AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234079241
Éditeur : Stock (21/09/2016)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Tous les lecteurs de Witold Gombrowicz connaissent son Journal, paru dans la revue de l'émigration polonaise Kultura. Mais personne à ce jour ne soupçonnait l'existence d'un autre journal, sulfureux, celui dont l'auteur disait à sa femme Rita : « Si la maison brûle, tu prends le Kronos et les contrats, et tu cours le plus vite possible. » Le manuscrit en était resté totalement secret, après la mort de Gombrowicz en 1969 à Vence. De ce paquet de feuilles écrites à la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  02 septembre 2016
Beaucoup de ses lecteurs (dont moi) considèrent que le Journal de l'auteur, composé de trois très lourds volumes, est le sommet de son oeuvre. Et voilà que l'épouse de l'écrivain ressort un journal secret, celui qu'il écrivait pour lui, et qui d'après ce qu'elle dit, est la chose qu'il lui recommandait de sauver en premier en cas d'un incendie. Alors évidemment cela intrigue, et donne une envie irrésistible à tout amoureux de Gombrowicz d'aller voir de quoi il s'agit.
Gombrowicz a commencé à écrire Kronos en 1953, il a fait une reconstitution sommaire des événements précédents de sa vie, il est remonté ainsi jusqu'en 1922, l'année où il a obtenu son bac, mais c'est parfois fort bref. Cela s'étoffe à partir de 1939, et devient réellement relativement détaillé à partir de l'année où il a commencé à le rédiger.
Ce texte est très différent du Journal, pas réellement littéraire, parfois cela relève d'un style télégraphique. Gombrowicz décrit ce qui lui arrive, d'une façon factuelle. Il résume chaque année, les rubriques qui reviennent concernent sa santé, l'état de ses finances, son travail d'écrivain (surtout du point de vue de sa reconnaissance) et sa vie érotique. Il ne faut vraiment pas y cherche un intérêt artistique, ni espérer des détails à proprement parlé croustillants, c'est très sec
C'est donc très différent du Journal, et n'aura pas de réel intérêt pour ceux qui ne connaissent pas l'oeuvre et au moins un peu l'homme. C'est un document, un témoignage. C'est une lecture qu'il vaut mieux espacer, car cette notation de faits, dont la plupart seraient insignifiants chez le commun des mortels, pourrait vite devenir lassante.
Mais c'est une véritable mine pour ceux qui s'intéressent ou se passionnent pour Gombrowicz, et même si cela à mon sens ne change pas en profondeur les lectures que l'on peut avoir de ses oeuvres, en particulier celles de fiction, cela permet d'avoir une autre vision de l'homme. Un homme qui a connu à certaines périodes la véritable misère, qui a eu d'énormes soucis de santé, qui a connu divers déboires en rapport avec son homosexualité. Une existence très amère, terminée par une mort précoce (65 ans) au moment où les choses allaient incontestablement mieux pour lui.
Il me sera difficile de relire le Journal, avec ses ironies et son humour féroce, son impitoyable façon de disséquer les hommes et le monde, ses fanfaronnades et provocations, sans penser à ce que fut sa vie quotidienne au même moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (2)
NonFiction   06 février 2017
Le journal « privé » de Gombrowicz, inédit jusqu'en 2013, se révèle être le complément indispensable de son œuvre « publique ».
Lire la critique sur le site : NonFiction
Bibliobs   27 octobre 2016
Kronos n'est pas seulement le tombeau d'une vie d'écrivain. C'est le testament littéraire de celui qui donna naissance à l'une des œuvres les plus radicalement anti-sentimentales du XXe siècle.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   13 octobre 2016
Dans le tramway, rue Marszalkowska, j’apprends que c’est la Détente. Est-ce que je vois encore Franek à l’époque, ou bien il est déjà à l’armée ? (Il m’a dit : si je perds une jambe, je me tire une balle dans la tête.) Et, moi avec une putain de hasard qui refile des chaudes-pisses, je jouis à nouveau. Je passe pas mal de temps au Zodiak ; parfois le matin j’y feuillette les “journaux” et la peur me pousse à songer à un poison efficace. Je lis le journal à Bagatela (je crois) et cherche du réconfort du côté des démocraties. Dolęga me dit : C’est l’époque du réveil de la populace. Loni a rompu avec sa fiancée. Mmes Hamdyl et N. N. Otwinowska. Déchaînement érotique de plus en plus grand. Mlle Wiler. Conversation avec Janusz : la peur, fuir. Une danseuse de Wilno. Avec Jerzy : promenade ratée aux environs de Wilanów (?).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Witold Gombrowicz (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Witold Gombrowicz
La vie du couple Gombrowicz au théâtre selon Ewa Kraska
autres livres classés : littérature polonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre