AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Commissaire Padovani tome 2 sur 6

Olivier Frébourg (Préfacier, etc.)
EAN : 9782710306832
208 pages
La Table ronde (25/05/1999)
3.83/5   47 notes
Résumé :

La Théorie du 1 % est une histoire de monstres. Un fantôme déguisé en soldat de la Wehrmacht vient perturber un mois de septembre un peu trop sec du Pays d'Auge.

Il élimine l'un après l'autre des paysans du village de Pourceauville qui ont confondu l'ivresse du calva et de l'épuration. Ce tueur hors du commun a préparé son coup depuis quinze ans.

Chaque détail a été pensé avec un acharnement que seule la vengeance autorise... >Voir plus
Que lire après Commissaire Padovani : La Théorie du 1 %Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 47 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
♫Allez, allez,
Pas d'discussion
Allez, allez,
Exécution
Allez, allez,
J'connais l'métier♫
La tactique du gendarme -Bourvil-1949


Volonté anarchique,
Son choix éthique
Romantique homéopathique
Placebeau à l'esthétique
de la tête à la queue
tout y est délicieux
Style qui nous rend saigne
Cérumen et chair humaine
Du sang Antonio chez Fréderic
comme un Dard homothétique
toute une" taca ta tac tique"
page 48

fast moralité : Fajardie & le Néo-Polar
C'est tout un écrit d'Art Dard

relecture incitée par Koalas's critique
du 15 Février 2018
CHALLENGE MULTI-DEFI 2019
item : lecture mystère


Commenter  J’apprécie          620
Un fantôme de la Wehrmacht,
qui revient la faux à la main,
semer la terreur dans le bocage normand
c'est un peu gros comme tableau...
Le commissaire Padovani, ethnologue de déformation
ne croit pas à ces histoires de revenants
et mène son enquête avec ses seconds couteaux
à cran au pas de charge...
Le style de Fajardie est révolté, désembourgeoisé
Comme son héros qui dès son réveil lâche un tonitruant :
"Justice, concept de merde !"
s'étale "morose la crème William sans Blaireau sur la gueule."
et constate la bile amère "petit à petit comme l'Empire Romain,
les choses s'étaient barrées en couille..."
Fajardie a la langue incisive et ça me plaît !
Dommage que son histoire soit si peu crédible
mais les personnages flics ou ordures ont de la consistance
et le monstre vengeur à Pourceauville
produit un effet...des plus macabres :
le tueur capé n'y va pas avec le dos de la cuillère,
il tranche net, la tête, alouette,
la langue et la zigou..nette.
La théorie du 1% , approuvé à 99 pour cent
Place au suivant sur ma liste des néo-polars...malabar !
Commenter  J’apprécie          516
Deuxième volet de la série du commissaire Padovani, flic anticonformiste, « de gauche », qui sait manier l'humour acide comme d'autres leur Magnum 357, appréciant le Calva comme le Chivas. Désormais salement amoché (depuis « Tueurs de flics »), il cherche, dans cette période giscardienne de la fin des années ‘80, un peu de repos dans la campagne... à Pourceauville dans le Calvados.

Or, là-bas, que ce soit déguisé en soldat de la Wehrmacht ou vêtu d'une cape et chapeau noirs, la faux sur l'épaule, un tueur sévit de nuit, perturbant ce petit bourg agricole, autrement paisible...
Autrement oui, mais pas autrefois, quand en 1944, les uns comme les autres ont jugé bon de sceller le destin d'un très jeune déserteur, avec toute la hargne dont l'homme est capable.

Et puisque Padovani est déjà sur place... autant traquer ce faucheur d'âmes qui a mûri sa vengeance depuis de nombreuses années et qui est certain de réussir... à 99 %.

Padovani est un mec que j'apprécie, autant pour sa franchise que pour ses divagations, parfois sans queue ni tête, politiques ou non.
Et comme c'est Fajardie (paix à son âme de partageux) qui me l'à fait connaître, il va sans dire que j'aime autant le père spirituel qui a su user d'un style d'écriture naturel, simple et « baïonnetté à la rose ».
Commenter  J’apprécie          429
Pour revenir sur la genèse de cette lecture, j'aime et n'aime (à quelques exceptions près) que le genre policier. J'affectionne tout particulièrement les enquêteurs récurrents. Je n'ai rien, bien au contraire, contre l'humour dans le polar.

Enfin, je ne lis que des ouvrages (encore une fois à quelques exceptions près) écrits en langue française pour être certain de lire exactement ce qu'a voulu écrire l'auteur (les traductions n'étant pas toujours très fidèles).

Comme l'oeuvre de Frédéric H. Fajardie (1947-2008) correspond parfaitement à mes desiderata, je m'y suis plongé, il y a quelque temps, pour découvrir son personnage récurrent du commissaire Padovani.

Quand il m'est possible, j'aime découvrir une plume ou un personnage par son aventure liminaire, ce que je fis en lisant « Tueurs de flics ».

Après lecture, je demeurais dubitatif, n'ayant pas été emballé par celle-ci, mais ayant un peu l'impression d'être passé à côté de quelque chose.

Aussi, décidais-je de redonner une chance à l'auteur et à son personnage en lisant la seconde aventure de ce dernier : « La théorie du 1 % ».

« La théorie du 1 % » est sorti en 1981 (« Tueurs de flics » étant publié en 1979, mais écrit en 1975).
Le commissaire Padovani s'est exilé dans le petit village de Pourceauville pour y vivre au calme. Mais un étrange tueur en série déguisé en nazi a décidé de troubler son existence tranquille en assassinant sauvagement des habitants de Pourceauville.

Le commissaire Padovani va donc réclamer des renforts de Paris, des hommes en qui il a confiance même si ce ne sont pas des foudres de guerre, pour arrêter ce mystérieux assassin qui avait tout planifié depuis des années et qui estimait qu'il n'y avait qu'un pour cent de chance que son plan rate… Padovani sera-t-il ce 1 % ?...

Bon, que dire de ce roman si ce n'est, déjà, qu'il ne répondra pas à mes questions quant à mon ressenti sur la lecture de l'épisode précédent et ne m'a pas permis de me faire un avis tranché…

Ce court roman propose une double narration. Une à la troisième personne pour conter les agissements du tueur et une à la première où Padovani raconte son enquête…

Il est indéniable que Fajardie a une patte, un style et c'est ce qui me décontenance, car je n'arrive pour autant pas à être séduit malgré quelques passages intéressants, quelques morceaux d'humour bien sentis, une critique évidente du système capitaliste de surconsommation (auquel on avait déjà eu le droit dans la première enquête) et des personnages attachants (Mamadou en tête).

Et il est une nouvelle fois évident pour moi que je suis passé à côté de ce roman sans en connaître réellement la raison.

Ce ne sont pas seulement les critiques dithyrambiques sur ce livre qui me le font penser, mais quelque chose au fond de moi qui me dit que j'aurai dû aimer ce roman que je devrai au moins l'apprécier…

Une lecture, à des moments de fatigue, pourrait expliquer en partie ce phénomène, mais, pourtant, même dans ces conditions, je ne décroche pas de tous les romans et j'arrive à être totalement embarqué par certains même si, parfois, je suis un peu obligé de revenir en arrière pour me rappeler ce que j'avais lu la veille…

Là, c'est juste que j'avais l'impression de ne pas être monté dans le bus et de marcher à côté en le regardant partir… mais sans savoir pourquoi j'étais encore sur le bord de la route.

Du coup, ce ne sera pas encore cette fois que j'aurai mes réponses…

Une prochaine fois peut-être…

Dommage.

Au final, un roman que j'aurai probablement dû aimer, mais ce n'est pas le cas et je ne sais pas vraiment pourquoi.
Commenter  J’apprécie          60
Un grand Fajardie, où Padovani, en Normandie, extraira les racines de 1944 d'une série de crimes

Pour un GRAND fan de Fajardie comme je le suis (j'avais presque les larmes aux yeux en visitant la très sobre et très poignante exposition sur l'auteur disparu en 2008, organisée l'an dernier (2011), en abécédaire, par Jérôme Leroy à Arras), "La théorie du 1 %" se dispute avec "La nuit des chats bottés" le haut du podium de son oeuvre.

Publié en 1981, ce second volet de la série des six "Padovani", après le brillant coup de tonnerre initial que représentait "Tueurs de flics", poursuit la saga du commissaire atypique et de son équipe de policiers semi-déjantés, hostiles au sens commun et à sa puanteur embourgeoisée, vingt ans avant Vargas, et d'une façon autrement subversive.

Au repos dans sa maison de campagne normande, le commissaire est brutalement confronté à une série de crimes spectaculaires, soigneusement ourdis, dont il arrivera, contre le pesant couvercle manié par certains notables villageois, à extraire les racines qui remontent à de tragiques épisodes de l'Occupation et de la Libération.

"Il n'avait pas plu depuis quinze jours.
Une sorte de record pour ce coin de Normandie.
Le type marchait comme un soldat à la parade, ses lourdes bottes cloutées arrachant de légers nuages de poussière au chemin qui grimpait vers la ferme d'Olivier Laurat.
Il faisait un peu incongru, presque obsolète, ce soldat de la Wehrmacht allant ainsi au pas de l'oie.
Surtout en plein mois de septembre 1979."

Avec son style magique, tirant sa force de sa sobriété et de son absence d'effets, proche en ce sens de celui d'un Manchette, "La théorie du 1 %" est sans doute l'un des représentants les plus aboutis de l'école dite du "néo-polar" des années 75-85, et un très grand roman noir en soi.
Commenter  J’apprécie          92

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Tout était insupportable. Les voix trop fortes, les lumières trop crues, la veuve qui hurlait à la mort, lèvres arrondies en trou du cul de poule - il est vrai que je n'ai jamais réellement inspecté le susdit anus mais qu'importe puisque la France entière a consacré l'expression. Peut-être que, histoire de marquer notre singularité profonde, nous autres, "le peup' de France", devrions adopter , comme emblème national, le trou du cul de poule...
p43
Commenter  J’apprécie          270
Au réveil, je fus assailli par les souvenirs de la nuit.
De quoi se retourner de l'autre côté, se foutre un oreiller sur la gueule et se rendormir en songeant à Malibu, Mexico City, Acapulco et tous les coins aux noms merveilleux où, je le sais, je n'irai jamais.
Commenter  J’apprécie          290
- Tu connais "Hautes-Etudes" ?
- Je me plaçai instinctivement sur la défensive :
- Un petit commissaire-stagiaire diplômé de l’École pratique des Hautes études ?
- Tout juste ! Une crotte de bique.
- Pourquoi une crotte de "bique" ?
- Pourquoi pas de bique ?
Commenter  J’apprécie          230
Ce fut un tonnerre de rires, de ces rires dont seuls les paysans normands sont capables : rocailleux, évoquant - vision subjective - tout à la fois le Calvados, le Livarot, la cigarette papier-maïs-qui-fait-dégueuler, les vaches laitières et les mouches à merde.
Commenter  J’apprécie          171
Au Capital sa place, toute sa place mais rien que sa place. Au Travail sa place, rien que sa place, mais toute sa place ! [...]
Du Jacques Doriot !

p75
Commenter  J’apprécie          251

Videos de Frédéric H. Fajardie (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric H. Fajardie
Chronique consacrée aux grands noms de la littérature policière, et animée, depuis octobre 2018, par Patrick Vast, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour la 34ème chronique, le 08 janvier 2020, Patrick présente l'auteur français Frédéric H. Fajardie. Patrick Vast est aussi auteur, notamment de polars. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://patricksvast.hautetfort.com Il a également une activité d'éditeur. À voir ici : https://lechatmoireeditions.wordpress.com La page Facebook de la Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : collaborationnismeVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (112) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..