AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Anne Damour (Traducteur)
EAN : 9782253076599
313 pages
Le Livre de Poche (01/01/1996)
3.44/5   682 notes
Résumé :
Imaginez que vous êtes journaliste, en reportage dans un grand hôpital au moment où on amène aux urgences la victime d’une grave agression. Imaginez qu’il s’agit d’une jeune femme dont on ne peut établir l’identité. L’équipe médicale tente de la ranimer. Mais il est trop tard et l’anesthésiste retire le masque à oxygène qui couvrait son visage. Imaginez que ce visage est trait pour trait le votre...
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,44

sur 682 notes

Encore un très bon moment en compagnie de la dame du suspense.

Le style de l'auteur est fluide et dès que l'on commence l'histoire on est complètement happé par l'histoire.

Cette fois ci, Meghan qui est journaliste découvre qu'une jeune femme qui vient d'être poignardée lui ressemble beaucoup.

Le père de Meghan a disparu depuis plusieurs mois. Il a passé un coup de fil une minute avant un tragique accident de la route: un semi remorque sur un pont qui perd le contrôle et entraîne des voitures au fond de l'eau.

Le seul hic c'est qu'on ne retrouve rien de la voiture du père de Meghan.

Bientôt la police vient a se demander s'il ne s'est pas volatilisé dans la nature pour refaire sa vie.

Parallèlement Meghan couvre un article sur une clinique qui s'occupe de fécondation in vitro. Un médecin qui s'occupe des embryons est assassiné et bientôt on découvre qu'elle n'était pas médecin et avait été recommandée à la clinique par le père de Meghan.

Dans le même temps, on fait la connaissance de Bernie, le gardien du parking qui semble vraiment louche et s'intéresse de manière compulsive à Meghan.

Et bien avec toutes ses pistes, je ne me suis pas ennuyée une seconde. La fin est surprenante comme toujours. J'ai trouvé les personnages attachants. beaucoup de suspense et de rebondissements. Pas de temps morts.

J'en redemande !

Commenter  J’apprécie          185

Celui là je ne l'ai pas du tout aimé!

D'habitude j'adore lire les romans de Mary Higgins Clark, mais celui là était vraiment assomant et manque de logique. Bref...

Megan Collins, une journaliste voit arriver une jeune femme victime d'une agression dans un hôpital, cherchant des informations pour la chaîne elle constate avec horreur que la victime lui ressemble trait pour trait. Mais ce n'est pas tout, car Edwin le père de Megan a disparu dans un mystérieux accident; le pont de Tappan Zee s'est écroulé alors qu'il le traversait mais ni son corps ni sa voiture n'ont été retrouvé, sa mort ne pouvant être prouvée sa femme risque de perdre son auberge à cause de ses dettes. Elle trouve du réconfort auprès de Mac et son fils de 7 ans ainsi que Phillip l'associé d'Ed Collins. Entre temps Megan décide de tourner un reportage sur la clinique Manning spécialisée dans la fécondation in vitro et en parliculier les jumeaux Anderson (leur particularité est que le premier frère a 3 ans quand le 2ème est implanté). Peu de temps après Helen Petrovic, embryologiste à la clinique Manning, présente sa démission et décidé de quitter la ville, malheureusement elle est assassinée chez elle juste avant de s'en aller. le scandale de la clinique commence: Petrovic n'aurait jamais eu son diplôme de médecine. Dans ce cas quelles erreurs a-t elle pu commettre? Pire encore c'est l'agence Collins et Carter et particulièrement Edwin Collins qui l'aurait recommandé à la clinique...

Le quatrième de couverture semblait très intéressant, mais j'ai été très déçue, cari s'est révèlé être très lourd et difficile à digérer.

[Attention spoils]

Au début j'ai pensé que la femme agressée était le clone de Megan, mais elle s'est révélée être sa demie soeur! Comment deux demies soeurs peuvent-elles se ressembler au point qu'on les confonde?! C'est biologiquement impossible!Et puis comment quelqu'un peut apprendre en quelques jours comment s'occuper d'embryon?! Des embryons enfin! Elle n'a même pas fait d'études de médecines, et je ne pense pas qu'un "don naturel" suffise. Ensuite il y'a la partie où l'on découvre tout, notamment les embryons perdus aux quatre coins de la ville... Et bien d'autres choses encore!

Sincèrement je n'ai pas du tout aimé, mais ce n'est que mon avis et tout le monde est différent, j'espère qu'il ne vous a pas fait le même effet qu'à moi sinon partagez vos sentiments et votre opinion dans un commentaire. Merci d'avoir lu ma critique!

Commenter  J’apprécie          131

Les polars de Mary Higgins Clark, Etats-Unis, se lisent bien et elle en a écrit plus d'une cinquantaine. Dans Un jour tu verras l'auteur s'occupe d'un sujet medical – la fécondation artificielle – et Meghan Collins, jeune et belle journaliste est chargée de couvrir ce sujet pour la télévision. Au cour de ses reportages il s'avère que dans les deux cliniques qui pratiquent la fécondation artificielle les choses ne se passent pas tout à fait comme il faut.

Higgins Clark développe dans son roman plusieurs courants d'action qui d'abord ne semblent pas avoir un rapport entre eux.

D'abord il y a un type qui ne tourne pas rond, Bernie Heffernan, un type qui moleste des femmes et qui était en prison à cause de cela. Il a un faible pour la belle Meghan et on comprend que Meghan va avoir des problèmes avec Bernie.

Puis Meghan constate au cours d'un reportage sur un assassinat que la jeune femme tuée lui ressemble comme une soeur jumelle.

Et le cas le plus mystérieux, c'est son père, Edwin Collins qui a disparu sans trace. Un temoin dit qu'Edwin a eu un accident de route sur un pont et que sa voiture est tombée dans la riviére. Mais la police n'a trouvé ni la voiture ni le corps d'Edwin. La police ne croit pas qu'Edwin soit mort, surtout parce qu'au cours de l'histoire il y a des faits qui montrent que la police pourrait avoir raison.

Higgins Clark réussit à maintenir le suspense à un haut niveau et à la fin elle peut mener l'histoire à une solution convainquante.

Commenter  J’apprécie          90

Je poursuis la bibliographie de l'auteur. Malheureusement, c'est encore une déception avec ce roman. le scénario n'est pas très original mais ce que je reproche surtout à ce livre c'est sa lenteur. L'enquête est trop longue, ça manque de rythme. le suspense n'est pas assez prenant, pas assez intense. Il y a trop de pages, du coup…

Je ne me suis pas attachée aux différents personnages. Je ne leur ai rien trouvé d'extraordinaire. Bref, ce fut une lecture fastidieuse, dommage… Je lirais « La nuit du renard » et « Un cri dans la nuit » parce qu'on me les a chaudement recommandés mais ce sera tout pour cette auteur.

Commenter  J’apprécie          110

Mouaif...Celui là, je ne l'ai pas plus apprécié que cela, je me rappelle.

L'histoire de cette jeune femme journaliste qui se découvre une soeur qui lui ressemble comme une jumelle ( ou un clone ) est un peu tirée par les cheveux...

J'avais moyennement adhéré à ce postulat de trafic d'embryons car les raccourcis et les ficelles étaient un peu grosses selon moi.

Et un truc qui commençait à m'agacer de plus en plus : c'est le profil des héroïnes de Mary Higgins Clark. Toujours habillés avec chic et charme, pas un cheveux de travers, des modèles d'élégance et de gout...........Pfffffffff.......je me souviens que ça commençait à me gaver de toujours retrouver ce que j'appelle une de ses marques de fabriques....

je crois que c'est avec ce livre que le désamour a commencé à se faire avec cet auteur....Bon, il a fallu encore quelques livres avant que je ne me lasse définitivement.....Je suppose que je voulais lui laisser une chance...

Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (5) Ajouter une citation

Nous sommes toujours censés regarder vers le futur. Mais en Vieillissant, il est beaucoup plus facile de regarder en arrière et de regretter amèrement les erreurs du passé.

Commenter  J’apprécie          310

Ils avaient tout prévu, dit Weicker. Une maison isolée où ils amenaient des immigrées en situation irrégulière qui acceptaient de devenir mères porteuses en échange de dix mille dollars et d'une fausse carte verte. C'était peu payé si vous pensez que Williams et Carter vendaient les bébés pour un minimum de cent mille dollars chacun. Pendant six ans, poursuivit-il, ils ont placé plus de deux cents bébés et ils projetaient d'ouvrir d'autres centres.

Commenter  J’apprécie          60

Elle y jeta un coup d'oeil, puis se figea, les yeux agrandis d'horreur. Comme tout le monde la regardait , elle éleva la carte d'une main tremblante , luttant pour repprendre son sang froid. " j'ignorais que les morts envoyaient des fleurs", murmura-t-elle.

Commenter  J’apprécie          30

- il y a toujours une raison, Meghan, parfois même plusieur, à chacun des actes d'un être humain.

- C'est justement ce que je veux dire. Je n'en trouve aucune, encore moin plusieurs. [...]

Commenter  J’apprécie          30

Lorsque vous commencez à mentir, il devient chaque jour plus difficile d'avouer la vérité.

Commenter  J’apprécie          50

Videos de Mary Higgins Clark (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Higgins Clark
Extrait du livre audio "À la vie, à la mort" de Mary Higgins Clark et Alafair Burke lu par Marcha van Boven. ©Editions Audiolib. Parution en CD et en numérique le 19 mai 2021.
https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-vie-la-mort-9791035405892
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus