AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709647214
Éditeur : J.-C. Lattès (28/05/2014)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Malika est une jeune journaliste Web prometteuse et têtue. Son nouveau sujet, difficile à défendre auprès de sa rédaction, la mène aux portes d?un univers méconnu et ultracodifié : un squat en plein c?ur de la ville, les Augustins, dirigé par l?abrupt mais bienveillant Lino. Là ont trouvé refuge Gabor, Antoine, Jacquotte, Adal et tant d?autres. Accidentés de la vie, en marge malgré eux, artistes, clandestins, fugueurs, militants, travailleurs précaires ou étudiants ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
isajulia
  29 juillet 2014
Je remercie chaleureusement VendrediLecture de m'avoir tirée au sort pour découvrir ce premier roman de Mélisa Godet. Traitant d'un sujet qui me tient à coeur, j'ai laissé de côté mon livre en cours pour me plonger dans celui-ci et je dois dire que je n'ai pas été déçue.
Malika est une jeune journaliste web passionnée par les sujets de société. Un soir, lors d'un vernissage, elle fait la connaissance de Gabor, artiste raté qui loge impasse des Augustins, dans un squat aménagé par l'association Droit d'agir qui lutte contre le mal-logement. Voyant là un sujet intéressant, notre héroïne va infiltrer l'association et le squat des Augustins pour en savoir plus sur ses habitants et leur mode de vie afin de montrer via son reportage qui se cache réellement derrière l'image peu glorieuse du "squatteur". C'est à travers l'histoire des différents protagonistes de l'immeuble que Malika, ne sachant pas dans quoi elle allait réellement tomber, va peut-être enfin découvrir la sienne...
Aussitôt reçu, aussitôt dévoré! J'ai adoré ! Je suis certainement trop bon public mais j'ai trouvé ce premier roman de Mélisa Godet très juste dans le ton et audacieux de par la sujet abordé. Parler des mal logés,de l'envers du décor de cette situation n'est pas toujours aisé et j'ai trouvé que l'auteure s'en tirait plutôt bien sans en faire des caisses ni tomber dans le mélo. A travers ce roman à plusieurs voix, nous découvrons avec empathie les dessous de ce qui est devenu une véritable galère avec le temps : avoir un toit sur la tête. On imagine les squatteurs comme étant des camés sans avenir, en marge de la société et pourtant, pour l'avoir vécu, c'est une situation que l'on ne choisit pas toujours. L'auteure nous montre que malgré les mauvaises passes de la vie, on peut avoir moins voire rien du tout et rester un humain bourré de valeurs, solidaire,en toutes circonstances. Malgré un petit côté cliché, j'ai aimé tous les personnages car ils reflètent bien la mentalité des mal-logés : à se serrer les coudes coûte que coûte dans cette spirale infernale qui englobe procédures d'expulsion, les visites des flics, l'inquiétude du lendemain etc... et ce, quoiqu'il arrive. Cette lecture m'a émue, il émane de chaque page tant de tendresse et d'indulgence au milieu de cette misère que ça nous pousse à réfléchir sur notre perception des choses et des êtres que la vie à cabossé. Les Augustins est un livre drôle, sincère et émouvant qui m'a un peu fait penser dans le style à l'Atelier des Miracles de Valérie Tong Cuong, bref c'est un livre qui fait du bien et personnellement j'en redemande, je suis conquise!
Belle découverte à partager et à faire partager!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Sylviegeo
  13 mars 2017
Un premier roman sur un sujet qui malheureusement est encore trop d'actualité: l'accès à un logement décent. Malika est journaliste web et intègre pour un enquête un squat: les Augustins. Elle se liera d'amitié pour les habitants de ce squat et se prendra à militer avec eux autour de leurs revendications pour les logements sociaux et un accès plus facile aux logements pour les nouveaux immigrants. Une galerie de personnages assez communs: l'alccolique repenti, l'artiste incompris, le militant pur et dur, la petite vieille qui perd la mémoire, le jeune drogué, le truand...bref un peu de déjà vu. Donc, Malika décidera de présenter leurs revendications et leurs portraits dans une série de reportages webs. Mais est-ce que cette série de reportages cache un autre but ? Une écriture familière, une intrigue assez convenu et menée de telle sorte que l'on devine tout malheureusement... Un sujet d'un réel intérêt traité un peu trop simplement. Un premier bel effort pour ce premier roman, prix du nouveau talent 2014.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LiliGalipette
  07 juin 2014
Malika est journaliste et se lance dans une série de reportages sur le squat de la rue des Augustins. Immergée dans cet univers, intégrée contre toute attente, elle se lie aux habitants et partage leur quotidien. Au contact de Lino, Marc, Gabor, Jaquotte et bien d'autres, Malika découvre la dure réalité du squat, lieu du dernier recours, alternative à la rue. « On est là pour loger des personnes dignement, pas pour les entasser dans des gourbis dégueulasses. » (p. 32) le squat des Augustins est géré par une association qui milite pour le droit au logement des plus démunis, mais sans esclandre, ni dégradation. « C'est important déjà de se rendre utile dans le quartier, et aussi de montrer à la municipalité qu'on es investis, qu'on fait partie du décor. En quelque sorte, on fait leur taf, donc ils n'ont aucun intérêt à nous déloger. » (p. 26) À force de vidéos, d'entretiens et de photos, Malika plonge dans un monde sur lequel la société ne jette que des regards méprisants. « Je commençais à comprendre que je n'avais peut-être pas envie de savoir, au fond. » (p. 93)
Ce premier roman repose sur une intrigue maîtrisée, mais parfois trop caricaturale. le style est trop commun à mon goût, mais c'est dans l'air du temps. Les relations familiales de Malika sont loin de m'avoir passionnée, mais elles ajoutent une dose de sentiment dans le texte. Quant aux squatteurs, si leurs portraits sont soignés, ils ne m'ont pas vraiment émue tant je m'attendais tous à les croiser au cours des pages : la vieille sans famille, l'ancien alcoolique, le fugueur et son chien ou l'artiste emmerdeur, voilà des personnages que j'ai déjà vus et déjà lus. Les Augustins est donc un premier roman honnête, mais qui ne me marquera pas longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
claraetlesmots
  17 novembre 2014
Jeune journaliste Web, Malika obtient de travailler sur les squats. Via Gabor qui y loge, elle découvre une association qui lutte contre le mal-logement et le squat des Augustins. Elle décide de réaliser des reportages sur les personnes qui y vivent. Et ce sont autant de personnages attachants que l'on découvre. Des accidentés de la vie, des étudiants, des clandestins, des personnes qui travaillent mais qui ne gagnent pas assez pour s'offrir un logement... Autant de situations différentes que Malika était loin d'imaginer.
Mais un squat dérange et celui des Augustines pour des raisons qui seront révélées au fil des pages. Même si on pressent ce qui va se passer, il n'empêche que ce premier roman déborde d'énergie.
Sous des airs légers, Mélisa Godet traite de sujets plus graves mais sans tomber dans le pathos.
Malgré une trame qui ne m'a pas toujours convaincue, ce roman fait du bien et donne du punch !

Lien : http://claraetlesmots.blogsp..
Commenter  J’apprécie          60
myosotis93
  16 août 2019
Malika est journaliste, elle décide de faire un reportage sur "les Augustins", un squat. Elle s'intéresse principalement aux êtres qui peuplent ce lieu, pour des raisons professionnelles, mais aussi pour des raisons personnelles.
"Présenter le squat uniquement comme un logement indigne c'est oublier que les personnes y vivent avec dignité" Florence Bouillon.
Les différents narrateurs nous racontent leur histoire. Des humains qui un jour ont pris le chemin d'un squat pour ne plus être à la rue ou la merci de marchand de sommeil
Un premier roman réussi, mais les personnages sont trop stéréotypés.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
isajuliaisajulia   01 août 2014
Bon, faut pas oublier que Noël, c'est surtout une fête inventée par les refourgueurs de camelote, pour faire du beurre une fois par an. On ne me fera pas croire que la Vierge Marie avait jamais vu le loup et que, le soir du 24, elle s'est dit, "tiens, si je faisais mille bornes à dos d'âne alors que je suis enceinte jusqu'aux yeux". C'est pour le folklore, tout ça. Parce que, comme image, c'est plus marquant d'avoir un mioche dans une étable entourée d'un boeuf et d'un âne, plutôt que d'accoucher gentiment dans son lit comme une bourgeoise. C'est, comme disent les jeunes, du marketing, de la com.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
isajuliaisajulia   03 août 2014
Espèce de malappris, ça te fait grimper l'asperge, de reluquer les vieilles dames sous leur douche? Cochon! Dégueulasse! Ca se croit tout permis parce que ça porte des galons à l'épaule. T'as du monde au galon mais t'as rien dans le pantalon!
Commenter  J’apprécie          210
isajuliaisajulia   01 août 2014
On a tous déjà entendu ces histoires sordides, récits sur la déchéance d'un homme, le fils d'une collègue, l'ami d'un cousin, ces anecdotes que la distance relègue au rang de légendes urbaines, de quoi donner le frisson à l'apéritif, entre un bon verre de vin blanc bien frais et des cacahuètes légèrement trop salées.
Commenter  J’apprécie          140
isajuliaisajulia   28 juillet 2014
J'ai une théorie. Je sais que c'est idiot d'avoir des théories, que ça sert à rien. Mais je n'en ai qu'une, alors on peut bien me l'accorder. Je crois que ce qu'on a jamais connu ne peut pas nous manquer. Impossible d'avoir la nostalgie de souvenirs qu'on n'a pas. Pas de syndrome du membre fantôme, si la jambe ou le bras n'a jamais existé.
Commenter  J’apprécie          120
NeissonNeisson   31 octobre 2014
Alors, la désobéissance civile, pour faire simple, c’est lutter contre ce que l’on considère comme un agissement illégitime, bien que légal, quitte à se mettre dans l’illégalité. C’est une forme de résistance non violente, si tu veux. C’est dire : je ne suis pas d’accord avec la règle, je la trouve injuste, alors je refuse de la suivre, je désobéis. Dans le cadre du squat, c’est dire : je sais qu’il est illégal d’occuper un bâtiment sans autorisation, mais je pense qu’il n’est pas juste de laisser des logements vacants alors que des personnes sont contraintes de dormir dehors, donc je squatte. Je ne sais pas si c’est plus clair ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Mélisa Godet (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mélisa Godet
Œuvrant pour la découverte de nouveaux talents littéraires, la Fondation Bouygues Telecom, en partenariat avec JC Lattès et Metronews, a décerné le Prix Nouveau Talent 2014 à Mélisa Godet pour son premier roman : Les Augustins. Rencontre avec une jeune auteure à suivre !
autres livres classés : squatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2140 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre