AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226229809
Éditeur : Albin Michel (31/08/2011)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.77/5 (sur 230 notes)
Résumé :
Est-ce parce qu'elle attend un enfant que Kimberly Quincy, agent du FBI, se sent particulièrement concernée par le récit incroyable et terrifiant d'une prostituée enceinte? Depuis quelque temps, elles sont plusieurs à avoir disparu d'Atlanta sans explication, comme évaporées, et Kimberly est bien la seule à s'en préoccuper. Un serial killer s'attaquerait-il à ces filles vulnérables? Aurait-il trouvé la clé du meurtre parfait ou s'agit-il de crimes imaginaires? Sans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  12 août 2015
Premier chapitre, c'est classique, on présente deux personnages : Ginny et Tommy Marc Evans. Ils sont dans une voiture, il fait nuit, ils passent ensemble « un bon moment », le garçon remet sa chevalière à Ginny, Puis ils se séparent, Ginny ayant dépassé l'heure du couvre-feu, trouve la porte fermée chez sa mère, et l'auteur laisse supposer qu'après être montée dans un 4X4 avec un homme, on ne la verra plus. ..
Puis on fait connaissance de Kimberley Quincy, membre du FBI, enceinte, appelée par une prostituée séjournant dans un poste de police et qui semble chercher une protection policière suite à la disparition de son amie. Elle donne alors le nom de Dinechara (anagramme d'Arachnide) qu'elle décrit comme un individu dangereux.
On fait aussi connaissance d'un énigmatique jeune garçon, qui vit avec l'homme aux araignées, de Rita, une très vieille femme, qui accueille de temps à autres, ce jeune garçon affamé, ne sachant d'où il vient…
Puis survient l'homme aux araignées, invincible, insensible…
J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce roman, refusant de me laisser porter par les informations sur les personnages qui évoluent en construisant l'histoire peu à peu, je me posais un tas de questions :
Qui est cet enfant, que fait-il chez l'homme aux araignées ? Quel est le rôle de Rita ? Et cette prostituée qui se confie à la police avec un comportement très ambigu : est-elle avec le FBI, ou le piège-t-elle ?
La découverte de chacun de ces acteurs est très progressive, je pense que c'est ce qui accroche le lecteur, d'autant plus progressive que les personnages entrent en scène chacun leur tour : Kimberley , l'homme aux araignées, l'enfant, Rita , et à nouveau Kimberley … Ce qui en fait un récit à plusieurs voix et du point de vue de chaque protagoniste. un chapitre sur l'homme aux araignées fournit des demi - réponses sur les questions que se pose le FBI, mais une part de mystère subsiste, ce qui place le lecteur en éveil constant et qui l'amène à se poser les mêmes questions que la police et donc à aller au bout de cette enquête. Il faut bien lire chaque chapitre qui donne des informations pour décrypter de quel personnage on parle, surtout vers la fin, mais je ne vous en dis pas plus au risque de dévoiler la situation finale.
Ce côté « découverte progressive » met le lecteur en haleine du début à la fin.
J'ajouterai que si ce Thriller est effroyable pour les âmes sensibles, (arachnophobes s'abstenir) c'est peut-être autant par le côté psychologique que par les scènes violentes qui surviennent dans le récit. Si je voulais résumer, je dirais que ce roman expose comment un individu peut détruire un autre individu tant physiquement que moralement par ses paroles, par ses actes. Un thriller très dur certes, mais que je conseille !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
cannibalector
  03 juin 2015
Un jeune ado nous raconte comment il a été kidnappé et séquestré par un homme qu'il surnomme le "burgerman". Ce pédophile le viole et le violente régulierement; il a brisé chez l'enfant toute velleité et le fait notamment tourné dans du porno. Cet homme a une autre passion: les araignés et spécialement les plus dangereuses qu'il éléve dans des terrariums
Un flic de la police de Georgie recoit des permis de conduire correspondant à des jeunes femmes disparues
Une prostituée demande à voir l'agent spécial du FBI Kimberly, enceinte de cinq mois, car plusieurs " filles" du quartier où elle tapine se sontévaporées
L'intrigue est complexe, sinueuse, beaucoup de méandres où je me suis souvent perdu. Entre la pédophilie , le porno hard, et les araignés, l'ambiance est particulièrement glauque.
Le dénouement final est prévisible mais assez spectaculaire pour laisser le lecteur sur une note positive
Comme dans certains films, c'est un second rôle qui donne du relief au roman: une petite histoire dans l'histoire: Rita, nonagénaire, vit avec ses fantomes, notamment son frère, mort pendant la seconde guerre mondiale, elle doit vivre avec 152§ par mois. Habituée au pain de la veille et aux fruits pourris, elle s'en sort grâce à l'épicier qui complete son cabas de bonnes denrées.Elle ne dit jamais merci, un sourire suffit.
Rita se met à recevoir la visite d'un enfant rachitique: une complicité va naitre entre eux. La bonté et la force de caractère de cette vieille dame sera t' elle suufisante pour combattre le mal?.
c'est là que le talent de Lisa Gardner est manifeste: pataugeant dans la fange depuis 300 pages, elle nous attendrit et apporte de l'espoir à cette sombre histoire.
Pas le meilleur de l'auteur mais tout de même un bon thriller
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ValerieLacaille
  15 juin 2019
Bienvenue dans l'univers du « Burgerman », légende américaine qui enlève les petits garçons méchants durant la nuit…
Ici le Burgerman est bien réel. Il se fait appeler Dinechara (anagramme d'arachnide), enlève les petits garçons pour les violer, les faire tourner dans des vidéos pornographiques, les battre, les torturer et les tuer. Programme terrifiant. Homme monstrueux. de temps en temps, c'est une prostituée qui se retrouve entre ses pattes et pour celle-ci, même programme. Ajoutez à ce portrait une passion pour les araignées, particulièrement les mygales de 30 cm de diamètre ou les araignées violonistes, dont la morsure est horriblement douloureuse, et vous avez le profil d'un tueur en série effrayant.
C'est sur la piste de ce criminel odieux que nous suivons l'agent du F.B.I. Kimberly Quincy. le fait qu'elle soit enceinte la rend particulièrement sensible à toute cette sombre histoire. Mais elle a la chance d'avoir autour d'elle une équipe de choc, mais dont certains membres ne s'en sortiront pas sans conséquences…

J'ai aimé la façon dont se déroule l'intrigue : on avance dans l'enquête en même temps que l'agent Quincy, tout en faisant quelques écarts dans la maison de l'horreur, celle de Dinechara.
Cette histoire est abominable, évidemment, encore plus quand on lit dans les pages de remerciements qu'elle est inspirée de faits réels. Preuve, s'il en est, que l'on vit dans une société où se vérifie cette citation du roman : « Au fond, même les braves gens font vraiment de très vilaines choses s'ils croient que tout le monde s'en fiche. La banalité du mal. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
seshat123
  05 juillet 2019
Une courte chronique pour un excellent thriller.
Je commence avec une mise en garde. Ce roman n'est pas pour tout le monde, il est violent, avec des scènes impliquant des enfants, et si vous êtes arachnophobe, sachez que des passages entiers traitent de ce sujet.
"Derniers adieux" est un des thrillers dont la Youtubeuse Séverine Lenté parle souvent, cela faisait donc longtemps que j'avais envie de le découvrir. Bonne pioche !! J'ai beaucoup aimé, un 5/5, je crois que je me souviendrai longtemps du Burgerman 😱.
Exactement le genre de thriller auquel j'aime revenir, un serial killer "The Burgerman" bien vicieux, une équipe du FBI sur les dents et un modus operandi qui fait froid dans le dos (c'est là, vous l'aviez deviné, que les charmantes araignées entrent en scène). Une trame basique mais efficace.
Le roman ne manque ni de suspense ni d'action ; l'intrigue et les personnages sont bien construits ; il est vrai que les digressions sur la vie perso de Kimberly (sa grossesse, sa vie de couple) sont un peu superflues mais ça ne m'a pas plus dérangée que ça. le livre se lit d'une traite, la plume est fluide et immersive...
La victimologie est à l'honneur, le Burgerman s'attaque à des prostituées mais aussi à de jeunes gamins dont nous suivons le cheminement, d'ailleurs cela m'a fait penser à ces mômes qui doivent rentrer de l'E.I. et au débat que cela suscite en ce moment en France. Désolée je m'égare.
Par contre, je ne sais pas si, comme Séverine Lenté, je le mettrais dans mon top 10. 🤔 à voir avec le temps, l'empreinte qu' il va laisser...
PS : j'ai adoré les passages avec les araignées, j'aime bien ces petites bêtes 🕷🕷🕷🕷
RePS : encore merci pour cette découverte Séverine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
Ellane92
  16 novembre 2013
Kimberly est agent du FBI. Enceinte de 5 mois, son couple bat de l'aile depuis quelques temps. Une nuit, elle reçoit l'appel d'un agent du GBI, au sujet d'une prostituée, Delhila Rose, qui serait soi-disant l'informatrice de Kimberly. Delilha, qu'elle ne connait pas, lui parle de son inquiétude suite à la disparition de jeunes prostituées. Elle lui explique que la dernière fois qu'elle a vu l'une de ces filles disparues, celle-ci montait dans le 4*4 d'un type pas très clair, Dinachera, qui est également un de ses clients. Ce type paie bien les filles, car il leur demande de laisser des mygales parcourir leur corps. S'il est difficile d'ouvrir une enquête officielle avec si peu d'éléments, Kimberly et Sal, l'agent du GBI, recherchent des indices indiquant qu'il y a bien quelque chose de louche dans cette histoire de disparitions de prostituées. C'est alors que Kimberly reçoit un appel nocturne anonyme, où on lui fait écouter l'enregistrement d'une femme torturée jusqu'à ce qu'elle donne le nom d'une personne qu'elle aime pour être tuée à son tour. Elle hurle alors le nom de sa fille, qui fait partie des disparues citées par Delilha, puis est tuée sans autre forme de procès.
J'ai bien aimé ce thriller psychologique, je n'ai eu aucun mal à entrer dans l'histoire. L'intrigue est bien ficelée, l'ambiance du FBI et les techniques policières décrites vraisemblables. L'auteure arrive à instaurer dès le départ une atmosphère tendue, angoissante. La psychologie des personnages sonne juste, les dialogues également. La tension est intense, violente. On suit avec intérêt l'histoire de Kimberly, entrecoupée de quelques chapitres qui racontent l'histoire d'un jeune garçon kidnappé par le « burgerman » (qui kidnappe les petits enfants pour en faire du steak à hamburger), et de Rita, une vieille femme de 90 ans qui habite dans la montagne. J'ai également apprécié la façon dont l'auteure raconte « la naissance d'un monstre », les relations entre victimes et bourreaux, comment les victimes deviennent bourreau, et inversement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
claudine42claudine42   17 décembre 2014
Celle qui fut ma mère à une époque attendait là où elle l'avait dit. Assise à une petite table en fer forgé à la terrasse d'un café fréquenté.
Je l'observais depuis le trottoir d'en face, caché dans l'ombre d'un pas de porte. Je m'exhortais à y aller. Mais mes jambes refusaient encore de bouger. Planté là, je regardais, je sentais quelque chose de pesant et dur grandir dans ma poitrine.
La première fois que j'avais appelé, elle m'avait raccroché au nez.. La deuxième, elle m'avait accusé de lui jouer un tour cruel. Ensuite, elle avait fondu en larmes et ça m'avait bouleversé à tel point que je lui avait raccroché au nez .
La troisième fois, je m'étais mieux contrôlé. Je n'en avais pas fait des tonnes. Je détenais des informations sur son fils disparu. Je voulais la rencontrer. Je pensais pouvoir l'aider.
Je ne sais pas pourquoi j'ai présenté les choses comme ça. Pourquoi je n'ai pas tout simplement dit que j'étais son petit garçon. Que j'avais été enlevé dans mon lit alors que j'étais trop jeune pour me sauver moi-même. Qu'au cours des dix dernières années, j'avais survécu à des atrocités indescriptibles. Mais que j'avais grandi. Que le Burgerman (le pédophile) ne voulait plus de moi. Peut être que je pouvais rentrer à la maison. Peut être que je pouvais redevenir son petit garçon.
J'aurais voulu lui dire ça. J'aurais voulu voir le sourire dont je me souvenais, celui de mon sixième anniversaire, quand elle m'avait conduit au garage où trônait un vélo Huffy tout neuf surmonté d'un gros noeud rouge. J'aurais voulu la regarder rejeter ses longs cheveux bruns en arrière comme elle le faisait quand elle se penchait pour m'aider à faire mes devoirs. J'aurais voulu me blottir contre elle sue le canapé, la tête sur son épaule tandis que nous regardions K2000 à la télé. J'aurais voulu avoir de nouveau neuf ans. Mais ce n'était pas le cas.
J'ai surpris mon reflet dans la vitrine du magasin. Mes yeux enfoncés, mes joues creuses, mes cheveux hirsutes. J'avais l'air d'un voyou, le genre de gamin que les agents de sécurité ne lâchent pas d'une semelle dans les centres commerciaux, le genre avec qui les parents n'aiment pas que leur fils traîne. Je ne voyais pas l'empreinte des traits de ma mère sur les miens ; je voyais le Bugerman.
Sur le trottoir d'en face, ma mère s'agitait sans cesse, tournait et retournait une bague à sa main droite. Elle jetait sans arrêt des coups d'oeil par-dessus son épaule gauche comme pour guetter mon arrivée.
Et soudain, j'ai compris. Ce n'était pas moi qu'elle cherchait. Elle se concertait avec quelqu'un d'autre.
On ne peut jamais rentrer chez soi. Un garçon élévé par les loups n'aura un jour plus que du loup en lui.
Et l'amour d'une mère peut brûler.

J'ai été bouleversée par cette citation, c'est pourquoi j'ai voulu vous la faire partager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jadziajadzia   28 juillet 2014
Dans l’éventail des scènes de crimes, les accidents aériens sont particulièrement complexes.[…] En cette après-midi du troisième jour, l’équipe de Kimberly, chargée des constatations, avait enfin dépassé le stade du par-où-on-commence-bordel pour rejoindre tranquillement la phase du bien-bossé-suis-à-la-maison-demain-soir-pour-dîner.
Commenter  J’apprécie          100
evannaevanna   01 février 2016
- Je n'aime pas que nous nous disputions, dit-il sans transition.
- Moi non plus.
- Et je n'aime pas m'inquiéter pour toi. Ni me réveiller certains matins et m'apercevoir que nous allons devenir parents alors que nous n'avons même jamais eu de chiot. Comment savoir si on sera capables de nourrir cette bestiole, de lui donner son bain, de la maintenir en vie ? Tu sais ce que j'ai réalsé hier ?
Elle fit non de la tête.
- Nous n'avons pas de ficus. Kimberly, comment devenir de bons parents alors qu'aujourd'hui il n'y a même pas de place pour des plantes dans notre vie ?
- On ne donnera pas d'engrais au bébé, je suppose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lea25Lea25   11 août 2012
- Alors au début vous voyez, ce qu'il veut, c'est des trucs avec ses bestioles. Mais ensuite il ne veut pas simplement que ses araignées marchent sur votre bras. Il veut les voir marcher à d'autres endroits. Ça l'excite pas mal. Alors ensuite, il veut faire d'autres trucs et, ouais, peut-être que c'est un peu différent, et que ça ne branche pas toutes les filles, mais bon, d'un autre côté il paie pas mal.
- C'est quoi pas mal ?
- Cent pour une branlette, cent cinquante pour une pipe. Deux cents si on laisse l'araignée regarder.
-Regarder ?
- Depuis sa cage, évidemment. Parce qu'on ne peut pas laisser une mygale se promener en liberté sans surveillance. On risquerait de l'écraser.
- Tout juste ce que je craignais, murmura Kimberly.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jadziajadzia   13 août 2014
Et c’est là que j’ai pris conscience de ce que je n’entendais plus.
Les ronflements.
Je me retourné. Impossible de faire autrement. Alors même que j’étais devant la porte ouverte, si proche et pourtant si lointaine. Le dernier jouet de l’homme roulé en boule à mes pieds.
Le Burgerman se tenait derrière moi.
Il souriait dans le noir.
Et, grâce à se sourire, j’ai su ce qui allait arriver.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Lisa Gardner (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lisa Gardner
Extrait de "À même la peau" de Lisa Gardner lu par Colette Sodoyez. Editions Audiolib. Parution le 16 janvier 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/meme-la-peau-9782367628370
autres livres classés : araignéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La maison d'à côté" de Lisa Gardner.

Comment s'appelle le chat ?

Ree
Mr Smith
Warren

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : La maison d'à côté de Lisa GardnerCréer un quiz sur ce livre