AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Mahmoud Sami-Ali (Traducteur)
EAN : 9782742765041
87 pages
Éditeur : Actes Sud (23/10/2006)
4.25/5   12 notes
Résumé :

Fulgurante figue de la mystique en Islam, Hussein Mansour al-Hallâj appartient à cette rare pléiade de poètes pour qui la poésie fait un avec la pensée. Cela ne saurait se produire que si la poésie estsublime et la pensée profonde. Cependant, puisque Hallâj est avant tout un mystique, un des plus grands de tous les temps, l'unité de la pensée et de la poésie chez lui trouve sa justification dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LionelBonhouvrier
  10 février 2021
Ne pas connaître l'arabe est un sérieux handicap pour comprendre Hussein Mansour al-Hallaj, célèbre mystique des IXe et Xe siècles. Je dépends donc de la traduction de Sami-Ali. Mais la fulgurance d'une vingtaine de poèmes me frappe au coeur. D'autres poèmes me résistent un peu. Une longue fréquentation et maintes lectures permettront de lever une part du voile. En ce domaine mystique, l'humilité s'impose.
Quelques thèmes se dégagent des quarante-neuf Poèmes mystiques. Celui de la présence-absence de Dieu s'impose d'emblée. L'Être est invisible au commun des hommes : "Quelle terre est vide de Toi / pour qu'on s'élance à Te chercher
Tu les vois qui Te regardent au grand jour / Mais aveugles ils ne voient pas."
Le mystique choisit une vie radicale :
"J'ai laissé aux gens leur ici-bas et leur religion,
Absorbé en Ton amour, ô Toi ma religion et mon ici-bas."
Hallâj vit l'omniprésence de l'Un comme une évidence :
"Ton image est dans mon oeil / Ton invocation dans ma bouche
Ta demeure dans mon coeur / Où donc peux-tu être absent ?"
L'Éternel n'a que faire des lois de la nature :
"Une nuit se leva le soleil de Celui que j'aime
Il resplendit et ne connut pas de couchant
Car le soleil du jour se lève la nuit / Et le soleil du coeur ne s'absente pas."
L'approche du Tout-Puissant exige des images multiples :
"J'ai donc dit : O mes biens-aimés, c'est le soleil !
Sa lumière est proche mais Il est hors d'atteinte."
L'amant et l'aimé se mêlent en l'amour :
"Ton esprit se mêla à mon esprit / Qu'une chose Te touche, elle me touche
Car Toi c'est moi inséparablement."
Le but ultime est la fusion mystique : "Avec l'oeil du coeur je vis mon Seigneur
Et Lui dis : Qui es-Tu ? Il me dit : Toi !"
La voie du mystique diffère profondément de celle des croyants habituels. le renoncement est nécessaire :
"L'effacement du moi est pour moi un don des plus nobles
Et mon maintien dans mes qualités, l'un des péchés vils"
"J'ai renié la religion de Dieu, le reniement
Est un devoir pour moi, un péché pour les musulmans".
Le désir mystique de fusion avec le Bien-Aimé est intense :
"Ah ! Si je pouvais, j'irai à Toi / Courant sur le visage ou marchant sur la tête !"
Et ce désir se réalise dans l'extase :
"Ta place dans mon coeur est tout mon coeur / Nulle place pour une créature à Ta place
Mon âme T'a placé entre ma peau et mes os / Comment ferais-je si je Te perdais ?"
"A jamais mon non-être est pour Toi un être / Car déjà mon être est là où il n'y a pas "où"
Entre Toi et moi, un moi est de trop
Que la séparation cesse et que le Toi ravisse le moi !"
Mais l'ivresse mystique devient dangereuse quand l'enivré dévoile des secrets. Hallâj en a conscience, prévoit et annonce son sacrifice dans plusieurs poèmes :
"Ma perte me convient qui Te convient, ô mon Tueur, / Et je choisis ce que Tu choisis"
"Qui veut un écrit, voici ma lettre / Lisez et apprenez que je suis un martyr"
"Tuez-moi mes autorités car ma vie est d'être tué
Et ma mort est dans ma vie et ma vie est dans ma mort".
Ses paroles scandalisent l'autorité politique. le calife abbasside Al-Muqtadir est un médiocre. Hallâj est accusé de blasphème et d'abjuration. Après un procès de sept ans, il est torturé, crucifié, décapité et brûlé à Bagdad le 26 mars 922.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Anis0206
  03 avril 2013
un bon recueil de poèmes avec comme principal sujet Dieu et l'Islam
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   26 juillet 2017
J'ai un Bien-Aimé que je visite dans les solitudes

Présent et absent aux regards

Tu ne me vois pas L'écouter avec l'ouïe

pour comprendre les mots qu'Il dit

Mots sans forme ni prononciation

Et qui ne ressemblent pas à la mélodie des voix

C'est comme si en m'adresant à Lui

Par la pensée, je m'adressais à moi-même

Présent et absent, proche et lointain

Les figures des qalificatifs ne peuvent Le contenir

Il est plus près que la conscience pour l'imagination

Et plus caché que les pensées évidentes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DanieljeanDanieljean   26 juillet 2017
Dieu en témoigne ! Qu'aucun soleil ne se lève ni se couche

Sans que Ton amour soit uni à mes souffles

Et que je ne m'isole pour m'entretenir avec autrui

Sans que Tu ne sois mon entretien avec autrui

Et que triste ou joyeux je ne T'invoque

sans que Tu sois dans mon coeur parmi mes doutes

Et que de soif je ne m'apprête à boire de l'eau

Sans que je voie une image de Toi dans ma coupe

Ah ! si je pouvais, j'irais à Toi

Courant sur le visage ou marchant sur la tête
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Anis0206Anis0206   03 avril 2013
j'ai renié la religion de Dieu, le reniement
Est un devoir pour moi, un péché pour les musulmans
Commenter  J’apprécie          60
CaligariCaligari   19 juin 2011
Mon coeur est devenu capable de toutes les formes.
Commenter  J’apprécie          91

Video de Hussein Mansour al- Hallaj (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hussein Mansour al- Hallaj
Mansur Al HALLAJ – Une Vie, une Œuvre : le Christ de l'Islam (France Culture, 1988) Émission "Une Vie, une Œuvre », par Monique Baile, diffusée le 5 mai 1988 sur France Culture. Invitée : Monique Baile.
Dans la catégorie : Littérature arabeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures afro-asiatiques>Littérature arabe (151)
autres livres classés : poésie mystiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
936 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre