AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848654997
160 pages
Éditeur : Sarbacane (11/01/2012)
4.12/5   33 notes
Résumé :
Une mère rend, pour la première fois, visite à sa fille, installée à Paris depuis des années. Elles sont coréennes. Pendant les quelques jours que la vieille femme passe avec sa fille, souvenirs et secrets de famille, enfouis au plus profond d’une culture coréenne du secret vont resurgir, et permettre de dénouer enfin les fils de leur relation.
Comme une renaissance.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 33 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Under_the_Moon
  05 février 2017
Nous sommes en 2010, c'est le printemps, Gusoon reçoit sa mère à Paris qui a fait le voyage depuis Séoul pour lui rendre visite. C'est l'occasion pour la jeune femme de se remémorer son enfance en Corée du Sud.
La vie traditionnelle dans une maison à la campagne d'abord, puis le déménagement à Séoul dans un appartement exigüe où tous les membres de la famille de sert. Puis la perte de biens et les aînés qui se voient contraints d'arrêter leurs études pour travailler et faire vivre la famille dont les revenus sont bien maigres.
Ce manwha est vraiment, pour moi, une fabuleuse découverte !
Ce livre est à la Corée du Sud ce que l'Iran est au Persépolis de Marjane Satrapi. En plus, le ton impétueux et révolté de Gusoon n'st pas sans rappeler celui de Marjane.
A mesure que la petite fille grandi, le lecteur assiste aux bouleversements structurels qui ont amené la Corée du Sud à entrer dans l'ère de la modernité.... et on en voit aussi le prix payé par les petite gens.
Le personnage met aussi en accusation le carcan que sont les obligations familiales et le fait que les règles et la place de la famille dans la société coréenne sont telles qu'elles ne profitent qu'aux hommes et sont mères de bien fâcheuses dérives...
Quant au graphismes ils rappellent les peintures traditionnelles à l'encre - comme on peut les voir en Chine ou en Corée. Ce graphisme aux effets apaisants est un vrai régal pour les yeux et permet d'apprécier l'équilibre entre tradition et modernité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Myriam3
  07 novembre 2017
La visite de sa mère à Paris, le désir d'avoir un enfant remettent Gusoon sur les traces de son enfance en Corée du Sud.
Années 70-80: la grande famille de Gusoon (7 frères et soeurs) décide de quitter leur petit coin de campagne où la petite fille vivait heureuse pour s'installer à Séoul, comme beaucoup de ruraux. Malgré les promesses d'un oncle peu scrupuleux, la ^pauvreté les gagne, les parents passent leur vie sur les marchés, en plein coeur du trafic, tandis que les trois derniers de la fratrie sont livrés à eux-mêmes. Gusoon est alors élevée - sévèrement - par sa grande soeur et entre dans une classe de 60 élèves (!!)
En grandissant, elle découvre aussi la cruauté tout autour d'elle, notamment quand pour les besoins des futurs jeux olympiques de 1988 la ville décide de se débarrasser des plus pauvres à coups de matraque et d'humiliations...
Heureusement, Gusoon est une fille à fort caractère qui se sortira de cette existence sordide pour vivre ses rêves.
C'est un point de vue juste et sans concession sur l'enfance, une dure critique aussi de la Corée par des dessins noirs et blancs stylisés, le tout à l'encre de chine. Un beau travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
dancingbrave
  11 avril 2019
Second Manhwa – forme coréenne du manga - qui passe entre mes mains suite à ma lecture de « de cases en cases » de LoÏc Gendry.(encore merci Babelio)
A travers l'histoire d'une gamine, Gusoon, qui doit suivre ses parents pauvres vers la promesse de la capitale, nous est contée la dure vie, pour les démunis, dans l'immense Séoul.
Gusoon va cheminer, louvoyer, grandir dans ces entrelacs âpres, violents, traumatisants en s'accompagnant du Pansori de son père, un chant traditionnel Coréen, comme l'ultime petite branche sur laquelle le simple contact du bout d'un doigt lui permet de retrouver son équilibre lorsqu'elle chancelle.

Des dessins en noir et blanc, souvent puérilement rudes, mais pouvant avoir la douceur d'une estampe à l'encre de chine délavée de toute dureté.
Commenter  J’apprécie          251
Sharon
  26 avril 2014
Ce livre est tout simplement magnifique !
L'histoire de Gusoon et de sa famille m'a beaucoup touchée. C'est au cours du premier voyage de sa mère en France, alors qu'elle-même ne parvient pas à avoir un enfant, qu'elle revient sur son enfance, et sur ce qui l'a poussée à quitter la Corée.
L'héroïne est née en 1971, ses parents avaient 50 et 42 ans quand elle est née. Son prénom signifie tout simplement son rang de naissance, très important en Corée - elle en voudra beaucoup à ses parents de lui avoir donné un prénom si banal. L'enfance, à Seochang-dong, près de Kwangju, fut pourtant heureuse, jusqu'au départ pour Séoul, la ville promise pour bien des provinciaux. Et c'est là que le lecteur occidental peut être surpris, pour ne pas dire choqué. Escroquée par son frère, la mère de Gusoom n'a jamais porté plainte contre lui, ne s'est jamais révolté, elle est même allée le voir quand il fut emprisonné pour ses escroqueries, mais elle a sacrifié ses propres enfants, qui durent arrêter leurs études parce qu'ils devaient subvenir à leurs besoins. Il faut dire que la mère de Gusoom a été elle-même sacrifiée pour ses frères, ne faisant pas d'études parce qu'elle est une fille - sur ce point, Asie et Europe se retrouvent. Gusoom nous présente ses trois oncles - pas un pour racheter l'autre, enfants gâtés devenus des adultes nombrilistes.
Ce qui m'a frappé aussi est la violence, même pas sous-jacente. Les professeurs battent les élèves. Les oncles battent comme plâtre leur nièce. La violence monte d'un cran quand elle devient officiel. Je pense aux marchants ambulants, dispersés par la police, ou au soulèvement de Gwangju (le massacre, devrai-je dire). Pas ou peu de révolte, une soumission au destin. le point de non-retour est atteint quand sa soeur Iseul est atteinte du diabète. Les conséquences de la maladie sur le corps et sur la vie d'Iseul sont rares en Occident, parce que les malades apprennent à vivre avec, non à faire comme si la maladie n'était pas là. La révolte de l'héroïne face à ses coups du sort sera son départ vers la France - et cet hommage aux siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lilou789
  09 septembre 2015
J'ai beaucoup apprécié découvrir cet album. le format est grand et agréable, permettant de profiter pleinement des belles illustrations. le style graphique est simple et dépaysant, grâce à son aspect "japonisant". Il permet par un jeu subtil de tendances caricaturales pour animer les personnages et traditionnelles à faire voyager le lecteur et à le toucher. le récit dévoile par bribes et anecdotes l'enfance de l'auteur, en faisant des allers-retours entre 2010 et ses années d'enfance.
Le ton employé est assez léger, malgré la gravité des faits racontés, et les épreuves vécues à la fois par la jeune fille et par sa famille. Malgré tout, le lecteur sent la grande combativité de Gusoon et admire sa capacité à faire face, et finalement à prendre du recul et mettre de la distance, pour mieux évoluer.
Si l'ensemble n'est pas très original, c'est pour moi un récit à découvrir, qui reste une lecture très agréable.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
BDSphere   07 mai 2012
Hommage au pays natal. C’est en réécoutant du Pansori, l’opéra traditionnel et populaire coréen à Paris, que l’artiste coréenne, Keum Suk Gendry-Kim voit rejaillir en elle son passé avec l’impérieuse nécessité de raconter son histoire, celle des siens. En s'inspirant de sa propre vie, elle décrit l’enfance et l’adolescence de Gusoon, née en 1971, benjamine d’une famille de neuf enfants dans un petit village du Sud de la Corée. Keum Suk rend ici un hommage douloureux à sa famille, à sa mère arnaquée par ses propres frères, à sa sœur, victime du diabète, au chant de son père. Avec pudeur, dans un graphisme emprunt des traditions coréennes, tout en aquarelle à l’encre de chine, elle offre un manhua touchant et dresse avec elle le portrait de toute une génération, de son histoire, de l’exode rural, de la guerre et des traditions perdues.

Le Chant de mon père, Keum uk Gendry-Kim, ed. Sarbacane, 160 pages, 19,50 euros

ISBN-13: 978-2848654997
Lire la critique sur le site : BDSphere
BDGest   23 janvier 2012
L'ensemble est savoureux, touchant et se lit avec beaucoup de plaisir. À découvrir !
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   12 janvier 2012
Un savoureux équilibre graphique est trouvé entre les personnages très mignons et les décors rappelant l’art traditionnel. Un choix graphique soutenu par l’absence de contour de case qui laisse respirer le dessin. Au final, une histoire personnelle toute en retenue, joliment dessinée, mais à laquelle il est parfois difficile de s’attacher.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   10 janvier 2012
C’est dans un ton étonnamment léger que la narratrice de cette autobiographie égrène ses souvenirs, bons ou mauvais. Avec fraîcheur, Gusoon remonte le fil de sa vie pour en livrer quelques bribes, parfois anecdotiques, parfois poignantes. L’apport esthétique des traits de pinceaux à l’encre de chine donne beaucoup de charme au récit, qui a défaut d’être très original, donne un éclairage sur les rapports sociaux dans une des économies montantes de la fin du vingtième siècle.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   05 février 2017
Pendant les cours, je passais mon temps à lire des romans en me cachant derrière les manuels scolaires. Je me débrouillais toujours pour m'asseoir au dernier rang. J'étais ainsi à peu près sûre que mes professeurs ne pourraient me surprendre.
Ils avaient de toute façon d'autres chats à fouetter : nous étions bien trop nombreuses par classe, plus de 60 pour qu'ils prêtent une attention particulière à l'une d'entre nous. Il fallait suivre, et tant pis pour celles qui se perdraient en chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
KmyeKmye   29 septembre 2017
Sooni était gentille, bien sûr, mais je m'ennuyais avec elle. Elle se plaignait tout le temps, et puis j'en avais plus qu'assez de ses histoires familiales qu'elle rabâchait en boucle. J'avais mes propres problèmes et c'était bien assez ! Chanok, elle, était pleine de vie, amusante, décalée, légère : tout ce que n'était pas Sooni.
Chanok était issue d'une famille aisée, branchée. On ouvrait le frigo, on prenait ce qu'on voulait, on fumait des cigarettes en toussant et en prenant des airs inspirés, la belle vie quoi !
Avec elle, je me sentais libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stayfunnystayfunny   27 mars 2014
En plus d'etre intraitable avec mon niveau scolaire, elle était aussi très à cheval sur l'éducation religieuse. Tous les dimanches j'étais obligée d'aller à l'église. A ses yeux, manquer la messe était encore plus grave que de ramener une mauvais note à la maison.
Commenter  J’apprécie          20
mustangomustango   30 mai 2013
J'avais alors 17 ans. La police accentua sa perssion sur la population, notamment la plus démunie. Il fallait montrer au monde entier une image propre et moderne de notre pays. Les marchands ambulants, dont faisaient partie mes parents, furent chassés sans ménagement du centre ville.
Commenter  J’apprécie          10
Under_the_MoonUnder_the_Moon   01 février 2017
Gusoon, c'est un peu comme Marie-Thérèse en français. Quand on a 70 ou 80 ans, ça passe... mais ce sont les 60 premières années qui sont difficiles à vivre.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Keum Suk Gendry-kim (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keum Suk Gendry-kim
Les grands écarts font les grandes histoires. En mai 2021, Futuropolis vous proposera le cinquième et dernier tome d'Urban, la saga de Luc Brunschwig & Roberto Ricci qui vous transpose dans un monde futuriste devenu un casino géant. Jubilatoire. Futuropolis aura le plaisir d'accueillir la plus grande autrice coréenne, Keum Suk Gendry-Kim, qui nous fera vivre l'attente d'une famille séparée par la guerre en Corée. Glaçant. Quant à Luc Bienvenu et Laurent Houssin, ils vous révéleront les secrets d'un jardin bio dans le Potager Rocambole. Réjouissant.
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1158 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre