AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781021004604
Tallandier (03/04/2014)
4.33/5   9 notes
Résumé :
Officier des Troupes de marine et docteur en Histoire contemporaine, Michel Goya a, en parallèle de sa carrière opérationnelle, enseigné l'innovation militaire à Sciences-Po et à l'Ecole Pratique des Hautes-Etudes. Il se consacre aujourd'hui à la recherche et l'écriture. Chez Tallandier, il a publié La chair et l'acier (L'invention de la guerre moderne), Sous le feu-La mort comme hypothèse de travail et Les vainqueurs. Il tient un blog consacré aux questions stratég... >Voir plus
Que lire après L'invention de la guerre moderneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Cette étude se situe à la limite de l'Histoire et de la sociologie des organisations. Déjà parue en 2004 sous le titre « La chair et l'acier », elle est rééditée en format « poche » avec le sous-titre : du pantalon rouge eu char d'assaut : 1871 – 1918.
Après le choc de l'humiliation de 1870, comment s'organise la France ? Elle s'applique à suivre le modèle prussien ! « A qui veut vaincre, l'offensive s'impose » selon le Colonel Colin, « Dans l'offensive, l'imprudence est la meilleure des sûretés » selon le Lieutenant-colonel de Grandmaison (qui se fera tuer devant Soissons en 1915).
Cependant, entre les deux guerres, c'est une monstrueuse pagaye : pas de Généralissime, un ministre de la Guerre par an en moyenne, la multiplication de comités techniques et des idées dans tous les sens chez les jeunes officiers brevetés d'Etat-Major. Jusqu'à la nomination comme chef d'E-M de Joffre en 1911, le ministère est un conglomérat de 14 Directions et Services, 11 comités techniques et 100 comités temporaires. A la veille du grand conflit, la France dispose d'officiers brillants mais sans direction ferme et divisés en multiples chapelles. Les grandes manoeuvres deviennent des spectacles pour personnalités et non un outil sérieux pour préparer à la guerre.
C'est le progrès technique qui bouleversera la donne. L'invention du fusil à canon rayé (1849) multiplie par 6 sa portée. Les formations serrées comme sous l'Ancien Régime sont brisées. Pour les officiers, l'ordre dispersé est cependant considéré comme un immense jeu de cache-cache, heurtant leurs valeurs morales. Dès les premiers engagements, l'insuffisance du commandement est notoire. Selon Emile Wanty : « Absence de renseignement, dédain de la sûreté éloignée, pas de liaisons latérales, mauvaise liaison de commandement entre chef et unités, attaques absurdement imprudentes, non appuyées par le feu. » Au 31 décembre 1914, 162 généraux ou colonels sont démis de leur commandement. A partir de novembre 1914, les armes modernes imposent de façon spontanée - mais jugée provisoire - le creusement de tranchées tout le long du front. le cheval laisse la place à la motorisation et à de nouvelles organisations de combat utilisant de plus en plus la TSF et l'aviation, l'artillerie, et, plus tard, les chars de combat.
Ce livre est indispensable à ceux qui s'intéressent à la conduite du changement. On comprend comment, après les lourds freins à l'évolution des mentalités comme la répugnance au retranchement, l'ardeur offensive, la phobie du terrain perdu, l'offensive à outrance est abandonnée après l'échec de septembre 1915 en Artois et en Champagne : 138 000 morts pour 40km².
Deux figures éminentes se distinguent : Estienne qui met au point le char d'assaut avec chenilles (en collaboration avec l'ingénieur Brillié et l'industriel Schneider), et Pétain, grand organisateur de l'instruction des troupes à l'arrière de la première ligne. le premier engagement de chars en avril 17 se traduit pourtant par de lourdes pertes. Seul Pétain ne doute pas de leur efficacité. « J'attends les Américains et les chars ».
Ce qui stupéfie aujourd'hui le lecteur, c'est l'extraordinaire effort d'adaptation de l'armée et de l'industrie françaises pendant ce conflit sanglant. En 1918, finalement, la suprématie des troupes françaises repose sur :
- La mobilité stratégique sur roues,
- La qualité des transmissions, très en avance quantitative et qualitative sur celles des Allemands,
- L'aviation, avec 3800 appareils modernes,
- L'artillerie qui a triplé de volume en 4 ans et représente 36% du total des armées, quand l'infanterie ne représente plus que 50% des effectifs.
On voit que la modernisation technique a touché toutes les armes, toutefois dans une asynchronie totale, un chaos organisé que le haut commandement s'efforce de maîtriser. La promotion de Pétain constitue une étape avec une organisation moderne qui capte les idées de la troupe, rationalise l'emploi des armes et organise la diffusion des bonnes idées. On comprend mieux en cela le recours à sa personne en 1940.
En définitive, le conflit est un douloureux exemple du processus d'adaptation permanent au changement, à la maîtrise de la complexité croissante. Nous devrions nous en inspirer pour nous extraire de la crise économique actuelle…

Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
Commenter  J’apprécie          30
Instructif, détaillé, précis. de la bonne enquête historique. Il y a quand même des angles morts : quid des armes chimiques, ypérite et compagnie ? Quid de l'emploi des troupes coloniales, notamment sénégalaises, marocaines ? Et pourquoi la question des mutineries dans l'armée française n'a-t-elle pas été abordée alors qu'elle pourrait avoir aussi un lien avec "l'invention de la guerre moderne" ? Enfin il est aussi beaucoup question de coopération interarmes, mais au sein de l'armée française seulement ; rien du tout sur le perfectionnement des outils de coopération interalliée. A lire ce livre passionnant, on a l'impression que l'armée française se battait plus ou moins seule, qu'il n'y a pas eu de mutineries, pas vraiment de guerre chimique, pas trop de coopération entre alliés, et pas d'apport si décisif que ça des troupes américaines. C'est très orienté à ce niveau, et cette orientation n'est pas justifiée dans la présentation du travail historique.
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Pendant la première guerre de mouvement, en 1914, à la 13eme DI, il faut en moyenne cinq jours de combat pour perdre un homme dans une batterie d'artillerie, alors que ce délai est de trois heures dans une compagnie d'artillerie ; pendant les années de guerre de position, les chiffres respectifs sont cinquante jours et douze heures.
Commenter  J’apprécie          52

Lire un extrait
Videos de Michel Goya (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Goya
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite — Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa — Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5 | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/ Au programme : Invité : Michel Goya - Colonel, historien militaire & auteur de “L'ours et le renard” - éd. Perrin • Contre-offensive : les forces ukrainiennes tentent une percée • Ukraine : l'armée russe préparée à résister • La France visée par une campagne de désinformation russe • Contre-offensive ukrainienne : la stratégie du silence L'Édito de Patrick - Paracétamol made in France : à quel prix ? Invité : Frédéric Bizard - Professeur d'économie à l'ESCP & président de l'Institut Santé • Pénuries de médicaments : la prescription d'Emmanuel Macron • Pénuries de médicaments : des annonces irréalisables ? • Relocalisation des médicaments : les labos sous pression • Pénuries de médicaments : la recette des États-Unis La Story - Se baigner dans la Seine, bientôt une réalité ? Le 5/5 : • Perquisition chez Nicolas Sarkozy • le « tueur de DRH » devant les assises • Sandrine Rousseau s'interpose dans une bagarre • PSG – Mbappé : un début de bras de fer ? • Manchester City n'en finit plus de célébrer sa victoire • L'abus d'alcool est dangereux pour la santé • Diplômé d'HEC, ce chanteur a fait le show
+ Lire la suite
autres livres classés : conduite du changementVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (29) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3109 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}