AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221139325
704 pages
Éditeur : Robert Laffont (16/10/2014)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 55 notes)
Résumé :
En 1748, Caridad, esclave cubaine noire affranchie, se retrouve abandonnée sur le sol de Séville, sans ressources. Elle est recueillie par un vieux Gitan au caractère ombrageux, Melchor, qui l'impose à sa famille et à toute la communauté dans les faubourgs de la ville. Tout en travaillant, elle roule des cigares de contrebande, Caridad se lie d'amitié avec Milagros, la petite-fille de Melchor, une jeune Gitane fière et avide de liberté. Tandis que Milagros, prise en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  06 septembre 2016
Ce roman est tout simplement un hymne à la liberté.
Une négresse et son maitre traverse l'atlantique afin de rejoindre l'Espagne, mais le voyage ne se passe pas comme prévu, le maître meurt lors de la traversée et fait de son esclave une femme libre. Libre mais seule dans un monde qui lui est inconnu.
Caridad croisera la route de gitans , qui se battent aussi pour leur liberté.
Un roman historique très documenté , qui nous fait vivre à cette époque , qui nous fourni une multitude de sentiments aux travers des pages : de l'amour, de la haine , du dégout et bien d'autres...
L'auteur est un merveilleux conteur. Il sait avec ses mots, nous emmener dans une machine a remonter le temps. mais en plus de cela il arrive a nous faire entendre les musiques et a nous faire ressentir toute la force des chants qui hurlent la douleur de ces peuples persécutés.
Néanmoins il m'a manqué une tout petit truc pour que ce roman devienne une perle.. mais je le conseille quand même plus que vivement.
Commenter  J’apprécie          594
Marple
  15 novembre 2014
Elle a un petit air de Ken Follett en vadrouille chez les Gitans d'Espagne au XVIIIe siècle, cette Reine aux pieds nus... Autant dire donc qu'elle m'a plutôt séduite, avec ses 700 pages de danses, de liberté, de souffrances, de passions, d'amitié, d'injustices et d'amour.
L'histoire se déroule autour d'une famille de gitans de Séville, les Vega. Il y a le vieux Melchor, le grand-père, ancien galérien, farouchement attaché aux traditions gitanes. Ana, sa fille, si fière, si courageuse et si libre. Et Milagros, sa petite-fille, une toute jeune femme, belle, passionnée et têtue, certainement un peu trop pour son propre bien... Autour d'eux d'autres familles de Gitans, notamment les peu scrupuleux Garcia, Caridad l'esclave affranchie au chant si poignant, un prêtre torturé, de nombreux contrebandiers... et aussi beaucoup de tabac, à vendre, à travailler ou à voler !
J'ai été assez vite emportée par l'histoire et intéressée par le contexte historique : l'Espagne du XVIIIeme siècle, les persécutions sur les Gitans, leur mode de vie, le monde des acteurs, la vie en prison, la culture et la préparation du tabac...
Au début, le côté bien-pensant de Falcones m'a un peu dérangée, chez lui on a parfois l'impression que seule la vie des victimes et des opprimés vaut la peine d'être racontée, ici celle des Gitans, des esclaves et des prisonniers, après celle des Baixas ou des Maures ailleurs. Mais il réussit à le faire avec subtilité, mieux encore il traduit la philosophie de la vie des Gitans avec nuance, sans jugement ou glorification inutiles. Et ça, c'est du grand art, aussi beau qu'une manzanilla de Milagros ou qu'un chant de Caridad !
11/xx dans le Challenge Pavés de Gwen21.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
pasc-ray
  10 mai 2013
Troisième roman de Ildefonso Falcones, à guetter en librairie pour ceux qui ont apprécié ses deux précédents ouvrages ("La cathédrale de la mer" et "les révoltés de Cordoue").
Traduction en cours, je suppose, puis que je ne l'ai pas encore trouvé en français. Je viens d'en achever la lecture en espagnol, ce qui m'a menée jusqu'à 2h00 du matin tellement j'ai trouvé la fin intense. Impossible de dormir avant de connaitre le dénouement et impossible de le reprendre le lendemain pour juste une trentaine de pages.
Donc un livre dont j'ai aimé les personnages et l'époque.
Une époque et des faits assez peu évoqués jusqu'à présent : l'Espagne du XVIIIème siècle, entre Séville et Madrid, la naissance du Flamenco en tant que genre musical, quelques notions sur la codification de la Corrida (qu'on aime ou pas, et j'aime pas!) le monde gitan (que je fréquente beaucoup dans mon travail et que je connais toujours mal), une petite réflexion sur l'esclavagisme et la notion de liberté... Bref, du lourd, en fait.
L'intrigue, sans être révolutionnaire tient en haleine, on a vraiment envie de savoir ce qu'il va advenir de Caridad, l'esclave "cubaine" (celle qui nous fait entrer dans l'histoire), Melchor, l'irréductible gitan (qui la sauve d'une mort quasi assurée et en tombe amoureux au long des 741 pages de l'édition originale^^), Milagros, sa petite fille et première vedette de "Music hall flamenco", ö combien maltraitée dans la deuxième moitié du roman... Il y a aussi sa mère, Ana Vega,irréductible gitane, elle aussi, Fray Joaquim, tellement émouvant... et tant d'autres, comme "les méchants", dont je ne citerai pas LE nom tellement ils sont vils...
L'intrigue donc reste assez prévisible mais Ildefonso (Voui, quand j'aime bien, je peux être un peu familière^^) nous fait entrer dans un monde fermé à double tour: celui de l'honneur, du sang et bien sûr des larmes...
Il évoque en fait ici le début de la décadence espagnole qui après avoir été sous les Habsbourg une puissance incontournable, va passer à l'imitation du faste versaillais et par là même perdre ce sentiment de l'honneur pour lequel on devait mourir, le cas échéant...
Il ne faudrait donc pas y voir qu'un roman de plage pour passer le temps car de nombreuses pistes de recherche et de réflexion s'ouvrent aux amoureux de l'Espagne du passé un peu mythique dont je suis, vous l'aurez compris...
Sans être une oeuvre littéraire majeure, (mais qui suis-je pour en juger?) ce roman a des accents de "Carmen", de "Notre dame de Paris" et d'Eugène Sue qui ont fait le bonheur de ma lointaine pré-adolescence.
Je le conseillerais donc sans hésiter, sous toutes réserves de la traduction qui en sera proposée...
C'est la deuxième fois que je regrette de ne pas avoir choisi cette voie d'ailleurs, la première étant lors de la lecture de "La cathédrale de la mer", mais les jeux sont faits :)
Bonne lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mimi5751
  15 septembre 2015
Un grand Ildefonso Falcones tout comme les 2 autres que j'ai lu.
Un auteur qui a le courage d'écrire sur les grands sujets d'histoire de l'Espagne : Les Maures, Barcelone et les Gitans avec leur code d'honneur et leur histoire mais aussi les quelques noirs libres de leurs colonies.
Oui c'est un beau livre, intéressant à lire mais aussi très dur et je vous le dis je l'ai lu très doucement à petite dose car il y a quand même des passages très durs et très pénibles : leur pauvreté surtout et la façon dont ils étaient traités c'est terrible mais Ildefonso Falcones a rendu cela très vivant par son écriture.
C'est l'histoire de Melchor, de Caridad une esclave noire de la Havane, de Milagros et Ana la fille de Melchor Mais surtout au travers de ces gens c'est l'histoire du peuple gitan en Espagne et la façon honteuse dont ils vivaient, comment ils étaient traités oui c'est un bien beau livre qui arrive à un bon moment.
Commenter  J’apprécie          80
LPV
  12 novembre 2017
Enfin, j'en ai mis du temps !! Pile poil pour être à l'heure pour le nouveau qui arrive !! Oui, parce que Falcones, quelle que soit la densité du texte, la dureté du récit, on n'en a jamais assez.
Fascinée par La Cathédrale de la Mer et épuisée par les Révoltés de Cordoue, je me suis lancée dans La Reine aux pieds nus. Et c'est avec un plaisir inavouable que j'ai retrouvé cette Andalousie dont ce Barcelonais pur jus parle si bien.
Et pour ne rien gâcher, on sort du trio espagnol habituel et fatigant du juif-chrétien-arabe. Ici, c'est esclave cubaine-gitans de Triana (ah, Triana...)-haute société madrilène. Ici, pas de guéguerre de religion, juste du bon vieux trafic de tabac. Et ça nous fait des vacances.
Il nous en faut, parce que pour le reste, Falcones est fidèle à lui même. Bon gros pavé hyper bien documenté, il ne nous épargne aucun détail, La Reine est aux pieds nus est captivant, émouvant, déchirant, visuel. On sent Triana, on voit Caridad danser et trier le tabac, on entend Milagros chanter.
Encore une fois, une oeuvre magistrale, qui nous rassasie (parce qu'il prend son temps encore chaque livre), mais qui nous ouvre aussi l'appétit pour le prochain. Vite, vite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   30 août 2016
Nous, les gitans nous avons toujours été libres. Les rois et les princes du monde entier ont prétendu nous faire plier, et ils n'y ont jamais réussi. Ils ne viendront jamais à bout de notre race; nous sommes meilleurs qu'eux tous, nous sommes plus intelligents. Nous avons besoin de peu de choses. Nous prenons ce qui nous convient : ce que le Créateur à mis ici-bas n'est la propriété de personne. Les fruits de la terre appartiennent à tous les hommes. Si un endroit ne nous plaît pas, nous le quittons pour un autre. Rien ni personne ne nous retient jamais. Le danger ne nous fait pas peur. Que peuvent bien nous faire les lois et les décrets ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
lyokolyoko   06 septembre 2016
Ce n'est pas moi qui vous jugerai. Je vous apprécie, mais l'imagination des gens est aussi vaste que leur capacité de médisance.
Commenter  J’apprécie          391
stef6534stef6534   22 février 2015
Depuis que Séville avait perdu le monopole du commerce des Indes au profit de Cadix, la richesse avait fondu, les commerçants s'étaient appauvris et le fossé s'était creusé entre ceux qui vivaient dans la plus grande misère - la grande majorité - et une minorité de fonctionnaires corrompus, d'aristocrates prétentieux propriétaires d'immenses domaines et d'ecclésiastiques réguliers ou séculiers qui se comptaient par milliers. Pour ces derniers, le moment était venu de délivrer au peuple la doctrine chrétienne de la résignation au moyen de sermons, messes, rosaires et processions. Jamais il n'y avait eu autant de prêches publics. Ils menaçaient de toutes sortes de punitions et de maux les fidèles se livrant à la débauche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MalachiteMalachite   29 février 2020
- Que... ? voulut demander la Gitane.
- Vite ! On doit... !
Frère Joaquin s'arrêta net en apercevant la statue de la Vierge de l'Immaculée Conception recouverte d'un drap.
- Qu'est-ce que c'est que ça ? demanda-t-il en désignant la statue.
- On bavardait et on n'arrivait pas à se mettre d'accord.
Le dominicain manifesta son incompréhension d'un geste des mains, puis il hocha la tête de gauche à droite.
- On doit s'enfuir d'ici ! la pressa-t-il.

p.604.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
stef6534stef6534   22 février 2015
Frère Joaquin, nous les femmes, nous venons au monde pour accoucher dans la douleur, pour travailler et pour souffrir de la dépravation des hommes. Taisez-vous, le pria-t-elle, voyant qu'il allait intervenir. Eux, vous tous..., vous vous révoltez, vous luttez, vous combattez l'infamie. Parfois, les hommes gagnent et ils se transforment en mâles victorieux; le plus souvent, ils perdent, et ils retournent leur colère contre les faibles pour se duper eux-mêmes et vivre avec la vengeance comme seul horizon. Nous, on doit se taire et obéir, ça a toujours été comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ildefonso Falcones (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ildefonso Falcones
Página Dos - Entrevista a Ildefonso Falcones (20/09/2016)
autres livres classés : gitansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1992 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..