AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-Thérèse Cuny (Collaborateur)Sylvie Angel (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782266168083
192 pages
Éditeur : Pocket (27/08/2007)
3.6/5   76 notes
Résumé :
Hélène a 12 ans, c'est une jeune fille comme beaucoup d'autres, sensible et angoissée par le monde des adultes. Un soir elle allume son premier joint. Elle ignore encore qu'elle va être entraînée dans une spirale qui la mènera à l'héroïne. Personne ne s'en rend compte, ni sa famille ni ses professeurs. Chaque jour est une course effrénée après cette drogue mortelle. Hélène ne s'en sort qu'à l'âge de 18 ans, après six années gâchées qui ont failli lui coûter la vie. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 76 notes
5
1 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

leslecturesdeVal
  18 septembre 2014
Mon avis: J'ai beaucoup apprécié cette lecture, basée sur une histoire vraie, touchante et extrèmement émouvante.

Du coté de l'histoire: Tout va commencer à l' adolescence, Hélène, cette jeune fille d'une douzaine d'années va un jour fumer son premier joint, à 14 ans elle va commencer à boire plus que de raison et prendre son premier shoot d'héroïne à 15 ans. Hélène va alors être prise dans la spirale de la drogue dont il est très difficile ensuite de se sortir. Jusqu'à sa majorité, elle va vivre dans la drogue. Pendant six ans, elle a vécu l'enfer et la drogue sous toutes ses formes a détruit sa vie. Sans spécialement s'en rendre compte, elle va alors perdre des personnes chères à son coeur, détruire des vies et briser sa famille.
Du coté de l'écriture: Sous forme de témoignage très émouvant l'auteur nous emporte dans la spirale infernale qu'a été sa propre vie. On entre très rapidement dans l'histoire, on s'attache vite à cette jeune fille qui se détruit s'en même sans rendre compte. On ressent les émotions et les douleurs que le jeune fille peut ressentir et s'insuffler à elle même tout le long de sa descente en enfer.

En conclusion: J'ai commencé par un joint est un livre que je conseille vivement de lire car je pense que c'est un moyen de se mettre au courant des réels dangers de la drogue et de ses effets sur la vie. Mais surtout je le recommande aux adolescent(e)s qui tombent malheureusement trop souvent et très vite dans cet engrenage pour, à la base faire comme tout le monde et qui se voient comme notre auteur embarqués dans cette spirale explosive. Je le recommande également aux parents qui pourraient avec cet ouvrage trouver quelques réponses à leurs questions sur certains comportements de leur progéniture. Un livre pas de première jeunesse puisqu'il est paru en 2007 mais qui malheureusement reste d'actualité.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CLaret2nde
  04 octobre 2016
Hélène une jeune fille de 19 ans nous raconte sa descente dans le monde de la drogue. A 13ans elle goûte à l'alcool qui lui procure une sensation de bien-être. Tous ses soucis disparaissent. Elle nous dit comment elle entrait en boites de nuit et se saoulait. Jusqu'à un soir u cela dégénère, elle se réveille à l'hôpital après deux jours d'inconscience elle venait de faire un coma éthylique à ce moment Hélène promet de ne plus toucher une goutte d'alcool de sa vie. Trois mois plus tard, Hélène, poussée par ses camarades, prend son premier « joint » c'est le début de la chute infernale de la jeune fille, très vite elle tombe dans les acide et l'héroïne. Au début elle ne prend que des petites doses mais Hélène devient vite dépendante de tous ces produits. Les doses augmentent de plus en plus. Son corps ne tient plus. Elle passe beaucoup de temps à l'hôpital pour overdose. Les médecins tentent de la raisonner mais rien n'y fait, elle n'écoute que sa dépendance. Personne ne s'en rend compte, ni sa famille ni ses professeurs. Chaque jour est une course effrénée après cette drogue mortelle. Hélène ne s'en sort qu'à l'âge de 18 ans, après six années gâchées qui ont failli lui coûter la vie. Aujourd'hui, dans ce témoignage bouleversant et utile, elle raconte ses années de descente aux enfers. Pour tous les enfants qui allument un joint, parce qu'ils doivent savoir que c'est un geste qui peut tout faire basculer. Un cri de révolte mais aussi d'espoir qui montre la difficulté des jeunes à trouver leur place dans le monde d'aujourd'hui.
Ce livre m'a vraiment plu car le témoignage d'Hélène ne peut pas être plus authentique étant donné que c'est le personnage principal. J'ai aimé ce livre aussi parce qu'il est prenant et éprouvant à la fois. On ressent toutes les émotions qui traversent l'esprit d'Hélène avec les mots et les expressions qu'elle utilise. On s'attache à Hélène. Tout au long du récit le lecteur a l'impression il l'accompagne. On la voit s'enfoncer dans la spirale infernale de la drogue. Elle entraine le lecteur dans les bas-fonds de la société et lui donne de l'espoir pour affronter toutes les situations que la vie peut vous jouer. Ce livre est une leçon de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zazimuth
  20 juin 2019
J'ai trouvé ce témoignage intéressant car il montre bien la difficulté à "décrocher" une fois pris dans l'engrenage et l'importance de la prise en compte par l'entourage du mal-être adolescent.
J'ai été bluffé d'apprendre le parcours d'Hélène par la suite et c'est un message d'espoir.
On a l'impression parfois que c'est redondant, que ce qu'on lit se répète mais c'est dû au fait que cette période de la vie de l'auteur était ainsi faite d'une routine de délinquance et de "shoot".
Elle ne cache rien de l'horreur et du sordide de certaines situation et de l'issue fatale pour certains de ses amis.
Sa rencontre avec la psychiatre Sylvie qui va devenir un repère dans sa vie est une chance qu'elle saura saisir.
Commenter  J’apprécie          80
Matthieu_SV
  13 février 2014
J'ai commencé par un joint est un livre que j'ai beaucoup apprécié, basé sur une histoire vraie. Hélène, une fille qui a 12 ans va fumer son premier joint à 12 ans, boire à 14 ans et prendre son premier shoot d'héroïne à 15 ans et elle va être entraînée dans la spirale de la drogue dont il est très dur de sortir. Jusqu'à 18 ans elle va vivre dans la drogue, pendant 6 ans, elle a vécu l'enfer et la drogue a détruit sa vie. Sans s'en rendre compte, elle va perdre des personnes chères pour elle, détruire des vies, briser le coeur de sa famille.
Ce livre m'a beaucoup plu car je ne me suis pas ennuyé, il y avait toujours une action qui se déroulait pendant l'histoire et c'était très intéressant. On entre très rapidement dans l'histoire, on s'attache vite à Hélène et on peut ressentir les émotions, les douleurs qu'elles ressent tout au long de sa descente en enfer. Ce livre m'a permis d'avoir un tout autre point de vue sur les drogues, j'ai pris conscience que personne n'est à l'abri de la drogue et que tout le monde peut tomber dans cette spirale.
J'ai commencé par un joint est un livre que je conseille vivement de lire car je pense que c'est un moyen de se mettre au courant des réels dangers de la drogue et de ses effets sur la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gabylis
  22 août 2017
Alcoolisme à 13 ans, puis acide, joints, et héroïne, Hélène se livre sans fard, racontant sa descente aux enfers, la lutte constante pour survivre, trouver de l'argent, les agressions, les overdoses...et au fond de tout cela, il y a ce vide immense, ce manque angoissant qui l'habite et qui la fait retomber toujours plus bas... A 18 ans, elle trouve, enfin, après des années de dépendance (plus de 10 prises par jour à 17-18 ans quand même !) la force de s'en sortir, en grande partie grâce au soutien indéfectible et fidèle d'une jeune psy qui a cru en elle.
C'est un récit véridique, poignant, lu d'une traite.
Cette jeune femme a eu l'incroyable chance de s'en sortir alors que tant d'autres y ont laissé leurs vies.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
zazimuthzazimuth   20 juin 2019
Techniquement, je ne manquais de rien, sauf d'une véritable présence, de communication et de tendresse.
Je les trouve ailleurs, à présent, enrobées de violence et de danger, dans une appartenance au groupe, dans la révolte contre tout et n'importe quoi, dans les discours non pour refaire le monde, mais pour le démolir, ce monde qui nous fait si peur. Et la chaleur entre nous, la paix après la violence d'un shoot, l'oubli de la souffrance.
Le shoot ressemblait à un nounours punk ors de la maison. (p.60-61)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zazimuthzazimuth   24 juin 2019
Depuis cette époque, je me suis rendu compte que le pétard tue l'énergie qui est en nous et nous rend fragile. Il faut le savoir si l'on ne veut pas s'abrutir et, avec le temps, rendre tous nos projets aléatoires et finalement ne rien concrétiser vraiment. Aussitôt après les vapeurs des premiers jours, cela ressemble à une bataille contre un "petit monstre" qui nous consume de l'intérieur et qui s'élimine comme un parasite lorsqu'il n'est plus nourri régulièrement. C'est la même chose pour les consommateurs d'alcool, de tabacs ou de calmants que pour les fumeurs de pétards ou les accros aux drogues dures. Cette régularité destructrice nous rend tous accros à des degrés différents. Licite ou pas, douce ou dure, la nécessité de cette consommation quotidienne de drogue révèle un mal de vivre insurmontable. Mais le produit lui-même provoque exactement l'inverse de l'effet recherché, il est bien plus insidieux et redoutable, apparemment sans aucune solution de "secours" sinon celle de recommencer à se polluer encore. Ainsi la volonté d'en sortir se heurte à toute raison et à cette ombre de nous-même qui occulte tout espoir. Bien comprendre ce piège évident aide à mieux s'en méfier. Sans le savoir, je me suis polluée toute seule et m'y suis laissé piéger. (p.44)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   20 juin 2019
pour le plus grand nombre des consommateurs d'aujourd'hui, le danger du joint, ça n'est pas l'escalade vers les drogues dures. C'est plutôt l'incapacité qu'il provoque à se concentrer, à étudier, à avoir envie d'autre chose. Le petit joint sans importance, de plus en plus souvent revendiqué ouvertement et dans la rigolade, est beaucoup moins inoffensif qu'il n'en a l'air. De festif et ludique, il peut assez vite devenir triste et obsessionnel. (p.238)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   24 juin 2019
Dans la poudre, on ne voit ni ne sent rien, justement, plus rien ne nous atteint. On ne pense même pas, en cas d'alerte, être incapable de réagir pour l'autre. D'appeler au secours. Au moins ça pour un être qu'on aime. (p.16)
Commenter  J’apprécie          20
CLaret2ndeCLaret2nde   04 octobre 2016
L'héro c'est vraiment le produit de la destruction. Avec l'héro on n'a ni froid, ni faim, ni désir d'amour et on supporte mieux la misère morale.
Commenter  J’apprécie          30

Dans la catégorie : DroguésVoir plus
>Malades mentaux>Intoxiqués>Drogués (8)
autres livres classés : histoire vraieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
193 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre

.. ..