AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2358871273
Éditeur : La manufacture de livres (02/05/2016)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
1985. Par un soir d'hiver, la femme de Serge Ourozewski, gynécologue réputé, meurt en couches. Rongé par la culpabilité, Ourozewski part s'isoler dans la forêt de Saoû avec son fils Rémi, âgé de huit ans. Dans ce monde clos, Ourozewski bascule dans la folie. 2014. Baptiste, un étudiant en médecine, participe à une épreuve d'Ultra-Trail dans le Vercors. Il termine deuxième derrière une mystérieuse jeune femme, Marion, qui disparaît sitôt la ligne d'arrivée franchie. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Antyryia
  25 juin 2018

Parfois, il n'y a rien à faire, on est en panne d'inspiration.
J'ignore quelle est la meilleure façon d'évoquer ma lecture de Cavalier seul, le roman de Fred et Nat Gevart.
Parfois les idées s'imposent et coulent de source, et parfois on se demande à l'inverse ce qu'on va bien pouvoir raconter.
Je vais sortir m'aérer un peu en espérant que les idées viennent progressivement.
Mais pas n'importe quelle sortie : Un petit footing. Ca fait trop longtemps que j'ai arrêté.
Je prépare mon parcours, j'enfile mes baskets, un t-shirt, un short, ma montre GPS / cardiofréquencemètre.
Je m'échauffe pendant quelques minutes, je m'étire, et je suis parti !
Je fais bien attention à en garder sous la semelle en commençant doucement.
Avant tout, il faudra que j'insiste sur le trail. Sport pratiqué par les deux auteurs, ils ont choisi de parler de leur passion par le biais d'un roman, avec une bonne dose de mystère en plus pour faire bonne mesure.
Dans mon esprit, un trail c'était une course à pieds particulièrement longue. Comme le Tor des géants, qui est d'ailleurs mentionné dans le livre. Il se déroule dans la vallée d'Aoste, en Italie, et sa distance est de ... 330 kilomètres.
Ca me donne envie de manger du jambon rien que d'en parler.
Avec vingt-cinq cols à franchir, les marathoniens peuvent aller se rhabiller et les coureurs du Tour de France mettre leur vélo au placard.
"Une succession de bosses. Des montées et des descentes sur des kilomètres."
La plupart des épreuves mentionnées dans le roman existent bel et bien. le Hardrock 100 est également un ultra-trail au Colorado, d'un peu plus de 160 km.
En France, il sera question du trail Edeweiss ( 54 kilomètres dans le bassin gapençais ) qui existe réellement, ainsi que du Trail for Die ( Die est une petite commune dans la Drôme ) qui à priori a été inventé pour les besoins de l'histoire, peut-être pour la consonnance macabre de son nom : 90 kilomètres dont cinq de dénivelé, que les premiers concurrents parcourent en une dizaine d'heures.
Je continue mon jogging, mes jambes commencent à devenir un peu lourdes mais j'arrive à maintenir mon allure, foulant l'herbe après le bitume, et continuant à réfléchir à ce que je pourrais bien raconter sur ce bouquin.
Ces épreuves sont avant tout une communion avec la nature. Ce n'est pas la distance qui est importante, c'est le parcours.
"Racines, boue, crevasse ou verglas, il faut accepter les obstacles."
En forêt ou en montagne, autour des lacs, sur des sentiers de randonnée, les participants courent dans la terre, le sable, et même la neige. Ils gravissent des parois rocailleuses, écorchent leurs jambes dans les ronces.
Ce n'est pas pour rien que les trails sont appelés également "course nature" ou "course en sentier".
L'effort physique démesuré est souvent solitaire, avec des paysages magnifiques à perte de vue. La nature pour seule compagne peut s'avérer être une alliée ou une ennemie.
"Sous le voile austère d'un ciel de cendres, des sapins, des cèdres et des genévriers à perte de vue."
Par bien des aspects, Cavalier seul se rapproche du "Nature writing", on sent les les odeurs d'humus ou de mousse en pleine forêt, on ressent les conditions climatiques, on distingue sous nos pieds le contact des graviers ou des épines de pin.
