AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800164581
Éditeur : Dupuis (02/10/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Du haut de sa tour de verre, le puissant businessman M. Nesstler est en passe de contrôler la totalité de Jungle City. Il possède enfin toutes les sources d'eau potable de la région et fait ainsi pression sur la population afin qu'elle abandonne ses logements. Une partie des habitants est en passe de céder, l'autre résiste tant bien que mal. Les deux camps s'affrontent avec violence, et l'ambiance vire à la guérilla urbaine. C'est dans ce contexte qu'arrivent Jeremi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
bdelhausse
  31 août 2016
Ce tome 34, publié en 2015, le dernier en date (youpie, j'ai rattrapé mon retard), renoue à mon avis avec les anciennes aventures de Jeremiah.
Deux personnages secondaires occupent une place de choix. Un méchant sournois, capitaliste, qui veut asservir une ville en s'octroyant le monopole de l'eau potable. Et un chef de bande, musclé et violent comme pas possible, engagé par le capitaliste pour asseoir définitivement sa domination sur Jungle City.
Evidemment, ce chef de bande va avoir la mauvaise idée de proposer un quitte ou double à Jeremiah, sur l'air du "Un de nous deux est de trop dans cette ville, Coyote Bill"... le duel en question se déroule la nuit, et ne dure que deux pages... Mais pour le lecteur fidèle, l'issue ne fait aucun doute.
De fait, le tandem à moto repart, à moins que ce ne soit le tandem repart à moto... et non, ils ne sifflent pas "I'm a poor lonesome cowboy", mais ils pourraient.
J'apprécie l'effort considérable d'Hermann pour fournir un tome décent, renouant quelque peu avec les meilleurs tomes (surtout dans les 15 premiers). Il y a un souffle épique. Un brin de suspense. Mais je reste sur ma faim.
D'abord, le fait d'avoir systématiquement une aventure par tome, cela devient lassant, cela manque de profondeur, cela concourt à reproduire assez souvent les mêmes rouages, les mêmes causes-effets. Ensuite, avoir Jeremiah qui gagne avec ses poings à tous les coups, c'est également lassant. Et cela restreint aussi l'espace des possibles. En 47 pages, tout boucler, intro, développement, conclusion... Ici, le combat de titans entre Jeremiah et le chef de bande aurait pu durer plus longtemps. Voire s'étendre sur deux tomes. Pourquoi pas.
Jeremiah arrive esquinté comme jamais, et il repart à moto deux cases plus loin. C'est quand même un peu gros.
Dernier point qui me chatouille depuis quelques numéros... Kurdy et Jeremiah ne vieillissent pas. Quand on a les Tuniques Bleues ou Lucky Luke, cette absence de vieillissement n'est pas vraiment un problème. Dans une BD réaliste, c'est plus gênant. Je pense par exemple à Blueberry. Cela dit, je suis sans doute le seul à être gêné par ce point.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Domichel
  23 janvier 2017
Un album de Jeremiah, ça se lit généralement plutôt bien. Pas d'intrigue trop compliquée à comprendre ; un dessin comme sait si bien le faire Hermann, c'est d'ailleurs pour ça qu'on l'aime. Son style bien particulier, mise en couleurs directe, un découpage classique, des gueules typées, pas que des prix de beauté, et des femmes qui ont déjà pas mal dérouillé…
Ce numéro 34 ne déroge pas à la règle. Jer' et Kurdy débarquent dans une nouvelle ville (on ne sait même plus où ils peuvent se trouver), se font piquer leurs motos et débarquent au bistrot. Un type mégalo règne sur la ville secondé par un avocat véreux et quelques gros bras, et ont la main mise sur l'eau potable. Très vite des coups de poings dans la gueule s'échangent et des coups feu aussi. Un bon tiers de l'album se passe de nuit, si bien qu'on n'y comprend pas grand'chose. À la fin ils repartent.
Voilà c'est tout, comme d'hab' ; ça tiendrait en 15 pages, ça en fait 30 de plus, comme d'hab'… le scénario est un peu plus consistant que les derniers mais ça casse pas 3 pattes à un canard, comme d'hab'
Allons monsieur Hermann, un petit effort pour la prochaine fois, merci d'avance.
Président du Festival d'Angoulème, certes c'est mérité pour l'ensemble de votre oeuvre, mais ça implique quand même un peu plus de boulot côté scénario.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
yvantilleuil
  27 janvier 2017
À vrai dire, j'avais arrêté cette série culte il y a deux tomes. Mais bon, voilà, on passe en librairie, on voit cette pile plus impressionnante que les autres consacrée à une saga qui continue visiblement de se vendre malgré son incapacité à se renouveler et puis on craque en voyant cette couverture qui déchire. Je prends donc l'album en me disant… Bah, on verra bien, peut-être que c'est mieux maintenant…
Et bien, je n'aurais pas dû le prendre cet album car le scénario n'a pas évolué d'un jota et la série continue visiblement de tourner en rond, sans même essayer de relever le niveau. Hermann ne s'est donc pas vraiment foulé et poursuit ce road-movie post-apocalyptique dans une nouvelle ville, à nouveau contrôlée par un despote local, qui a la main mise sur la population en détenant les droits sur l'eau potable. le riche industriel n'hésite évidemment pas à utiliser la force pour régler ses problèmes et nos deux compères vont forcément se retrouver au milieu d'un conflit, qu'ils ne chercheront d'ailleurs aucunement à comprendre. On comprend donc bien vite qu'Hermann n'aura une nouvelle fois rien à nous dire et qu'il compte rester en surface d'un scénario qu'il déroule pour la énième fois. Malgré quelques répliques qui fusent entre les deux héros, l'ensemble s'enfonce lamentablement dans les stéréotypes avec un Kurdy qui reste sur la touche, une bouteille à la main et les yeux rivés sur une jolie poupée (enfin, cela reste à relativiser étant donné l'incapacité d'Hermann à dessiner les personnages féminins), tandis que Jeremiah se contente de distribuer des pains dans la tronche de ceux qui l'emmerdent.
Reste alors le superbe dessin en couleurs directes pour se consoler. C'est bien peu me direz-vous, surtout quand on se souvient de la qualité des débuts de cette saga !
Un album que vous avez déjà lu… avant même de l'ouvrir !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Sceneario   07 octobre 2015
On attend encore l'album de Jeremiah ou Hermann aura vraiment des choses à dire, ou il se donnera les moyens pour livrer du fond sans pour autant renier les codes de la série !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
bdelhaussebdelhausse   02 septembre 2016
- C'est toi que certains appellent Jeremiah ?
- Certains, et puis d'autres aussi. (p.42)
Commenter  J’apprécie          30
bdelhaussebdelhausse   02 septembre 2016
Ecoute ceci, mec ! ... Pendant que t'es encore debout et que tu peux m'entendre, à ta place et si j'avais un potager, j'irais plutôt voir comment poussent mes carottes. (p.17)
Commenter  J’apprécie          10
robert7robert7   18 novembre 2015
Philby, il est temps de faire bouger les lignes. Ou en est votre stratégie.
Commenter  J’apprécie          30
bdelhaussebdelhausse   02 septembre 2016
- Mes succès ont attiré de nombreuses mouches sur moi comme sur... Certains me traitent de caca.
- De gros caca. Ne soyez pas modeste. (p.6)
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Hermann (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hermann
[BD] LA CHRONIQUE DE JEAN-EDGAR CASEL - DUKE (T3)
autres livres classés : Eau potableVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2896 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre