AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781973449768
301 pages
Éditeur : Auto édition (13/12/2017)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 14 notes)
Résumé :
La France est secouée par de violentes manifestations. Le divorce entre le peuple et les politiques est consommé. L’espoir est mort. Victime de ces troubles, Walter, jeune étudiant, est tué sous les coups de la police. Adrien, son meilleur ami, jure de ne pas laisser ce crime impuni. Emporté par sa haine des puissants, il va mener la révolte très loin. Mais jusqu’où est-il prêt à aller pour faire justice ? Émeutes meurtrières, prise en otage du président de la Répub... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Wolkaiw
  27 juillet 2018
le moins que l'on puisse dire est que ce livre nous propose une histoire intéressante et originale. D'entrée de jeu, le lecteur est amené à suivre Adrien, un adolescent assez banal dont le destin va se révéler pour le moins hors du commun. le contexte est immédiatement posé, le pays qu'est la France connaît une grave crise étudiante, à l'image de celle de Mai 68. Les étudiants défilent et revendiquent dans la rue, les forces de l'ordre tentent, comme souvent, de rétablir un semblant de calme dans les places prises d'assaut. C'est dans ce climat très tendu que notre cher Adrien va intervenir, c'est également à partir d'un événement très particulier que la destinée de ce dernier va prendre une tournure à la fois surprenante, inattendue mais surtout inespérée.
Avant de commencer le trône de cendre, je ne peux que vous conseiller de lire, au préalable, ALIENOR : L'origine de toutes les haines, du même auteur. Cette lecture vous permettra de saisir toute la portée de certains enjeux mais aussi de comprendre pourquoi la femme occupe une telle place dans le récit. Sans lire ALIENOR, vous pourrez comprendre l'histoire dans son ensemble, mais vous passerez sans doute à côté de quelques subtilités. En effet, l'auteur effectue des allusions et clins d'oeil à son autre livre, sans pour autant que ce soit too-much, ce qui n'a pas été pour me déplaire.
Adrien, le personnage principal, mène une vie très riche et palpitante. En effet, chaque chapitre du trône de cendre est rythmé par de nombreuses actions et révélations, ce qui a pour effet de dynamiser le récit mais également de brouiller l'esprit du lecteur qui ne parvient pas toujours à suivre le déroulement des événements. J'ai aimé cette densité d'action, cette effervescence dans laquelle les protagonistes sont plongés, mais je dois malheureusement déplorer un manque d'approfondissement desdites actions. J'avais l'impression que tout s'enchaînait de manière logique et cohérente mais qu'il manquait une certaine profondeur, une épaisseur afin de rendre le tout crédible. J'aurais vraiment apprécié davantage d'explications voire de détails concernant certaines opérations ou choix, cela aurait contribué à rendre la lecture encore plus fluide et agréable.
Afin que le lecteur ne s'égare pas, l'auteur a veillé à contextualiser, de façon plus ou moins brèves, chaque chapitre. Ces contextualisations étaient repérables visuellement grâce à un choix de police en italique, ce qui permettait immédiatement au lecteur de comprendre la teneur des propos. Une fois le contexte posé, c'est la vie d'un des personnages qui était abordée, un des aspects de leur vie. En ce sens, j'ai trouvé qu'il y avait de nombreux personnages, principaux comme secondaires, sans doute un peu trop pour que l'on réussisse à tous les identifier clairement. Parmi eux nous avons Adrien, encore et toujours plus important à chaque page ; une journaliste, Kate Donovan, que certains d'entre vous connaissent peut-être déjà, ainsi qu'Olympe, une jeune femme sincère et dévouée. En ce qui concerne les autres, je dois avouer que le souvenir des uns se mêle à celui des autres, je n'ai malheureusement pas réussit à m'identifier à eux voire à m'y attacher.
Adrien semble marcher dans les pas d'Alexandre le Grand mais également de Napoléon, deux conquérants que le monde entier connaît, deux personnalités hors norme au destin hors du commun. Des rêves de conquête et de paix plein la tête, Adrien va tenter de suivre le chemin emprunté par ces deux grandes figures, soumettant çà et là des peuples à son autorité, faisant régner l'ordre d'une manière très particulière. le récit est saupoudré de références historiques que le lecteur repère plus ou moins rapidement et facilement, c'est un plus non négligeable car cela prouve que l'auteur maîtrise son histoire et surtout, se base sur des faits avérés.
Ce livre, ancré dans un univers dystopique, laisse présager un futur assez mystérieux, sanglant mais surtout très rétrograde. La République a été mise à feu et à sang, règne un climat dans lequel l'Empire s'élève. Des cendres de ce que nous appelons République s'élève une nouvelle ère monarchique au sein de laquelle tous les pouvoirs sont réunis dans les mêmes mains.. En ce sens, l'enjeu politique de cette histoire est énorme car, d'une certaine manière, elle remet en cause le système actuel en pointant du doigt ses défauts mais surtout en le renversant. Ici, l'auteur exploite ce qui se veut être un système alternatif à la démocratie mais qui n'est en réalité qu'une douce illusion. Critiquer un système est une chose, le détruire en est une autre, reconstruire un ensemble soudé et durable sur les cendres du passé semble relever du miracle… C'est ce que va tenter de réaliser Adrien, plus ou moins épaulé par ses proches
.
Au fil des pages, Aurélien Grall est parvenu à installer une ambiance assez particulière, notamment à l'aide de titres de musique, toutefois, à peine avais-je le temps de m'habituer à une ambiance que celle-ci avait déjà changé tant tout allait vite, très vite, sans doute trop vite… J'avais l'impression de ne pas réussir à suivre le train en marche, j'aurais aimé prendre le temps de me poser dans la lecture afin de saisir toutes les subtilités de l'histoire. En ce sens, j'ai trouvé que ce livre était parcourut, de long en large, par un paradoxe. En effet, l'auteur donne énormément de détails en ce qui concerne les représentations visuelles des décors ou encore des personnages, notamment féminins, et à l'inverse, il n'en donne pas ou très peu en ce qui concerne le développement de son histoire. Je n'ai vraiment pas été convaincu par les nombreux détails fournis, détails qui à mes yeux étaient loin de faire avancer l'histoire et qui au contraire, la ralentissaient considérablement. En somme, le paradoxe de ce livre est relatif au dosage des éléments de détails et du développement de l'intrigue. le style m'a semblé beaucoup trop elliptique, négligeant certains aspects essentiels, apportant relativement peu de réponses là où des éclaircissements auraient été appréciés.
Insister sur les traits physiques des femmes témoigne non seulement du soucis du détails (parfois excessif) mais aussi de leur importance dans l'histoire. A l'instar d'ALIENOR, la femme joue ici un rôle majeur, vous aurez l'occasion de la découvrir sous de nombreuses coutures – pas toujours reluisantes. Tantôt manipulatrices et séductrices, tantôt naïves et fragiles, toutes différentes mais pourtant animées par une détermination sans faille. Olympe et Kate Donovan restent mes deux préférées, courageuses et fidèles à elle-mêmes, j'ai aimé les valeurs qu'elles tentaient d'incarner. Toutefois, à l'image du récit, leur personnalité mais surtout la psychologie de chacune d'entre elles n'était pas suffisamment fouillée, des efforts ont été fait en ce qui concerne Olympe, mais pas assez pour réellement cerner les intentions de cette dernière.
le trône de cendre est donc un roman politique qui propose une histoire somme toute assez violente, autant par les enjeux soulevés que par les scènes proposées à la lecture. Une certaine tonalité tragique règne sur ce livre, un livre qui sonne comme un rêve de gloire et de conquête mais aussi comme un cauchemar ambulant pour tout une génération bafouée et trempée dans la boue. Ce récit nous montre les pires extrémités dans lesquels nous pouvons tomber, gloire, amour et pouvoir… le potentiel de ce livre est énorme tant les possibilités sont nombreuses et surtout intéressantes, malheureusement tout n'était pas abouti et pas assez exploité à mon goût, ce que je trouve vraiment dommage étant donné les nombreuses qualités de ce livre. C'est comme si l'auteur tenait un bon filon mais ne parvenait pas à l'extraire dans sa totalité...
La plume de l'auteur est agréable, fluide, mais parfois un peu surchargée. J'ai, dans l'ensemble apprécié ma lecture, mais quelques approfondissements auraient été la bienvenue afin de cerner toutes les subtilités du récit. Je dois avouer que j'ai passé un bon moment mais que je reste un peu sur ma faim, c'est assez frustrant quand on sent que les idées sont là mais qu'il manque la petite étincelle qui vient allumer le brasier et enflammer le récit. le trône de cendre est donc un roman très axé politique, avec un énorme potentiel et des personnages atypiques, toutefois je n'ai pas été convaincue par la totalité du récit, même si je dois reconnaître les qualités de ce dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coquinnette1974
  17 juillet 2018
Le trône de cendre : L'intéGRALL m'a été envoyé par son auteur, Aurélien Grall, que je remercie chaleureusement :)
La France est secouée par de violentes manifestations. le divorce entre le peuple et les politiques est consommé. L'espoir est mort...
Walter, jeune étudiant, est tué sous les coups de la police. Adrien, son meilleur ami, jure de ne pas laisser ce crime impuni...
Emporté par sa haine des puissants, Adrien va mener la révolte très loin. Mais jusqu'où est-il prêt à aller pour faire justice ?
Le trône de cendre : L'intéGRALL est un très bon roman qui fait froid dans le dos.
Et si un jour ce que raconte l'auteur arrivait ?? Je me dit que non, ça n'arrivera jamais...
N'empêche que.. ce roman interroge, met mal à l'aise, et fait se poser des tas de questions ! La fiction pourrait bien un jour rejoindre la réalité.
Que se passerait t'il si un jeune homme comme Adrien faisait comme lui dans ce roman ? Pourrait t'il réellement arriver un truc pareil ?
Une telle révolte ??
Le trône de cendre : L'intéGRALL est un ouvrage captivant, qui fait se poser pas mal de questions.
J'ai apprécié les différents personnages, l'ambiance très particulière de ce livre.
Mon petit regret est de ne pas avoir lu le précédent roman de l'auteur : Alienor : L'origine de toutes les haines. Car même s'il n'est pas nécessaire de l'avoir lu, j'aurais préféré d'abord découvrir Aliénor puis L'intéGRALL.
Mais on comprend très bien même sans avoir lu l'autre roman car l'auteur est très clair et en a fait deux tomes bien distincts.
L'écriture de Aurélien GRALL est un peu particulière, vive, avec des phrases sans fioritures. On aime ou on n'aime pas, et j'ai aimé :) Cette écriture très énergique colle parfaitement au roman.
Je ne peux pas en dire plus, il serait dommage d'en dévoiler trop et de spoiler.
C'est un roman à découvrir, et qui mérite un joli quatre étoiles :)
Je rajouterais juste.. que je relirais l'auteur avec plaisir :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
cristalya
  12 juillet 2018
Pour une seconde fois, je m'embarquais pour une histoire sous la plume de l'auteur Aurélien Grall, et à une nouvelle reprise, ce fut une bonne lecture.
On débute avec le décès du jeune Walter, crime impuni et injuste, particulièrement aux yeux du personnage de Adrien. Car en effet, cet événement va radicalement le changer, et modifier en profondeur le monde entier.
On suit durant le roman la volonté de Adrien de semer la paix et l'humanité sur la planète entière, mais pour cela, il usera de moyens immoraux, sans même se rendre compte de sa propre évolution. C'est l'histoire d'un homme qui se corrompt par la soif de pouvoir, par la reconnaissance que lui confère un nombre important d'individus, celle d'un homme qui va perdre la tête et ses véritables idéaux.
Ce personnage est effrayant de froideur et de folie grandissante. On suit sa descente à cause d'un trop grand pouvoir, entraîné dans le tourbillon d'une trop folle grandeur, d'un trop plein de reconnaissance. On est impuissant face à cette évolution qui nous glace, car elle fait peur, tout en étant curieux de la fin qu'elle aura, une curiosité presque malsaine. En effet, imaginons que ce qui se passe dans ce roman arrive, car cette folie qui prend les hommes à cause du pouvoir existe. On voit dans cette oeuvre l'humain, l'homme politique avec un poids trop important pour ces épaules, et les côtés sombres qui font partie intégrante de lui. Et l'auteur l'a particulièrement bien montré le long des pages.
On va retrouver en plus de ce fameux Adrien la journaliste Kate, qu'on avait pu découvrir dans ALIENOR, l'origine de toutes les haines du même auteur. On en apprend un peu plus sur elle, tout en restant un personnage mystérieux dont on n'arrive pas à déterminer avec certitude les motivations, et ce durant les différents moments que l'on passe à ses côtés. On aura aussi Olympe, jeune femme qui aura une certaine importance pour Adrien, dont nous en savons aussi peu, voire parfois restant un peu effacée par rapport aux précédents personnages.
L'histoire semble avoir deux temporalités, puisque le temps se déroule rapidement, sans que nous ne le voyons passer, mais en même temps, l'évolution du personnage se fait lente, sournoise, mais certaine, sans que rien ne puisse le stopper. Cela offre ainsi comme un paradoxe auquel nous faisons face, presque inconsciemment.
L'écriture de l'auteur nous embarque une nouvelle fois dans ses oeuvres, avec efficacité, en nous montrant les parts sombres de l'humain et en traitant des thèmes similaires à son autre roman. Ainsi, on retrouve la manipulation, ainsi que la politique, qui a une place importance ici aussi, ou encore la domination, l'immoralité et la cruauté. On pourra ajouter dans celui-ci une dose de pouvoir et d'idéal que l'on perd de vue, de folie et de fanatisme, des thèmes effrayants de vérité et bien qu'ils soient fortement poussés par l'auteur, parfois proches de certains aspects de notre réalité.
Durant la lecture, on retrouve des éléments faisant référence à l'autre oeuvre de l'auteur, ALIENOR, l'origine de toutes les haines, mais il n'est pas indispensable de l'avoir lu. On comprend plus rapidement et peut-être avec plus de clairvoyance ces éléments si on en fait préalablement la lecture, mais Aurélien Grall nous renseigne assez vite de quoi il retourne, permettant aux nouveaux lecteurs de comprendre malgré tout.
La fin conclut bien l'évolution que l'on a suivi durant les pages précédant, particulièrement pour le personnage que l'on suit le plus. Elle laisse néanmoins des zones d'ombre sur ce que nous avons pu découvrir, sur les objectifs de certains personnages, et laisse même une fine ouverture à une nouvelle intrigue encore en état d'embryon, faisant présager une éventuelle autre oeuvre de l'auteur qui pourrait nous renseigner un peu plus.

Pour conclure, j'ai une nouvelle fois aimé lire une oeuvre de l'auteur. J'apprécie les thèmes sombres de l'humain qu'il aborde et comment il l'aborde, tel que le pouvoir, la cruauté ou encore un certain pan de la folie. On est absorbé par ce qu'il se passe, et on a envie de savoir la conclusion à cette histoire, de connaître ce qu'il va advenir des personnages, dont pour la plupart restent mystérieux. Cette lecture me confirme que j'apprécie l'écriture efficace de Aurélien Grall, et que je lirais avec plaisir une prochaine oeuvre de sa part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Viracocha
  09 novembre 2018
Tout d'abord, je tiens à remercier Aurélien Grall de m'avoir permis de lire son roman par l'intermédiaire de la plateforme Simplement Pro. Je dois vous avouer que malgré la richesse du résumé, je ne savais pas forcément à quoi m'attendre, mais j'étais intrigué notamment du fait que le livre a reçu un accueil globalement positif par les précédentes chroniques.
Quelques mois plus tard, j'ai lu ce livre quand le moment s'y est prêté et, comme souvent malheureusement ces derniers temps, j'en suis ressorti avec un sentiment mitigé. Aurélien Grall a des qualités littéraires et du talent pour imaginer, c'est indéniable, mais son oeuvre ne m'a pas paru vraiment cohérente.
Je m'explique. L'auteur nous a proposé une révolution de notre monde pour nous montrer ce que pourrait être le futur de notre société si un despote soi-disant animé d'intentions humanistes venant à démanteler le gouvernement que l'on connaît pour libérer le peuple et devenir à son tour un tyran, sans que lui-même ne semble réellement en prendre conscience.
L'idée de base est intéressante et elle est même bien exploitée par moments, son style d'écriture étant relativement agréable dans l'ensemble, quoi que je trouve que parfois, il en fait un peu trop, mais rien de bien méchant. Ses métaphores et ses descriptions font plutôt partie des points forts du récit, et donc des éléments qui ont fait que ma lecture n'a pas été freinée par ses points faibles. Toutefois, le développement a manqué cruellement de consistance, à mes yeux. En effet, de mon point de vue, on est très vite passé de la séquence où on découvre le personnage principal à sa montée en puissance puis au début de son règne. Tout est allé si vite. Beaucoup trop vite. On aurait dit un jeune homme qui se trouvait dans l'intimité avec une jeune femme pour la première fois, il veut tellement bien faire qu'il fonce tête baissée et ne prend pas le temps de s'adonner aux préliminaires. La comparaison est peut-être déplacée, mais en quelques chapitres, on s'est retrouvé dix ans plus tard avec un étudiant qui a anéanti un régime en place depuis des décennies, soutenu par une armée, un système financier et des contacts qui sont noués entre des familles de la haute... Je trouve que l'auteur a négligé l'aspect crédibilité de son histoire, ça ne dérangera pas certains lecteurs mais moi ça m'a quand même gêné. Ne vous y trompez pas, je suis plutôt bon public mais étant donné que dans le récit, j'ai senti une volonté évidente de la part de l'auteur de conférer un réalisme contemporain à son histoire, je me suis dit que c'était raté pour le coup.
Toutefois, je ne me suis pas arrêté pour autant de lire. Il y avait quand même de bonnes idées, même si dans l'ensemble, c'était un peu cousu de fil blanc. Ce qui est intéressant, ce sont les nombreux thèmes abordés.
On sent aussi dans ses lignes un culte de la femme, un culte que je comprends étant moi aussi une plume masculine, et j'avoue que cela fait partie des petites choses qui m'ont plu, puisque je trouve que les femmes n'ont pas toujours un rôle de figurantes principales qu'elles méritent. Mais je dois avouer que, par moments, c'était too much...
En outre, on a surtout vécu le train de vie outrageant de l'empereur mais on s'est peu intéressé à la situation globale de la population. L'auteur a quand même tenu à nous indiquer qu'il vivait dans la misère, mais cela a été abordé de manière très superficielle j'ai trouvé.
Maintenant, si je peux paraître sévère, il ne faut pas oublier que ce genre de roman est très dense et complexe à bâtir. Un récit ambitieux et audacieux de la part d'Aurélien Grall, il faut tout de même le reconnaître.
C'est toujours la boule au ventre quand je fais un retour pas forcément positif, mais je me dois d'être sincère et de relater ce que j'ai ressenti.
Cela dit, au vu du prix séduisant au format numérique, n'hésitez pas à vous procurer le livre si vous aimez les ouvrages parlant de complot politique, et à vous faire votre propre avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nadine13
  13 juin 2018
Le trône de cendre
Aurélien Grall
303 pages
Sorti le 13/12/2017
Auto-édités
Encore la découverte d'un auteur, faite sur Simplement pro.
Des manifestations ébranlent la France. le peuple n'en peut plus du gouvernement et de leurs pauvres vies.
Des étudiants non manifestants sont pris pour cible par les forces de police, et un des étudiants, Walter, est gravement blessé à la tête, emmené à l'hôpital, où il décède quelques heures après.
Entre temps, dans un pénitencier au Colorado, la journaliste Catherine Donovan est incarcérée suite à une de ses enquêtes, elle y rencontre un individu qui lui propose un deal. Si elle veut reprendre sa vie d'avant, elle doit parler du projet "Alienor".
Aux obsèques de Walter, Adrien son meilleur ami et officier réserviste veut que justice soit faite pour son ami ! Prenant à partie les manifestants présents à l'enterrement, Adrien interpelle la foule en leur scandant "Croyez-vous que crier dans le vent sert à quelque chose ? L'heure de la vengeance a sonné !"
Les manifestants s'abreuvent de ses paroles et deviennent d'un seul coup, unis corps et âmes et prêts à le suivre les yeux fermés !!! Petit à petit, Adrien monte une immense armée, habillée de pantalons kaki et chemises noires pour organiser un coup d'état en France et aussi dans le monde entier !!!! Cela me rappelle Napoléon. D'ailleurs, c'est le surnom d'Adrien !!!
Adrien tiendra-t-il ses promesses d'un monde meilleur pour tous ? Ou tombera-t-il, lui aussi, dans les méandres du pouvoir ? Jusqu'où ira-t-il pour accéder au pouvoir ? Pourra-t-il changer le monde ? Pourquoi cela se passe-t-il toujours pareil ? Doit-on croire aux illusions d'un monde idéal ?
Un thriller psychologique noir sur le changement de personnalité, suite à une prise de responsabilités ! Pourquoi et comment ce pouvoir change ces personnes et leurs visions...
Un roman que je verrai bien adapté au cinéma. Un thriller additif, bien documenté, très précis et tellement réaliste qu'il nous donne des frissons.
D'intrigues en manipulations, d'espionnages en trahisons, on est emporté dans un roman hors du commun.
A lire et à découvrir rapidement.
Résumé
La France est secouée par de violentes manifestations. le divorce entre le peuple et les politiques est consommé. L'espoir est mort.
Victime de ces troubles, Walter, jeune étudiant, est tué sous les coups de la police. Adrien, son meilleur ami, jure de ne pas laisser ce crime impuni.
Emporté par sa haine des puissants, il va mener la révolte qui va l'emmener très loin. Sur son chemin, une foule de soutiens le rejoindra, parmi lesquelles Olympe, charmante étudiante en droit qui fera bien vite battre son coeur.
Mais jusqu'où est-il prêt à aller pour faire justice ? Devra-t-il sacrifier jusqu'à l'amour de sa vie au nom de ses rêves de grandeur ?
La réponse pourrait bien donner vie à la plus légendaire épopée de l'Histoire de l'Humanité…
Émeutes meurtrières, coup d'État, complots, déchirements et batailles épiques, le deuxième roman d'Aurélien Grall fait place au grand spectacle. Effrayant par sa fidélité à l'actualité politique, le trône de cendre vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière seconde.
Ce livre numérique contient les épisodes 1, 2 et 3 du trône de cendre ainsi que trois scènes inédites.
Voici le lien pour vous procurer ce roman
Le trône de cendre: L'intéGRALL https://www.amazon.fr/dp/B078M7RYJ9/ref=cm_sw_r_cp_apa_i_4vmiBb9HDV1PV
Dorénavant, vous pouvez retrouver mes chroniques, et celles d'autres personnes, sur le blog : http : //lepharelitteraire-blog.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   12 octobre 2018
— On voit pourquoi tu es venu étudier ici Walter ! lui lança-t-il en retour en ricanant. Et toi Adrien, tu ne défends pas la réputation de ton pays ?

— Déjà, je ne suis pas Français, je suis breton et citoyen du monde, déclara-t-il en fusillant ses amis de son regard noisette, le sourire en coin. Ensuite, je pense que c’est le malaise général qui a fait descendre les gens dans la rue. On est jeunes, nos parents nous font faire des études pour qu’on ait un avenir meilleur mais on n’évitera pas le chômage. Et si on trouve un job, ce sera un contrat précaire. Et pour les vieux c’est pareil. Passé cinquante ans le système décide que tu es bon à rien. Quelque chose ne tourne pas rond depuis trop longtemps. Tout le monde a peur de l’avenir, tout le monde est sous pression. Il y a trop d’injustice et trop de désespoir en France. Il ne faut pas grand-chose pour que ça pète. Et ce pas grand-chose c’est peut-être cette réforme. Il se passe des trucs pas clairs…

— Oh my God ! Je suis avec un conspirationniste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   12 octobre 2018
— Bonjour, Mademoiselle Catherine « Kate » Donovan. Je suis soulagé de vous retrouver en vie.

— Cent jours. Savez-vous ce que ça fait de passer cent jours dans un cercueil sans pouvoir réellement mourir ?

— Je suis sincèrement navré pour vos conditions de détention. Le gouvernement a estimé n’avoir pas d’autre choix.

— Alors vous me considérez comme si dangereuse ? Pourquoi venir me rendre visite dans mon si doux foyer ? l’interrogea-t-elle, le ton plein d’ironie.

— Le fait que vous soyez toujours en vie est déjà un miracle, lui répliqua-t-il calmement. Le gouvernement attend de son geste de clémence que vous lui rendiez la pareille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Miss_HuakinthosMiss_Huakinthos   20 juin 2018
Devenu soudain essoufflé et transpirant de sueur froide, l’Empereur faiblissait à vue d’œil. Son teint alors blanchâtre ne cachait rien de son état fébrile. Submergé sous la vague, il serra les dents et les poings de toutes ses forces jusqu’à enrager de douleur. Songeant au regard des spectatrices de la scène, il se dit qu’il était hors de question qu’il faiblisse. Quoiqu’il en coûte, il était plus qu’un homme : il était désormais symbole de son propre pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coquinnette1974coquinnette1974   11 juillet 2018
Faites attention. Faire de la politique avec les armes n'a jamais porté chance à quiconque.
Commenter  J’apprécie          40
gabrielleviszsgabrielleviszs   12 octobre 2018
Palais impérial, quelque part en France, 19 heures GMT, 20 heures (heure locale). La magnificence est le prélude à la chute de toute civilisation. Ainsi, sous la monumentale verrière pyramidale de la salle du trône, le vide appelle la tempête du déluge… Remontant le long tapis de cérémonie, Kate apparut, semblable à une sanglante princesse enveloppée dans sa robe écarlate, ne laissant rien cacher de ses plus fatals atouts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2079 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre