AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266286688
192 pages
Pocket (22/11/2018)
3.79/5   178 notes
Résumé :
La scène se passe dans un parc à Tokyo.

Deux amis conversent sur le sens de la vie et sur l’étonnante longévité des Japonais. Un mot est alors lancé : ikigai, qui signifie littéralement » la joie d’être toujours occupé « . D’après les Japonais, nous possédons tous un ikigai, une raison d’exister, qui nous pousse à nous lever chaque matin et à être acteurs de notre vie.

C’est ainsi que les deux amis, Héctor García et Francesc Miralles, ... >Voir plus
Que lire après IkigaiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 178 notes
Je continue ma découverte des ouvrages de développement personnel, persuadée que je finirai bien par trouver ce fichu déclic qui fera de moi une personne heureuse et épanouie, confiante et bienveillante envers moi et les autres, le secret du bonheur éternel et d'une vie fantastique… En attendant de trouver la recette miracle, j'ai l'impression de patauger un peu, mais je pense avoir fait des petits progrès, un peu de chemin sur la route de la zenitude – en revanche, la route de la confiance en soi, je la cherche encore, mon plan n'est pas très clair…

Quand on commence à s'intéresser au développement personnel, on découvre de nouveaux mots comme Ho'oponopono, Hygge, Lagom ou encore Ikigai. Et c'est cet Ikigai qui va nous intéresser aujourd'hui.

Selon Héctor Garcia et Francesc Miralles, les auteurs espagnols de Ikigai, le secret des Japonais pour une vie longue et heureuse, l'Ikigai est la réunion de iki («vie» ou «être en vie») et gai («ce qui vaut la peine et a de la valeur»), donc Ikigai pourrait se traduire par «ce pour quoi la vie mérite d'être vécue». D'après les Japonais, nous possédons tous un Ikigai, qui peut changer en cours de route. Personnellement, si on m'avait demandé à 6 ans ce pour quoi la vie méritait d'être vécue, j'aurais sûrement répondu : « manger du chocolat au riz soufflé, lire, jouer aux barbies, porter des vêtements trop jolis et qu'on me fasse plein de câlins ». Aujourd'hui aussi, sans doute – sauf pour les barbies – mais je sais aussi qu'on ne peut pas vivre uniquement de chocolat au riz soufflé et de vêtements trop jolis, ou du moins qu'il faut trouver de quoi pouvoir acheter tout ça.

Pour trouver son Ikigai, il faut se poser devant une feuille avec un crayon et reproduire un schéma.

C'est là que pour moi, ça se corse. Si je sais ce pourquoi je suis payée aujourd'hui, si je sais ce que j'aime, je n'ai aucune idée de ce dont le monde a besoin et surtout ce pour quoi je suis douée. Donc, je me suis retrouvée avec un schéma incomplet et un sentiment d'échec. Ce qui ne semblait pas être le but.

Dans Ikigai, le secret des Japonais pour une vie longue et heureuse, les deux auteurs se sont interrogés sur les secrets de la longévité des Japonais. Ils ont rencontré des anciens et en ont tiré quelques pistes – je ne vais pas tout vous dévoiler, je vous invite à lire ce livre si le sujet vous intéresse – qui sont tellement à mille lieux de ma propre vie, qu'en plus du sentiment d'échec de ne pas avoir trouvé ce fichi Ikigai, j'ai appris que j'allais crever si je ne changais pas tout de suite d'habitudes de vie. Bonjour l'angoisse.

Les centenaires japonais préconisent de ne faire qu'une seule chose à la fois, une action en pleine conscience après l'autre en somme, chose impossible dans mon boulot, même si j'essaie de ne pas me disperser et de noter les trucs à faire plus tard, quand j'aurais fini ce que je suis en train de faire. Ça commence donc assez mal, mon histoire. Et là, cerise sur le gâteau, je découvre que le stress est un facteur de vieillissement prématuré. Moi, la boule de stress ambulante ! Alors je découvre que non seulement je risque de ne pas finir centenaire, mais aussi de mourir plus tôt que prévu. Et ridée en plus ! Essayez de ne pas avoir une montée d'angoisse à ce moment-là… Je n'ai donc plus qu'à me tartiner de crèmes antirides surpuissantes et à me remettre sérieusement au yoga et à la respiration abdominale pour ne pas précipiter ma fin. En revanche, je ne sais pas si au boulot, ils seront OK pour que je ne fasse qu'une chose après l'autre… On en reparle.

Blague à part, Ikigai, le secret des Japonais pour une vie longue et heureuse est un ouvrage très intéressant et bien fichu qui vous apprendra tout sur l'Ikigai et vous permettra – peut-être – de trouver le vôtre. Et les témoignages des centenaires font tout de même réfléchir sur ce que l'on fait de nos vies, ce que l'on peut améliorer pour être plus apaisé. En revanche, bon, si comme moi, vous ne trouvez pas votre Ikigai et que vous n'appliquez pas non plus les dix règles pour devenir un « supercentenaire », ne déprimez pas trop. Et achetez-vous une crème antirides. Et trouvez comment avoir confiance en vous. Et cherchez à nouveau votre Ikigai.
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
Commenter  J’apprécie          162
Tout ce qui touche de près ou de loin au Japon m'intéresse. En effet, les Japonais développent des concepts autour de la vie, de la spiritualité et de la nourriture, qui sont très loin de notre conception occidentale. Aussi, lorsque les auteurs (qui ne sont pas Japonais) se sont rendus au Japon afin d'interviewer les centenaires d'Okinawa (le plus fort pourcentage de centenaires au monde) afin d'étudier leurs habitudes, leur régime alimentaire, leur état d'esprit, je me suis dit que leurs conclusions seraient très instructives. Et leur rapport est sans appel : les Okinawaïens font de tout, mais avec parcimonie. Ils continuent à s'occupent de leur jardin même dans leur grand âge. Ils mangent mais qu'aux 2/3 de leur appétit. Et par dessus tout, ils ont un ikigai (littéralement, "joie d'être toujours occupé") qui est un but en soi. Ils ne s'agit pas de se surmener, mais de toujours accomplir des petites choses.

Cette approche de la vie m'a beaucoup inspirée. Beaucoup de choses sont abordées mais je retiens notamment deux choses : il n'est pas nécessaire d'être multitâche et de s'épuiser dans un boulot arbitraire. Au contraire, il faut toujours chercher un sens à ses actions et toujours être dans la pleine conscience de ce qui est accompli. Les habitants de l'île ont certes une longévité exceptionnelle mais ils vieillissent également avec l'un des plus faibles taux de maladie. Il y a sans doute moins de pollution et les repas sont riches en légumes, mais le secret est ailleurs. C'est toute une philosophie qui est à l'usage et qu'est-ce que c'est inspirant !

Alors, je ne pense pas devenir centenaire (et n'en ai pas l'ambition) mais ce petit ouvrage tape en plein dans le développement personnel. La question de la réalisation de soi est bien présente et elle donne énormément à réfléchir. Les Japonais ont décidément beaucoup à nous apprendre !
Commenter  J’apprécie          90
[lu en anglais]

Après avoir lu pas mal de critiques mitigées sur le livre Ikigai d'Hector Garcia et de Francesc Miralles, j'avais vraiment envie de m'attaquer à cette lecture. C'est maintenant chose faite, et… quel plaisir! Ikigai est une lecture non romancée (enfin un peu quand même). C'est un livre qui se lit facilement, et qui est facile d'approche, même si le lecteur n'est pas familier avec le sujet ou les traditions japonaises.
En effet, c'est un voyage, presque initiatique, que l'on suit à travers les deux auteurs espagnols. Passionnés par une approche bouddhiste du monde, ils nous donnent à réfléchir comment concevoir une vie meilleure, et non pas « juste » une vie plus longue. On y apprend les bases des « Zones Bleues », ces fameux endroits où la population humaine y est la plus âgée, mais toujours en bonne santé et le plus indépendante possible. Garcia et Miralles choisissent de se focaliser sur la ville d'Ogimi, dans l'archipel d'Okinawa au Japon, surnommé le « Village de la Longévité ». Là, ils y interviewent plusieurs centaines de personnes entre les âges de 87 à 110 ans, et récoltent leurs conseils pour mener une vie meilleure, en contradiction quasi-complète avec notre société capitaliste Occidentale.
Le livre nous donne de nombreux conseils sur comment mieux s'alimenter, mieux bouger peu importe notre âge, et surtout comment modifier notre façon de penser au jour le jour pour devenir plus positifs dans une société aliénante.
Vous l'aurez compris, Ikigai n'est pas seulement un livre sur « comment trouver votre Ikigai », mais aussi comment modifier simplement ou grandement votre vie pour la rendre un peu meilleure.
Commenter  J’apprécie          50
Ikigai” est un vrai bonheur à lire !
Il s'agit-là d'un petit guide du bien-être, de la joie, de la possibilité de se sentir léger. Tour à tour peuplé de conseils, de témoignages et d'études, on apprend, on découvre et l'on retrouve un ensemble de connaissances qui font du bien. Cet ouvrage apporte réellement une solution à portée de main. le grand plus : les auteurs ne tombent à aucun moment dans la psychologie de comptoir ou dans la leçon de morale.
Ce livre est empli de bienveillance et de simplicité.
À lire et à offrir !
Commenter  J’apprécie          100
Il est mon premier livre du genre "développement personnel" et "méditation".
Ainsi, si je l'ai choisi c'est par pure curiosité. Donc d'une part, le genre est une découverte, mais le thème japonais me reste familier.

Le résumé nous informe que le livre est "à mi-chemin entre le guide et le témoignage". Mais j'ai plutôt ressenti que l'auteur présentait les bases du bien-être.
Il alterne entre Occident et Orient et la partie japonaise est le point de ralliement de toutes les idées.
Donc, je reste mitigée malgré le fait que je ne savais pas quelle surprise me réserverait le livre.

Ainsi, il ne nous donne pas le secret des japonais pour une vie longue et heureuse, mais plutôt un aperçu de différentes pratiques pour mieux vivre.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Quand un collègue lui demanda de définir son école en une seule phrase, Franki répondit : "Eh bien, dans la logothérapie; le patient reste assis, bien droit, mais il doit écouter des choses qui sont parfois très désagréables à entendre". Ce même collègue lui avait défini la psychanalyse de la sorte : "Dans la psychanalyse, le patient s'allonge sur un divan et vous dit des choses qui sont parfois très désagréables à dire".
Franki explique que l'une des premières questions qu'il posait à vos patients était : "Pourquoi ne vous suicidez-pas ?" Et généralement, les patients trouvaient de bonnes raisons de ne pas le faire et de continuer à vivre. Que fait alors la logothérapie ?
Car la réponse est claire : trouver des raisons de vivre.
La logothérapie pousse le patient à découvrir consciemment le sens de sa vie afin d'affronter sa névrose. Ainsi, la lutte personnelle pour atteindre son but le motivera pour continuer et pour dépasser les attaches mentales du passé, esquivant les obstacles qu'il trouvera sur son chemin.
Commenter  J’apprécie          20
P 119 : Parler chaque jour avec les gens qu'on aime, c'est le secret d'une longue vie.

P 168 : La résilience (capacité à affronter les épreuves) se concentre sur les éléments sur lesquels elle exerce un contrôle sans se soucier des choses que ne dépendent pas d'elle.

P 169 : Stoïcisme et Bouddhisme, très différentes, ces 2philosophies ont toutefois pour objectif commun de diminuer notre ego et de parer les émotions négatives.

P 172 : Maintenant et impermanence des choses : Nous ne devons pas nous soucier du passé ou de l'avenir, mais apprécier les choses telles qu'elles sont en ce moment, dans le Maintenant.

P 173 : Le Wabi-sabi et Ichi-go ichi-e : Seul ce qui est imparfait, éphémère et incomplet, possède une beauté réelle, car il est alors tel que la nature.
Ce moment n'existe pas maintenant et ne reviendra pas. Il faut profiter du moment unique sans s’inquiéter du passé ou de l'avenir.

P 177 : Dans les relations amoureuses, certaines personnes se concentrent sur leur partenaire et en font leur monde; dans ce cas, si la relation se brise, elles perdent tout, tandis que si elles ont cultivé de solides amitiés et une vie riche, il leur sera plus facile d'aller de l'avant après la rupture. Elle seront Antigragiles.
Commenter  J’apprécie          00
En japonais, il n'existe pas de terme signifiant prendre sa retraite avec le sens exact que nous lui attribuons en Occident.
Selon Jan Buettner, journaliste au National Geographic qui connaît bien le pays nippon, "avoir un but vital est si important dans cette culture que les japonais ne connaissent pas notre concept de retraite".
Commenter  J’apprécie          90
Il existe une tendance à s'accrocher aux habitudes, et la seule façon de s'en sortir est de confronter le cerveau à de l'information nouvelle. Ainsi le cerveau crée des connexions nouvelles et se ressource. Il est important de s'exposer au changement, même si le niveau d'angoisse augmente quand on sort de sa zone de confort.
Commenter  J’apprécie          60
Le "flow" est l'état dans lequel sont plongées les personnes qui sont absorbées par une activité qui seule semble importer, et qui ignorent totalement leur environnement en appréciant la tâche à accomplir et tout en éprouvant du plaisir en le faisant.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (550) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1856 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..