AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Anne Damour (Traducteur)
EAN : 9782253076599
313 pages
Le Livre de Poche (01/01/1996)
3.49/5   801 notes
Résumé :
Imaginez que vous êtes journaliste, en reportage dans un grand hôpital au moment où on amène aux urgences la victime d’une grave agression. Imaginez qu’il s’agit d’une jeune femme dont on ne peut établir l’identité. L’équipe médicale tente de la ranimer. Mais il est trop tard et l’anesthésiste retire le masque à oxygène qui couvrait son visage. Imaginez que ce visage est trait pour trait le votre...
Que lire après Un jour tu verras...Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 801 notes
Celui là je ne l'ai pas du tout aimé!
D'habitude j'adore lire les romans de Mary Higgins Clark, mais celui là était vraiment assomant et manque de logique. Bref...
Megan Collins, une journaliste voit arriver une jeune femme victime d'une agression dans un hôpital, cherchant des informations pour la chaîne elle constate avec horreur que la victime lui ressemble trait pour trait. Mais ce n'est pas tout, car Edwin le père de Megan a disparu dans un mystérieux accident; le pont de Tappan Zee s'est écroulé alors qu'il le traversait mais ni son corps ni sa voiture n'ont été retrouvé, sa mort ne pouvant être prouvée sa femme risque de perdre son auberge à cause de ses dettes. Elle trouve du réconfort auprès de Mac et son fils de 7 ans ainsi que Phillip l'associé d'Ed Collins. Entre temps Megan décide de tourner un reportage sur la clinique Manning spécialisée dans la fécondation in vitro et en parliculier les jumeaux Anderson (leur particularité est que le premier frère a 3 ans quand le 2ème est implanté). Peu de temps après Helen Petrovic, embryologiste à la clinique Manning, présente sa démission et décidé de quitter la ville, malheureusement elle est assassinée chez elle juste avant de s'en aller. le scandale de la clinique commence: Petrovic n'aurait jamais eu son diplôme de médecine. Dans ce cas quelles erreurs a-t elle pu commettre? Pire encore c'est l'agence Collins et Carter et particulièrement Edwin Collins qui l'aurait recommandé à la clinique...
Le quatrième de couverture semblait très intéressant, mais j'ai été très déçue, cari s'est révèlé être très lourd et difficile à digérer.
[Attention spoils]

Au début j'ai pensé que la femme agressée était le clone de Megan, mais elle s'est révélée être sa demie soeur! Comment deux demies soeurs peuvent-elles se ressembler au point qu'on les confonde?! C'est biologiquement impossible!Et puis comment quelqu'un peut apprendre en quelques jours comment s'occuper d'embryon?! Des embryons enfin! Elle n'a même pas fait d'études de médecines, et je ne pense pas qu'un "don naturel" suffise. Ensuite il y'a la partie où l'on découvre tout, notamment les embryons perdus aux quatre coins de la ville... Et bien d'autres choses encore!
Sincèrement je n'ai pas du tout aimé, mais ce n'est que mon avis et tout le monde est différent, j'espère qu'il ne vous a pas fait le même effet qu'à moi sinon partagez vos sentiments et votre opinion dans un commentaire. Merci d'avoir lu ma critique!
Commenter  J’apprécie          141
Encore un très bon moment en compagnie de la dame du suspense.

Le style de l'auteur est fluide et dès que l'on commence l'histoire on est complètement happé par l'histoire.

Cette fois ci, Meghan qui est journaliste découvre qu'une jeune femme qui vient d'être poignardée lui ressemble beaucoup.
Le père de Meghan a disparu depuis plusieurs mois. Il a passé un coup de fil une minute avant un tragique accident de la route: un semi remorque sur un pont qui perd le contrôle et entraîne des voitures au fond de l'eau.
Le seul hic c'est qu'on ne retrouve rien de la voiture du père de Meghan.
Bientôt la police vient a se demander s'il ne s'est pas volatilisé dans la nature pour refaire sa vie.

Parallèlement Meghan couvre un article sur une clinique qui s'occupe de fécondation in vitro. Un médecin qui s'occupe des embryons est assassiné et bientôt on découvre qu'elle n'était pas médecin et avait été recommandée à la clinique par le père de Meghan.

Dans le même temps, on fait la connaissance de Bernie, le gardien du parking qui semble vraiment louche et s'intéresse de manière compulsive à Meghan.

Et bien avec toutes ses pistes, je ne me suis pas ennuyée une seconde. La fin est surprenante comme toujours. J'ai trouvé les personnages attachants. beaucoup de suspense et de rebondissements. Pas de temps morts.

J'en redemande !
Commenter  J’apprécie          185
Lorsque je veux m'évader un peu, lire quelque chose d'un peu léger, je trouve que cet auteur est une valeur sûre. Une fois de plus, j'ai trouvé cette enquête captivante, et remplie de rebondissements... le lecteur suit lui aussi des pistes et peut se fourvoyer comme les protagonistes et enquêteur de ce roman policier bien ficelé... Tout est bien qui finit bien ou presque... la morale est sauve et les méchants sont punis, c'est ce qui me dérange un peu, c'est tout...
Commenter  J’apprécie          190
Relecture 23 ans plus tard que j'ai choisi de faire en audio. le titre ne me disait rien et pourtant très rapidement, je savais qui, ou, pourquoi et comment.
Il est vrai que j'ai aussi vu le film tiré de ce roman.
Plus de suspense donc mais l'occasion de décortiquer l'écriture de Mary Higgins Clark.

Ce que j'aimais dans ses romans, c'est que malgré le nombre important de personnages, on ne se perd jamais.
Les chapitres sont courts et s'enchainent rapidement.

Sur ce roman, Mary Higgins Clark place le sujet des PMA (=Procréation Médicalement Assistée)
Son héroïne, Megan, est une journaliste dont le père a disparu et dont la mère ne peut toucher les assurances car son corps n'a jamais été retrouvé.
Dans un même temps, il y a le corps de cette jeune femme, Annie, retrouvée morte et qui ressemble de façon troublante à Megan.
Et bien sûr, pour le côté romanesque, il y a le beau voisin, Docteur, dont Megan a toujours été amoureuse.

Second roman que je lis sur les PMA cette année.
L'un abordé par Mary Higgins Clark et l'autre par Céline Denjean. Evidemment, il y en a un plus noir et moins glamour que l'autre, mais au final, les deux font poser beaucoup de question de PMA et il est toujours question de gros sous.
Roman à ne pas lire si l'on veut y avoir recours où si vous êtes actuellement enceinte suite à une PMA.

Comme d'habitude, on termine sur du positif pour les personnages principaux qui sont gentils. Et pour les autres, c'est retour à la case prison sans passer par la case départ et on en parle plus.

Il est agréable de se replonger dans les premiers romans de l'autrice. Mais pas tous en même temps car à l'époque, j'avais fini par trouver que la trame était toujours la même.
Commenter  J’apprécie          123
Les polars de Mary Higgins Clark, Etats-Unis, se lisent bien et elle en a écrit plus d'une cinquantaine. Dans Un jour tu verras l'auteur s'occupe d'un sujet medical – la fécondation artificielle – et Meghan Collins, jeune et belle journaliste est chargée de couvrir ce sujet pour la télévision. Au cour de ses reportages il s'avère que dans les deux cliniques qui pratiquent la fécondation artificielle les choses ne se passent pas tout à fait comme il faut.
Higgins Clark développe dans son roman plusieurs courants d'action qui d'abord ne semblent pas avoir un rapport entre eux.
D'abord il y a un type qui ne tourne pas rond, Bernie Heffernan, un type qui moleste des femmes et qui était en prison à cause de cela. Il a un faible pour la belle Meghan et on comprend que Meghan va avoir des problèmes avec Bernie.
Puis Meghan constate au cours d'un reportage sur un assassinat que la jeune femme tuée lui ressemble comme une soeur jumelle.
Et le cas le plus mystérieux, c'est son père, Edwin Collins qui a disparu sans trace. Un temoin dit qu'Edwin a eu un accident de route sur un pont et que sa voiture est tombée dans la riviére. Mais la police n'a trouvé ni la voiture ni le corps d'Edwin. La police ne croit pas qu'Edwin soit mort, surtout parce qu'au cours de l'histoire il y a des faits qui montrent que la police pourrait avoir raison.
Higgins Clark réussit à maintenir le suspense à un haut niveau et à la fin elle peut mener l'histoire à une solution convainquante.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
(...° Bernie s'était débrouillé pour dépenser la plus grande partie de son fric en matériel électronique. Il avait une radio capable de repérer les appels de la police, une autre suffisamment puissante pour capter les programmes du monde entier, un téléphone portatif, un appareil pour déformer la voix.
Le soir, il regardait consciencieusement la télévision avec sa mère. Mais dès qu'elle était couchée, à dix heures, Bernie éteignait la télévision, descendait hâtivement à la cave, branchait les radios et commençait à appeler les animateurs de talk-shows. Il s'inventait des noms et des origines différentes à leur intention. Il appelait un animateur réactionnaire et vantait les vertus progressistes, un animateur progressiste et chantait les valeurs de l'extrême droite. Dans son personnage d'intervenant, il aimait les discussions, les confrontations, les échanges d'insultes.
Commenter  J’apprécie          60
Nous sommes toujours censés regarder vers le futur. Mais en Vieillissant, il est beaucoup plus facile de regarder en arrière et de regretter amèrement les erreurs du passé.
Commenter  J’apprécie          320
Ils avaient tout prévu, dit Weicker. Une maison isolée où ils amenaient des immigrées en situation irrégulière qui acceptaient de devenir mères porteuses en échange de dix mille dollars et d'une fausse carte verte. C'était peu payé si vous pensez que Williams et Carter vendaient les bébés pour un minimum de cent mille dollars chacun. Pendant six ans, poursuivit-il, ils ont placé plus de deux cents bébés et ils projetaient d'ouvrir d'autres centres.
Commenter  J’apprécie          60
Elle y jeta un coup d'oeil, puis se figea, les yeux agrandis d'horreur. Comme tout le monde la regardait , elle éleva la carte d'une main tremblante , luttant pour repprendre son sang froid. " j'ignorais que les morts envoyaient des fleurs", murmura-t-elle.
Commenter  J’apprécie          30
Meghan Collins se tenait un peu à l'écart des journalistes agglutinés devant le service des urgences de l'hôpital Roosevelt à Manhattan. On venait d'y transporter un sénateur à la retraite, victime d'une agression dans Central Park Ouest. La foule des médias tournait en rond, dans l'attente d'informations sur son état de santé.
Meghan posa son fourre-tout par terre. Le micro portable, le téléphone portatif et ses cahiers de notes pesaient si lourd que la courroie lui sciait l'épaule. Les reporters étaient tous exténués. Ils avaient passé l'après-midi entier au tribunal, attendant que soit rendu le verdict dans un procès pour fraude. A neuf heures du soir, au moment où ils s'apprêtaient à rentrer chez eux, ils avaient reçu l'ordre d'aller couvrir l'agression. Il était près de onze heures maintenant. Le jour maussade d'octobre avait fait place à la nuit et le ciel couvert promettait un hiver précoce.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Mary Higgins Clark (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Higgins Clark
Extrait du livre audio « Les Enfants du guet » de Mary Higgins Clark et Alafair Burke, traduit par Anne Damour et Amélie Juste-Thomas, lu par Valérie Lemaître. Parution CD et numérique le 5 juillet 2023.
https://boutique.audiolib.fr/produit/1259/9791035413675/les-enfants-du-guet
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (4368) Voir plus




{* *} .._..