AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749130352
Éditeur : Le Cherche midi (02/05/2013)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 169 notes)
Résumé :
Paris, 1925. Gabrielle “Chrysis” Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à L’Atelier de Peinture des Élèves Femmes de L’École des Beaux-Arts, pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de George Braque. Exigeant, colérique, cassant, Humbert, âgé de 83 ans, règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes. Mais malgré toute son expérience, il va vite se rendre compte que Chrysis n’est pas une élève ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
carre
  12 janvier 2014
La rencontre improbable d'un cow-boy, héros de la première guerre mondiale et celle d'une jeune artiste en devenir au caractère bien trempé, libertine et passionnée.
Mais à l'heure des choix, la passion amoureuse résistera-t'elle au bon sens et aux pressions du père de Gabrielle le colonel Jungbluth ?
Voilà un roman bien séduisant. Au-delà de la belle histoire d'amour entre Bogey et Gabrielle « Chrysis », Fergus redonne vie au Paris des années folles, ou Montparnasse était le coeur de la création, du libertinage et de la vie bohème. L'auteur de « Mille femmes blanches » décrit tout cela avec un sens narratif bien agréable. Grâce à des personnages attachants, le roman de Fergus est passionnant. Un seul regret qu'il soit trop court !
Et puis comment ne pas mettre en avant la genèse de ce récit, préface magnifique de Jim Fergus à sa femme aimée trop tôt disparue.
Commenter  J’apprécie          730
Macha_Loubrun
  21 novembre 2013
Jim Fergus est un auteur aussi talentueux qu'attachant. Jim Harrison est son ami et c'est le succès mérité de « Mille femmes blanches » qui l'a fait connaître en France. En 2011, il romançait dans «Marie Blanche» les vies tumultueuses de sa grand-mère et de sa mère, françaises…. Une histoire bouleversante est à l'origine de « Chrysis ». Mari, la compagne de Jim Fergus, venue se faire soigner en Europe peu avant son décès, tomba amoureuse d'un tableau « Orgie », peint par « Chrysis” en 1925, une oeuvre sensuelle et crue qui marqua l'apogée de son talent dans le Montparnasse des années folles. Jim Fergus offrit ce tableau à Mari qui lui demanda alors de le léguer à sa fille Isabella après sa mort. « Tu sais bien que j'ai toujours eu un peu honte de mon corps, une gêne au moment de le montrer, un complexe avec ma propre nudité. Je ne veux pas que Bella soit ainsi. Je veux qu'elle se sente aussi libre dans son corps que les femmes de ce tableau ». Elle avait ressentie au plus profond d'elle-même la quintessence de cette oeuvre.
Jim Fergus a mené une enquête minutieuse pour reconstituer l'histoire de cette toile. On découvre qu'en 1925, attablée dans le café le Select, Gabrielle “Chrysis” Jungbluth tombe amoureuse d'un homme habillé en cow-boy en train de coucher sur le papier les horreurs des champs de bataille de 14-18. Il est trop absorbé par les tourments qu'il extirpe de sa mémoire pour lui prêter attention. Chrysis” Jungbluth, âgée de 18 ans est issue d'un milieu bourgeois, son père est Colonel et elle est éprise de liberté. Elle est élève à L'Atelier de Peinture des Élèves Femmes de L'École des Beaux-Arts, dans la classe de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de George Braque. Mais bien vite, elle va s'émanciper sexuellement et mener parallèlement une vie de bohème et de jeune fille rangée lorsqu'elle est auprès de ses parents.
Bogey Lambert, le cow-boy américain, a quitté son Colorado et le ranch familial pour s'engager dans la légion étrangère avec « Crazy horse » son cheval. Il est tombé amoureux de la France dans les livres après avoir appris qu'il avait des racines françaises. Heureusement, ce coeur tendre a fait de la boxe et ça lui servira plus d'une fois tout au long de son séjour en France ! N'est-ce pas lui le héros tant admiré dont le père de Chrysis faisait un bel éloge lorsqu'elle était enfant ?
Ils vont s'aimer follement et figurer sur le tableau « Orgie ».
Cette rencontre improbable dans une époque fascinante, les souffrances de la première guerre mondiale encore dévorantes pour nombre d'hommes comme Bogey, sont restitués à merveille et l'on voit rapidement la jeune peintre se singulariser par ses sujets audacieux.
Entre fantasmes et légendes, un beau portrait d'une artiste oubliée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
rabanne
  19 juillet 2017
C'est vrai que les nuits sont courtes et étouffantes, que les barbecues à la chaîne, à force ça épuise ! Donc, chose vraiment rare chez moi, je me suis assoupie en lisant un livre (!). Un livre de ces fameuses promos : "un livre gratuit pour l'achat de deux", choisi souvent par dépit tant le choix n'est pas top folichon.
Bon là, Jim Fergus avait attiré mon attention, puisque j'ai "Mille femmes blanches" (et sa suite) à lire depuis des lustres.
Est-ce un problème de traduction ?! Je trouve que c'est d'une platitude navrante, gnangnan, sans relief, sans passion. (Il faut dire que je sors d'un roman prenant). 83 pages lues, et pas du tout envie de connaître la suite. Allez, ce sera le premier abandon des vacances...
Commenter  J’apprécie          4523
indira95
  09 juillet 2014

Je veux du romanesque dans la plus pure tradition littéraire, des sentiments extrêmes, des passions intenses et assouvies, des héros et des héroïnes flamboyants, je veux tout ça ! Pourquoi ? Pardi parce que de temps en temps une belle histoire d'amour fait du bien, voilà pourquoi ! Et c'est chose faite avec Chrysis de l'américain Jim Fergus (l'auteur du très bon Mille femmes blanches). Ce roman est aussi une belle déclaration d'amour posthume à celle qui partagea la vie de l'auteur, décédée des suites d'un cancer. Jim Fergus et sa femme ont en effet découvert, caché dans une boutique d'antiquaires niçoise, un étrange tableau signé Chrysys Jungbluth. le tableau en question représente ni plus ni moins qu'une scène très érotique de partie de jambes en l'air collective ; c'est un vrai souffle de scandale pour l'époque, le tableau datant des années 1920 et l'artiste étant une femme pour couronner le tout.
A la mort de son épouse, Jim Fergus décide de découvrir qui fut cette mystérieuse Chrysis et de lui redonner vie à travers sa plume. A partir des morceaux épars du puzzle glanés sur sa vie, il a imaginé la jeunesse de cette jeune femme, artiste émancipée, éprise de liberté dans le Paris d'après-guerre qui se relève petit à petit des décombres encore fumants du grand charnier mondial. Bien que fille d'un militaire haut gradé plutôt conservateur, notre jeune et fringante demoiselle se passionne très tôt pour la peinture et intègre la seule école des beaux-arts ouverte aux femmes (et oui nous ne sommes que dans les années 20, beaucoup de choses restaient à faire en matière d'émancipation féminine). Elle y fait ses gammes tout en arpentant le Paris bohème, éclectique et artistique du Montparnasse de cette époque, avide de sensations et d'expériences, bien décidée à vivre passionnément chaque chose pour les transposer dans son oeuvre, persuadée que chaque expérience sensorielle, intellectuelle et sensuelle enrichira son art. Parallèlement nous suivons le destin hors norme de Bogart, fringant cow-boy du Colorado, qui sur un coup de tête décide d'aller aider les forces alliées dans les tranchées, persuadé qu'il est de descendre d'une lignée française. Accompagné de son fidèle compagnon équidé, notre jeune homme traverse l'Atlantique et rejoint le vieux continent, marquant de son courage et de sa détermination l'imagination collective, créant une légende autour de lui parmi les soldats. Bref, ces deux êtres que tout oppose finiront par tomber follement amoureux l'un de l'autre et vivre une folle et belle histoire d'amour.
Autant vous dire : dès premières lignes je me suis laissée emportée par le tourbillon romanesque dans lequel évoluent nos héros. J'ai été plus que charmée par ce duo insolite et épris de liberté, tout autant que par cette période d'intense émulation intellectuelle que furent les années 20. Jim Fergus est un conteur fabuleux dont le style simple et inspiré sert parfaitement une histoire comme celle de Chrysis et Bogart. La femme et la romantique que je suis ne peut qu'être touchée par une belle histoire. A tous les romantiques, Chrysis est un roman fait pour vous, alors pourquoi s'en priver :).

Lien : http://livreetcompagnie.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
fabienne2909
  07 septembre 2014
Jim Fergus a écrit « Souvenir de l'amour/Chrysis » en hommage à sa compagne décédée, Mari Tudisco, qui avait eu un coup de coeur pour « Orgie », une oeuvre d'une peintre française, Chrysis Jungbluth, lors d'une ballade qu'ils avaient fait tous les deux à Nice et que le romancier lui a offert. le roman raconte ainsi la biographie imaginée de Chrysis Jungbluth et la traversée artistique qui la mena à peindre « Orgie ».
« Souvenir de l'amour/Chrysis » (« Souvenir de l'amour », titre qui a été donné lors du passage en édition poche de « Chrysis », car cette édition a été revue et augmentée par l'auteur) a été présenté comme un roman d'amour passionnant dans le Paris des années folles, la vie d'une artiste rebelle, hors normes, qui tente de mener sa vie de femme libre et de s'extraire de sa condition bourgeoise par l'art.
Forte des critiques dithyrambiques que j'ai lues au sujet de cet ouvrage, je me suis jetée dessus quand je l'ai vu sur les présentoirs de la Fnac. Hé bien, j'ai été déçue. Si Jim Fergus a une affection évidente pour Chrysis Jungbluth, qui avait l'air d'être quelqu'un d'éminemment sympathique et intéressant (il a au moins réussi à rendre ce personnage très vivant), j'ai trouvé ce roman… affreusement mièvre. « Ceux qui voyaient passer le jeune couple reconnaissaient sur leur visage le rayonnement de la passion consommée et tous souriaient d'un air entendu, heureux d'être ainsi témoins des traces laissées par leur acte d'amour » (ça me semble un peu suspect au tout début des années 20. Après, pourquoi pas ?) ; ou : « Ils se serrèrent très fort l'un contre l'autre et ils eurent tous deux le sentiment d'avoir retrouvé leur place dans les bras l'un de l'autre, le havre réconfortant de leur intimité »…
En outre, si l'on apprend quelques données sur l'art, et l'apprentissage de la peinture dans un atelier, je reproche un peu à Jim Fergus d'avoir fait du placement de noms célèbres un peu facilement (bien sûr, Chrysis rencontre pas mal d'artistes célèbres), ce qui permet de faire « couleur locale. Et voilà ce qui m'a gênée dans ma lecture : le roman s'efforce pendant toute sa durée de faire « vrai », mais le résultat est un Paris en papier mâché vu par un étranger, qui reste un peu loin de son sujet.
Pourtant, « Souvenir de l'amour/Chrysis » n'est pas raté : même si je suis restée en dehors de l'ouvrage et agacée par certains des défauts que je lui ai trouvés, je n'en ai pas moins été émue par cette histoire d'amour impossible ainsi que par celle qui lui a fourni un cadre et donné naissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Les critiques presse (3)
Lexpress   31 mai 2013
Nul doute, le généreux Jim Fergus sait ausculter l'âme féminine. Une empathie qu'il prouve de livre en livre.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   30 mai 2013
Du tableau d'une parfaite inconnue Jim Fergus a tiré un roman d'amour ancré dans un Paris de bohème que d'autres Américains ont célébré avant lui, et non sans éclat.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LesEchos   14 mai 2013
Une histoire romantique, tendre et cruelle. Comme la vie.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   19 juillet 2017
C'est que la sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel. Ceux qui n'ont pas senti jusqu'à leur limite, soit pour les aimer, soit pour les maudire, les exigences de la chair, sont par là même incapables de comprendre toute étendue des exigences de l'esprit. (...)

Pierre Louÿs (Aphrodite : Mouers antiques)
Commenter  J’apprécie          261
soltansoltan   08 juin 2013
" C'était un beau et grand jeune homme, qui portait un vieux chapeau taché et ces jambières en cuir que les cow-boys américains portent par-dessus leur pantalon, des "chaps", comme on les appelle. Et bien sûr, il était chaussé de bottes de cow-boy. Il avait un six-coups autour de sa taille, un Colt .45, appris-je par la suite. Je m'approchai, ayant sorti mon arme par précaution, parce que nous ne pouvions pas savoir qui il était, ni quelle était sa mission ; il était peut-être un cheval de Troie.
" Identifiez-vous ! "demandai-je.
Le cow-boy me salua et dit, dans un français rudimentaire : "Vous n'aurez pas besoin de votre arme, monsieur. Je suis le légionnaire 2e classe Lambert [...]
- Si vous êtes vraiment un légionnaire, alors pourquoi ne portez-vous pas d'uniforme, soldat ? demandai-je.
- Par autorisation spéciale du colonel, monsieur. Pour pouvoir délivrer ce message aussi rapidement que possible, j'ai traversé nos lignes et je suis passé par le territoire tenu par l'ennemi. J'ai suggéré au colonel : les Boches seront peut-être embrouillés et même un peu effrayés, s'ils voient un cow-boy galoper derrière leurs lignes. "
Ma chère fille, lorsque l'on est dans les tranchées, sur le front, dit le colonel, sous le feu des mitrailleuses et de l'artillerie lourde, avec des hommes qui meurent tout autour, tu ne peux pas savoir comme il est rare d'avoir l'occasion de rire. Mais lorsque le jeune homme prononça ces paroles, avec une naïveté désarmante, je m'esclaffai [...] "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oranoran   09 août 2017

1917 – Après la désastreuse offensive du général Nivelle sur le Chemin des Dames
Certaines de nos troupes se mutinaient déjà, lâchaient leurs armes et s’enfuyaient dans les collines pour sauver leur peau. Avant que cette campagne mal avisée soit enfin arrêtée, trois jours plus tard, de nombreux soldats désertaient. Les tribunaux militaires n’hésitèrent pas à prononcer plus de quatre cents condamnations à mort pour désertion, même si, ensuite, le général Pétain a fait en sorte que les exécutions soient bien moins nombreuses. Les Allemands ont tué nos soldats, mais nous en avons tué aussi. Telle est la folie, le caractère barbare de la guerre, (…) Nous avons tué nos propres enfants, simplement parce qu’ils avaient peur de mourir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
melinapmelinap   13 août 2013
Gabrielle se rendit compte alors qu'elle avait jusque- là vécu avec deux personnalités distinctes et qu'elle avait toujours eu la capacité de faire taire sa vraie nature, de contrôler ses élans secrets. Elle était, d'un côté, une jeune fille bien élevée, la fille docile d'une famille de militaires de haut rang, une élève assidue de l'atelier d'un peintre classique de renom. De l'autre, elle était une fille forte, décidée, qui savait ce qu'elle voulait, dotée d'un sens artistique, qui se rebellait contre son éducation et son milieu privilégié, les prétentions et conventions de sa classe sociale, et les normes d'une société dominée par les hommes où les femmes étaient maintenues dans un état de soumission. Même quand elle était petite fille, elle avait toujours nourri une vague envie d'explorer un aspect plus caché, plus mystérieux de la vie, dont jusqu'à ce soir- là, elle connaissait à peine l'existence, sauf dans les rêves nocturnes défendus produits par son imagination
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RhlRhl   29 octobre 2014
Ces deux dernières années, il avait écrit de nombreuses lettres à sa famille, mais de plus en plus, à mesure que la guerre se prolongeait et que les destructions s'étendaient, les mots commençaient à lui manquer. Il avait fini par en conclure que les combats ne pouvaient être évoqués par de simples vocables, que la guerre pouvait seulement être décrite par le grondement assourdissant des obus qu'on largue, le vrombissement de l'artillerie qui approche, le fracas des explosions et le crépitement des tirs de mitrailleuses, accompagnés du refrain incessant qui rythmait ces sons élémentaires du carnage, les hurlements des soldats blessés ou à l'agonie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Jim Fergus (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Fergus
Interview de Jim Fergus à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com, le 26 septembre 2016 pour son roman La vengeance des mères, publié au Cherche Midi. .
La page du livre La vengeance des mères : http://www.babelio.com/livres/Fergus-La-Vengeance-des-meres/862325
Découvrez le compte-rendu de la rencontre avec les lecteurs de Babelio : https://babelio.wordpress.com/2016/09/29/quand-babelio-rencontre-jim-fergus/
autres livres classés : années follesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre