AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Benoît Beyer de Ryke (Éditeur scientifique)
ISBN : 2757805975
Éditeur : Points (09/10/2008)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
"Voici Maître Eckhart à qui Dieu n'a jamais rien caché", disait-on de son vivant. Et pourtant, ce théologien et prédicateur dominicain de renom (vers 1260 - vers 1328) a été condamné pour hérésie, un an après sa mort. Sans doute parce qu'il prêchait en langue vulgaire (l'allemand) des subtilités théologiques devant les gens du peuple. Egalement parce qu'on a cru qu'il enseignait le caractère incréé du monde et l'identité complète de l'homme juste et de Dieu. Mais Ec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
dancingbrave
  09 mars 2019
Ce petit ouvrage est un recueil et une explication des textes de quelques sermons de maître Eckhart qui prêcha, dans la Rhénanie du XIV ème siècle, l'union au Dieu ineffable et qui fut condamné pour hérésie.
Je suis troublé par le fait de trouver au plus intime des convictions de maître Eckhart des fondamentaux tels l'unicité, le néant précédant la création, l'intemporalité ou l'éternité associée au néant (l'instant où Dieu.....page 40) la lumière associée à Dieu, l'intériorité, le détachement, l'abandon du moi (lâcher-prise), le divin qui est en l'Homme, le transcendant devenant l'immanent.
Bref des idées fondamentales que des auteurs tout à fait contemporains ont initiées en moi. Ce minuscule ouvrage assez âpre à lire, m'a bien fait comprendre ce qu'est la théologie négative qui résonne dans mon esprit sans que j'en aie eu vraiment conscience : exprimer ce que le Divin n'est pas plutôt que ce que Dieu est….
La crise des religions avec rejet des dogmes et des pratiques n'a pas apaisé la quête spirituelle de notre époque aussi nombreux sont ceux qui recherchent un Dieu plus intérieur et moins dogmatique à travers, éventuellement une adhésion à cette théologie négative pour laquelle Dieu est ineffable. Ainsi s'explique l'engouement régénéré pour maître Eckhart.
Comme toutes les grandes idées, celles de maître Eckhart peuvent se résumer brièvement :
Dieu se distingue de la déité, Dieu au-delà de Dieu, dont tout procède et qui est, en soi, inconnaissable. On peut l'évoquer en creux en disant ce qu'elle n'est pas.
Cette déité ineffable est "tellement" l'Un, indicible, que maître Eckhart la qualifie de Néant. Pas au sens d'inexistant mais à celui d'être inconditionnel, transcendant tout, y compris Dieu qui n'existe que par l'Homme.
Et si Dieu est néant, les créatures le sont pour lui. l'Homme doit se départir de sa volonté créée pour le rejoindre.
Cette rencontre se fera au « fond de l'âme »qui est incréé et incréable.
La voie proposée par Eckhart est l'intériorité accessible par le détachement, la pauvreté de l'âme : pauvreté du vouloir, du savoir et de l'avoir.
Le détachement laisse un vide, un creux où Dieu peut naître. En contrepartie l'Homme naît en Dieu ; il est ainsi déifié. Il devient par grâce ce que Dieu est par nature.
Je vais essayer de faire un super-résumé avec cette idée que j'ai trouvé superbe :
Pour accueillir Dieu, L'Homme doit être vierge de toute idée de Dieu et pour que l'union soit "féconde", il doit être une femme. Une virginité en creux, une aspiration, un trou noir que Dieu ne peut que combler.
Je crois que Maître Eckhart et moi allons nous faire des amies…..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          216
Piling
  24 décembre 2008
Utilisation intéressante de l'intellect dans "Dieu est au-dessus de l'être", bien que le manque de précision du vocabulaire rende parfois la compréhension pénible (ainsi, quand il dit Dieu indifféremment pour ce que l'on peut distinguer comme la Déité ou le Dieu trinitaire). Maître Eckhart expose d'abord pourquoi Dieu est hors du temps et du lieu, ce qui, aujourd'hui, nous est moins difficile à concevoir, mais que les Iraniens, qui avaient peut-être encore le souvenir du Zervanisme, savaient aussi. Il y a le Temps immobile, le temps non temporel, qui ne coule pas, et le lieu hors du lieu, le Nâ Kodjâ Abâd. "Si je prends un fragment du temps, il n'est ni aujourd'hui ni hier. Mais si je prends "maintenant", il contient en soi tout le temps. le "maintenant" où Dieu créa le monde est aussi proche de ce temps que le "maintenant" pendant lequel je parle actuellement, et le dernier Jour est aussi proche de ce "maintenant" que le jour qui fut hier." D'où la sage intuition humaine des fêtes cycliques. Ainsi, ces jours à venir sont une période bien délicate car le solstice d'hiver voit souvent 12 jours critiques où les démons reviennent, réinstaurant le chaos primordial. Au moment où le soleil est à son plus grand déclin, il doit revenir de sa mort et tuer le taureau, ce qu'il fera effectivement au Newroz, à l'équinoxe de printemps. le solstice d'été annonce bien sûr l'apogée du monde mais déjà l'amorce de son déclin. La création du monde est donc à recommencer tous les ans.
Lien : http://vitanova.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Piling
  02 janvier 2009
J'aime beaucoup cet extrait condamnant ce qu'en islam on appelle les zahîd, c'est-à-dire les ascètes se perdant en dévotions excessives et en dures pénitences, dans une complaisance masochiste suspecte, de Rabi'a al-'Adawiyya à Thérèse d'Avila, la liste est longue). Jankélévitch les vouait aux Enfers. Maître Eckhart est moins dur, il les traite d'ânes, de confondre la pauvreté de la volonté en pauvreté apparente, rituelle presque :
"En premier lieu nous disons que celui-là est un homme pauvre qui ne veut rien. Certaines gens ne comprennent pas bien ce sens ; ce sont les gens qui s'attachent à la pénitence et aux exercices intérieurs que ces gens tiennent pour importants parce qu'ils s'y cherchent eux-mêmes. Que Dieu les prenne en pitié d'avoir une si pauvre connaissance de la divine vérité. Ces gens sont nommés saints sur les apparences extérieures, mais intérieurement ce sont des ânes, car ils ne savent pas discerner la divine vérité."
Lien : http://vitanova.blogspot.com..
Commenter  J’apprécie          20
Piling
  22 décembre 2008
Pour une première approche de maître Eckhart, rien que de très familier, tant beaucoup de faits et d'idées le rapprochent des soufis et surtout des soufis néoplatoniciens. Même ses propres mésaventures, notamment, selon Benoît Beyer de Ryke, le fait que ses prêches en langue vulgaire pesèrent beaucoup sur ses ennuis avec l'inquisition. On ne divulgue pas le Secret sans risque... Quant à l'interrogation du préfacier sur la sainteté possible du Rhénan - "Pourrait-il y avoir des saints non canonisés par l'institution, voire condamnés par elle ?", elle fait sourire. Se peut-il, mon Dieu, que non seulement l'Eglise soit parfois en bisbille avec ses saints, mais qu'en plus tous les saints n'aient pas été recensés, enregistrés, validés, incorporés par l'Eglise. Se peut-il qu'il y ait des saints anonymes, comme les Quarante chez les musulmans ? On en frissonne... Cela reviendrait aussi à appuyer l'idée que tous les saints déclarés tels par l'Eglise n'aient pas tous bénéficié réellement de cette auréole là dans l'outremonde. Comme on dit en Islam, quand on ne veut pas se mouiller, Dieu est le plus savant sur ces choses.
Lien : http://vitanova.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Piling
  23 décembre 2008
Le passage de l'évangile de Luc d'où Maître Eckhart tire son sermon bien connu du "château-fort" de l'âme ne mentionne pas exactement un château-fort dans son texte original grec, mais du latin "castellum", Eckhart s'empare, et le sermon commence à la façon d'un roman de chevalerie courtoise, très Table ronde : "Notre-Seigneur Jésus-Christ monta dans un petit château fort et y fut reçu par une personne vierge qui était une femme."
Lien : http://vitanova.blogspot.com..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   13 août 2014
Il est nécessaire que l'être humain par qui Jésus fut reçu soit une vierge. Vierge, c'est-à-dire un être humain qui soit dégagé de toutes images étrangères, aussi dégagé qu'il l'était alors qu'il n'était pas (...) si l'être humain était toujours vierge, il ne produirait aucun fruit. Pour qu'il soit fécond, il est nécessaire qu'il soit femme. « Femme » est le mot le plus noble qu'on puisse attribuer à l'âme, bien plus noble que vierge. Que l'être humain accueille Dieu en soi, c'est bien, et dans cet accueil, il est vierge. Mais que Dieu devienne en lui fécond, c'est mieux car la fécondité du don est seule reconnaissance pour le don et alors l'esprit est femme dans la reconnaissance qui, à son tour, enfante Jésus en retour dans le cœur paternel de Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   27 février 2018
Quand toutes choses sont réduites à néant en vous, alors vous pouvez voir Dieu.
Le désert de la Divinité quand personne n'est à la maison.
Dans l'essence de l'âme, aucun grain de poussière ne peut jamais tomber.
Si seulement l'âme restait dedans, elle aurait tout.
C'est sa nature d'être sans nature.
Devenez Pur comme vous ne l'avez jamais été, n'ayez ni ceci, ni cela ; alors vous serez omniprésent et, n'étant ni ceci ni cela, vous serez toute chose.
Dieu n'attend qu'une seule chose de vous, et cette chose est que vous sortiez de vous-même tant que vous êtes un être créé pour laisser Dieu être Dieu en vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : dominicainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1167 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre