AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070447862
112 pages
Éditeur : Gallimard (20/09/2012)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Qu’ils soient mendiants, contrebandiers d’alcool, propriétaire de restaurant pathologiquement jaloux, vagabond simple d’esprit ou menteur éhonté, les personnages de ces Croquis nous sont proches, sympathiques dans leur besoin avide de reconnaissance, d'amour ou de dignité.

Une série de portraits brossés dans une langue âpre et vibrante d’émotion, par l’un des plus grands écrivains américains.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
trust_me
  14 février 2013
J'aime beaucoup découvrir comment un auteur est entré en littérature. Pour Faulkner (comme pour beaucoup d'autres d'ailleurs) ce fut par l'intermédiaire de la nouvelle. Ce Coucher de soleil regroupe des textes rédigés suite à un séjour de six mois dans la plus grande ville de Louisiane en 1925. On y trouve un mari à la jalousie maladive, un pauvre hère qui cherche l'Afrique de l'autre coté du Mississipi, un mendiant embarqué par la police, des contrebandiers d'alcool ou encore un fieffé menteur qui a la mauvaise idée, pour une fois, de raconter une histoire véridique.
Des gens simples et des nouvelles d'un certain classicisme formel où l'on voit déjà poindre quelques éléments qui feront par la suite la renommée de Faulkner, notamment la cohabitation entre une tonalité profondément réaliste et quelques pointes de lyrisme. Malgré l'unité de lieu, il est à noter que les situations proposées sont très variées et les personnages hauts en couleur valent le détour.
Entre humour et désillusion, la langue est d'une belle fluidité et les dialogues sonnent juste. Un petit recueil idéal pour découvrir les premiers pas d'un futur prix Nobel de littérature et déceler les promesses d'une oeuvre à venir dont la qualité aura marqué de manière indiscutable la littérature américaine du 20ème siècle.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
clude_stas
  21 octobre 2014
Découvrir l'univers de William Faulkner peut se faire par ce petit recueil de nouvelles dans la collection Folio (avec une couverture par Tardi). Il offre une sélection de quelques textes tirés de « Croquis de la Nouvelle-Orléans », un ensemble plus important de 1958. Les héros de Faulkner sont des gens du sud, des personnes un peu simples, un peu en marge, un peu filoutes mais toujours attachantes. Ici, un clochard (Miroirs de la rue de Chartres), là, une handicapé mental (Le Royaume des Cieux), ou là encore, un noir naïf (Coucher de Soleil). Et ils subissent toujours les conséquences de leurs envies, victimes de leur hérédité ou de leur classe sociale.
Le style de Faulkner est généralement celui de la concision. Dans « le Menteur » (ma préférée), une gare, deux bâtiments jaunes, un magasin et le décor est planté. Les descriptions se font archétypales pour ne pas devoir s'étaler sur des pages. de même, les personnages n'ont d'épaisseur psychologique qu'à travers leurs dires et leurs actes. J'ai été aussi surpris par l'utilisation à trois reprises de la mise en abyme, à savoir un texte dans le texte, une histoire dans l'histoire. C'est le cas dans « Venu de Nazareth », « le Menteur » et « Rats des champs ». Et cela pour des obtenir des effets différents : soit le texte se fait différent que celui qui le contient, soit il le dynamise car il en est le centre stratégique, soit il en est un des éléments comme les autres. Mais toujours il est nettement marqué par son narrateur ou son auteur, comme dans les oeuvres de Magritte (un tableau dans le tableau).
Bref, une véritable rencontre avec un auteur américain dont la réputation n'est plus à faire. Aussi je ne bouderai pas mon plaisir en lisant d'autres textes de Faulkner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
andras
  11 septembre 2016
Il s'agit de neuf nouvelles écrites en 1925 par Faulkner et extraites du recueil intitulé "Croquis de la Nouvelle Orléans" bien que plusieurs d'entre elles se situent ailleurs que dans cette ville et même ailleurs que dans les états du sud des États-Unis. M'ont particulièrement plu : la dernière du recueil "Yo ho et deux bouteilles de rhum", un récit de marin des mers du Sud-Est asiatique où le racisme anti-jaune se dévoile de façon glaçante; "le menteur" où l'on voit ce qui peut arriver à un menteur patenté qui veut dire la vérité; "Coucher de soleil" qui raconte le tragique destin d'un noir de Louisiane qui voulait regagner "l'Af'ique", dont il a appris qu'il était le pays de ses ancêtres; "Rat des champs", une drôle d'histoire d'arnaqueur arnaqué à l'époque de la prohibition; "Venu de Nazareth" où l'auteur va croiser dans Jackson Park (Nouvelle Orleans) un jeune vagabond de 17 ans qui lui fera cadeau d'un poème de son cru. Quatre autres histoires complètent ce cocktail à la saveur plutôt amère sur l'Amérique des années 1920.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
myrtille81
  21 novembre 2012

Nouvelles extraites du recueil "Croquis de la nouvelle-Orléans" de Faulkner. Je trouve le mot croquis très bien choisis, d'une nouvelle à l'autre se dessinent les portraits de "petites gens" de la Nouvelle-Orléans. Des histoires de jalousie, de trafiquants, de menteurs invétérés...
Recueil agréable, nouvelles pas toujours faciles à suivre, c'est du Faulkner, mais très bien écrites.
Toutefois, le format nouvelles ne permet pas à l'auteur d'exprimer tout son talent dans la construction des histoires.Et je serais restée moins sensible à ce livre s'il n'y avait cette nouvelle que je trouve absolument géniale, qui m'a ému et touchée ; la nouvelle qui donne son titre à ce recueil : Coucher de soleil. Sa lecture a été pour moi inoubliable. Je ne peux pas être trop élogieuse à son propos.
Je ne peux, bien sûr, pas en dire plus sans trop en dévoiler vu qu'elle ne fait que quelques pages...
Lien : http://mumuzbooks.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          90
MarcelP
  14 juillet 2017
Il y a, certes, quelque chose d'émouvant à découvrir les premiers pas d'un auteur : ses maladresses, son envie de "faire écrivain" mais surtout les thèmes qu'il ne cessera de tordre, détordre et retordre.
Tout William Faulkner est déjà présent dans cette poignée de nouvelles qui se situent, peu ou prou, à La Nouvelle-Orléans (le Comté de Yoknapatawpha n'est pas encore né). Qu'il dépeigne avec force humour un baratineur atavique, dans le Menteur, qu'il esquisse un idiot mugissant sur une fleur brisée (et Benjy Compson se profile déjà) dans le Royaume des Cieux ou qu'il fasse se croiser une jeune fille déjà facile et un mauvais garçon (comme plus tard Temple et Popeye), dans Apprentissage, le lecteur faulknérien est en pays de connaissance.
Quelques fleurs se détachent de ce bouquet printanier : je retiens, pour ma part, le très émouvant Venu de Nazareth dans lequel un vagabond de 17 ans, sorte de péquenot rimbaldien, abandonne dans son sillage quelques feuillets empreints d'une poésie poignante et l'âpre Coucher de soleil qui voit le rêve d'évasion -vers un Pays de Cocagne, son "Af'ique"- d'un pauvre Noir, pulvérisé par un funeste quiproquo.
Un immense écrivain est en marche...
"To understand the world, you must first understand a place like Mississippi."
Lien : http://lavieerrante.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Josepha_AnhJosepha_Anh   21 avril 2013
" La Nouvelle-Orléans.
Courtisane entre deux âges, qui boude la lumière afin que demeure l'illusion de sa gloire passée. Chez elle, les miroirs ont terni dans leurs cadres dédorés; sa maison est vouée à la pénombre et à la patine du temps. Elle est allongée avec grâce sur une chaise longue ornée de vieux brocarts; autour d'elle flotte un parfum d'encens, et les plis de sa robe tombent en un savant drapé. Elle vit dans l'atmosphère surannée d'un passé au charme révolu.

Ceux qu'elle reçoit sont un petit nombre d'élus; ils viennent à elle dans un éternel crépuscule. Elle ne parle guère, et pourtant elle paraît dominer la conversation, qui est mineure sans être morne, affectée sans être brillante. Et ceux qui ne sont pas parmi les élus restent à jamais dehors.

La Nouvelle-Orléans... courtisane qui subjugue encore les hommes sur le déclin, et dont les charmes ne peuvent laisser indifférents les plus jeunes. Et tous ceux qui la délaissent pour quêter les vierges aux cheveux ni bruns ni blonds et au sein pâle et glacé où nul amant n'a jamais expiré, ceux-là lui reviennent: il suffit qu'elle sourie derrière son éventail langoureux..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
andrasandras   15 septembre 2016
"Comme ça vous écrivez ? me demanda-t-il timidement. Est-ce que vous écrivez comme dans ce livre ?" De son veston élimé il tira un exemplaire abîmé d'"Un gars du Shropshire" et, en me le tendant, il cita le poème qui commence par ce vers : "Dans mon cœur pénètre un vent qui tue..." Il ajouta qu'à son avis, c'était le meilleur qu'il avait lu.
"Pourquoi ne rentrez-vous pas chez vous ? lui demandais-je.
- Un de ces jours, je le ferai. Mais ce n'est pas pour cela que je l'aime, ce bouquin. Je l'aime parce que celui qui l'a écrit a senti ça comme ça, sans s'occuper de qui le lirait.
- Est-ce que c'est si rare ? lui demandais-je.
- Plaît-il ?
- Je veux dire, de sentir quelque chose et puis d'écrire exactement comme on le sent ?"
(extrait de la nouvelle "Venu de Nazareth")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
myrtille81myrtille81   20 novembre 2012
Il y a quelque chose d"éternel dans l'Orient, une résistance élastique et néanmoins inébranlable contre laquelle le tonnerre fugitif de l'Occidental, ses méthodes pleines d'ardeur et réputées efficaces, ne sont que du vent.
Commenter  J’apprécie          110
myrtille81myrtille81   20 novembre 2012
Alors un ouragan se leva : autour de lui, les branches et les buissons furent fouettés par une tempête plus féroce que tout ce qu'il avait connu : tout s’aplatissait, hurlait, et disparaissait sous ce feu. Lui-même était devenu un arbre pris dans cette tempête : il en sentait les coups de butoir, et il fut déchiqueté en feuilles éparses et broyées.
Commenter  J’apprécie          60
Acerola13Acerola13   08 juillet 2013
Il regarda le ciel étoilé, tiré comme une soie tendue sur le puits de la ruelle.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de William Faulkner (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Faulkner
15 décembre 2009 : Mot de l'éditeur : Un inconnu vient se réfugier en un lieu où il croit trouver la tranquillité : une cave donnant sur une petite place, dans un village du Sud. Un inconnu : un Arabe. Le jour, il charrie des tonnes de cailloux sur un chantier de terrassement. le soir il rentre dans son trou. Pourquoi se cache-t-il ? Le village s'agite, une hostilité sourde monte de la terre. Ici, il n'est pas chez lui et ne le sera jamais. L'Arabe n'entend rien, se berce de l'illusion qu'à force de vivre invisible, il finira par disparaître. Lorsqu'un meurtre est commis sur la place, cette illusion se dissipe. Aux yeux de tous, c'est lui le coupable. Mais les forces qui se dressent contre lui sont anciennes, comme le feu, la rage, la peur. Pour leur échapper, se rendre invisible ne suffira plus.
L'Arabe est un grand roman «sudiste», où des personnages de Faulkner ou de Flannery O'Connor traverseraient des paysages à la Giono. le Sud d'Antoine Audouard est lui aussi un vieux pays vaincu, peuplé de figures tour à tour tragiques et grotesques. Ecrit dans une langue où le parler populaire se mêle à un lyrisme altier, ce roman qui multiplie les dissonances et les ruptures de ton est l'oeuvre d'un écrivain accompli.
Antoine Audouard est né en 1956. Il est l'auteur de huit romans, dont Adieu, mon unique et Un pont d'oiseaux (Gallimard).
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvelle-orléansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les titres des œuvres de William Faulkner

Quel est le titre correct ?

Le Bruit et l'Odeur
Le Bruit et la Peur
Le Bruit et la Fureur
Le Bruit et la Clameur

12 questions
142 lecteurs ont répondu
Thème : William FaulknerCréer un quiz sur ce livre