AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2745954830
Éditeur : Milan (07/03/2012)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 682 notes)
Résumé :
Les choses tournent mal pour Gwendolyn... Non seulement elle vient d'apprendre que Gideon ne l'aime pas, mais qu'en plus il s'est servi d'elle et l'a manipulée ! Pendant ce temps, sa peste de cousine Charlotte l'espionne sans relâche, le comportement et les intentions du Comte de Saint-Germain sont de plus en plus suspects, et, par-dessus le marché, Gwendolyn va prendre connaissance d'informations stupéfiantes sur elle-même... Oui, c'est sûr, notre héroïne a connu d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (138) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  29 octobre 2014
Il est toujours très difficile d'apprécier le dernier tome d'une saga, surtout quand c'est un coup de cœur. Déjà parce que l'on sait que c'est le dernier tome et que l'on va devoir quitter les personnages auxquels on s'est attaché mais aussi parce qu'on redoute la fin même de l'histoire. Pour le trilogie des gemmes, je dirais que j'ai beaucoup apprécié ce tome, comme les précédents, mais que la fin est pour moi trop brutale. Il manque un épilogue pour nous éclaircir sur quelques points, même si la fin du roman est très bien dans le sens où on se doute de toute façon de certaines choses qui ne sont pas dites, mais les voir écrites est toujours mieux pour un lecteur.
Mais revenons un peu au début. Le tome deux nous avait laissé quelques indices mais nous étions encore un peu dans le brouillard concernant certains éléments. Ce que tout tome deux d'une trilogie fait ;) Du coup, lire le dernier tome était assez grisant et il a été très difficile de le lâcher. Fini en deux jours tellement j'étais impatiente. Et encore une fois l'auteur s'en sort avec brio. Je ne me suis pas ennuyée, certains passages étaient très drôles, d'autres plus intenses, avec un petit peu d'action par-ci par-là. Un très bon équilibre. J'ai aussi apprécié le fait que Kerstin Gier ponctue régulièrement son histoire de moments de la vie "normale" d'une adolescente. Que ce soit l'anniversaire de Cynthia, son chagrin d'amour, sa vie de famille... tout ceci rend Gwendolyn encore plus attachante et plus réelle aussi. Je me répète mais j'ai adoré ce personnage.
D'ailleurs, la coopération familiale qui se joue au début du tome (et même un peu après) était très plaisante. Voir la famille Sheperd, tante Maddy, Xemerieus et Mr Bernhard (personnage que j'ai adoré dans ce tome) se liguer contre Charlotte ! C'était très drôle et aussi touchant. L'auteur a très agréablement montré les liens qui peuvent unir une famille et des amis proches, sans trop entrer dans le larmoyant, ni dans le parfait. Je suis toujours aussi hermétique à Charlotte et Glenda qui sont antipathiques à souhait et auxquelles je ne trouve aucune excuse, mais par exemple Lady Arista m'est apparu sous un jour plus agréable. Les visites de Gwendolyn à son grand-père y ont joué pour beaucoup, je l'avoue.
Ce dernier se révèle être une pièce maîtresse de l'intrigue. Il faut dire que même si j'avais dès le tome un deviné pas mal de choses, tout le mystère qui entoure le Comte et le secret du secret est resté assez flou pendant longtemps. Et d'ailleurs, je trouve que certains éclaircissements auraient pu être donnés par l'auteur, car je me pose encore pas mal de questions. Cependant, si on reste dans la logique de la société secrète et la complexité des voyages dans le temps, cela reste cohérent, et en fin de compte, je me dis que nous en savons, au final, autant que Gwendolyn.
Ma très chère héroïne m'a d'ailleurs donné des sueurs froides à de nombreux moments. Après la révélation de son pouvoir, il est certain que l'inquiétude se fait moindre mais il n'en reste pas moins, que ce tome trois était le tome de tous les dangers. C'était assez excitant mais en même temps angoissant. La découverte de nouvelles prophéties n'ont rien arrangé. Le Comte est un "méchant" on ne peut plus réussi pour cela. Antipathique, manipulateur, dangereux et sournois. Je dirais que son pire défaut : la misogynie a été cependant sa perte. Et c'était très satisfaisant ! Quant au "traitre", j'avais de gros soupçons, mais l'auteur a réussi à me faire douter à un moment donné. Je ne voulais absolument pas que ce soit un personnage que j'aimais, mais tout le monde avait quelque chose de suspect à un moment donné ! Ce côté paranoïaque a été instauré dès le départ au moment où Grâce dit à sa fille qu'elle ne doit faire confiance à personne. Ce mantra est répété plusieurs fois dans la trilogie et au final, il finit par s'ancrer dans l'esprit du lecteur. Plutôt bien joué.
Bien entendu la "romance" entre Gwendolyn et Gideon a une grande place dans le dernier tome. C'est un peu les montagnes russes entre ces deux-là. Il faut dire que le jeune homme ne facilite pas vraiment les choses. Mais c'était très plaisant de voir l'évolution des ces deux-là, j'ai même, disons le clairement, adoré comment Kerstin Gier a manœuvré tout cela. C'était parfait pour ma part.
Par contre, je regrette que Raphaël n'ait pas eu une place plus importante dans l'histoire. J'ai trouvé que le personnage n'avait pas été assez exploité, et pourtant, il avait du potentiel. Leslie, elle, s'est encore montré à la hauteur ! Ce petit bout de femme est absolument géniale. Xemerius m'a quelque fois un peu ennuyé, mais dans le fond le petit démon a été adorable, pleins de ressources et d'une grande aide et d'une amitié sans faille pour Gwendolyn. Un petit compagnon très réussi. Dommage que seul Gwendolyn puisse le voir.
Quant à la fin, comme dit au début, elle est réussie malgré ses petits défauts. Il faut dire que nous sommes exclus du plan de nos héros et que nous n'apprenons qu'à la toute fin ce qui était prévu. Autant vous dire que j'ai eu très peur à un moment donné, mais, j'avoue, après coup, que c'était très bien joué de la part de l'auteur. Elle nous surprend d'ailleurs encore avec le dernier chapitre en nous révélant quelque chose sur un des personnages du roman. Je suis restée bouche bée pendant quelques secondes, puis j'ai ri. Une très bonne façon de finir une trilogie.
Lien : http://loticadream.com/blog/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Myiuki
  27 novembre 2012
Qu'est-ce que j'avais hâte de me replonger dans l'histoire de Gwendolyn et de ses voyages dans le temps ! Surtout après la fin du tome 2 qui m'avait laissée dans un état de colère et de frustration sans nom ! Et alors là, je peux vous dire que je n'ai pas été déçue par ma lecture du tout ! Je trouve que ce dernier est le meilleur de la saga et qu'il termine l'ensemble avec brio !
Dans un premier temps, je dois dire que j'ai été totalement happée par l'intrigue mise en place par l'auteur. Une fois encore, sa complexité a tendance à perdre le lecteur, notamment concernant toutes les corrélations qui découlent des voyages dans le temps, c'est assez ... confus la plupart du temps, mais on finit par s'y faire et par s'y retrouver ... à peu près ! Ca a au moins l'avantage de nous captiver tout du long, car on essaie de comprendre tous les petits détails qui nous amèneraient sur la voie de la sagesse ... ou ailleurs ! Entre le discours du temps présent, le passé dans lequel voyage Gwen, les extraits des archives de Veilleurs et la légende des pierres, ça fait beaucoup à assimiler et à digérer, mais c'est régal de se retrouver plonger au milieu de toutes ces énigmes où tout, absolument tout, est possible ! Même le plus inimaginable ! Et autant vous dire de suite qu'avec ce tome, vous allez aller de surprise en surprise jusqu'à la toute dernière page ! Que de mystères dans ce dernier tome, Gwen, plus motivée que jamais, se rapproche dangereusement du secret du comte de Saint-Germain, ça n'en devient que plus angoissant, plus flippant aussi par moments. J'avoue que j'ai eu peur à certains moments, mais j'ai été totalement passionnée par l'ensemble du déroulement du récit. Pas une minute où il ne se passe rien, pas un instant, où l'on n'avance pas vers quelque chose ... ou quelqu'un. C'est tout simplement prenant, haletant ! Un vrai roman d'espionnage en somme. On suit la progression de l'enquête de Gwen, qui va de découverte en découverte et qui, peu à peu, grâce à l'aide de Leslie et Gideon notamment, arrive à rassembler les pièces du puzzle. A la fin, tout fait sens, et cette histoire sombre, macabre, prend fin. Je ne vous dirai pas comment. Non, non, pas la peine d'insister. Bon, allez, mais c'est parce que je vous aime bien. Donc, à la fin ... vous y avez cru ? Non, je ne vous ferai pas ça ! Revenons à nos moutons. Je disais, dans ce dernier tome, au charme indéniable et à l'envoûtement certain, les choses se dénouent, les mystères s'éclaircissent, même si d'autres demeurent, et c'est un régal de voir les rouages de l'intrigue se mettre en place sous nos yeux ébahis. Souvent, j'ai eu peur d'une redondance, et c'est vrai qu'elle est parfois présente, heureusement qu'elle l'est peu, mais, de façon générale, c'est dynamique et dès le départ, on est entraîné dans un récit aux allures presque mystiques, faits de costumes d'époque (on imagine d'ailleurs très bien les robes et perruques de la chère Mme Rossini), de bals pour le moins ... animés, et d'une prophétie énigmatique à vous glacer le sang. Tous les éléments sont là pour faire de cette saga une très bonne oeuvre fantastique. La curiosité du lecteur est attisée à chaque page, plus on progresse vers le dénouement, plus la tension monte et c'est un délice !!!
Un autre point que j'ai beaucoup apprécié dans ce roman, c'est la "romance" entre Gwen et Gideon. On les avait quitté alors que Gideon disait à Gwen qu'il ne l'aimait et qu'en gros, il l'avait manipulée tout du long ... pas glorieux ! Et il était bien évidemment absolument impossible que cette histoire entre eux deux en reste là ! Non, non, non, pas d'accord ! Je voulais qu'ils finissent ensemble, le happy end classique, nous deux contre le monde entier, donc, il fallait que ça bouge. Et pour bouger, ça a bougé ! Pour mon plus grand plaisir d'ailleurs. J'ai beaucoup aimé la comparaison de l'auteur au travers de personnage de Leslie du coeur de Gwen avec de la pâte d'amande. C'est vrai, son petit coeur en pâte d'amande a morflé dans le tome 2, il méritait mieux dans le tome 3, vous n'êtes pas d'accord avec moi ? Pourtant, ça commence mal, elle déprime parce que Gideon ne l'aime pas et lui ne se sent pas mieux parce qu'il l'a pour ainsi dire trahie ... deux pauvres coeurs brisés, comment résister ? C'est Roméo et Juliette version Retour vers le futur. Plus sérieusement, j'ai trouvé que cette petite touche de romantisme, de ces amours adolescents aussi volatiles qu'inconstants était vraiment un plus pour le roman. Déjà, parce qu'elle dédramatise le côté sombre de l'intrigue, la quête de la vérité, l'évitement des pièges tendus par le Comte, tout ça, c'est un bon contrepoint. En plus, l'évolution qu'elle amène chez les personnages est intéressante. D'un côté, parce que ça pousse indubitablement Gwen à prendre les choses en main, seule, sans compter sur les "infiltrés" comme je les appelle mais uniquement sur ses amis et sa famille (j'ai d'ailleurs adoré voir leur organisation secrète se mettre en place, ils sont top !), ce qui le rend plus intrépide, plus déterminée, plus courageuse, ça fait ressortir un côté de sa personnalité que j'ai apprécié. Parce que, la voir pleurnicher sans arrêt m'aurait vite ennuyée, soyons honnête. D'un autre côté, ça permet aussi au personnage de Gideon d'évoluer. Torturé entre son devoir qu'on lui assène depuis des années et les sentiments nouveaux qu'il éprouve pour sa dulcinée, le pauvre est un peu perdu, mais son côté chevalier sur son cheval blanc, prêt à tout pour protéger Gwen m'a plu. Par contre, j'ai trouvé qu'il tournait un peu trop guimauve à un certain moment. Alors oui, le Gideon amoureux c'est mignon tout plein, c'est sûr, ça vous fait palpiter le coeur, vous fait monter le rose aux joues, mais, ça manque de ... testostérone par moments. Je préférais peut-être son côté mystérieux qui disparaît sans dire au revoir. Un mix des deux ne m'aurait pas déplu pour le coup. On passe d'un extrême à l'autre sans transition, c'est tout de même assez troublant ... Mais qu'est-ce que j'aime ce prénom, Gideon, ça sonne trop bien ! Ce Gideon-là est un héros des temps modernes à sa manière et j'ai bien apprécié son côté "rebelle" dans ce tome, il m'a fait rire à plusieurs reprises, un petit plus ... en plus ! Et je dois dire que pour la fin ... je le savais, je le savais !!!
Autre chose qui m'a beaucoup plu dans ce dernier tome, ce sont les personnages secondaires ... qu'on voit trop peu certes mais qui, malgré tout, font leur petit bonhomme de chemin au travers de ces quelques centaines de pages. Quel bonheur de retrouver la famille de Gwen, sa tante un peu folle, sa mère ... séductrice, son frère et sa soeur prêts à tout pour l'aider à dissimuler ses découvertes et à partir avec elle à la chasse au trésor, et même, à un moment donné, on arrive à être ému par ... Charlotte ! Qui l'eût cru ? Non, sérieusement, ces personnages sont toujours aussi attachants et c'est un régal de les voir s'impliquer un peu plus dans l'histoire. Il en va de même pour le mystérieux Mr Bernard, qui, d'un coup d'un seul, se révèle au grand jour, parle, agit, c'est à la fois étrange et passionnant et ce personnage-là ne nous laisse pas au bout de nos surprises, quelle fin mais quelle fin !!! La révélation de la mort qui tue, vraiment ! Un pur régal !!! Je ne l'avais pas vu venir celle-là, chapeau à l'auteur ! Sinon, un autre personnage que j'aime toujours autant, malgré son côté frivole par moments, c'est Leslie, la meilleure amie de Gwen, jamais en reste de répliques croustillantes, d'un bonne dose de bonne humeur et de théorie du complot. Décidément, je trouve qu'elle complète bien l'ensemble par son côté un peu ... décalé. Elle est pétillante, elle me fait un peu penser aux lapins Duracell. Et puis, sa possible histoire avec le frère de Gideon qui, lui aussi, joue les chasseurs d'énigmes, rajoute une petite touche de piquant à la romance. D'ailleurs, une chose qui m'a énervée par rapport à lui c'est qu'on reste en suspens sur une décision dont on ne saura jamais si elle a été prise ou non ... frustrant ! Sinon, je les trouve mimi tous les deux, j'aurais voulu que ce soit un peu plus développé, mais il faut bien faire des choix, on ne peut pas parler de tout et de tout le monde. Et que dire du grand-père de Gwen ? Adorable, touchant, drôle, un personnage qu'on adore juste parce qu'il est là, il n'a rien à dire, rien à faire et pourtant il fait beaucoup, en quelque sorte, son aura de mystère et de bonté lui colle à la peau et il ajoute au côté intrépide de sa petite-fille, en l'aidant à résoudre le mystère de la prophétie des douze pierres. Toute cette galerie de portraits est très bien travaillée je trouve, jusque dans les détails, et toutes les ramifications, toutes les hypothèses et toutes les théories sont encore possibles puisque tout n'est pas sorti de l'ombre avec ce dernier tome. Je m'en pose encore beaucoup des questions sur ses personnages, sur leurs motivations, leurs futurs incertains, leurs passés mouvementés, comme figés dans le temps. Et James ! Comme j'aurais voulu savoir ... C'est vraiment agréable de se retrouver plonger au coeur de rencontres énigmatiques qui nous poussent à chercher au-delà des apparences. J'ai adoré chacun de ces personnages auxquels je me suis vite attachée ... ils vont me manquer !
Côté style, j'ai trouvé que cela allait en se bonifiant à chaque tome et celui-ci est vraiment très bon ! On ne s'ennuie pas une seconde tellement il y a de choses à découvrir, de fils à démêler, d'énigmes à résoudre, c'est un véritable plaisir que de se plonger dans ces pages. L'action avance rapidement et ne s'essouffle pas, oscillant entre moments de tension et de "relâchement", ça fluctue tout en restant sur un niveau de qualité jusque-là inégalé. J'ai apprécié de devoir toujours faire de nouvelles hypothèses sans savoir si j'allais dans la bonne direction. On reste dans le flou une grande partie du texte et les révélations et rebondissement qui ses succèdent sous nos yeux ont tendance à nous surprendre. Ma petite déception va à Lucy et Paul, la grande "révélation" les concernant ... je l'avais devinée ... en même temps, c'était on ne peut plus logique ! Dommage, c'est bien l'un des rares points négatifs de ce roman. Ce que j'aime aussi avec la plume de Kerstin Gier, c'est son humour. Et là, il faut que je vous parle de ce petit démon fantôme de Xémérius ! C'est un tel bonheur ce personnage, une bouffée d'air frais et de bonne humeur. Quel régal de le voir faire les commentaires et les sous-titres lorsque Gwen se retrouve face à Gideon, c'est juste tordant ! MDR de bout en bout, c'est magique ! Il est totalement délirant ce personnage et nous la jouer voix off des Feux de l'Amour, honnêtement, il fallait oser, mais le pari est gagner haut la main ! Voilà un personnage original, décoiffant, aussi horripilant qu'attachant, sa patte à part est vraiment le plus qui change tout dans ce livre. Sinon, que vous dire ? Après avoir lu ce livre, les voyages dans le temps n'auront plus de secrets pour vous ... enfin, si, quand même, mais une chose est sûre, vous aurez vous aussi envie d'emprunter le chronographe ! Il y a tout dans ce livre, de l'action, de l'aventure, de l'amour, de l'amitié, des mystères insondables et une fin ... quelle fin ! Même si elle peut sembler un peu facile, je l'ai trouvé parfaite et totalement logique. Je ne m'attendais pas à autre chose, donc, je n'ai pas été déçue. Oui, j'aurais voulu que ce soit plus ... époustouflant peut-être mais honnêtement, cela clôt la saga d'une belle façon. L'amour face à la haine et l'égoïsme, la soif de pouvoir face à la quête de vérité, c'est très philosophique au fond tout ça et c'est vrai que ce roman nous interroge sur pas mal de sujets quand on y regarde de plus près. C'est une saga complexe que nous a offert cette auteure, simple en apparence mais loin de l'être, alors oui, on peut s'y perdre au départ, mais ce dédale de prophéties, d'écrits, de passés et de présents pluriels est une aventure incroyable à vivre pour qui aime, comme, les histoires originales !
Pour conclure, je vous dirais que je place cette saga parmi les meilleures que j'ai lues dans le domaine du fantastique pour adolescents. Malgré des débuts mitigés, l'ensemble vaut vraiment le détour et tient la route ! On ne s'ennuie pas aux côtés de Gwenny, cette jeune anglaise qui saura vous émouvoir et vous faire vivre une aventure hors du commun ! Ah la la, mais pourquoi pas un quatrième tome ???
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
cicou45
  08 février 2016
Opération qui s'avéra difficile de lire ce troisième et dernier tome parce que je savais justement que là s'arrêterai la magie qu'a opéré en moi Kerstin Gier. Certes, je pourrais très bien les relire me direz-vous mais je sais pertinemment que si je me lançais dans une telle opération, je ne ressentirai plus jamais les mêmes impressions que j'ai eues en découvrant cette trilogie, ne tremblerai plus avec l'héroïne et, en sachant d'avance ce que j'allai découvrir à la page suivante, ne serai plus excitée en me demandant ce qui comment allait pouvoir se terminer cette intrigue. Il est probable que je découvrirai peut-être des détails qui m'ont échappé lors de cette première lecture mais ce qui est certain, c'est que si deuxième lecture il y a, elle n'arrivera pas de sitôt. Je veux d'abord savourer encore un peu cette impression où se mêle à la fois une impression de joie et de contentement et un peu de nostalgie qui arrive indéniablement (du moins, en ce qui me concerne) dès que l'on vient de terminer un livre dans lequel on s'est littéralement laissé transporter !
Dans ce dernier volet, Gidéon avoue enfin ouvertement son amour à Gwendolyn (Gwen pour les intimes) et si j'insiste particulièrement sur ce point, c'est parce qu'il est, à mes yeux, primordiale car comme chacun le sait, l'amour peut parfois donner des ailes, surtout lorsque cette douce euphorie est enrobée d'un sentiment de sécurité et, plus que tout, de confiance. Aussi, ce n'est qu'en croyant en la force de leur amour mais surtout, en n'ayant plus de secrets l'un pour l'autre que Gwen et Gidéon vont pouvoir, ensemble, percer à jour le comte de Saint-Germain, fondateur des Veilleurs et qui aurait vécut plus de deux siècles auparavant. Cependant, nos deux jeunes voyageurs, lui ont déjà rendu quelques visites grâce au précieux chronographe qui leur permet, et cela de façon contrôlée et voulue, de voyager dans le temps. Leur mission : récolter le sans des douze voyageurs dans le temps (eux y compris) afin que le Cercle se referme. Selon les dires du compte, l'humanité devrait être sauvée mais si tout ce baratin ne servait en réalité qu'à servir son propre intérêt ? Il est parfois bien des choses immorales que les gens seraient prêts à faire pour acquérir l'immortalité, ou disons, pour ramener les choses un peu plus crédibles et sans parler forcément de cet ouvrage, pour épargner sa propre peau !
Avec cette trilogie, Kerstin Gier explore à la fois les tréfonds de l'âme humaine pour en faire ressortir à la fois le plus beau mais aussi le plus horrible ! Un troisième tome et dernier volet qui conclut magnifiquement cette saga et qui, pour moi, a largement été à la hauteur des deux premiers. A découvrir et à faire découvrir et, même s'il est vrai que l'on pourrait penser à juste titre qu'il s'agit plut^t d'une lecture féminine, je vous encourage tous à venir fourrer votre nez là-dedans ! Après, tout, les voyages dans le temps ne sont pas qu'une affaire de femmes, non ? C'est aussi la science qui parle là, messieurs alors, ne soyez pas timides et laissez-vous tenter...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Luna26275
  30 mai 2015
Quelle joie de se replonger dans une série aussi fantastique ! Je n'ai pas pensé un seul instant que ce dernier tome me déplairait. Alors, c'est sans hésitation, aucune, que j'ai commencé ce livre. Un vrai plaisir, du début à la fin ! Tout au long de l'histoire le suspens était présent, l'humour toujours au rendez-vous, avec des personnages très attachants.
J'ai tout de suite adhéré au premier tome, Rouge Rubis. Une trilogie époustouflante, qui nous met en halène durant ces trois romans épiques.

J'admire le style d'écriture de Kerstin Gier, ses écrits son poignants, l'intrigue intéressante et très bien organisée, la lecture est fluide et facile à lire, avec toujours cette pointe d'humour qu'elle arrive à introduire dans les discussions les plus invraisemblables !
Une série parfaite pour ceux qui aiment le fantastique, les mystères et les voyages dans le temps. Je n'aurai pas fini de le répéter mais l'ensemble est parfait, j'ai adoré ! Je conseille fortement cette saga.
Ce troisième tome a éclairé toutes mes interrogations, et bien plus, je l'ai trouvé génial. Je l'ai dévoré, c'était un moment magique et j'en suis ressortie toute contente !
Juste un peu triste que la trilogie soit déjà finie...
Gwendolyn est très réaliste car bien qu'elle soit une voyageuse dans le temps on retrouve quelques passages de la vie de tous les jours, ce qui permet au lecteur de se retrouver dans le personnage et de plus l'apprécier. Kerstin a vraiment bien tissé son histoire, en incluant des scènes familiales qui n'empiètent pas sur l'intrigue principale mais qui la rendent moins futile.

Tout ne va plus pour Gwendolyn, son petit monde a basculé depuis qu'elle sait que Gideon ne l'aime pas, mais qu'il l'a non seulement trahie mais aussi manipulée. Pour ne pas arranger les choses Charlottes son infâme cousine la prend de plus en plus de haut et semble vouloir se mêler de ses affaires. Mais heureusement que Leslie sa meilleure amie, est là pour lui remonter le moral, même si cela inclue de passer une nuit blanche au téléphone, en ligne avec une fille réincarnée en madeleine, qui ne fait que pleurer toute les larmes de son corps. Bref, après que la jeune fille se soit rétablie, elle va pouvoir se mettre à la recherche d'un coffret que son grand-père a caché dans leur maison. Ce pourrait bien être la clé de tous les mystères. Seulement les jeunes gens vont avoir du mal a opérer en secret puisque Charlotte ne cesse de poindre son vilain petit nez rusé dans leur affaires. Avec l'aide de Mr Bernhard, de Tante Maddy et de Xemerius, Gwen va finalement trouver le coffre. Mais que cache t-il donc vraiment ? Un mystère trop lourd à porter pour la jeune fille, ou bien des vieux bouquins oubliés depuis des décennies ? A vous de le découvrir !
Gwendolyn, qui maintenant qu'elle sait qu'elle peut retrouver son grand-père, ne manque pas une occasion pour le rejoindre lors de voyage clandestin vers une époque éloignée.

Gwendolyn est plus courageuse que dans les tomes précédents, elle a moins peur mais elle reste quand même une jeune lycéenne vulnérable. J'adore le personnage de Xemerius, la gargouille qui se qualifie lui même de Démon. Il est constamment en train de se moquer des autres mais malgré ses airs impétueux, il ne supporterait pas de voir Gwendolyn souffrir. Un comportement vraiment trop chou ! Je trouve que Xemerius est bien intégré dans le roman et qu'il prend une place assez touchante et importante bien qu'il ne fasse pas en lui même avancer le récit.
Un livre formidable, une auteur formidable, une saga formidable !...A lire sans modération!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LunaZione
  04 janvier 2015
Il y a quelques semaines, La petite soeur m'avait rapporté ce livre de la bibliothèque : même si j'avais assez aimé les deux premiers, je dois dire que je n'étais pas pleinement convaincue par cette lecture, du coup, je pense qu'elle l'avait plus emprunté pour elle que pour moi ;p
Mon ressenti sur ce livre reste assez proche des avis que j'avais sur les deux premiers tomes, à un point près - et pas n'importe lequel - : mes questions ont enfin trouvées des réponses ! Et celles-ci m'ont bien plu d'ailleurs, d'autant plus que j'étais vraiment loin d'imaginer certaines situations... Notamment en ce qui concerne Lucy et Paul. Par contre, pour ce qui concerne Gwen et Gideon, j'ai trouvé ça un peu plus tiré par les cheveux.
J'ai beaucoup aimé la progression de Gwendoline dans ce troisième tome : chaque jour, elle devient un peu plus femme et perd un peu de son côté bébé qu'elle avait dans le premier tome. Cependant, je suis contente qu'elle sache garder son âme d'ado' avec sa copine Leslie : c'est deux-là forment une sacrée belle paire ! Qu'est-ce-qu'elles peuvent me faire rire !
La conclusion du livre m'a bien plu, elle est parfaite pour les évènements et les révélations que l'on découvre dans ce troisième tome ! Par contre, je me suis demandée ce que venais faire certaines choses dans ce livre [les immortels] : je trouvais que l'histoire avec les voyageurs dans le temps suffisamment compliquée pour qu'on ai pas besoin d'en rajouter une nouvelle couche... Mais bon, peut-être est-ce une façon pour l'auteur d'enrichir son univers pour pouvoir continuer à l'exploiter dans d'autres séries.
L'écriture de Kerstin Gier est très agréable : j'aime beaucoup la fraîcheur qui s'en ressent, même si l'on a perdu la naïveté que l'on avait découvert chez Gwendy en faisant sa connaissance. le ton est naturel, humoristique et plein de vie.
Rouge rubis est vraiment une série qui saura plaire aux adolescent(e)s !
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Citations et extraits (135) Voir plus Ajouter une citation
fadadelecturefadadelecture   03 février 2014
- Je suis désolé, murmura-t-il dans mes cheveux. Je me suis vraiment comporté comme un idiot ! Je mériterais vraiment qu'un rat me grignote !

J'oubliais aussitôt tout autour de nous ( et tout le reste avec ), enlaçai son cou et commençai à l'embrasser partout où je pus l'atteindre, sur le cou, l'oreille et la tempe et puis ... sur la bouche. Il me serra plus fort contre lui ... pour me repousser trois secondes après.

- On n'a vraiment pas le temps pour ça, Gwenny ! dit-il brusquement.

Puis il saisit ma main et m'entraîna plus loin.
Je soupirai. Plusieurs fois. A fond. Mais Gideon se tut. Deux couloirs plus loin, quand il s'arrêta et sortit la carte, je n'y tient plus et demandai:

- C'est parce que j'embrasse bizarrement, ou quoi ?
- Hein ?

Gideon leva les yeux de la carte et me regarda, ahuri.

- Je suis une vraie catastrophe question baiser, c'est ça ? dis-je en m'efforçant de réprimer la nuance hystérique de ma voix. Jusqu'alors, je n'avais ... je veux dire, pour savoir faire ça, il faut du temps et de l'expérience. On ne peut pas tout apprendre dans les films, tu sais ? Et je trouve plutôt vexant que tu me repousses.

Gideon abaissa la carte et la lumière de sa lampe de poche erra par terre.

- Gwenny, écoute ...
- Oui, je sais, nous sommes préssés, l'interrompis-je. Mais il faut que j'évacue ça tout de suite. Il ne suffit pas de me repousser ou ... d'appeler un taxi. Je supporte parfaitement la critique. En tout cas, quand elle est bien formulée.
- Parfois, tu es vraiment ...

Gideon secoua la tête, puis il inspira profondément et repris d'une voix grave:

- Quand tu m'embrasses, Gwendolyn Shepherd, c'est comme si je perdais le contact avec le sol. Je ne sais pas comment tu fais ni où tu as appris ça. Si c'était par un film alors il faudra le voir ensemble.

Il s'arrêta un moment puis poursuivit :

- En fait, je veux dire que quand tu m'embrasses, je ne veux rien d'autre que te sentir et te tenir dans mes bras. Merde, je suis si terriblement amoureux de toi que c'est comme si on avait renversé un bidon d'essence quelque part en moi et qu'on y avait mis le feu ! Mais, pour l'instant nous ne pouvons pas ... nous devons garder la tête froide. Au moins, l'un de nous deux.

Le regard qu'il m'adressa fit s'envoler définitivement tous mes doutes.

- Gwenny, l'entendis-je dire encore, tout cela me fait une peur atroce. Sans toi, ma vie n'aurait plus aucun sens, sans toi ... je voudrais mourir tout de suite s'il t'arrivait quelque chose.

Je voulus lui sourire, mais j'avais soudain une énorme boule dans la gorge.

- Gideon, je ... commençai-je, mais il ne me laissa pas parler.
- Je ne voudrais pas que ... Il ne faut pas que tu ressentes les choses comme moi, Gwenny ! Parce que le compte utiliserait ces sentiments contre nous. Et qu'il le fera !
- C'est déjà trop tard, chuchotai-je. Je t'aime. Et sans toi, je ne voudrais plus vivre.

Gideon me donna l'impression d'avoir envie de pleurer. Il me prit la main et l'écrasa presque.

- Alors, il ne nous reste plus qu'à espérer que le comte ne l'apprenne jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
CielvariableCielvariable   20 avril 2013
-Le sang du démon abreuvera la terre, grogna Dark Vador, empli de joie à cette pensée.
Son répertoire de phrases semblait des plus limités.
Gideon, le corps tendu, paraissait toujours lorgner vers les sabres inatteignables et, du coup, je me mis à chercher des yeux une autre arme possible. Sans trop réfléchir, je soulevais l'une des chaises capitonnées et brandis ses frêles pieds vers Alcott.
Pour je ne sais quelle raison, celui-ci parut s'en amuser, car il afficha un sourire encore plus meurtrier et avança lentement vers moi.
En tout cas, une chose était sûre : quelles que soient ses motivations, il n'obtiendrait plus jamais une âme pure en cette vie.
Lord Alastair s'approcha lui aussi.
Et puis, tout se passa d'un coup.
-Ne bouge pas !me cria Gideon en renversant le bureau et en le faisant glisser d'un pied vers lord Alastair.
Presque en même temps, il arracha un lourd chandelier du mur et l'asséna de toutes ses forces sur le premier secrétaire. Il l'atteignit à la tête dans un bruit horrible, l'envoya rouler à terre et, sans vérifier si son coup avait porté, se précipita droit sur la collection de sabres. Lord Alastair, quant à lui, fit un pas de côté pour éviter le bureau déboulant vers lui. Mais au lieu d'empêcher Gideon d'arracher les sabres du mur, il me rejoignit en quelques pas.
Tout cela s'était passé en un quart de seconde et j'eus à peine le temps de relever la chaise avec la ferme intention de la briser sur la tête d'Alastair qu'il projetait déjà son épée vers moi.
La lame transperça ma robe et s'enfonça profodément sous mes côtes et avant que je puisse vraiment réaliser ce qui s'était passé, lord Alastair la retira et fonça avec un cri triomphant sur Gideon, l'épée souillée de mon sang dirigée droit sur lui.
La douleur survient une seconde plus tard. Telle une marionnette aux fils coupés, je tombai à genoux, la main préssée instinctivement sur le coeur. J'entendis Gideon crier mon nom et je le vis arracher aussitôt deux sabres du mur et les faire tournoyer au-dessus de sa tête comme un samourai. En même temps, je m'affalai définitivement sur le sol; mon crâne ne heurta même pas durement le parquet (Pour ce genre de chose, une perruque peut se révéler très pratique). Comme par magie, la douleur avait subitement disparu. Stupéfaite, je fixai un moment le vide, puis je planai en l'air, en apesanteur, désincarnée, de plus en plus haut, vers le plafond aux décors en stuc.
Autour de moi, des grains de poussières dorés dansaient à la lumière des bougies et c'était comme si j'en faisais moi-même partie.
Loin en dessous de moi, je me voyais allongée, les yeux grands ouverts, cherchant à respirer. Le tissu de ma robe se teintait lentement de sang. Mon visage perdit rapidement ses couleurs et ma peau devint aussi blanche que ma perruque. Etonnée, je regardai mes paupières cligner puis se fermer. Mais la partie de moi en l'air pouvait continuer à tout observer.
Je vis le premier secrétaire allongé, inerte, près du chandelier. Du sang s'écoulai d'une large blessure à sa tempe.
Je vis Gideon, blême de rage, se précipiter sur Alastair. Le lord s'esquivait vers la porte et parait de son épée les coups de sabre mais, en quelques secondes, Gideon l'avait déjà acculé dans un coin de la pièce.
Je les vis se battre âprement en duel, même si, de là-haut, le cliquetis des armes me parut un peu étouffé.
Le lord fit un écart et tenta de plonger sous le bras de Gideon, mais celui-ci le devina et toucha presque au même instant le bras non couvert du lord. Alastair regarda son adversaire d'un air incrédule, puis son visage se déforma dans un cri muet. Ses doigts s'ouvrirent en laissant s'échapper son épée : Gideon avit cloué le bras du lord au mur. Malgre la douleur qu'il devait ressentir, celui-ci se mit à proférer des injures.
Gideon se détourna de lui sans plus lui accorder un regard et se jeta sur le sol, près de moi. C'est-à-dire, près de mon corp - moi-même, je planais toujours inutilement en l'air.
-Gwendolyn ! Oh, mon D.ieu ! Gwenney ! Non, je t'en prie !
Il pressa son poing sous ma poitrine, là où l'épée avait laissée un minuscule trou dans la robe.
-Trop tard, tonna Dark Vador. Ne voyez-vous pas la vie s'écouler d'elle ?
-Elle va mourir, et vous n'y pouvez rien changer ! cria aussi Alastair de là où il se trouvait.
I l veillait soigneusement à ne pas bouger son bras cloué au mur. Le sang qui en gouttait formait une petire flaque près de ses pieds.
- J'ai tanspercé son coeur démoniaque ! se félicita-t-il.
- Fermez-là ! l'apostropha Gideon qui pressait maintenant ses deux mains sur ma plaie en s'aidant du poids de son corps. Je ne la laisserai pas se vider de son sang. Si nous pouvions seulement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
annawolfeannawolfe   04 janvier 2013
Il poussa un sanglot de désespoir.
- Tu ne dois pas mourir, tu m'entends, Gwenny ?
Ma poitrine se soulevait et s'abaissait encore et ma peau était couverte de minuscules gouttes de sueur, mais il n'était pas exclu que Dark Vador et lord Alaister aient dit vrai. Finalement, j'évoluais déjà dans l'air comment une particule de poussière brillante et mon visage en bas ne montrait plus la moindre trace de couleur. Même mes lèvres avaient viré au gris.
Gideon avait maintenant le visage baigné de larmes. Il comprimait toujours ma blessure de toutes ses forces.
- Reste avec moi, Gwenny, reste avec moi ! chuchotait-il.
Et soudain, je ne vis plus rien, mais je sentis de nouveau la dureté du sol sous moi, la douleur sourde dans mon ventre et toute la pesanteur de mon corps. Je cherchai à respirer dans un râle, tout en sachant que je n'aurais plus assez de force pour une autre inspiration.
Je voulus ouvrir les yeux pour regarder une dernière fois Gideon, mais ce fut en vain.
- Je t'aime, Gwenny, je t'en prie, ne me quitte pas, dit Gideon.
Ce fut la dernière chose que j'entendis avant de sombrer dans un grand trou noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
CielvariableCielvariable   20 avril 2013
Son sourire disparut et sa voix prit une intonation que je n'avais encore jamais entendue.

- Il est écrit que tu mourras pour moi. Par amour.

- On... hmmm... mais... dis_je en manquant d'inspiration. Ce ne sont que des vers.

Gideon secoua la tête.

- Gwenny, tu ne comprends donc pas que je ne pouvais laisser passer ça ? Voilà pourquoi j'ai marché dans ton jeu stupide et que j'ai fait comme si je t'avais menti et que j'avais joué avec tes sentiments.

Cette fois, le déclic se fit.

- Cette donc pour que je n'ai pas l'idée de mourir par amour pour toi que tu as tout fait le lendemain, pour que je te haïsse. C'était vraiment très... comment dire... chevaleresque de ta part.

Je me penchai en avant et lui retirai cette mèche rebelle du visage.

- Vraiment très chevaleresque, repris-je.

Gideon fit un pauvre sourire.

- Crois-moi, c'était la chose la plus difficile que j'aie jamais faite.

Maintenant que j'avais commencé, je ne pouvais plus détacher mes doigts de lui. Ma main caressa lentement son visage. Il n'avait manifestement pas eu le temps de se raser, mais c'était plutôt sexy de sentir ses poils de barbe sous mes doigts.

- Soyons bons amis... c'était vraiment un coup d'échec assez génial, murmurai-je. Je t'en ai tout de suite profondément haï.

Gideon soupira.

- Mais ce n'était pas du tout mon intention, dit-il. Je voulais vraiment que nous soyons amis.

Il saisit ma main et la retint un moment.

- Que cette phrase ait pu te mettre dans une telle rage...

Le reste il le laissa en suspens. Je me penchai encore un peu plus et pris son visage dans mes mains.

- Bon, chuchotai-je, tu t'en souviendras peut-être à l'avenir. On ne dit jamais ces mots-là à quelqu'un qu'on a embrassé.

- Attends, Gwen, ce n'est pas tout, j'ai encore quelque chose à... commença-t-il.

Mais j'en avais assez de tergiverser comme ça. Je posai prudemment mes lèvres sur les siennes et commençai à l'embrasser. Gideon répondit à mon baiser, d'abord très doucement, mais quand je posai mes bras autour de son cou et que je me collai à lui, son baiser se fit plus ardent. Sa main gauche se perdit dans mes cheveux et l'autre entreprit de caresser le cou se promena lentement plus bas. Elle avait tout juste atteint le premier bouton de mon corsage, quand la sonnerie de mon portable se manifesta.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Koneko-ChanKoneko-Chan   22 septembre 2014
- S'il vous plaît, ne nous en veuillez pas. Nous avons besoin de ces affaires pour... un court voyage en 1912.
Je fis une petite pause, puis je décidai de tout miser sur une carte.
- Un petit voyage en douce, madame Rossini.
- En douce ? En 1912 ? répéta-t-elle en serrant les vêtements contre elle, comme Caroline serrait son petit cochon au crochet. Dans ces habits ? Vous plaisantez ?
Je ne l'avais encore jamais vue aussi remontée.
- Il... s'agit... d'un... costume... d'homme... de... l'année... 1932, martela-t-elle, menaçante, en manquant de s'étouffer à chaque mot. Et cette robe appartenait à une cigarière ! Si vous apparaissiez ainsi dans la rue en 1912, vous risqueriez de provoquer un attroupement.
Elle posa ses mains sur ses hanches.
- N'avez-vous donc rien appris avec moi, jeune homme ? Que dis-je toujours ? De quoi s'agit-il avant tout pour ces costumes ? Il s'agit...
- ... d'authenticité, compléta Gideon, penaud.
- Précisément ! dit Mme Rossini. Si vous voulez faire un voyage secret en 1912, ce ne sera certainement pas dans ces habits ! Autant atterrir avec un vaisseau spatial en plein centre-ville... ce serait tout aussi discret.
Elle nous décocha des regards furibonds, puis se mit soudain en mouvement et vogua sous nos yeux médusés d'une tringle à l'autre.
Peu de temps après, elle revint, les bras chargés de vêtements et de chapeaux remarquables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Kerstin Gier (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kerstin Gier
Kerstin Gier, Bergheim, Teil 2
autres livres classés : voyage dans le tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Rouge Rubis - Kerstin Gier

Rouge Rubis est le premier tome d'une ...

duologie
trilogie
pentalogie

20 questions
272 lecteurs ont répondu
Thème : La trilogie des gemmes, tome 1 : Rouge rubis de Kerstin GierCréer un quiz sur ce livre
.. ..