AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.86 /5 (sur 220 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1947
Biographie :

Georges-Olivier Châteaureynaud est un romancier et nouvelliste français.

Fils d’un couple de divorcés, enfant unique d’une mère aimante et dépressive, il suit une scolarité classique (latin et grec), est diplômé d’anglais, puis gagne sa vie en exerçant des "petits boulots". Il a raconté son enfance ballotée dans le récit autobiographique "La Vie nous regarde passer" (Grasset, 2011).

En 1973 il publie chez Grasset "Le Fou dans la chaloupe", un recueil de trois longues nouvelles, puis en 1974 le roman "Les Messagers", qui obtient le prix des Nouvelles Littéraires.

Jusqu'à l'obtention du prix Renaudot en 1982, il gagne sa vie en étant successivement caissier, monteur de roues de camion à la SAVIEM, brocanteur, bibliothécaire, tout en continuant son travail littéraire.

Georges-Olivier Châteaureynaud a obtenu le Prix Renaudot pour "La Faculté des songes" en 1982. Depuis 1996, il fait partie du jury de ce prix.

Il a présidé la Société des gens de lettres de 2000 à 2002, il en est aujourd'hui l'un des administrateurs. Il est membre de nombreux jurys littéraires dont le Prix Bretagne. Depuis 2010, il est secrétaire général du Prix Renaudot.

Auteur d’une œuvre ample (plus d’une centaine de nouvelles et plusieurs romans), il est l’un des acteurs du renouveau de la nouvelle en France, inlassable défenseur du genre. Il appartient au groupe littéraire de la Nouvelle fiction, groupe créé dans les années 1990 autour de l'écrivain Frédérick Tristan.

son site : https://sites.google.com/site/eparvay/home

+ Voir plus
Source : www.pjef.net
Ajouter des informations

Entretien avec Georges-Olivier Chateaureynaud, à propos de son ouvrage Aucun été n`est éternel



02/06/2017


Le roman raconte l’été de la majorité d’Aymon, un jeune parisien en quête d’aventure. Comment vous est venue l’envie de raconter un été adolescent ? Y a-t-il une part autobiographique dans cette histoire?


Pas tout à fait sa majorité : en 1965, on était majeur à 21 ans. Il n’en a que dix-huit… Même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un roman autobiographique, j’ai été moi-même un adolescent, au milieu des années soixante, alors que la vague beatnik arrivait en Europe. La jeunesse de ce temps-là s’est senti des fourmis dans les jambes… Moi aussi.



Ce personnage a une relation compliquée avec ses parents et c’est en partie pour fuir la mort imminente de son père qu’il décide de partir. Selon-vous, la relation parents-enfants était-elle différente avant les années 1970 ? Pourquoi avoir choisi d’évoquer cette relation dans ce roman ?


Sans doute les relations parents-enfants, ou plutôt, dans ce cas, enfants-parents, évoluent-elles au fil des générations, au moins dans leurs modalités, tout en restant similaires dans leur tonalité. L’amour filial n’est jamais « pur et simple ». Il m’intéressait d’explorer un cas de figure particulier – qui n’était pas le mien.



Drogues, sexe, musique… Aymon et sa bande d’amis ne pensent pas aux maladies, à la dépendance et encore moins au lendemain. Sans téléphone ni mail pour prévenir leur famille, avec quelques sous en poche, les jeunes se sentent libres. Etait- ce là, à votre avis, la vraie liberté ?


A l’évidence, on était alors moins « connectés ». D’où un sentiment de liberté sans doute plus vif qu’aujourd’hui. On se perdait peut-être plus facilement dans la nature. D’autre part, certaines menaces, Sida, incertitude et sentiment d’insécurité face à l’avenir économique (c’était dix ans avant les deux crises pétrolières qui ont eu raison des 30 glorieuses) ne pesaient pas comme aujourd’hui.



Né en 1947, vous avez vécu l’arrivée du mouvement hippie. Avez-vous perçu un bouleversement majeur au sein de la société ? Les aventures d’Aymon sont-elles représentatives de la jeunesse française de l’époque ?


Je crois qu’une aspiration à la liberté, des mœurs entre autres, s’est manifestée alors et plus radicalement encore quelques années plus tard (68…) On a oublié le caporalisme, ou plutôt le « généralisme » relativement soft du régime gaulliste. Un couvercle pesait sur les esprits. Le déferlement hippie est immédiatement postérieur au phénomène beatnik. Celui-ci a été beaucoup plus confidentiel, avant une accélération foudroyante de la mécanique médiatique. Le caractère d’utopie du mouvement hippie s’est massivement affirmé, alors que les beatniks étaient plus individualistes, moins idéalistes. Disons qu’Aymon est une sorte de beatnik pré-hippie.



A la place d’Aymon, seriez-vous finalement rentré chez vous après un tel été ?


L’alternative est la suivante : rentrer chez soi, ou choisir une marginalité radicale, périlleuse, éventuellement mortelle. Mutatis mutandis, c`est-à-dire « en changeant ce qu’il faut changer », Aymon rentre chez lui, comme je l’ai fait.



Georges-Olivier Chateaureynaud et ses lectures



Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?


Sans doute L`Ile au trésor, de Robert Louis Stevenson ; ça remonte loin !



Quel est l’auteur qui vous a donné envie d’arrêter d’écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?


Celui-là n’est pas encore né.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?


Arthur Rimbaud, sans doute: la littérature était donc “autre chose”.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?


L`Invention de Morel, d’Adolfo Bioy Casares.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?


L`Homme sans qualités, tome 1, de Robert Musil.



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs?


Le seuil du jardin, d’André Hardellet.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?


Aucun. Tous ceux que j’ai lus ont, d’une façon ou d’une autre, mérité leur réputation.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?


« La littérature est l’essentiel, ou n’est rien ». (Georges Bataille).



Et en ce moment que lisez-vous ?


Causes joyeuses ou désespérées, de Dominique Noguez.



Entretien réalisé par Marie-Delphine

Découvrez Aucun été n`est éternel de Georges-Olivier Chateaureynaud aux éditions Grasset :


étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
Arakasi   24 octobre 2014
Singe savant tabassé par deux clowns de Georges-Olivier Châteaureynaud
Le roi habite la plus vaste de ces maisons. Les rares provinciaux de passage déposent devant sa porte des offrandes qui tiennent lieu d'impôts : un couffin de légumes, une volaille, un quartier de viande, un carré de tissu… C'est ce qui fait qu'il est le roi. On le laisse régner pourvu qu'il ne se mêle pas des affaires de ses sujets. De temps en temps, au fil des siècles, un roi parle de tracer des routes, de dresser les cadastres des propriétés, de recenser la population. Alors on l'égorge et on assied sur le trône de jonc tressé un villageois connu pour son indolence ou sa pusillanimité. On place entre ses mains un spectre en moelle de sureau, et on lui dit : "Ne trouble pas la paix du royaume, sinon gare à toi !"
Commenter  J’apprécie          140
Arakasi   09 juin 2013
L'autre rive de Georges-Olivier Châteaureynaud
Est-ce qu'on avait comme ça un "vrai destin" qu'on épousait ou non, qu'on attrapait ou qu'on ratait comme un train, et d'autres destins de raccroc, de moins en moins nécessaires, de moins en moins légitimes, sur lesquels on se rabattait, dans lesquels on dégringolait toujours plus loin de sa vérité ?
Commenter  J’apprécie          140
ladesiderienne   06 octobre 2015
La faculté des songes de Georges-Olivier Châteaureynaud
Il s'était parfois efforcé de réfléchir au rôle que jouait dans sa vie l'amour des livres. Car enfin, qu'il s'agît de ceux qu'il manipulait à longueur de temps sur son lieu de travail, de ceux qu'il ne cessait d'acheter pour son propre compte, ou encore de ceux qu'il avait rêvé d'écrire et dont un seul, ce malheureux petit volume de contes, avait vu le jour, les livres avaient toujours constitué sa seule passion, son seul plaisir, son obsession. Il vivait plus envahi, plus imprégné de livres qu'un banquier d'argent, ou qu'un boucher de sang ! Non content des caisses de nouveautés qui déferlaient chaque semaine sur son service, il courait encore les quais ses jours de congé, et passait régulièrement chez quelques libraires d'occasion... Enfant unique entre deux vieillards, il s'était vite réfugié dans la lecture. Ou bien fallait-il dire au contraire qu'il s'y était risqué ? Le livre était la porte de l'Aventure. Dans la maison silencieuse de ses grands-parents, il suffisait de pousser cette porte pour déboucher sur le tumulte de la vie, qui paraissait un instant plus tôt si lointain. Passé cette porte, Hugo foulait au pied la grève de l'île au Trésor, arpentait la lande d’Écosse avec Rob Roy, sillonnait la steppe au côté de Michel Strogoff : la vraie vie était dans les livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24   12 décembre 2018
Contre la perte et l'oubli de tout de Georges-Olivier Châteaureynaud
En nous entourant de livres, nous nous efforçons de délimiter autour de nous un enclos d'éternité. Une telle compulsion signe notre appartenance à l'espèce humaine : nous le savons jusque dans nos gênes, rien n'est impérissable, et nous tentons désespérément d'apurer notre éternel débit sur les registres du temps. Dans notre lutte contre la perte et l'oubli de tout, nous usons d'armes paradoxales. Le fragile papier dure plus que le granit. (p. 12)
Commenter  J’apprécie          122
ladesiderienne   07 octobre 2015
La faculté des songes de Georges-Olivier Châteaureynaud
En quelques semaines, indifférent au tumulte anodin de l'époque, Hugo accomplit le pèlerinage intérieur des agonisants. Il revisita ses lieux saints, ses catacombes et ses belvédères. Il buvait comme un trou et dans ce trou peu à peu il disparaissait. Il fumait à pleins poumons, et il s'en allait lui-même en fumée. Il n'était plus là qu'à moitié, à demi et plus qu'à demi transparent, bientôt fantôme, ombre en chemin vers la limpidité de la mort. Il n'était plus que mémoire.
Commenter  J’apprécie          110
bilodoh   03 juin 2019
Contre la perte et l'oubli de tout de Georges-Olivier Châteaureynaud
…l’imagination de l’être humain ne peut avoir d’autre fonction que d’exprimer sa vision du monde à travers une projection du moi sur une scène fantasmatique, cette projection s’accompagnant de travestissements .évidemment variables à l’infini. Ce que la fiction véhicule au-delà de la « tare » idéologique, c’est l’être. L’être tout entier chez l’artiste accompli, et, faute de moyens techniques et de lucidité sur les tenants et les aboutissants de l’écriture, un être embryonnaire, ou une esquisse d’être, chez le profane.



(p. 127)
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienne   01 octobre 2015
La faculté des songes de Georges-Olivier Châteaureynaud
Quentin n'occupait dans la société qu'une place bien étroite, à peine un strapontin, et pourtant il avait fallu qu'on l'aidât à s'y hisser. Ouvrier spécialisé. On assigne à un homme une tâche simple, en quelques heures et parfois moins encore on lui montre comment l’exécuter. S'il ne donne pas satisfaction dans la journée on le renvoie. Quentin était O.S., par protection, car il devait son emploi à un ami.

Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même ; il le savait. Aussi loin qu'il s'en souvint, le courage de tout lui avait toujours manqué. Il s'était laissé dériver doucement, nageur lassé dès les premières brasses, et il se retrouvait, à trente ans bientôt, homme de peine et fainéant.
Commenter  J’apprécie          90
Arakasi   21 octobre 2014
Singe savant tabassé par deux clowns de Georges-Olivier Châteaureynaud
Savez-vous que les seins d'Aïda sont parmi les plus belles choses que j'aie vues au monde, à égalité avec les tigres adultes et les petits chiens ?
Commenter  J’apprécie          100
Athouni   06 juin 2012
L'autre rive de Georges-Olivier Châteaureynaud
Avec un bruit sec, le premier grêlon vivant s'abattît au pied de Benoit. Il se pencha pour mieux voir. Au centre d'une étoile de sang irrégulière, il distingua le corps disloqué d'une minuscule salamandre. Aïe aïe aïe ! Les averses de salamandres, c'était ce qu'il y avait de pire avec les pluies de crapauds-buffles, heureusement très rares. En éclatant, les jolies petites bêtes noires tâchées de jaune répandaient, mêlée à leur sang, l'humeur corrosive secrétée par leur épiderme ; ça vous brûlait la peau, ça attaquait les étoffes, c'était une malédiction ! On avait même vu des réactions allergiques aiguës, des œdèmes de Quincke en pleine rue. Il était plus que temps de se mettre à l'abri pensa Benoit.
Commenter  J’apprécie          80
Mushikawa   25 novembre 2012
L'autre rive de Georges-Olivier Châteaureynaud
Il se vit dans la situation d'un prisonnier dans sa cellule, ressassant des rêves d'évasion face à une porte massive,hérissée de serrures formidables, mais qu'un geôlier pervers aurait sciemment omis de verrouiller. Une poussée suffirait à ouvrir cette porte, cependant le prisonnier persuadé du contraire ne songera jamais à l'appliquer. Enfermé dans la fiction de sa captivité, il finira par mourir de désespoir à trois pas de la liberté.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Georges-Olivier Châteaureynaud (259)Voir plus


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..