AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234080959
Éditeur : Stock (20/04/2016)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Lola est une trentenaire parisienne, comme les autres. Enfin pas tout à fait. Jamais la phrase dite par Charles Denner dans L’homme qui aimait les femmes de François Truffaut n’a été si bien appliquée : les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le monde en tous sens. Lola arpente la ville, amazone, chaque fois que son envie devient plus forte que la raison, l’homme succombe, chasseur devenant proie, même le plus repoussant. À la fin de l’acte, clac, elle l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  28 mars 2016
Lola fréquente beaucoup les hommes. Beaucoup d'hommes. Dès qu'elle a fait l'amour avec eux, elle leur coupe un ongle et elle l'ajoute à sa collection, dans un bocal de verre. « Combien d'hommes, de morceaux d'hommes, de petites ordures y a-t-il là-dedans ? Combien en faudra-t-il encore ? » (p. 23) Ces hommes, Lola ne les aime pas. Et elle ne s'aime pas vraiment non plus. Elle essaie d'oublier celui qui est parti et dont le souvenir blesse toujours autant, des années après. Alors, souvent, Lola se pare, Lola se maquille. Plus elle est aguicheuse, séductrice et provocante, mieux c'est. « C'est important l'effet et le bruit que ça fait, un talon sur le trottoir. » (p. 31) Et tant pis si elle a l'air d'une voiture volée. Lola joue à la pute parce qu'elle estime qu'elle n'est bonne qu'à ça.
Des cicatrices mal refermées, Lola en porte quelques-unes. L'amant disparu, la mère morte trop jeune, le père alcoolique. « Ton silence est sa lente noyade. » (p. 41) C'est ça, Lola se noie dans l'alcool, les cigarettes et les hommes. Et un jour, elle rencontre Dove. Il est beau et il a quelque chose qui fait penser à l'espoir. Et Dove craque pour cette fille sublime et paumée. « Il aurait dû se dire que la fille était fêlée, qu'elle a l'âme en désordre. » (p. 57) Entre Lola et Dove, est-ce l'amour ? En tout cas, ça fixe le temps, et les jours qui défilent sont plus précis. Plus monotones aussi. « Elle a le trac car bientôt il l'aimera dans la normalité ou pire, par habitude. Et c'est insupportable. » (p. 8) Est-elle faite pour cette vie-là, Lola ?
Avec ce premier roman, Julie Estève fait montre d'un talent indéniable pour écrire la solitude et la misère affective. « C'est pas humain d'avoir personne. Personne. » (p. 85) Lola est un personnage fascinant, mais je retiens surtout Nicolas Frifrelin et Matthieu, le cordonnier : ces hommes sont le pendant de Lola. Eux aussi attendent et désespèrent. Il est question de l'amour et de son avenir une fois la rencontre dépassée, quand les premiers élans sont devenus des schémas. « Qu'est-ce qu'il devient le couple, quand il se couche dans le lit où autrefois c'était l'envie et où, là, il y a l'autre si près, si loin ? L'autre et sa peau qui n'a plus de mystère ? » (p. 161) Ce n'est pas très optimiste : à croire que le couple, c'est un peu la gueule de bois du désir.
Deux mystères restent à la fin de cette lecture. le narrateur s'adresse à l'homme qui manque à Lola à la deuxième personne. C'est donc qu'il le connaît, alors qu'il parle de Lola à la troisième personne, ce qui la met à distance du lecteur tout en rapprochant l'inconnu dont on ne sait rien. Qui est ce foutu bonhomme qui a déglingué Lola ? Pourquoi en faire une silhouette si impalpable alors qu'elle bourre Lola de coups au quotidien ? Autre mystère, la fin. Ou plutôt le début. Ou peut-être les deux… Lola, qu'as-tu fait ? Mais ces mystères ne sont pas des points négatifs. Ils sont la marque d'un premier roman dont l'auteure prouve qu'elle ne fait que commencer à explorer son talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Gaoulette
  29 janvier 2017
C'est une sorte de petit papillon particulier dit sphingidés marron beige au corps trapu. le Moro sphinx possède une très longue trompe pour butiner les fleurs, souvent violettes, bleues ou blanches, en vol stationnaire à la manière des oiseaux mouches. Il butine généralement le nectar des fleurs que les autres insectes ne peuvent atteindre. Il affectionne les sauges, les lavandes.
Voici la définition de cet insecte et qui est sensé représenté Lola personnage mystérieux avec un zest de mythe de ce roman court de Julie Estève.
Quand on commence la lecture on peut être déconcertée par la narration à la troisième personne et surtout le changement de personnage qui donne vraiment un côté mystère et morbide de ce sorte de journal. J'ai plongé dans un puits avec cette lecture. Un sentiment de malaise, une femme étrange et ses pratiques physiques et psychiques qui donnent froid dans le dos. On cherche le pourquoi du comment, on s'attend à tout, on n'arrive pas à s'imaginer Lola (loin de là). Pour moi Lola était un fantôme qui déambule dans les rues de Paris à chercher…..
Julie Estève nous offre un récit bizarre, dérangeant et un sacré coup de maitre pour déconcerter le lecteur. Je lui tire mon chapeau car pour moi c'est un coup de coeur. Dès la première ligne j'ai été bluffée par sa plume mystique, par son personnage principal et pour ses agissements à la limite du gore. On aimera ou pas je suis d'accord car l'auteur prend un risque avec sa narration loin d'être courante et son récit à la limite sexuelle et psychotique.
Pour moi c'est ce mélange qui en fait un coup de coeur. Une surprise de taille avec un premier chapitre qui vous laisse une sale gout dans la bouche et la dernier chapitre qui vous laisse la bouche ouverte. Je me suis penchée sur ce roman quand j'ai lu la critique d'Hamisoitil qui m'a donné l'eau à la bouche. Et je n'ai aucun regret.
Pas besoin d'en dire plus. Il faut le lire. Il est court et on ne perd pas son temps. Après on aimera ou pas. Pour moi je confirme le coup de coeur surprise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
MaminouG
  08 juillet 2016
"Moro-sphinx", "Mort au Sphinx" comme je l'avais interprété avant de l'avoir lu… "Moro-sphinx", donc ! Un titre peu banal pour un livre tout aussi original. Mais Lola n'est-elle pas ce papillon colibri qui, à l'aide d'une grande trompe butine le nectar des fleurs inaccessible aux autres insectes ?
Car Lola est une drôle de femme, blessée par la mort de sa mère quand elle avait 8 ans, par son père devenu alcoolique et la trahison de son petit ami à 20 ans. Depuis elle choisit sa vie, séduit et jette. le soir, armée de bas résille, de jupes courtes et serrées, de talons aiguille, maquillée comme un camion volé, elle déambule, claque les trottoirs et affole les passants de ses longues jambes. Rien ne la rebute et surtout pas la laideur. Elle passe d'un homme à l'autre. Un coup, juste un coup rapide, sauvage, à l'emporte-pièce, puis va voir autre chose, non sans avoir réalisé un certain rituel.
Et puis un jour la mécanique s'enraye…, non je ne vous dirai pas pourquoi.
J'ai trouvé ce livre déroutant. Entre les propos crus, les scènes de sexe à caractère pornographique et l'écriture si belle de l'auteur, le gouffre est immense et je m'y suis souvent perdue. Car oui, l'écriture de Julie Estève est magnifique, imagée, presque enluminée. Ses mots sont vivants, choisis, parfois déjantés mais toujours harmonieusement mis en lumière. Alors, j'ai oublié la pauvre fille traînant de bar en bar, souvent alcoolisée, je me suis laissée prendre dans les résilles de ses bas, dans ce que j'ai perçu de désespoir caché, de chagrin enfantin, de lassitude et de tristesse. J'ai embrassé son malheur, ses dérives, et surtout, surtout, la langue merveilleusement triturée de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gromit33
  25 août 2016
Challenge 68premièresfoisMais quel est ce titre ? Qu'est qu'un « moro sphinx » ? Vais-je lire un livre sur un papillon et partir dans les près ? En tout cas, quand je l'ai lu tranquillement dans le bus, ce livre à jolie couverture bleue, mes voisins ne pouvaient imaginer que j'avais un roman érotique avec des scènes de sexe très hard. Peut être même ai-je rougi à certains passages. Ce livre est une sorte de coup de poing et une écriture « virile ». Ce texte bouscule : le personnage Lola n'a peur apparemment de rien quand elle choisit ses « victimes » sexuelles et elle suit son plan. Au fur et à mesure des pages, nous allons apprendre à la comprendre et la connaître. D'une écriture vive, imagée, nous sommes au plus prés de cette femme sûre d'elle, en apparence, car elle cache beaucoup de sentiments sous ces couches de maquillage. Une blessure profonde d'une petite fille de huit ans qui perd sa mère sous les roues d'une voiture. Elle a une étrange collection d'ailleurs.. Lola le personnage principal est un oiseau de nuit, papillon et va glaner comme les abeilles-papillons des ongles car c'est une sorte de collection pour elle, elle a son « bocal à griffes » J'ai lu d'ailleurs que le moro-sphinx, qui a un « bec » long, peut butiner plus facilement que d'autres insectes et il y a en fin de texte une impressionnante scène d'attaque de moro-sphinx dans une paisible île grecques. D'une histoire qui aurait pu paraître anodine, voire fleur bleue, une jeune fille avec un lourd passé familial et beaucoup de chagrin à porter peut trouver l'amour dans un gentil voisin bobo, l'auteure a réussi à nous entraîner dans une aventure rude. J'ai beaucoup aimé aussi le traitement de chaque personnage, que ce soit le cordonnier qui attend le retour de sa « chère Lola », son père qui mourra de chagrin après avoir perdu sa femme et sa fille, le couple hyper hygiéniste et qui aime tester les derniers produits pour « cleaniser » leur vie, Hector, le vieux marin du jardin du Luxembourg.. L'auteure nous parle aussi très bien de Paris, en bien ou en moins bien, quand Lola rentre des vacances idylliques en Grèce. Elle nous entraîne dans les rues de la capitale, sur les ponts de la Seine, dans les couloirs du métro, dans les parcs et jardins ou dans les quartiers hors périphériques. Une scène succulente lorsque Lola atterrit dans un vernissage d'une galerie d'art contemporaine, branchée et qu'elle subit le syndrome de Stendhal face à une oeuvre. Un joli pied de nez à la bobotitude actuelle. Un coup de coeur car ce livre m'a interpellé, choqué, ému, dérangé.. Lola et certains personnages de ce roman resteront en mémoire.« Elle veut rentrer, se glisser dans le trou, et voir des oeuvres d'art puisque l'art donne à la folie une raison honorable. »(74)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
motspourmots
  01 juin 2016
C'est un sacré choc ce premier roman. Déstabilisant, éreintant. Un début inquiétant, qui fait très peur et puis peu à peu, la puissance de l'écriture agit, l'héroïne prend corps, la folie est certes toujours latente mais les clés de compréhension apparaissent. Certes, Lola est assez chargée, constamment sur un fil, on la suit entre fascination morbide et inquiétude terrifiante. Lorsque les racines de son déséquilibre affectif se font jour peu à peu alors l'empathie affleure également. Cette femme qui trouve refuge dans le sexe sans sentiments, que cherche-t-elle à expier ? A oublier ? L'amour, la tendresse seront-ils un remède ? le lecteur sent bien que ça ne peut pas bien finir... et l'auteur offre une fin magistrale. de quoi titiller les méninges un petit moment.
J'ai été captée par ce roman, j'aurais pu rester en dehors d'une histoire un peu hard mais c'est vraiment le style et l'écriture qui m'ont gardée en alerte constante. Dans ce cas, on a très envie de voir la suite de la production de cette nouvelle auteure.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Virginie_VertigoVirginie_Vertigo   03 avril 2016
Le goût de trop et heureux de tout à l'heure, c'est de la trouille maintenant. Un amas de trouille mâchée, mou comme du plâtre frais. Elle sent la chose grimper le long de la gorge, un serpent filandreux et lent. Ça va sortir. Faut que ça sorte, vite. Elle met les doigts dans le fond, chatouille les amygdales et c'est la chute de l'animal rampant. Un paquet se jette dans la cuvette : son bloc de trouille. Ça sent. Ça emboucane. Et le visage et le dos de Lola en bavent. Une main sur la paroi sale, l'autre sur le cœur qui vient de s'arrêter de battre, quelques fractions d'une toute petite seconde. Elle tire la chasse qui emporte loin le machin honteux […] Maintenant, elle peut continuer de sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LiliGalipetteLiliGalipette   28 mars 2016
« Qu’est-ce qu’il devient le couple, quand il se couche dans le lit où autrefois c’était l’envie et où, là, il y a l’autre si près, si loin ? L’autre et sa peau qui n’a plus de mystère ? » (p. 161)
Commenter  J’apprécie          100
HamisoitilHamisoitil   17 avril 2016
Elle renifle les parfums des corps qui rapinent l'air et elle regarde les couples s'aimer. On dirait qu'ils le font exprès de s'aimer dehors, de montrer au monde comme ils s'aiment. Elle les condamne à mort dans des phrases qu'elle murmure -Crève ! Toi et toi : tu crèves-. Alors elle vise les yeux des hommes en jouant de ses hanches et de son cul comme le pendule d'une horloge. Ils matent, toujours, sa bouche, ses seins, ses jambes, tout ce qu'ils peuvent glaner pour la baiser quelques secondes avant de s'éloigner et de glisser à l'oreille de celle à leur bras un mot doux, n'importe quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
motspourmotsmotspourmots   01 juin 2016
Comment fait-on pour être seule à ce point ? Il n'y a plus d'amour, il n'y a que des souvenirs. Comment fait-on pour vivre comme ça ? On devient un animal errant ou un taudis, une maison à l'abandon, vide et insalubre, squattée par des fantômes qui traversent les murs. C'est irrespirable d'habiter là-dedans. C'est pas humain. C'est pas humain d'avoir personne. Personne. Personne qu'un père ivrogne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sophie_BazarSophie_Bazar   02 avril 2016
Il ne comprend pas pourquoi, pourquoi cette fille-là, pourquoi elle l'affole. Les grands désirs n'ont pas de grandes causes, pas de raisons.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Julie Estève (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Estève
Rentrée littéraire 2018. Son premier roman "Moro-sphynx" avait été très remarqué par la presse en 2016. Julie Estève nous présente aujourd'hui son deuxième livre aux éditions Stock. "Simple" raconte l'histoire d'Antoine Orsini ou, comme on l'appelle dans son village corse, le baoul. Il est marginal et rejeté de tous, un peu sorcier il communique avec la nature et surtout avec une chaise, à qui il raconte son histoire et celle de la jeune Florence Biancarelli. La jeune fille de 16 ans sera retrouvée morte au milieu des pins. Mais qui peut bien être le coupable ?
En savoir plus sur "Simple" : https://www.hachette.fr/livre/simple-9782234083240
Vidéo réalisée : Noémie Sudre ; Cadrage : Laurie Fusi ; montage : Justine Philippon
+ Lire la suite
autres livres classés : solitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Julie Estève (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3409 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre