AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229031689X
Éditeur : J'ai Lu (07/01/2002)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 13 notes)
Résumé :
C’est à Snowdrift, village perdu des immensités glacées du Grand Nord canadien, que Max, héros de la Royal Air Force, et Rosa, jeune femme d’origine indienne, abritent leurs amours. Au cœur de cette nature âpre et sauvage, Max reprend peu à peu goût à la vie et oublie les horreurs de la guerre. Mais le destin frappe à nouveau. La mort tragique de Rosa pousse Max à l’exil. Il retourne en France, où son neveu Bruno vient de fuguer. Dès lors, Max consacrera toute son é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
le_Bison
  23 novembre 2015
Snowdrift, un village indien perdu au sein des immensités glacées du Nord canadien. A l'autre bout de la planète, Grenoble et ses industries papetières. Max Gilles, la quarantaine n'est plus à sa place dans le giron familial et petit bourgeois de la ville du Grésivaudan. Ce héros de guerre que la R.A.F. a libéré, garde en lui les traces de sang de ce conflit. L'humeur n'est plus à la vie. Il a besoin de fuir. Sa vallée, sa famille, lui-même. Pour se reconstruire et c'est par conséquent à Snowdrift qu'il va poser son petit avion au coeur du vide enneigé parsemé par quelques cabanes de trappeurs, au milieu des indiens, des loups et des bisons.
Là, il découvrira l'amour. Celui qui se construit avec un grand A. Rosa cette indienne, si généreuse, si belle, si indépendante, si indienne. Elle lui apprendra à vivre et à jouir de cette liberté retrouvée. Et n'y-a-t-il pas plus belle liberté que de faire l'amour nu sur une peau de bison, dans le silence assourdissant du vide entouré de neige. Par -40°C, aller couper du bois, pisser contre un sapin, chasser des loups ou survoler un troupeau de bisons. Une nouvelle vie, un miracle de la nature, prend soin tous les jours de cet être si solitaire au début et qui s'ouvrira tant avec la découverte de l'amour, et de Rosa.
Mais comme je suis plus roman à eau-de-feu que roman à l'eau de rose, il faut un mais pour contrarier tant de bonheur. Faire l'amour sur une peau de bête, même de bison, ne suffit plus à nos deux héros. Et Rosa s'en va chasser, seule avec son frère dans un canoë de fortune. le blizzard, la neige, le vent, le froid, tabarnak, le temps nord-canadien. le drame, le deuil, la perte, la reconstruction. Rester sur ces terres sauvages ou retourner à Grenoble.
Combien d'années n'ai-je pas pris le temps d'ouvrir un vieux bouquin de Frison-Roche, presque un parchemin, les feuilles jaunies par le temps, les pages gondolées par la fonte des neiges, l'encre parfumée aux senteurs de milles plantes que les moines utilisent pour élaborer la Chartreuse ? En ai-je déjà ouvert un ? Certainement… Dans ma jeunesse, le bison du Grésivaudan que j'étais a du se « forcer » à ouvrir son premier de cordée ou d'autres épisodes d'alpinisme littéraire. Des années plus tard, je continue à goûter à la Chartreuse, je découvre la Mandrin, mais n'en oublie pas l'essentiel l'herbe à bison aromatisée à la vodka. Et pour causer essentiel, ce roman m'a enchanté, si bien que je n'en espérais pas autant avant de me laisser submerger par ses grands espaces, son histoire d'amour et ses histoires de solitudes.
« La Peau de Bison », du nature-writing bien avant l'heure qui donne envie de chausser ses raquettes et de crapahuter dans le froid tabarnakien juste pour pouvoir se réchauffer ensuite sur une peau de bison. Nu bien entendu.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
Medulla
  17 janvier 2018
Une lecture de jeunesse qui m'a profondément ému quand je l'ai dévoré et qui parle de l'âpreté de la vie dans le grand Nord, de la famille, du rapport hostile que la nature toute puissante peut entretenir avec l'humain.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   23 novembre 2015
Dans le ciel les étoiles brillaient comme par les nuits les plus froides, des traînées laiteuses se formaient en franges, en écharpes multicolores dispersés par les vents, premières esquisses des aurores boréales qui dans un mois seraient leur seule lumière dans la longue nuit polaire.

Un loup en chasse hurla quelque part derrière eux, et à son cri répondit le gémissement de la louve. Rosa sourit, cet hiver elle reviendrait les chasser lorsque leur fourrure devenue d’un beau gris et bien fournie prendrait toute sa valeur. Max aimait beaucoup les peaux de loup. Chez eux, il y en avait un peu partout et les reflets argentés se mariaient bien avec la peau sombre de bison jetée sur leur lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
le_Bisonle_Bison   18 novembre 2015
L’intérieur du bar était sombre, à peine éclairé par quelques lampes aux abat-jour foncés qui voilaient la moitié de la lumière. Il fallait quelques minutes pour que les yeux habitués à l’éblouissante lumière blanche du dehors se fassent à cette pénombre. Alors on découvrait une grande salle quadrangulaire, barrée dans le fond par un comptoir moderne clinquant de tous ses cuivres, et autour des tables une foule murmurante et bariolée de prospecteurs, de mineurs, d’Indiens, ingurgitant des quantités invraisemblables de bières. Et bien que certains eussent déjà sombré dans une ivresse caractérisée, le ton des voix ne montait pas. Les propos, qu’on échangeait comme des secrets, passaient de table en table, ricochaient, revenaient : gaudrioles, histoires de forage, drills, et toujours l’inévitable retour au grand rêve ! Chacun connaissait un coin secret de la forêt, qui contenait de l’or, il avait déposé un claim, mais chut… chacun savait bien que l’autre mentait, mais cela faisait partie du jeu. La vérité était que tous ces gens étaient venus ici chercher fortune, se ruinaient en recherches et en matériel, et puis échouaient comme ouvriers aux mines d’or de la grande compagnie dont l’exploitation était déjà déficitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
le_Bisonle_Bison   31 octobre 2015
- S'il y a des torts, Father, ils ne peuvent venir que de moi, car du côté de Grenoble on a tout fait pour me garder. Et maintenant, encore sans doute, on m'accueillerait avec joie... Mais si j'ai rompu les ponts, si j'ai peu écrit, une fois ou deux l'an pour de brèves nouvelles, c'est parce que la guerre a fait de moi un homme inadapté, inutile aux miens, peut-être plus, nuisible dans la mesure où je refusais leur mode de vie, faite de labeur et d'austérité, au milieu des richesses acquises grâce à ces qualités des gens du Dauphiné...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
le_Bisonle_Bison   05 janvier 2016
Quand elle pénétra dans le cercle de lumière et s’offrit ainsi à lui dans toute sa beauté primitive, il se dressa sur le sac de couchage et la regarda avec une telle intensité qu’elle se figea sur place.
Elle se savait belle, mais ce soir-là elle sut qu’elle ne le serait plus jamais que pour un seul homme.
Commenter  J’apprécie          211
le_Bisonle_Bison   29 novembre 2015
L’aube glaciale réveilla Rosa. Instinctivement elle tendit le bras, chercha Max. Son rêve avait été si violent qu’il lui semblait que leur longue nuit d’amour s’était prolongée sans interruption jusqu’à cet instant précis. Et brusquement elle passa du rêve à la réalité. Ce n’était pas Max qui dormait à son côté, mais son jeune frère Mick, roulé en boule comme un jeune loup qui aurait passé la nuit à chasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Lire un extrait
Video de Roger Frison-Roche (9) Voir plusAjouter une vidéo

Le petit lapon illustré
Interviews croisées de Roger FRISON ROCHE, écrivain et explorateur, de ses cousins monsieur et madame Bouchage (?), qui font partie des derniers agriculteurs montagnards, de leur fils, Roger, devenu moniteur de ski à la station de Courchevel. Ils évoquent, chacun dans leur univers, leur vie quotidienne et leur amour de la Montagne, ils saluent la réussite et les voyages du cousin, avec...
autres livres classés : grands espacesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1160 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre