AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072750660
Éditeur : Gallimard (07/02/2019)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 357 notes)
Résumé :
Vallée de l’Asse. Provence. Été 1965. Il vit dans une station-service avec ses vieux parents. Les voitures qui passent sont rares. Shell ne va plus à l’école. Il est différent. Un jour, il décide de partir. Pour aller à la guerre et prouver qu’il est un homme. Mais sur le plateau qui surplombe la vallée, nulle guerre ne sévit. Seuls se déploient le silence et les odeurs du maquis. Et une fille, comme un souffle, qui apparaît devant lui. Avec elle, tout s’invente et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (179) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  18 janvier 2018
Été 1965. C'est en bordure de la vallée de l'Asse, dans une station-service obsolète, que vit le jeune garçon, âgé de 12 ans. Ça fait déjà quelque temps qu'il ne va plus à l'école. Depuis que le médecin a estimé qu'il était trop différent des autres. Alors, pour s'occuper, et après un temps d'apprentissage conséquent, il a le droit maintenant de remplir les réservoirs des rares voitures qui passent par là. Affublé de son blouson Shell que son père lui a donné, le sourire aux lèvres, il est heureux comme ça. Il n'embête personne et personne ne l'embête. Mais, le jour où il trouve un paquet de cigarettes et décide d'en fumer une, il manque de mettre le feu. Ses vieux parents se fâchent et appellent sa grande soeur, se plaignant de leur âge avancé pour s'occuper correctement de lui, sous-entendant que quelqu'un viendra le chercher bientôt. Pour prouver qu'il est un homme aux yeux de ses parents, il décide de partir faire la guerre...
Sur ce haut plateau perdu de Haute-Provence, celui qui se fera appelé Shell par sa reine va vivre des jours incroyables. Redoutant que ses parents ne le placent dans un institut spécialisé, le jeune garçon, parti pour faire la guerre afin de devenir un homme, un vrai, mais n'ayant croisé ni champ de bataille ni ennemi à abattre, va rencontrer la jolie et fantasque Viviane, une jeune parisienne en vacances. Au coeur de cette Provence magnifique, silencieuse et sauvage, sous un soleil écrasant, les deux jeunes adolescents vont nouer des liens singuliers. Jean-Baptiste Andréa nous plonge dans une ambiance onirique, presque surnaturelle, un peu hors du temps. Il décrit avec justesse et poésie les pensées de Shell, le regard qu'il porte sur lui, le rapport qu'il entretient avec les autres et le monde qui l'entoure. Shell, héros lunaire et doux-rêveur, est terriblement attachant. Une parenthèse enchanteresse et une véritable ode à la liberté et aux rêves. Un roman lumineux et sensible sur la différence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1133
Ladybirdy
  13 janvier 2019
Shell, nom d'emprunt ou véritable nom, je l'ignore, est un jeune garçon de douze ans, en marge de la société puisque sa tête ne grandit pas aussi vite que son corps. Il est différent. Il perçoit mal ou mieux les recoins du monde, c'est selon. Il a aussi une imagination débordante où il se met en tête d'aller à la guerre pour devenir un homme, un grand.
Il fugue pour rejoindre ce monde qui semble l'attendre. Mais nulles batailles à l'horizon. Les soldats se sont tus, laissant la place à une nature sauvage et épurée, une Provence chatoyante sous le soleil éclatant de l'été. C'est loin des hommes là-bas dans la nature qu'il rencontre Viviane, une petite fille de son âge qui vit elle aussi dans un monde fantasque. Viviane deviendra sa reine. Sa confidente, son amie, son alter ego. Lui qui n'a jamais eu d'amis, lui qui n'a jamais joué avec personne, il trouve en Viviane cet élan de liberté et de confiance pour colorer son monde.
Dans une réalité parfois difficile, on reconnaît ici tout le pouvoir de la résilience à travers l'imagination, qui est une force incroyable pour s'accrocher à meilleure terre que la réalité.
Je n'ai peut-être pas compris toutes les subtilités dont regorge ce roman, je pense avoir cerné le message principal, le voyage onirique dans un monde plus beau.
La capacité à rêver, à imaginer est un don merveilleux pour tous ces êtres perdus dans un monde incompris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          863
rabanne
  01 juin 2018
Passée globalement à côté de ce premier roman, assurément.
J'en ressors d'autant plus embarrassée que je n'ai rien à reprocher à cette plume, épurée, poétique et onirique.
Un récit d'apprentissage qui raconte la fugue d'un très jeune adolescent, "ingénu" et épris de liberté.
Au mépris de tous les dangers, Shell décide un jour de devenir un homme et d'aller faire la guerre. Mais la "reine" Viviane viendra contrarier son élan, pour mieux sublimer le vide de son existence...
J'ai eu un peu de mal à me caler au rythme narratif, lancinant et répétitif.
Touchée par certains rares passages éthérés, mais également agacée par d'autres, volontairement prosaïques.
Pour moi, une cruauté sous-jacente trop probante, un scénario entendu, un suspens maladroitement ménagé et, enfin, des personnages secondaires sans réelle surprise ni consistance.
Mon âme d'enfant n'a pas su vibrer à ce conte imaginaire et tragique, j'en suis navrée, la plume en possédait pourtant tout le pouvoir.
NB : les lycéens lui ont accordé le prix Femina 2017 ; il semble donc fort plaire à cette cible de lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6118
ssstella
  16 mai 2018
Voici un joli premier roman qui nous conte l'histoire d'un jeune adolescent pas comme les autres.
Shell ne grandira plus dans sa tête, alors il veut montrer qu'il peut devenir un homme en partant à la guerre.
La guerre c'est loin, avant d'y parvenir il vivra des moments douloureux et d'autres bien lumineux dès qu'il rencontrera Viviane.
Dans cette garrigue provençale, elle l'aidera à rester caché des gendarmes.
Lui qui n'en a jamais vraiment eu, a une amie ... une reine ! Et à une reine, on obéit toujours !
Entre amour et amitié, entre enfance et adolescence, entre poésie et dure réalite, Shell nous offre la grâce de sa naïveté.
On n'a pas envie de le laisser s'envoler, on veut encore lui tenir la main.
Est-ce la peine de vous le dire ? Vous avez déjà compris... j'ai beaucoup aimé cette lecture.
Commenter  J’apprécie          553
lucia-lilas
  03 septembre 2017
Avec ce type de livres, de deux choses l'une : soit la magie opère et l'on garde du roman un souvenir lumineux, quelque chose qui relève de la beauté, de la pure poésie, ou bien, ça ne prend pas, le soufflé retombe et le roman ne produit au mieux que deux trois étincelles que l'on aura vite fait d'oublier.
J'avoue que lorsque j'ai découvert le sujet, l'histoire d'un petit garçon de douze ans pas comme les autres « Foudre de guerre. Génie. Lumière. C'était tout ce que je n'étais pas, on n'arrêtait pas de me le répéter », qui décide de quitter sa maison pour partir à la guerre et devenir un homme, j'ai eu très peur : le sujet me semblait risqué. Écrire du point de vue d'un gamin intellectuellement déficient peut donner des choses pas forcément très heureuses, on l'imagine aisément.
Alors, me direz-vous ? Eh bien, c'est réussi : le texte est vraiment beau, pur, sensible, d'une grande sensualité, il y a un je ne sais quoi du Petit Prince dans l'atmosphère un peu étrange qu'il dégage...
Comme je vous le disais, c'est l'histoire d'un jeune garçon dont on ne connaîtra pas le vrai prénom et qui sera surnommé Shell parce que ses parents travaillent dans une station- service. Nous sommes dans le sud de la France dans la Vallée de l'Asse, un peu au milieu de nulle part, dans les années soixante. C'est l'été, il fait chaud, Shell fume sa première cigarette derrière la station-service. Un peu secoué par sa première bouffée, il lâche sa cigarette sur un tas d'aiguilles de pin qui s'enflamme. le soir même, il comprend en entendant ses parents s'entretenir au téléphone avec sa soeur qu'il sera placé et décide de partir, d'aller voir ailleurs, de l'autre côté du plateau.
Il souhaite devenir un homme et pour cela, il est persuadé qu'il doit faire la guerre. Il s'empare donc du fusil de son père et part. « A force de m'entendre répéter que je n'étais qu'un enfant, et que c'était très bien comme ça, l'inévitable est arrivé. J'ai voulu leur prouver que j'étais un homme. Et les hommes, ça fait la guerre, je le voyais tout le temps à la télé, un vieil appareil bombé devant lequel mes parents mangeaient quand la station était fermée. »
Pourtant, Shell aimait sa vie dans la station-service, les petits travaux qu'il y faisait, même si chaque jour ressemblait toujours beaucoup à celui de la veille : « Mes parents parlaient peu. A la maison, un rectangle de parpaings que mon père n'avait jamais fini d'enduire derrière la station, les seuls bruits étaient ceux de la télévision, et des mules de cuir sur le lino, du vent qui dévalait de la montagne et qui venait se coincer entre la paroi et le mur de ma chambre. Mais nous, on ne parlait pas, on s'était déjà tout dit. »
Le garçon décide donc de partir à la guerre. Très bien, mais… c'est où la guerre ?
Et si au lieu de la guerre, il faisait une autre rencontre, une vraie, une grande, si son chemin croisait celui d'une Reine, une vraie Reine qui l'aiderait à devenir un homme...
Ce texte m'a charmée par cette atmosphère étrange, onirique qu'il dégage. le rapport de cet enfant au monde qui l'entoure est particulièrement bien rendu : en effet, Shell est à la fois étranger à ce monde et en même temps un élément de la nature qu'il traverse, à laquelle il se mêle intimement et dont il devient le coeur.
Il se donne, s'offre au monde sans compter jusqu'à risquer d'en perdre la vie. On peut parler même d'une espèce d'osmose entre le monde et l'enfant, magnifiquement rendue par les mots de Jean-Baptiste Andrea. Shell est le soleil, l'eau, la terre, la roche dans une espèce de sensualité folle et sans limites. Et c'est vraiment superbe.
Enfin, j'ai aimé la langue poétique, à la fois simple, comme l'esprit de l'enfant, et en même temps, révélant des beautés inaccessibles à nos yeux de gens dits « normaux », une langue qui permet au lecteur de retrouver son esprit d'enfance… Magique, non ?
Oui, incontestablement, l'enchantement a eu lieu, Shell devient à son tour un Roi, un Prince des éléments, de l'amour, du don de soi à l'autre, de la liberté…
Un conte initiatique poétique et lumineux dont je ne peux que vous conseiller la lecture !
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411

critiques presse (4)
Culturebox   15 décembre 2017
"Ma Reine" est un conte initiatique qui met en scène dans la vallée d'Asse la vie de Shell, un enfant différent, parti faire la guerre parce qu'il veut devenir adulte. En chemin, il croise Viviane, qui va devenir "Sa Reine". Un premier roman touchant, couronné par plusieurs prix.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   07 décembre 2017
Une histoire d'amour sombre et déchirante, vue à hauteur d'enfant.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique   20 septembre 2017
C’est un premier roman tout en finesse, cristallin, poétique, un texte qu’on goûte avec délectation. Avec "Ma reine", le réalisateur et scénariste Jean-Baptiste Andrea (Saint-Germain-en-Laye, 1971) nous emporte dans un univers en marge et ce, à plusieurs égards.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Culturebox   04 septembre 2017
Un premier roman très cinématographique, dont l'action se déroule en Provence : l'histoire d'une amitié née dans le maquis entre un garçon un peu différent et une fille jolie et intrépide, qui va devenir "Sa Reine".
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
Valentine62Valentine62   14 juillet 2019
J’ai pensé que c’était peut-être ça, être un héros : faire des choses qu’on n’est pas obligé de faire.
Commenter  J’apprécie          10
ssstellassstella   23 avril 2018
Tout d'un coup une colère noire m'a pris, une colère énorme à boucher la vallée. Contre les cordelles, contre Viviane qui m'avait écrit une lettre que je ne pouvais pas lire, contre moi et tous mes problèmes, contre mon père qui n'aimait personne, contre ma mère qui lui pardonnait, contre les fourmis qui trouvaient toujours un moyen de rentrer dans ma chambre quand j'étais sûr d'avoir bouché tous les trous. Contre le grille-pain qui brûlait les tartines même en position 1. Contre la faim et la soif qui ne servaient à rien. Et puis encore contre cette foutue lettre et tous ses secrets, je l'ai prise à deux mains et je l'ai déchirée, j'ai déchiré des morceaux de plus en plus petits jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à déchirer. Ce qu'elle disait, sa lettre, à Viviane, je m'en foutais. Çà ne devait pas être important , sinon elle aurait attendu que je revienne pour me le dire. Et si c'était important c'était bien fait pour elle, elle aurait dû réfléchir avant d'écrire à un imbécile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
marina53marina53   20 janvier 2018
Le Dr Bardet m'avait demandé d'attendre dans la salle d'attente pendant qu'il parlait à mes parents. J'avais fait semblant d'accepter, j'avais pris un magazine et je m'étais assis avec mes pieds bien posés à plat par terre. Dès qu'il avait refermé la porte, j'étais allé écouter, j'avais appris à la maison que c'était comme ça qu'on entendait les choses les plus intéressantes, les gens parlaient mieux derrière les portes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
marina53marina53   18 janvier 2018
On a fait un jeu, c'est elle qui a eu l'idée, il fallait trouver la coccinelle avec le plus de points. Au début, j'ai eu du mal, je trouvais beaucoup de points mais il n'y avait pas de coccinelle autour, et Viviane m'a appris comment chercher : d'abord la coccinelle, bien rouge et bien brillante, et seulement après les points.
Commenter  J’apprécie          450
ssstellassstella   16 mai 2018
Je mourais d'envie de dire "Alors ?" mais c'était le genre de mot qui appelait les mauvaises nouvelles, je l'avais appris très tôt. Alors le directeur dit que tu peux plus aller à l'école. Alors ta grand-mère t'aime beaucoup mais elle est partie. Alors non, le père Noël n'existe pas. Des "alors" comme ça, j'en avais une liste longue comme le bras.
Commenter  J’apprécie          310
Videos de Jean-Baptiste Andrea (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Baptiste Andrea
Cette anne?e, trois romans seulement. Trois auteurs qui, chacun a? sa manie?re, se sont penche?s sur le destin de personnages aussi singuliers qu?attachants. Et qui nous font parcourir la France, de la banlieue jusqu?aux plaines, en passant par les cimes.
Notre premier coup de c?ur va a? une de?couverte ; celle de Mathieu Palain qui signe, avec Sale Gosse, son pre- mier roman. Roman urbain, politique et social, il de?peint l?incroyable lien qui se noue entre un jeune de?linquant, Wilfried, et Nina, son e?ducatrice. Puis nous retrouvons Jean-Baptiste Andrea, remarque? avec Ma reine (20 000 exemplaires vendus, traduit en 9 langues et multiprime?), en 2017. Cent millions d?anne?es et un jour nous entrai?ne dans la que?te obsessionnelle d?un pale?ontologue en fin de carrie?re. Un re?ve qui prend la forme d?un dinosaure et qui l?emme?nera au bout de sa folie. Un roman flamboyant ou? vibre la nature, la montagne, la solitude, le silence, l?effort. Mais aussi l?enfance, sombre et lumineuse. Enfin, quelle joie d?accueillir une romancie?re et poe?tesse confirme?e, Ce?cile Coulon (prix des Libraires 2017 pour Trois Saisons d?orage), qui a choisi L?Iconoclaste pour publier son sixie?me roman et poursuivre sa carrie?re. D?une e?criture puissante, elle livre Une be?te au Paradis, texte charnel, fe?minin, qui nous plonge dans l?attachement aussi passionnel que destructeur d?une grand-me?re et de sa petite-fille pour les seules choses qu?elles posse?dent : leur terre et leur ferme. Se jouer du destin, aller au bout de ses re?ves, rompre le male?fice; sous leur plume cine?matographique, jeune, cre?ative, ces sujets qui, depuis toujours, font vibrer la lit- te?rature deviennent urgents, absolument actuels. En un mot, Iconoclaste. SOPHIE DE SIVRY avec JULIA PAVLOWITCH et LOLA NICOLLE
Musique : Lou Rotzinger
+ Lire la suite
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : fugueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Jean-Baptiste Andrea (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3413 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..