AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Georges Sédir (Traducteur)
EAN : 9782070426799
128 pages
Éditeur : Gallimard (02/01/2003)
3.29/5   47 notes
Résumé :
Être invité aux dîners du vendredi chez la comtesse Fritouille est un immense honneur : convives élégants, nourriture végétarienne et délicate, conversation raffinée. Mais certaines réceptions peuvent être surprenantes…
Avec un humour décapant, Gombrowicz nous fait pénétrer dans un monde où la fable grimaçante côtoie le grotesque et la réalité frôle sans cesse l'absurde.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,29

sur 47 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

Bobby_The_Rasta_Lama
  09 avril 2021
"Ce potage aurait été assez bon
Si le cuisinier n'était pas un..."
(p. 70)
Ah, trêve de métaphores culinaires ! Je ne fais pas, bien sûr, allusion à Witold Gombrowicz, mais à Philippe, cuisinier de la comtesse Fritouille, celui-même qui prépare un excellent chou-fleur lors de dîners mondains philosophico-lyrico-végétariens organisés une fois par mois chez ladite comtesse. C'est un grand honneur d'y être convié, mais si le sang bleu ne coule pas dans vos veines, toute la finesse de vos manières ne vous servira à rien, au contraire... Vous allez même remarquer deux, trois choses étranges, comme si tout ce petit monde décadent vêtu de dentelles jaunies avait des secrets bien à lui.
Ceci dit, Gombrowicz a aussi ses secrets, et j'ai presque l'impression que ses livres sont accompagnés d'une mystérieuse malédiction, que ce soient "Les Envoûtés" ou ce recueil de trois nouvelles : je m'en délecte vraiment pendant la lecture, mais une fois l'ouvrage refermé, je n'ai pas la moindre idée ce que je pourrais en dire.
Dans "L'art du roman", Milan Kundera parle de cet auteur polonais avec beaucoup d'estime : Gombrowizc fait partie d'une poignée d'auteurs qui ont su perpétuer l'héritage du roman européen, tout en lui apportant la modernité et l'originalité nécessaires pour les faire sortir du lot. Je vois aussi en quoi il peut être considéré comme un précurseur du drame absurde. Mais seuls "Les Envoûtés" ne sont sans doute pas suffisants pour se faire une image juste de Gombrowicz-auteur. Lui-même concède avoir écrit ce roman uniquement pour de l'argent, et pour prouver que même un écrivain "sérieux" de sa trempe peut écrire un livre qui enchantera "les petites bonnes et les chauffeurs de taxis". "Les Envoûtés" sont donc un jeu littéraire d'un "mauvais goût" délibéré, qui rend hommage aux romans gothiques du 19ème tout en les parodiant ; quelque chose que le Tchèque Josef Váchal a réussi à mener au paroxysme dans son "Roman Sanglant". Et "Le festin chez la comtesse Fritouille" m'a fait pratiquement le même effet, car on y trouve encore une fois ce mélange hardi d'absurde, de grotesque, d'épouvantable et de psychologique.
Au premier regard, tout ceci ne semble pas voler bien haut et à vrai dire, on comprend à peine ce qui se passe vraiment. Mais Witold est un rusé renard, et il nous a en réalité concocté trois petites merveilles dont la force consiste dans une gradation progressive et très machiavélique. Ce qui commence comme une histoire réaliste et ordinaire va se mettre à rouler comme une boule de neige qui va ramasser au passage toutes sortes de saletés et de bizarreries, et à la fin elle va éclater en libérant dans l'air pur une indéfinissable odeur d'oeuf pourri. Odeur un peu théâtrale, certes, mais pour mes goûts littéraires de "petite bonne" c'est tout à fait réjouissant.
Qu'avons nous donc dans ce petit Folio à 2 euros ?
"Meurtre avec préméditation" a un léger sous-ton kafkaïen, sauf que ce n'est pas une histoire de K. mais de H., un juge d'instruction invité chez un riche client pour régler une affaire d'héritage. Malheureusement, celui-ci vient juste de décéder - d'une mort on ne peut plus naturelle - et H. est accueilli par une famille en deuil. Cette mort et ce deuil ont un côté tellement banal que cela semble suspect au juge : il doit s'agir d'un meurtre... il ne reste plus qu'à démasquer, coûte que coûte, le meurtrier !
"Le festin chez la comtesse Fritouille" flotte quelque part entre une satire sur l'ancienne noblesse polonaise, un récit totalement burlesque et une histoire de cannibalisme, à vous de voir.
Et dans "Virginité", vous allez enfin apprendre pourquoi les jeunes vierges se sentent obligées de sourire même quand on leur jette des pierres, tout en fantasmant sur des choses qui n'ont rien à voir avec l'image qu'on se fait d'elles.
Un peu comme chez Kafka (même si la parenté entre les deux est assez lointaine) on peut interpréter ces histoires comme bon nous semble, au premier degré ou comme métaphores psychanalysables, ce qui les rend d'autant plus intrigantes. Mais il serait probablement inutile d'y chercher une quelconque morale.
Comment noter cet invraisemblable festin polonais ? En quelque sorte, ce menu livret a changé ma vie, car je ne verrai plus jamais le chou-fleur ni les vierges du même oeil, ce qui mérite d'être pris en considération. Donc 4/5, ou, pour ceux qui préfèrent tout compliquer comme maître Gombrowicz, 266,64/333,3.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7845
cicou45
  29 mai 2012
Ne connaissant absolument pas la littérature polonaise, j'ai décider d'y faire mes premiers pas avec ce recueil de trois nouvelles intitulées "Meurtre avec préméditation"; "Le festin chez la comtesse Fritouille" et enfin "Virginité".
a première 'impression que j'ai ressenti suite à la lecture de ce petit ouvrage ? Je dirais "étrange". Pourquoi étrange ? Tout simplement parce que j'avoue que je n'ai pas perçu toute la portée du texte et la morale que l'auteur voulait faire passer.
Autant la première nouvelle m'a enchantée (me rappelant par moments l'écriture de Truman Capote dans sa nouvelle "Cercueils sur mesure"), autant les deux autres m'ont laissée perplexe et méditative, à la limite même de l'écoeurement. C'est donc par choix que je ne vous parlerai ici que des deux nouvelles qui m'ont laissées dans l'incompréhension la plus totale.
La seconde nouvelle qui a donné son nom à ce petit livre nous parle de l'aristocratie. Ces gens-là, que l'on croit, à tord ou à raison, très distingués et n'ayant jamais une parole déplacée, se livrent ici à un étrange festin, un gueuleton où toutes les bonnes manières finissent petit à petit par disparaître tellement ils se ruent sur la nourriture et son enivrés par quelque plaisir malsain.
La troisième nouvelle, elle, fait référence, à une jeune fille vierge, Alice qui attend son fiancé parti à la guerre. Lorsque l'auteur emploie le mot de vierge, il l'utilise à bon escient car cette jeune demoiselle n'a non seulement jamais eu de relations sexuelles mais est aussi extrêmement naïve et ignore tout de la violence et de ce qui se passe dans le monde. Aussi décide-t-elle, un beau jour, à la grande surprise de son promis, qui s'en retrouve même choqué, de découvrir ce que sont réellement la vie et l'amour mais, dans son ignorance ou peut-être est-elle passé d'un extrême à l'autre, en décidant de découvrir les choses las plus sales et répugnantes de ce monde. Il est vrai que l'apprentissage de la vie se fait malheureusement comme cela mais en est-il de même pour l'amour ? Sur ce point, je ne suis pas tout à fait d'accord avec le point de vue de l'auteur.
Une lecture néanmoins plaisante, très bien écrite mais dont je n'ai certainement pas saisi tout le sens et c'est ce qui fait que je n'ai probablement pas apprécié ce recueil de nouvelles à sa juste valeur, ce qui justifie par conséquent ma note relativement mitigée. Cependant, cela ne m'empêchera pas de creuser un peu plus en profondeur du côté de la littérature polonaise !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Aurel82
  20 juin 2017
Personnellement j'ai trouvé ce recueil de 3 nouvelles assez étrange. Je connaissais déjà (et adore) cet auteur. Mais je ne suis vraiment pas entré dans ces histoires. Il faudra sûrement le relire plus tard.
Commenter  J’apprécie          190
oiseaulire
  24 novembre 2018
Voici trois nouvelles de très grande qualité, tant littéraire que symbolique : l'émergence progressive de l'absurde provoque un sentiment d'étrangeté qui se mue peu à peu en gêne, puis en malaise. Elles se lisent comme des contes métaphysiques avec une pluralité d'interprétations possibles. Voici celles que j'ai relevées à première lecture :
-"Meurtre avec préméditation" traite de l'absurdité de la logique menée jusqu'à son extrême limite au mépris du bon sens, de la manipulation des faits et de l'ambiguïté des sentiments ;
-"Virginité" aborde les paradoxes de l'innocence maintenue au détriment de la vérité, de l'amour de la vie et de la sauvegarde personnelle dans un monde où le jeu consiste, pour les loups, à salir la proie la plus pure possible : autrement dit, la vierge fait le prédateur, et tout est organisé pour le plus grand bénéfice du second. Une autre morale pourrait être :"L'homme n'est ni ange ni bête et le malheur est que qui veut trop faire l'ange fait la bête" (Pascal) ;
-"Le festin chez la comtesse Fritouille" traite de l'imperméabilité des classes sociales entre elles, fondée sur l'imposture idéologique, le cynisme et la lapidation symbolique des naïfs ne possédant pas les codes requis : la noblesse, en particulier, oppose, pour les berner, une façade de raffinement et de préciosité aux badauds, mais a conservé les instincts carnassiers de la soldatesque qui la fonda et l'arrogance acquise au fil des siècles.
Des allusions à l'anti-sémitisme de la société polonaise du début du 20 ème siècle affleurent ici et là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
frandj
  05 octobre 2019
Witold Gombrowicz, c'est un nom d'auteur que j'avais entendu, mais je ne pouvais rien dire de son oeuvre. Je sais maintenant que, polonais, il a longtemps vécu en exil et est décédé en France. Il avait acquis une stature de grand écrivain.
Ce court recueil de trois nouvelles ("Meurtre avec préméditation", "Le festin chez la comtesse Fritouille" et "Virginité".) ne fait probablement pas partie de ses chefs d'oeuvre. Mais je pense qu'il me donne un aperçu sur l'esprit de Gombrowicz: grinçant, logique jusqu'à l'absurde, dérangeant, parfois grotesque… Je me suis senti mal à l'aise en permanence. C'est évidemment ce que voulait l'auteur, qui est donc très doué. Littérairement ces textes sont des (petits) tours de force… mais ils ne sont pas ma tasse de thé.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   06 avril 2021
Et je revins dans la salle à manger où, dans un immense plat d'argent, s'exhibaient les restes du chou-fleur. Le ventre de la comtesse aurait pu faire croire qu'elle était au septième mois, le baron plongeait presque dans son assiette son organe de nutrition et la vieille marquise mâchait, mâchait infatigablement, en remuant les mâchoires comme - oui, je dois le dire - comme une vache.
- Divin, merveilleux ! Répétaient-ils. Charmant, incomparable !
Tout à fait désorienté, je goûtai de nouveau le chou-fleur, avec réflexion, avec attention, mais je cherchai en vain quelque chose qui pût justifier, ne fût-ce qu'en partie, l'attitude si étonnante de la compagnie.
-Mais qu'est-ce que vous lui trouvez donc ? demandai-je en toussotant, timide, un peu honteux.
-Ha, ha, ha ! il le demande ! s'écria d'une voix aiguë le baron qui mangeait tout son saoul, d'excellente humeur.
-Est-ce que vraiment vous ne sentez pas, jeune homme ? demanda la marquise sans s'arrêter un seul instant d'avaler.
-Vous n'êtes pas gastronome ! remarqua le baron avec une nuance de regret, courtois, mais moi... Moi je ne suis pas gastronome, je suis gastrosophe !
Et, à moins que mes sens ne m'aient trompé, quelque chose en lui s'enfla tandis qu'il prononçait cette phrase en français, de sorte qu'il fit sortir de ses joues gonflées le mot "gastrosophe" avec une fierté toute nouvelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
charlit21charlit21   22 octobre 2021
Sur ce, quelqu'un fait son entrée. Je regarde. Est-ce une reine en exil ? Mais non, c'est la mère, Mme K. Elle avance avec majesté, elle me tend une main glacée, elle m'examine avec une ombre d'auguste surprise et elle s'assied sans un mot. C'est une personne corpulente, petite, épaisse même, du type de ces vieilles matrones provinciales, inexorables sur les principes et notamment sur ceux de la vie en société. Elle me considère sévèrement, avec un étonnement sans bornes, comme si une sentence inconvenante était écrite sur mon front. Cécile ébauche de la main un geste qui veut expliquer, ou justifier, mais ce geste se brise aussitôt et l'atmosphère devient encore plus artificielle et tendue.

P. 18
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cicou45cicou45   29 mai 2012
"Comme l'esprit humain est riche et divers ! Les uns construisent leur morale sur la probité, d'autres sur la bonté du coeur ; pour Paul l'alpha et l'oméga, le fondement et le sommet de tout était la virginité."
Commenter  J’apprécie          110
JdoJdo   19 mars 2012
Croyez-moi, mes bons amis, l’aspect physique de l’acte, les marques sur le corps, le désordre dans la pièce, les prétendus indices de toute espèce, ce sont des détails tout à fait secondaires, c’est à proprement parler un simple complément du meurtre véritable, une formalité médico-légale, une politesse du criminel à l’égard de la justice et rien de plus.
Le meurtre proprement dit s’accomplit toujours dans les âmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cicou45cicou45   28 mai 2012
"Ah, ce n'est pas bien de s'enfuir, ma chère demoiselle, la vérité vous rattrape toujours !"
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Witold Gombrowicz (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Witold Gombrowicz
Rita Gombrowicz sur Witold Gombrowicz
Dans la catégorie : Littérature polonaiseVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature polonaise (69)
autres livres classés : littérature polonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17309 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..