07/5   34 notes
Résumé :
J'aimerais vous poser une question: est-ce que vous avez déjà eu peur, très peur ?
Bien sûr, tout le monde a peur de descendre tout seul à la cave ou de se retrouver nez à nez avec une araignée velue ! Mais moi, je vous parle de la vraie peur, celle qui fait trembler les genoux et claquer des dents...

Mots-clés : suspense, peur, fausse piste, fête foraine.
Illustration : Benjamin Adam.
Que lire après L'assassin habite à côtéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 34 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Avec « L'assassin habite à côté », Florence Dutruc-Rosset signe une petite bafouille qui prête à sourire à son dénouement, sans plus.

Contrairement à d'autres livres de cette collection Mini Syros Polar (« J'ai tué mon prof ! », « Le chat de Tigali », « Crime caramels », « Trois télés et un pendu », « On a volé mon vélo »…), on sent ici que l'auteur cherche à coller à l'univers de l'enfance, mais façon clichés, peu inspirée, putative. Au lieu d'amener l'enfant vers un vrai polar, la romancière commet l'impair d'adapter le polar à l'enfance. Ça sent le faux, on ne croit à rien, on n'entre pas en littérature. L'oeuvre ne parle pas à tous, juste un texte fadouille, à l'intention des enfants. Rien de pire à mes yeux, tant cela perd en force, en crédibilité, et réduit les horizons du lecteur. L'ennui guette et le genre en prend pour son grade.

Petit coup de gueule donc, à l'occasion de cette critique, envers l'organe éditorial qui veut nous faire croire à une littérature jeunesse. Car le polar, c'est bien autre chose. Ce sont des thématiques fortes (racisme, injustices, jeunesse désemparée, exclus, gens à la marge, etc.) auscultées avec acuité et sous couvert de criminalité pour divertir le plus grand nombre. C'est aussi l'assurance d'une langue forte, de jargons, de baragouins, d'univers léchés, une immersion dans un monde noir mais truculent, pas gratuit pour deux sous, qui a des choses à défendre.

Ici, l'écriture est plate, aseptisée, sans jubilation. Simple ne doit pas signifier simplet. Il manque clairement un auteur, une patte, du style. Les enfants devraient-ils s'en passer ? Bien sûr que non ! Ce sont les formules alléchantes qui font le sel d'un texte que l'on retiendra. Je n'ai d'ailleurs pas ressenti ces manques dans d'autres propositions de la collection, menée avec entrain et gouaille. Vraie déception pour ce livre-ci, car le but de cette initiation polar, à mon sens, c'est donner le goût de la lecture et de l'écriture. La phrase et le mot sont donc à soigner, au coeur de la séduction. Il s'agit de sortir l'enfant de ses habitudes, or, on retrouve ici tous les codes de la littérature jeunesse, sagement appliqués, comme si une Charte fadasse existait.

A titre d'exemple, dès la quatrième de couverture, on nous parle de peur, dans le texte aussi, deux fois, trois fois, cent fois, à l'usure, sans jamais créer d'ambiance. Les effets d'annonce n'apportent rien, on reste totalement extérieur à cette frousse maladroitement fabriquée.
Florence Dutruc-Rosset ferait mieux de nous la faire ressentir, cette trouille, plutôt que l'évoquer, de nous immerger dans la situation critique au lieu de broder à l'ennui (25 pages avant d'arriver enfin au coeur du sujet), il serait bon nous faire éprouver le danger, le goût du risque. Faute de quoi, on nous serine des inepties du type : « (…) La nuit était vraiment sombre. (…) » (p. 24). Et il faudrait avoir les pétoches avec ça…

Et pourtant, le petit artisanat est bien fichu, ça plaira aux bambins que l'on nourrit à l'eau tiède. Pas aux amateurs de whisky. Un peu de fond, un peu de forme, un peu de style bon sang ! Cessons d'écrire comme Madame Tout-le-monde ! Pourquoi Boris Vian est-il si attractif ? Parce qu'il explose les codes, se joue des jargons, crée un univers ! Nos mioches ont besoin de ça pour développer leur esprit inventif. Evitons-nous une génération de journaleux, nos futurs grattes-papiers ont droit de viser le talent.

Voilà donc ma petite diatribe à l'encontre de cette idée d'une littérature jeunesse. J'y vois là de la littérature naïve, bas-de-gamme, stérile, sans portée, la soupe que l'on sert bien trop souvent agrémentée de beaux dessins pour faire passer le goût de l'amer, au lieu de porter la littérature vers le haut, sans distinguo de cible. Dommage pour cette proposition-ci. Heureusement, le reste de la collec' est plus riche.
Commenter  J’apprécie          70
Mon fils de 9 ans, est un bon lecteur, mais ces derniers mois il se cherche et ses lectures sont mises de côtés ! Il me dit qu'il veut lire des livres comme moi ! Mais bien sûr mon fils.... "tiens lis Shining de Stephen King tu verras c'est génial" ...

Ah mince me suis trompée tu n'as que 9 ans .... Il veut des livres qui le fassent frisonner et lui donnent des "papillons dans le ventre".... tout en poésie ce gosse, je vous le dis....

En parfaite maman, j'ai enfilé ma cape de Wonder mum et je suis partie en quête DU livre.... bon ok je suis juste allée à la librairie .... j'ai le droit de me trouver parfaite comme Mum ;)

J'ai découvert une librairie, à Saint-Denis juste sur la place de la mairie, derrière la Basilique, avec de beaux livres mais surtout un rayon bien fourni pour les plus jeunes lecteurs. de bons conseils en rayon avec une vendeuse sympathique, à la caisse sympa mais écoute moyenne (pour les passionnés de lecture on parle beaucoup de nos livres....) et un peu expéditive. ... dommage.

Mais j'y retournerais pour le rayon BD adultes et le rayon enfants.

Je reste fidèle à mon libraire qui se trouve dans le 95, accessible et avec qui je peux échanger et avoir de bons conseils, mes commandes de livres ne passent que par lui.

Bref....

J'ai lu ce petit livre court avant de le mettre entre les mains du fiston et c'est vraiment bien, l'histoire plaira aux enfants en quête de frissons (mais sans faire peur) avec une fin sympathique et une certaine morale.

Accessible dès 7 ans, tout dépend de votre enfant lecteur occasionnel ou grand lecteur.

Les petits lecteurs pourront découvrir le monde forain, s'identifier au héros et jouer au détective et se laisser emporter par le suspense.

Les enseignants qui souhaitent en faire une fiche de lecture, pourront faire analyser la narration à la 1ère personne, étudier le roman policier.

Les éditions Syros ont très bien fait les choses puisqu'une fiche pédagogique (cliquez sur l'image ci-dessous) est à la disposition du corps enseignant ou des parents.


Commenter  J’apprécie          80
Un homme emménage dans la maison voisine de notre jeune narrateur. Une maison triste, aux volets cassés et au jardin abandonné. Un soir, l'homme emmène une femme chez lui. Un cri retentit. Lorsque l'homme ressort, la blouse tâchée et avec un grand sac poubelle, il n'en faut pas plus à notre narrateur pour croire à un meurtre. Mais, les adultes croient rarement les enfants. Avec son ami Totor, ils décident d'enquêter...
Ce court roman nous a plu car il est facile à lire, les mots ne sont pas compliqués et il est bien écrit. Il y a du suspens aussi.
Nous avons trouvé les deux garçons courageux, car nous n'aurions jamais osé faire comme eux en pareille situation : ce livre nous permet de nous mettre à la place de nos deux héros.
Cependant, il n'y a pas assez d'actions à notre goût, c'est pourquoi nous ne lui mettons que 3 étoiles.
Extrait :
"J'ai ouvert la porte d'un coup sec. Et là, dans le halo de ma lampe : HORREUR !
il y avait une boîte remplie d'yeux. Des yeux ronds comme des billes qui nous regardaient...
Et à côté, un squelette..."
Commenter  J’apprécie          22
Un jeune garçon vit a coté d'une maison abandonnée, puis un jour un monsieur vient y vivre, il fait peur, toujours vêtu de noir, la peau pâle, et puis parfois on y entend des cris de terreur. Il part tous les mardis soir à la même heure, le jeune voisin ainsi qu'un de ses amis décide de partir enquêter pour découvrir l'antre de l'assassin. Roman qui se lit très vite et qui est bien sympatique.
Commenter  J’apprécie          60
Le suspense est à son comble avec ce polar jeunesse. Un jeune garçon est témoin auditif d'un meurtre. Avec son meilleur ami Totor, ils vont échafauder tout un plan pour découvrir la vérité et démasquer le voisin-assassin. Tout est basé sur les peurs. Peur de descendre au sous-sol, des araignées, du noir, etc. Il suffit ensuite d'une imagination débordante pour craindre le pire.

Ces deux garçons courageux mais pas si téméraires, sont attachants. On peut facilement se souvenir de nos peurs d'enfants qui sont ici très justement exploitées. C'est amusant de voir leurs réactions et toute la préparation de leur expédition à l'image des séries policières qu'ils ont pu voir à la télé. L'ambiance est assez régressive pour un adulte et bien flippante pour un enfant.

L'histoire tient en haleine. Elle est bien écrite et construite. On se prend facilement au jeu. Il y a cette pointe d'humour qui permet de donner un souffle à l'ambiance angoissante. le dosage est parfait. le vocabulaire est riche et les mots/expressions complexes sont expliqués. Il existe en version DYS pour faciliter la lecture.

Idéal pour faire frissonner les jeunes lecteurs !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Soudain, j'ai ntendu un hurlement terrible. Un cri d'horreur...le cri d'une femme qu'on égorge! Mon coeur s'est arrêté de battre. Ce cri résonnait dans ma tête. C'était affreux! Aucun doute, ce cri venait du sous-sol de mon voisin...
Commenter  J’apprécie          60
« (…) L’idée de finir en morceaux dans un sac-poubelle ne me réjouissait pas vraiment. (…) » (p. 19)
Commenter  J’apprécie          40
J'aimerais vous poser une question : est-ce que vous avez déjà eu peur, très peur ?
Commenter  J’apprécie          31

autres livres classés : fête foraineVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (88) Voir plus



Quiz Voir plus

L'Assassin habite à Côté

Comment s'appelle le garçon qui raconte l'histoire (=le narrateur) ?

Mathéo
Dylan
on ne le sait pas
Totor

8 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : L'assassin habite à côté de Florence Dutruc-RossetCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..