AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anne-Laure Tissut (Traducteur)
EAN : 9782742794799
298 pages
Éditeur : Actes Sud (02/02/2011)
3.85/5   41 notes
Résumé :
Venu au monde au terme d'une ahurissante grossesse de vingt-quatre mois, un enfant répondant au patronyme de Poitier se voit affublé par une mère aussi rebelle qu'excentrique de l'impossible prénom de Pas Sidney, lequel semble n'avoir d'autre vertu, le temps passant, que de condamner son fils à rejouer dans la "vraie vie" certains des rôles interprétés par l'acteur principal du célèbre film des années 1960, Devine qui vient dîner Z. En contrepartie de ce menaçant de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 41 notes
5
7 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Mimeko
  02 janvier 2020
Le jeune Pas Sidney Poitier doit son nom à sa ressemblance avec l'acteur et surtout au caractère bien trempé de sa mère, qui après vingt-quatre mois de grossesse, l'a mise au monde...Après sa mort et ayant hérité d'une immense fortune, il est pris en charge par le fantasque Ted Turner et sa femme Jane Fonda. Pas vraiment doué pour les études, il intègre néanmoins Morehouse college, prestigieuse école à Atlanta, après avoir subi moult assauts sexuels d'une des ses profs quand il n'était qu'écolier. Il y fréquente les héritiers de la bonne société ,intégrant une fratrie et se liant avec la jeunesse dorée afro-américaine. Des aventures et rencontres extravagantes vont jalonner son parcours, et beaucoup d'entre elles d'ailleurs présentent de nombreuses similarités avec la filmographie de Sydney Poitier.
Une déception après la lecture de ce roman de Percival Everett, un auteur dont j'avais apprécié deux autres romans. Séduite et intriguée par la quatrième de couverture, j'ai assez vite déchanté par l'accumulation d'aventures plus surréalistes les unes que les autres, trop peut-être car le tout m'a vite perdu, quand je reprenais la lecture, je ne me souvenais plus des derniers passages, et avais du mal à reprendre le fil de ma lecture...
Même si l'intérêt était de revisiter, en les poussant à l'extrême, les films de Sydney Poitier, acteur consensuel et apprécié des américains pour y dénoncer racisme et bienpensance de la sociéte américaine , j'ai trouvé l'enchaînement des aventures de Pas Sidney Poitier trop abracadabrantes
et cet aspect a nui à la dénonciation de ce racisme. Certes c'est très bien écrit, intelligent, mais plus d'une fois j'ai été tentée d'abandonner, j'ai d'ailleurs lu les 70 dernières pages en diagonale, lassée de tous ces retournements de situations surréalistes et peu crédibles, mettant au deuxième plan l'analyse de la société américaine.
Je suis passée à côté de ce personnage et de ce roman mais pas de
Percival Everett écrivain que je vais continuer à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
austen
  17 octobre 2011
Pas Sydney, nom de famille Poitier n'a pas la vie tellement facile. Sa mère, Portia, est une originale, cf le prénom de son fils, activiste et qui ne fait aucune concession. Elle est également très riche. C'est peu de dire que l'enfance de Pas sydney est tout sauf conventionnelle avec cette mère militante et plus tard, à la mort de celle-ci, Teddy Turner un "ami", blanc et riche de Portia.
Pas Sydney, héritier d'une grosse fortune part donc à Atlanta avec Teddy faute d'autre famille. Leur relation, pour amicale qu'elle paraisse n'en est pas moins un peu étrange puisque le petit garçon vit seul avec des employés dans une maison et Teddy dans une autre.
On assiste au passage (assez difficile) à l'âge adulte de Pas Sydney, avec toutes sortes de mésaventures tragi-comiques, et même à sa rencontre avec un professeur un peu abscons: Percival Everett himself , professeur de "philosophie du non-sens. Tout un programme!
C'est un roman drôle et absurde qui nous fait traverser l'Amérique contemporaine à la suite d'un garçon noir et riche.
Malgré sa richesse, il va devoir affronter son statut d'homme noir en Amérique. Peu de choses semblent avoir changé depuis les luttes pour les droits civiques des années soixante. Pas Sydney est sans cesse confronté à l'image de son célèbre homonyme, Sydney Poitier et il y a plusieurs scènes du livres qui renvoient aux films les plus célèbres de l'acteur.
Percival Everett, par le biais de l'humour essaie de montrer toute l'absurdité de la vie d'un noir en aux Etats unis, fut-il riche et séduisant. Que ce soit les rapports aux autres, au sexe, à l'argent... tout est matière à difficultés.
C'est drôle et poignant à la fois. J'ai beaucoup ri, mais, souvent, il m'est resté une légère amertume près le rire; c'est vrai qu'en général on ne pense pas à soi en terme de couleur de peau, mais quand la couleur de la peau devient une difficulté, alors c'est ce qui va nous définir, et du coup limiter notre identité.
J'ai beaucoup aimé ce roman, initiatique et identitaire. Contrairement à beaucoup de roman du genre il est drôle et n'enferme pas trop les personnage dans des carcans identitaires. Et puis j'ai découvert, encore grâce à Babelio, un nouvel écrivain, à la voix légère et ironique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
narmiz
  15 octobre 2011
I am Not Sidney Poitier, ou je suis « Pas Sidney Poitier ». Car c'est ainsi que la mère de « Pas Sidney » l'a appelé, sans raison particulière, sinon celle qu'il ressemble comme deux gouttes d'eau à l'acteur, et 24 mois de grossesse ! On comprend d'entrée que le roman va évoluer entre l'absurde, le philosophique et le bizarre, et c'est très bien comme ça.
Donc la mère de Pas Sidney (on s'habitue finalement assez vite à ce qu'un personnage s'appelle ainsi, c'est fou…) meurt alors qu'il n'est qu'adolescent ; mais comme elle avait eu la riche idée d'investir toutes ces économies en actions CNN de Ted Turner, celui-ci devient son légataire universel et Pas Sidney vit non loin de lui et de Jane Fonda. Cela nous vaut de savoureuses pages de dialogues où Ted Turner donne quelques leçons de vie à Pas Sidney, dans un coq-à-l'âne permanent, drôlatique et addictif !
Pas Sidney devient aussi expert en « fesmérisme », capacité à hypnotiser au bout de quelques secondes et à faire agir à sa guise qui le subit ; qu'il utilise à plusieurs reprises dans les nombreux déboires qu'il rencontre (et joli pirouette narrative). Puis les pas de Pas ( ! ) le mèneront au Lycée, à la fac, dans le comté reculé de Négroblanc County, en week-end chez les parents de sa petite amie, à Tête de Suie, Alabama où il se mettra en tête de construire une église, etc.
On se rend compte à la lecture que ces différentes étapes (ainsi que certaines séquences oniriques, glissées ça et là) sont en fait des interprétations / hommages / parodies de film de Sidney Poitier (le « vrai ») , comme « Devine qui vient dîner », « Duel à El Diablo », ou « Dans la chaleur de la nuit ». A vrai dire, qu'on ne connaisse pas les films en question – et c'est mon cas pour la plupart – ne gâche rien au plaisir du livre, car l'auteur prend un malin plaisir à détourner les histoires originales conformément à sa trame. Mais si le sujet de livre est (aussi) la quête d'identité, il est important de comprendre que les histoires que vit le héros existent déjà, vécues par son quasi double.
La mise en abyme est aussi présente par le personnage du professeur de non sens Percival Everett, qui se met donc lui-même en scène, dans un rôle très ambivalent de conseiller personnel, professeur fumiste, ou pédagogue génial, vrai sage, et finalement un des rares à qui Pas Sidney fera vraiment conscience.
Au global, on a une livre d'une grande fantaisie et d'une vraie originalité, d'un rythme soutenu voire haletant et jamais ennuyeux, mais aussi qui est l'occasion d'un retour sur la place des noirs aux Etats Unis et son évolution depuis les années 60, avec des personnages réellement marquants (la mère, Pas Sidney, Percival, Ted Turner !) ; bref un bonheur de lecture.
Quelques autres avis sur ce livre :
Tournez les pages y voit « une fable sur l'identité et le difficile devoir d'être en dehors des normes » http://tournezlespages.wordpress.com/2011/03/08/percival-everett-%E2%80%93-pas-sidney-poitier-trad-anne-laure-tissut-%E2%80%93-actes-sud/
Inganmic a beaucoup apprécié http://bookin-ingannmic.blogspot.com/2011/05/pas-sidney-poitier-percival-everett.html
Racines y voit une « fable absurde et futée » http://racines.canalblog.com/archives/2011/03/25/20681804.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gilles3822
  06 mars 2011
Quoi de plus absurde qu'un livre de Percival Everett ? Un autre livre de Percival Everett. A chaque fois, je me fais prendre par cet entrelacs de situations cocasses, de non sens assumé et d'analyse politico-sociologique finement troussé, l'air de rien. Et tout se tient, on se demande comment, ou plutôt oui, on sait : le rythme . de bout en bout, l'action se déroule sous vos yeux ébahis, L'image d'un trajet en 4X4 sur une piste cahotique me paraît la plus appropriée pour illustrer la trajectoire narrative de ce roman. C'est plus qu'une image, le héros-il y en a un- débarque sur Terre sans se presser ( 24 mois de grossesse tout de même!) , devient riche sans le vouloir, célèbre sans faire exprès et quand il fait quelque chose, tout va de travers.
Et l'auteur de se mettre en scène, second rôle dont la crédibilité nous porte à croire que de la réalité à la fiction, il n'y a qu'un pas.
Nous sommes très loin de Russell Banks et de Paul Auster, quelque part entre Tom Robbins et les frères Coen, drôle, distancié et intelligent.
Philosophiquement, la morale de l'histoire serait que nous ne maîtrisons rien de nos existences et que le destin n'est qu'un mot creux destiné à habiller nos illusions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MarianneL
  25 avril 2013
«The only difference between reality and fiction is that fiction needs to be credible.» Avec un humour nourri de tout l'héritage littéraire et cinématographique américain, Percival Everett, lui, ne s'embarrasse pas du fardeau inutile de la vraisemblance, ou plutôt utilise l'invraisemblance et l'absurde pour éclairer la réalité de ce que c'est d'être noir dans des Etats-Unis toujours en proie à un racisme directement hérité des pères fondateurs, et pour explorer les questions de langage et d'identité.
Le héros de Pas Sidney Poitier porte non seulement ce patronyme bizarre, étrangeté qui lui vaudra d'être rossé pendant toute sa jeunesse, mais il est de surcroît le sosie de Sidney Poitier, en plus jeune. Avant de naître, il a passé 24 mois dans le ventre de sa mère, une autodidacte avisée qui est devenue immensément riche en plaçant toutes ses économies dans la société de Ted Turner. Après le décès prématuré de celle-ci, Pas Sidney est élevé dans la maison de Ted Turner, tout en taisant toujours cette situation et sa fortune à ceux qu'il rencontre.
Les péripéties et les rêves de Pas Sidney, inspirés par la filmographie de l'autre (le Sidney Poitier) et certainement par beaucoup d'autres (on pense notamment aux frères Coen –O' Brother- ou à Philip Roth dans Opération Shylock), lui font croiser une professeur d'histoire nymphomane, des racistes invétérés du sud pour lesquels le temps semble s'être arrêté en 1865, des soeurs complètement déjantées qui voient en lui un envoyé de Dieu pour construire leur église ou bien une étudiante qui l'invite pour Thanksgiving dans le but inavouable de choquer ses parents avec sa peau noire. Il est heureusement soutenu par sa fortune et par son professeur de philosophie du non-sens, Percival Everett lui-même.
Une lecture absolument jubilatoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   29 décembre 2019
...je me rappelai la phrase "Dès qu'on quitte Atlanta, on est en Géorgie". Et alors même que je me la rappelais, elle devint vraie. La dérangeante vérité prit la forme d'une bulle bleue clignotante sur le toit d'une voiture noir et blanc de shérif. J'observai ce qui ressemblait à un homme, de plus de deux mètres, avec une grosse tête, un grand chapeau et des lunettes de soleil, se déplier pour sortir de sa voiture, fermer la portière, et venir vers moi, l'une de ses mains énormes et poilues posée sur une saleté de révolver d'une taille insensée, les jointures de l'autre traînant sur le sol. L'idée me vint d'être terrifié : je le fus donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MimekoMimeko   31 décembre 2019
C'est alors que ma vie de nouveau devint en substance un documentaire sur la nature sauvage, au sens où elle se mua en une sorte de vaste pièce de théâtre à dimension morale, où les plus forts survivent et où le maintien des conventions sociales constitue apparemment le rempart le plus solide et le plus fiable contre un environnement hostile et sans pitié.
Commenter  J’apprécie          70
MimekoMimeko   31 décembre 2019
En outre, je continuais à entretenir l'idée juvénile, aussi naïve et romantique que stupide, selon laquelle la traversée du pays revêtait la valeur d'un apprentissage, d'un rite de passage.
Commenter  J’apprécie          110
stefferonstefferon   11 avril 2012
L'examen :
1- Imaginez un contextualisme radical et formidable, décrivant d'une hypostasie du langage et en anticipant une forme liquéfiée, un langage qui n'existerait que sous sa forme de flux. Comment le locuteur peut il éviter de se laisser happer dans le tourbillon de ce flux de langage dépourvu d'orientation ?
2- Le "je" est-il mon corps ? Et le rêve, l'image spéculaire ? Quel rapport au noeud borroméen ? En d'autres termes, pourquoi n'y a-t-il pas de symptôme trop grand pour ses caleçons ?
3- Quel peut bien être le ressenti de qui brûle du feu d'une ardeur missionnaire ? Ne soyez pas timide dans votre réponse.

Nous nous regardâmes les uns les autres, en proie à des degrés divers de confusion, de panique et de colère. Et, comme des imbéciles, nous nous mîmes au travail. Ou du moins les autres s'y mirent. Après avoir lu et relu les questions 1 et 2, j'écrivis sur ma feuille "Je ne sais pas". A la question 3, je répondis : "Atroce", puis ajouter "Putain".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MimekoMimeko   21 décembre 2019
C'étaient de bien tristes personnes, et je mettais toute mon énergie à les considérer comme respectables. Ce qu'ils étaient sans doute, mais le lieu qui les avaient engendrés se montrait si hostile que tous ceux qui y vivaient se confondait avec lui.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Percival Everett (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Percival Everett
Percival Everett itw .Entretien avec Percival Everett filmé au Publicis Drugstore (Paris 8ème) le 30 septembre 2008. Interview Isabelle Rabineau / Interprète Dominique Chevalier.Vidéo sous-titrée en français :http://www.dailymotion.com/video/x71nz3?subtitle=frArticle sur Percival Everett :http://blog.topolivres.com/blogtopolivres/2015/
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1538 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre