AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Robert Louis (Traducteur)
EAN : 9782221097267
196 pages
Éditeur : Robert Laffont (03/06/2010)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 26 notes)
Résumé :
A Genève, le riche Dr Fisher vit entouré d'une cour de parasites qu'il méprise, mais qu'il tient par ses largesses et ses soirées fastueuses.
A la fois fasciné et horrifié, Alfred Jones le narrateur,un quinquagénaire infirme qui a épousé la fille du docteur, découvre cet univers vénéneux, où les gens sont prêts à toutes les humiliations et à tous les risques pour de l'argent.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Wyoming
  29 mai 2020
L'écriture raffinée de Graham Green vient servir ici un texte sur les plus vils des sentiments humains : le mépris, la haine, la cupidité. "Vanité des vanités, tout est vanité" dit L Ecclésiaste, voici une référence qui pourrait illustrer la futilité des rapports humains qui se nouent dans ce roman.
A une exception près, ceux qu'éprouvent deux amoureux, séparés par une trentaine d'années, mais très vite unis dans une passion amoureuse qui les tient à l'écart des comportements des autres protagonistes.
C'est également un bon roman sur la cupidité, le pouvoir de la puissance, le pouvoir de l'argent que seul celui qui en possède beaucoup est capable de mépriser. le Dr Fischer méprise surtout les courtisans que bijoux, or, diamants attirent à tel point qu'ils sont prêts à subir les pires humiliations.
C'est aussi le roman d'une résistance, celle du gendre du Dr Fischer, capable de semer la confusion chez les courtisans. Se force-t-il pour résister? Il me semble que non, encore qu'il accepte deux invitations. Qu'il possède l'amour ou qu'il l'ait malheureusement perdu, il est capable d'affronter le Dr Fischer et de contrecarrer certains de ses plans.
La scène finale est un morceau d'anthologie dans lequel la peur de la mort vient se mettre en balance avec la cupidité des courtisans. le Dr Fischer, comme son gendre, n'a pas peur de la mort, et c'est une belle étude psychologique que de chercher pourquoi finalement ils sont si proches l'un de l'autre, tout en se haïssant.
Une oeuvre dont le titre ne laisse rien imaginer, surtout ne lire aucun résumé avant de découvrir ce roman, peut-être même pas cette analyse qui ne dévoile pas l'essentiel.




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Folfaerie
  04 août 2010
Si vous étiez le gendre, d'humble condition, d'un riche hommes d'affaires suisse, seriez-vous prêt à assister à un dîner dont l'unique but est d'humilier les autres riches convives ?
C'est ce qu'accepte, un peu à contrecoeur au début, le narrateur de ce conte cruel, Alfred Jones, un quinquagénaire qui a eu la chance d'épouser la jeune et jolie fille du docteur.

Employé comme traducteur dans une chocolaterie, Jones mène une vie ordinaire jusqu'à sa rencontre puis son mariage avec Anna-Luise. Son existence bascule dès lors qu'il fait la connaissance de l'énigmatique Docteur Fisher. Cer dernier organise des dîners pour un petit groupe d'élus fortunés au cours desquels il leur fait subir toutes sortes d'humiliations avant de leur octroyer leur récompense, en général un cadeau très coûteux.
Même si l'on est pas forcément cynique, on ne peut que se rendre aux arguments du docteur : la cupidité humaine est sans limites.

Green dresse les portraits savoureux de ces ignobles courtisans : M. Belmont, Mrs Montgomery, riche veuve et seule femme de cette assemblée, Mr Kips (dont Fischer s'est cruellement moqué...), Richard Deane, un acteur has-beene, le divisionnaire Kruger. Tous sont prêts à lécher les bottes du Dr pour augmenter leurs richesses.
Commme le narrateur, on observe avec fascination et dégoût, la déchéance de ces immondes parasites.
Pour autant, le Docteur Fisher ne m'a pas été plus sympathique. Même si l'on comprend son point de vue, on ne peut oublier qu'il a lui-même provoqué le drame familial dont il souffre encore et que sa fille ne lui pardonne pas.
Cette farce grotesque et malsaine souligne une fois encore la noirceur de l'âme humaine. Entre cruauté, bêtise et faiblesse, les protagonisques s'engluent dans la toile machiavélique d'un homme finalement plus pathétique que méprisable.
La scène finale, le dernier dîner, est d'ailleurs le point d'orgue de cette sinistre comédie dont le narrateur et la lectrice que je suis, ne ressortent pas indemnes...
Vous l'aurez compris, une excellente surprise (mais enfin, comment être déçue par Graham Greene ?) qui me donne envie de continuer à explorer l'oeuvre de cet écrivain.

A noter : un téléfilm fut tiré du roman en 1985 avec James Mason dans le rôle du Dr Fisher et Alan Bates dans celui d'Alfred Jones.

Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SEcriture
  28 août 2010
J'ai été dans l'histoire dès le début ; happée par le récit d'Alfred Jones. Il nous raconte la rencontre avec sa femme et sa vie avec elle mais aussi et surtout la rencontre avec son beau-père, le Dr Fischer. Jones décrit avec précision l'horrible personnage qu'est le Dr.
A travers ce récit, on découvre un homme tellement horrible et impitoyable qu'on ne peut ressentir de pitié pour lui. Il est vil, méchant, manipulateur. Il va au bout de sa folie pour voir jusqu'où mène « la cupidité des riches ». Pour cela il organise des « dîners » qui ont pour seul but principal, non pas de nourrir ses invités, mais de les humilier. Les noyer dans une humiliation des plus mesquines.

L'auteur a su nous faire partager le sentiment de haine de Jones envers le Dr. Il a su retranscrire les sentiments et émotions des personnages.
L'écriture est agréable et les chapitres courts. La lecture fut donc rapide. D'autant plus que le récit est à la première personne, donc plus facile je trouve, de se fondre dans le roman et d'en dévorer les pages.

Mais (car il y a bien un mais) à un certain moment, j'ai trouvé que le récit perdait non pas de son intérêt mais, perdait plutôt de son sens. Car je n'ai pas saisi POURQUOI le Dr est ce qu'il est.
Je n'ai pas compris non plus son geste final (dans les dernières pages du roman). Pourquoi, après tant de méchanceté, et avec tant d'orgueil, finit-il ainsi ?
J'ai donc dû rater quelque chose, un détail peut-être dans la lecture m'a-t-il échappé. Je ne sais pas. En tout cas, je regrette sincèrement ce manque de compréhension de ma part... Cela a un peu gâché la fin de cette lecture.

En bref : Une belle découverte tout de même, qui pourtant, à un moment donné, m'a semblé perdre de son sens.
Lien : http://s.ecriture.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ADAMSY
  07 novembre 2015
Un homme âgé de la cinquantaine rencontre une jeune fille qui pourrait être sa fille. Elle est riche. C'est l'amour fou et il l'épouse. Il est alors invité à l'une des réceptions de son beau-père (mais sans elle, les femmes n'étant pas admises). le père est une homme ignoble qui s'amuse en réunissant autour de lui d'autres personnes riches qu'il humilie toute la soirée. Ces personnes ne s'insurgent pas car ils attendent avidement la fin de soirée, moment où il recevront un cadeau somptueux.
Le couple tente de vivre sans que ce père diabolique ne fasse ombrage à leur amour. Un amour qui fait rêver...
Original mais j'ai été déçue car l'auteur nous met la puce à l'oreille dès le départ sur la suite de l'histoire...
Commenter  J’apprécie          10
ChezLo
  13 novembre 2010
Par Dr Fischer de Genève, l'un des derniers de ses écrits, je découvre l'univers de Graham Greene, sa plume, et une de ses visions de la société moderne, empreinte d'un grand cynisme noir.
C'est un roman court, aux chapitres succints, mais il restitue une histoire captivante dès les premières pages, avec ce mystérieux et inquiétant Dr Fischer qui est soit présent dans les scènes décrites soit présent dans les pensées et les dialogues de Jones et Anne-Luise. Car le Dr Fischer a cette capacité incroyable de happer les attentions, de susciter les terreurs, mais néanmoins de captiver et de rassembler autour de lui les plus grandes fortunes de la ville qui, en connaissance de cause, répondent à ses invitations pour tenter de gagner toujours plus d'argent même si cela demande d'être sévèrement humilié.

Le suspense du roman réside dans l'incertitude quant à la faculté de résistance et d'indifférence de Jones qui, dans un premier temps, garde une distance protectrice envers les manipulation du docteur. Mais quand soudain on apprend qu'il accepte une seconde invitation à dîner, cela inquiète.

A la lecture, après un premier tiers qui m'a absorbée, j'ai un peu baissé d'attention devant la diminution des scènes captivantes du récit, avant de replonger dans l'intrigue pour la dernière partie du roman, siège d'évènements tragiques et d'un dîner à la cruauté implacable.
Lien : http://chezlorraine.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   05 février 2020
- ... Il les a tous corrompus.
- On ne peut corrompre que les gens corruptibles.
Commenter  J’apprécie          241
WyomingWyoming   25 mai 2020
Mais ce n'était pas à cause de son argent que je détestais le docteur Fischer. Je haïssais en lui l'orgueil, le mépris du monde entier, la cruauté. Il n'aimait personne, pas même sa fille.
Commenter  J’apprécie          60
WyomingWyoming   26 mai 2020
La seule fierté des riches vient de ce qu'ils possèdent. C'est uniquement avec les pauvres qu'il faut faire attention.
Commenter  J’apprécie          60
josteinjostein   28 juillet 2010
La seule fierté des riches vient de ce qu'ils possèdent

Le mépris vient d'une grande déception
Commenter  J’apprécie          70
WyomingWyoming   26 mai 2020
On ne supporte le silence que lorsqu'on est heureux, ou lorsqu'on jouit de la paix de l'esprit.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Graham Greene (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Graham Greene
Brighton Rock (2011), un drame anglais réalisé par Rowan Joffe avec Sam Riley, Andrea Riseborough et Helen Mirren. Trailer
autres livres classés : cupiditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Graham Greene, in english in the text !

Orient Express ?

Orient Express Train
Stamboul Train

5 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Graham GreeneCréer un quiz sur ce livre