Mon coeur commence à s'emballer. Faut que je ralentisse un peu. de toute façon j'ai un point de côté et, emporté par mon enthousiasme, je suis finalement parti trop rapidement. Je ralentis donc le temps de récupérer. J'en profite pour respirer l'air pur, pour sentir la brise sur mon visage. J'avance à toutes petites foulées, j'écoute les oiseaux gazouiller, la tondeuse du voisin. Je suis plus que jamais conscient de la pelouse sous mes pas, je m'imprègne de ...
Ah flûte, je viens de marcher dans une crotte.
A cet univers alliant sport et nature, Fred et Nat Gevart ont bien sûr ajouté une intrigue. On n'est pas du tout dans un thriller, on est dans un roman d'atmosphère un peu angoissante.
Jean-Baptiste Trannier, le principal personnage, est à l'image des auteurs un passionné de courses à pieds et de trails.
"Je lisais toutes les revus spécialisées. J'en connaissais les conseils par coeur. Fractionné, VMA, seuil, sorties longues. Quelle vitesse. Quelles distances. Des interrogations sans fin."
A sa première participation au Trail for Die, il pensera avoir course gagnée lorsqu'une femme le dépassera et le distancera. On pourrait presque croire à un fantôme puisque à son arrivée il est acclamé comme un vainqueur et pourtant, le nom de l'énigmatique Marion Ourozewski figure bien en première place du classement.
C'est la seule course à laquelle elle participe chaque année, et elle la remporte quasiment à chaque fois.
Il la reverra l'année suivante.
Obsédée tant par cette femme que par sa passion pour la course et la région, il prendra une décision radicale : Arrêter ses études de médecine et s'installer à Die, où Patrick, un ancien coureur, le prendra sous son aile en lui offrant un travail et en l'entraînant pour de futures compétitions.
Peu à peu, il apprendra que Marion et sa famille ne sont pas du tout appréciés dans le coin.
"Cette famille, elle pue la mort."
Quels secrets cachent-ils ? de quels crimes accuse-t-on le père de Marion, devenu fou à la mort de son épouse ?
"Je savais si peu de choses d'elle. Je ne devinais que des fragments de son histoire."
Je ne suis qu'à mi-parcours et déjà je n'en peux plus. Heureusement, j'arrive au point de ravitaillement. Ma nièce me tend une bouteille d'eau et mon neveu une barre de céréales. Sous une chaleur infernale, alors qu'ils crient "Allez tonton !", je me réhydrate et je puise dans mes ultimes ressources pour continuer à me propulser en avant, prêt à aller au bout de la souffrance.
Parce que le trail, c'est ça aussi, c'est aller au bout de soi et de ses limites.
"Je voulais des embûches. je voulais du défi. Je voulais du danger."
"Je cherchais la souffrance en gravissant tous les cols autour de la vallée."
Mais j'ai beau réfléchir et oxygéner mon cerveau, on ne peut pas dire que les idées fusent de partout.
Peut-être parler du style très particulier ? Les phrases sont particulièrement courtes et se succèdent les unes aux autres en donnant une impression de vitesse et de fluidité. A part les dialogues, tout est haché, jusqu'aux descriptions des personnages.
"La quarantaine. Très grand, large d'épaules. Une barbe négligée. Il lui a pris la main."
Moins accessible, quelques rares extraits d'un journal rédigé par un fou haineux, où à l'inverse il n'y a pas la moindre ponctuation.
"12 septembre 1994 hôtel insomnie quatre heures du matin grincements les heures reviennent pas trouvé de repos trop chaud"
L'écriture est très particulière, sobre, rythmée, elle est une composante essentielle de l'ambiance dérangeante qui émane des pages de Cavalier seul.
Dernière ligne droite. Mais c'est une longue montée. Je suis en nage, je sens les rigoles de sueur dégouliner dans mon dos, sur mes bras. Mes jambes sont dures comme des bouts de bois, j'ai mal dans tout le corps, mes pieds sont en sang, mes épaules me lancent.
Je ne vois pas la racine et je m'étale par terre. Je crois que je me suis tordu la cheville. Mais je n'écoute que mon courage, je me relève et continue cahin-caha. Ca y est, je vois la fin du parcours. Je n'ai plus que quelques instants pour réfléchir à ce que je pourrais bien mettre dans ma chronique.
Peut-être dire aux Babelionautes que Fred Gevart est un ami de Christophe Siébert, qui m'a vanté les mérites de l'atmosphère inquiétante de ses romans, tant par ses lieux hostiles que par ses personnages ? Que ce climat n'est pas sans rappeler les livres d'Eric Maneval ? Que Cavalier seul est en quelque sorte à la croisée des chemins entre un roman noir et un hommage aux trails permettant aux auteurs de partager leur passion sans ennuyer pour autant les lecteurs non initiés ? Qu'il s'agit finalement d'une façon originale d'introduire la nature et d'allier une géographie hostile bien réelle ( avec par exemple "les trois becs" que forment la Roche courbe, le Signal et le Veyou dans le massif du Diois ) avec un climat humain également menaçant, dont les histoires reposent sur des rumeurs et des mises en garde ?
Je ne sais pas, je ne trouve aucun angle sous lequel aborder ce roman qui m'a à la fois séduit par l'originalité de son atmosphère et de ses thèmes, tout en me destabilisant ou en me laissant sceptique à d'autres reprises.
Je pense de justesse à arrêter le chrono au moment de franchir la ligne d'arrivée. J'ai tout donné dans les derniers mètres. J'ai pourtant bien failli abandonner mais si j'ai bien retenu une chose de ma lecture, c'est que les prouesses sportives se jouent au mental, à la volonté.
J'ai tout donné, et je suis parvenu au bout de mon parcours avec la tête autant qu'avec les jambes.
Avant de m'écrouler, je jette un oeil à ma montre pour savoir combien de temps il m'a fallu pour faire tout le tour du jardin.
786 mètres en 5 minutes et 32 secondes.
Et toujours pas la moindre idée de critique ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
XS
  20 janvier 2018
Un roman à suspens qui a de bonnes critiques sur Babélio et se déroule dans un univers original, celui de l'ultra-trail avait toutes les chances de se retrouver sur mon pense-bête sans autre forme de procès. L'idée de départ étant de l'offrir à un proche qui aime les romans noirs comme avaler distance et dénivelé. Pas nécessairement dans cet ordre d'ailleurs. Lisant pour ma part beaucoup plus vite que je ne cours –la comparaison est bizarre mais me décrit parfaitement, et le dit proche étant parti courir, j'ai profité de son absence pour faire main basse sur son cadeau.
L'intrigue est particulièrement réussie . Pour la partie « course », c'est en néophyte absolue que je me prononce : si les sensations de courses sont bien rendues, je me pose quand même la question de la vraisemblance de voir course gagnée par quelqu'un qui ne s'entraine jamais…Curieuse d'avoir l'avis du destinataire initial de ce cadeau. J'hésite sur le nombre d'étoiles ; j'ai perçu un univers glauque et froid ; des personnages qui ne respirent pas franchement la joie de vivre : du roman se dégage une atmosphère noire et pessimiste. En soi, c'était sans doute dans l'intention des auteurs : ce qui en fait une réussite mais il faut apprécier le genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
NicolasElie
  28 juillet 2016
Cavalier seul – Nath et Fred Gevart
La Manufacture de livre – Territori
T'as couru déjà ?
Je veux dire, pas couru pour aller catcher le bus.
Couru de vrai.
Jusqu'au bout de ta respiration.
Jamais ?
Moi si, avant.
Puis j'ai arrêté.
Trop vieux, trop de clopes, trop de pizzas. Tu sais, les excuses à la con.
Nat et Fred Gevart, c'est là qu'ils t'emmènent.
Faire un trail.
LE trail.
L'ultra-trail.
T'as déjà entendu parler de la Diagonale des fous, ou de la Barkley ?
De Jared Campbell ?
Cherche un peu, tu comprendras comment la course peut devenir une drogue.
La drogue.
Bon.
Tu vas croire que c'est un livre pour les coureurs.
Ben non.
C'est un livre pour toi aussi.
Je t'explique.
Dans le roman, y a Baptiste.
Il a toujours essayé de faire des trucs, mais il est jamais arrivé au bout. Ça te rappelle quelqu'un que tu connais ? On connaît tous quelqu'un comme ça.
Même ses études de médecine, il a du mal. Pourtant, ophtalmo, c'est un bon boulot. Fred Gevart, il fait le même.
Baptiste, il décide de courir.
Jusqu'au bout de sa respiration.
Jusqu'au bout de son histoire d'amour avec une nana qui court plus vite que lui.
Beaucoup plus vite et en plus, elle, elle a pas mal.
On dirait.
C'est des conneries.
Elle a mal aussi, mais pas quand elle respire. Elle a mal quand elle se souvient.
C'est pas pareil.
Elle s'appelle Marion.
Et elle court vite. Trop vite pour Baptiste, peut-être.
Et puis dans le livre, y a un autre coureur.
Le coureur absolu.
Celui que tu vois passer mais que tu rattraperas jamais.
Comme dans la vraie vie. Ceux que tu regardes, mais que tu rattrapes pas.
Il s'appelle Denis.
Je te dis pas qui c'est, tu verras.
Ils courent dans la forêt, tous les trois.
Dans la montagne.
La nuit, le matin super tôt, quand t'es tout seul avec la nature. Parce qu'on est dans la collection Territori, de Cyril Herry.
Alors la nature, elle est juste là.
Et c'est beau.
C'est traître aussi.
Comme les gens.
La Barkley, Jared Campbell, il l'a terminé en moins de 58 heures.
C'est le meilleur. 99 % de ceux qui s'inscrivent la finissent pas.
Le meilleur.
Toi, si t'y vas, tu vas juste regarder.
Comme moi.
Le roman de Nat et Fred, tu vas le lire plus vite.
Beaucoup plus vite.
Mais prends ton temps, respire.
Souffle.
« 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 »
Vas-y.
Compte.
Tu me diras merci, mais après.
Quand tu seras allé chez ton libraire, que t'auras commandé « Cavalier seul », et que tu auras trouvé des phrases, toutes bêtes, mais qui restent dans ta tête jusqu'à l'année prochaine.
Oublie pas.
« La haine, c'est juste de l'amour en rage ».
Lien : http://www.leslivresdelie.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
virginie-musarde
  18 décembre 2016
Ok, il est question d'ultra trail et de dépassement physique. Ce n'est a priori pas ma tasse de thé même si je trouve la prouesse physique impressionnante !
Et je me demande comment on peut bâtir un roman noir sur ce postulat...Fred et Nat Gevart le font parfaitement, à quatre mains, dans un bouquin rythmé, alternant petites foulées et grandes blessures.

Pas seulement celles liées à la course, mais surtout celles de l'homme, dans ses renoncements, dans ces certitudes. Incroyable de croire qu'avec une paire de chaussures de trail, les auteurs nous entraînent dans un roman trépidant, vivant et intelligent.

C'est un bouquin très bon, avec des forêts et des sentiers qui montent et descendent, avec un meurtrier avec un gynéco inconsolable, avec une nana super bizarre, et je me suis régalée !

Un polar impossible à lâcher !
Commenter  J’apprécie          10
yvanrobin
  16 août 2016
Audacieux, il fallait oser. Un roman noir sur la course à pied. Agréable à lire et bien troussé.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Martin1972Martin1972   23 décembre 2016
Le soleil passa par dessus les trois becs et la forêt frémit.
Il n'y avait plus que les ruines. Les ruines et une vieille route qu'un magnat du tabac avait financées autrefois. Les hommes, commanditaires comme exécutants, n'étaient plus de ce monde depuis longtemps et peut-être payaient-ils quelque part pour leurs fautes,mais c'est peu probable. La forêt n'avait pas envie de revanche. D'ordinaire, elle se contentait de silence.
Or, une détonation venait de le troubler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Martin1972Martin1972   23 décembre 2016
Je prends la descente à fond. Des chiens enchaînés hurlent sur mon passage. Je croise aussi le regard moqueur des paysans du coin. Je dévale leur montagne en soulevant des nuées de poussière, dans un effort inutile à leurs yeux.
Je me sens de plus en plus à l'aise. Le monde est comme je l'ai lu dans Born To Run. Le monde est comme il devrait être. Facile, léger, rapide.
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : course à piedVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Fred Gevart (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1781 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre