AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marcelle Sibon (Autre)
ISBN : 2253006130
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1954)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 211 notes)
Résumé :
Quelle étrange affaire se cache derrière la mort de Harry Lime ? Et comment le colonel Calloway peut-il affirmer qu'il fut"le plus immonde trafiquant du pire marché noir"? Autant de questions auxquelles Rollo Martins, le plus vieil ami de Harry, va tenter d'apporter des réponses. À moins que le mystérieux troisième homme ne soit le seul à connaître la vérité...
Dans une Vienne en ruine à l'issue de la Seconde Guerre mondiale et occupée par les alliés, le lect... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
  16 octobre 2017
Pas plus emballée que ça par ce thriller/ roman noir sur fonds de mise en place de guerre froide dans la Vienne de l'après-guerre. Il faut dire que, n'ayant pas vu le film et jamais lu Graham Greene, je m'en faisais l'idée d'un roman psychologique très littéraire : tout faux !
« le troisième homme » a été écrit pour le cinéma, sous forme de roman d'abord puis transcrit en scenario par l'auteur. Cela se sent, ce roman/scenario est cadencé comme un film des fifties peuplé d'homme en complet et chapeau noir et rebondit de scène en scène à la poursuite de ce mystérieux troisième homme.
Il y a certes une atmosphère oppressante de bruits de bottes et de ville nocturne occupée par les différentes forces victorieuses, dont on perçoit les tensions, atmosphère interlope aussi avec en toile de fonds les trafics inavouables des temps de guerre. Mais tout cela va un peu vite, le traitement de l'intrigue et des personnages a quelque chose de superficiel, et s'il y a un message au-delà de ce qu'induit ce climat, je suis complètement passée à côté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
andras
  18 décembre 2017
Dans son roman "Viva" Patrick Deville évoque le séjour que Graham Greene effectua au Mexique en 1937 et rapproche la Grande Roue Ferris qui est omniprésente dans le roman "Au dessous du volcan" de Lowry et celle qui, à Vienne, fournit le décor d'une des scènes clé du roman (et du film) "Le 3eme homme". J'ai donc saisi cette occasion pour lire ce roman que j'avais récupéré quelques semaines plus tôt dans une boite à livres, heureuse coïncidence. En fait de roman, il ne s'agit à proprement parler que d'un scénario pour le film que Carol Reed a réalisé en 1947 avec Orson Welles dans le rôle de Harry Lime. Lire le scénario sans avoir vu le film (comme c'est mon cas) est un peu frustrant car on sent que l'auteur va au plus court, ne s'embarrasse guère de psychologie et laisse au réalisateur, au directeur musical (Anton Karas) et au directeur de la photographie (Robert Krasker) le soin de de rendre sensible les rapports étranges entre les protagonistes avec, en toile de fond, l'atmosphère glauque de Vienne, administrée à cette époque par quatre puissances étrangères, les russes, les américains, les britanniques et les français. Si la lecture de ce scénario m'a un peu déçu (et notamment sa fin), il me tarde néanmoins de voir enfin ce film.
Dans l'édition du Livre de poche, on a droit à un "bonus" : le scénario écrit par Greene pour un autre film de Carol Reed, "Première désillusion" (The Fallen Idol en VO). Et c'est une très bonne surprise car ce scénario-là m'a davantage captivé que celui du "3ème homme" : Philippe, un garçon de 7 ans, dont les parents sont partis en vacances pour quinze jours, est resté dans la grande demeure familiale à la charge du majordome Baines et de sa femme, une personne autoritaire et très à cheval sur les principes. Baines, qui a baroudé de longues années en Afrique, confie à Philippe qu'il n'est pas heureux en ménage. Philippe, très fier de la complicité qui s'établit entre lui et le majordome, va découvrir que la jeune personne que Baines fait passer pour sa nièce est en réalité sa maîtresse (prénommée Emmy dans le scénario et Julie dans le film, le personnage étant interprété par la superbe Michèle Morgan). Mais Mme Baines n'est pas une femme à s'en laisser compter et les choses vont très mal tourner...
J'ai pris davantage de plaisir à lire le scénario de "Première désillusion" que celui du "3eme homme". Mettre le jeune garçon comme témoin des turpitudes de ce couple de domestiques, en l'absence de ses parents, puis ensuite comme acteur dans la résolution du drame (après une errance dans la ville à la résonance toute psychanalytique) rend l'histoire très poignante. Peut-être y a-t-il chez Greene une réminiscence de "Ce que savait Maisie" de Henry James ? C'est en tout cas un texte qui m'a vraiment séduit.
Notation : 6/10 pour le 3eme homme et 8/10 pour Première désillusion, donc au final 7/10 pour les deux réunis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipette
  16 mai 2012
Le troisième homme - Vienne, immédiat après-guerre. La ville en ruines est occupée par les puissances victorieuses du second conflit mondial. Rollo Martins est à Vienne à la demande de son ami Harry Lime. Quand il arrive en ville, on lui indique le lieu de l'enterrement de Lime. Ainsi Harry est mort. La police évoque un accident de voiture, mais les témoignages se contredisent et Rollo pressent que la mort de son ami est suspecte. le récit est fait par l'inspecteur Calloway de la police britannique. Dans les ruines de la capitale autrichienne, les hommes se croisent et s'interrogent au sujet du mystérieux troisième homme et d'un odieux trafic de pénniciline.
Première désillusion - le petit Philippe est envahi d'une allégresse folle quand ses parents partent en vacances. Seul dans la grande maison familiale avec Baines, le maître d'hôtel, et son épouse, la gouvernante, Philippe croit toucher la liberté. Mais Mrs Baines règne en dragon sur la demeure vide et sur son époux. Baines ressase inlassablement son passé en Afrique et ses exploits. Entre les deux adultes, Philippe découvre certaines vérités gênantes: les petits secrets de Baines et les manoeuvres des grandes personnes. Pour se protéger des difficultés, il se retranche au plus profond de son enfance, au mépris de l'amitié, mais au profit de la justice.
Le style des deux nouvelles est très différent. Celui de la première est sur le mode du rapport de police, sans émotions, neutre et clinique. le second texte laisse davantage de palce à l'émotion, on s'attache davantage au petit héros. J'ai apprécié la concision des phrases et l'économie de mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Taraxacum
  11 février 2014
Le Troisième homme est surtout célèbre pour le film qui en a été tiré mais vaut tout à fait la découverte en soi, pas seulement la curiosité du cinéphile. Dans une Vienne post-guerre,ruinée et occupée, coupée en quatre par les puissances victorieuses, Rollo Martins arrive sur l'invitation de son ami d'enfance Harry Lime, juste pour apprendre la mort de celui-ci. Quand la police militaire lui explique que Harry était soupçonné de trafic de pénicilline, il prend sur lui de trouver la vérité pour laver l'honneur de son ami. Seulement, les choses semblent bien embrouillées, à commencer par les circonstances exactes de la mort de Harry.
Un texte court, ramassé, avec une ambiance crépusculaire tenant autant au thème qu'à la ville en ruine, partagée comme un butin de guerre, des personnages intéressants et un suspense bien mené, le Troisième homme se révèle une longue nouvelle d'excellente qualité qui devrait être lue par tous les curieux.
Dans l'édition que j'ai sous la main, Robert Laffont 2001, il y a en plus une très intéressante préface de Graham Greene lui-même, sur la genèse de cette oeuvre, et une autre nouvelle :Première Désillusion, qui tord complètement le coeur dans ce portrait d'un enfant confronté pour la toute première fois au poids des secrets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Corboland78
  24 janvier 2019
Henry Graham Greene, né en 1904 dans le comté de Hertfordshire, en Angleterre, et mort en 1991 à Vevey, dans le canton de Vaud, en Suisse, est un écrivain et scénariste britannique. Il a écrit des romans, des nouvelles, des récits de voyages, des essais et des critiques. Dans son autobiographie, il donne de nombreux détails à propos de son enfance difficile, en particulier cet ennui qui commence à se manifester dès sa treizième année, cet état se transformant en dépression et tentatives de suicide. Après ses études, il se lança dans le journalisme. Il devint catholique en 1926 afin de se marier.
Cette édition contient deux textes : le Troisième homme, une novella parue en 1950 et écrite expressément dans le but d'être adaptée pour le cinéma, ce sera le fameux film éponyme de Carol Reed avec Joseph Cotten et Orson Wells. L'autre texte est une courte nouvelle, Première désillusion.
Le Troisième homme se déroule à Vienne en 1949 alors occupée par les quatre puissances victorieuses de la Seconde guerre mondiale. Rollo Martins, un petit écrivain américain sans envergure y débarque sur l'invitation de son ami d'enfance Harry Lime. Quand il arrive, c'est pour découvrir que son ami vient d'être écrasé par une voiture. Curieux d'en savoir plus, Martins rencontre quelques amis de Lime, tous présentant des attitudes un peu étranges. Officiellement, deux d'entre eux auraient recueilli le corps de Lime juste après l'accident mais le concierge de l'immeuble où habitait Lime assure qu'un troisième homme se trouvait là. Quand le concierge est assassiné peu après et qu'un officier de la police militaire britannique, le major Calloway, déclare à Holly que ce qu'il a de mieux à faire est de quitter Vienne après lui avoir révélé que Lime était impliqué dans un réseau qui trafiquait de la pénicilline sur le marché noir (Graham Greene a été espion durant la Seconde Guerre mondiale et connaissait plusieurs affaires de trafic de pénicilline frelatée ce qui a inspiré son texte), Martins choisit de rester, résolu à tirer au clair cette affaire et à identifier ce troisième homme.
Un texte diablement envoûtant. Sous la plume de l'écrivain, Vienne offre des décors très froids (en plus c'est l'hiver !) et les personnages nous semblent très mystérieux, cachant par leurs non-dits les liens les reliant les uns aux autres. Quant à Rollo Martins, peu argenté et désemparé, dernière personne ayant vu Koch le concierge avant sa mort, il se retrouve dans le rôle d'un suspect potentiel, d'autant que le narrateur de cette intrigue est Calloway le flic de Scotland Yard. Pour tout dire, il y a par moments, quelque chose de kafkaïen dans l'ambiance avec ce Rollo qui ne comprend pas ce qui se passe, ces décors livides, la sensation d'être manipulé et par-dessus tout, cette déception d'abord refoulée puis qu'il faudra accepter, Lime son ami n'est donc pas celui qu'il croyait être ! J'ajouterai qu'à cette lecture viennent se greffer les images fortes et en Noir & Blanc du film, pourtant pas revu depuis bien longtemps, la Grande Roue du Prater, la poursuite dans les égouts de la ville…
La seconde nouvelle, Première désillusion, est d'un registre complètement différent, encore que. Dans un quartier huppé de Londres, les parents partis en voyage pour une quinzaine de jours, ont laissé leur jeune fils Philippe sous la garde des Baines, le couple d'employés de maison. le gamin va découvrir le monde des adultes et le poids des secrets après une expérience tragique et traumatisante qui le poursuivra toute sa vie.
Deux textes finalement proches puisqu'il y est question de déception… Un sentiment par contre que ne connait pas le lecteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
giatigiati   24 juin 2015
Les trams ne circulaient plus. Il partit à pied, avec la volonté obstinée de retrouver l'amie de Harry. Il voulait faire l'amour avec elle, comme ça, pas de romanesque, pas d'histoires. Il se sentait d'humeur violente, mais la route couverte de neige ondulait comme la surface d'un lac et cela fit partir son imagination dans une autre direction, celle de la mélancolie, de l'amour éternel, de la renonciation. Dans l'angle d'un mur, il vomit dans la neige, à l'abri des regards.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Corboland78Corboland78   24 janvier 2019
- Je trouve, Herr Koch, que vous auriez dû témoigner. – Chacun veille sur sa propre sécurité, Herr Martins. Je ne suis pas le seul qui se soit abstenu. – Que voulez-vous dire ? – Trois hommes ont aidé à porter votre ami dans la maison. – Je sais, deux hommes et le chauffeur. – Non, le chauffeur est resté là où il était. Il était très ému le pauvre… - Trois hommes… On eût dit qu’en se promenant à tâtons sur le mur nu, ses doigts venaient de rencontrer brusquement, peut-être pas tout à fait une fissure, mais une rugosité que les constructeurs soigneux n’avaient pas aplanie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
andrasandras   19 décembre 2017
Elle était ce genre de femmes qui s'imaginent pouvoir réparer n'importe quelle injustice en vous faisant manger quelque chose de bon.

[Première désillusion]
Commenter  J’apprécie          80
BaslodyBaslody   04 juin 2016
- Il est mort sur le coup.Vous pouvez en croire sur parole un homme qui s'y connait.
- Je trouve, Herr Koch, que vous auriez dû témoigner.
- Chacun veille sur sa propre sécurité, Herr Martins. Je ne suis pas le seul qui se soit abstenu.
- Que voulez-vous dire?
- Trois hommes ont aidé à porter votre ami dans la maison.
- Je sais, deux hommes et le chauffeur.
- Non, le chauffeur est resté là où il était. Il était très ému, le pauvre.
- Trois hommes...."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NEOAFRICAINNEOAFRICAIN   10 novembre 2014
" Il y a forcément quelque chose de frelaté chez un homme qui n'accepte pas de bonne grâce la calvitie. "

" A notre époque, mon vieux, personne ne pense en fonction des êtres humains, les gouvernants les premiers, alors pourquoi nous? "
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Graham Greene (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Graham Greene
Our Man in Havana - Original Trailer (1959) Notre Agent à La Havane (Our Man in Havana) est un film britannique réalisé par Carol Reed, avec Alec Guinness, Burl Ives et Maureen O'Hara. Scénario de Graham Greene, d'après son roman d'espionnage (1950).
Dans la catégorie : UsageVoir plus
>Langues>Langue anglaise. Anglo-saxon>Usage (106)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Graham Greene, in english in the text !

Orient Express ?

Orient Express Train
Stamboul Train

5 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Graham GreeneCréer un quiz sur ce livre
.. ..