AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Clarissa Henry (Collaborateur)
ISBN : 225301592X
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Avec ce document prodigieux sur l’élevage humain de la S.S. et sur le rapt des enfants de “sang pur” à travers l’Europe, on a touché à l’essence même du national-socialisme.
Au cours d’une longue et difficile enquête, Marc Hillel et Clarissa Henry ont retrouvé les témoins et les victimes de l’ organisation S.S. de Lebensborn : trente ans après, les plaies sont toujours ouvertes.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
rabanne
  13 février 2017
C'est en lisant la "note de l'auteur" du roman Max de Sarah Cohen-Scali, que je me suis souvenue avoir lu ce livre-documentaire sur les Lebensborn.
Il était dans la bibliothèque de mes parents, et je n'avais aucune idée de quoi cela parlait. C'était peu avant que je n'étudie le nazisme au collège en 3e...
Basé sur une enquête solide, étayé de témoignages d'enfants retrouvés, dont de ceux kidnappés en d'Europe de l'est qui recherchaient leurs parents d'origine.
Je me souviens du malaise ressenti face aux théories raciales, l'idéologie eugéniste, les photos des pouponnières, celles des enfants abandonnés à leur sort quand les russes et les américains les ont découvert.
Au nom de la folie, du fanatisme, de l'inhumanité (!)
Commenter  J’apprécie          340
akhesa
  31 juillet 2013
Que dire?Mais surtout que penser?Ce n'est pas aise d'emettre un commentaire sur un livre relatant ces evenements.A plusieurs reprises,j'ai du m'arreter et prendre une pause pour me changer les idees,tellement ce que j'ai lu m'a heurte,c'est abominable,rien que d'y penser.Que sommes-nous en temps de guerre?Qu'est l'etre humain?Rien ou tout en fonction du dirigeant politique du moment.Tous les evenements rapportes dans cet ouvrage,ont eu lieu il y a plus ou moins 70 ans,c'est recent,ce n'est pas comme si cela s'etazit deroule dans les temps anciens ou les conditions de vie et de survie etaient terribles et l(humanite obligee de se battre pour survivre!
Je suis effaree par le manque d'intérêts des auteurs qui relatent les tragiques evenements de la seconde guerre mondiale pour le cas des enfants.On parle toujours de l'holocauste,des camps de concentration,de la haine du juif,mais tres peu,helas,des enfants qui ont été kidnappes,germanises,nazifies.On fait également tres peu de cas des filles allemandes ou germanisees qui auraient assure la survie et la reproduction de la race pure.
Nous ne devons pas oublie que la guerre est un terrible fleau.Souvenons-nous de toutes ces meres a qui on a arrache leurs enfants et qui jamais n'ont pu les recuperer,de peur de traumatiser encore plus ces malheureux enfants.Souvenons-nous de leur incommensurable chagrin.Souvenons-nous que les pertes de guertre ne sont pas qu'humaines,mais aussi pleines de traumatisme psychologique.
Ce livre nous met en relation avec l'horreur d'une pensee et de toutes les conséquences qui en découlent.....Peupler l'Allemagne,et le monde de la race pure aryenne.N'oublions jamais que tout a été mis en oeuvre pour y arriver;pas seulement penser,emettre l'idee que,etablir les buts et objectifs a atteindre,et tenter par tous les moyens d'atteindre les buts et objectifs de cette idee,quelques soient les conséquences.Au nom de cette race,les blonds aus yeux bleus,race pure;le reste du monde ne valait plus rien.C'est terrible de se dire qu'un homme aux pouvoirs illimites,peut tout,se permet tout.Les humains ne sont des lors que des pions,des moins que rien,des objets que l'on utilise et qui doit etre avant tout productif.
Au travers de cet important ouvrage,on perçoit tres bien quelle etazit la personnalite derangee d'Henrich Himmler,et des témoignages ecrits retrouves permettent de comprendre la folie qui a habite set homme.
De l'elevage de poulets qui était sa profession avant son entree parmi les ss,il est devenu eleveur et producteur de la race pure.Il avait planifie tout son programme jusqu'en 1980.Il y a de quoi avoir des frissons dans le dos.
Ce livre est pour moi un boulversant temoignage et j'encourage quiconque a le desir de 'informer sur une autre partie de la cruaute perpetree par les nazis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Seska
  22 mai 2015
Comme Akhesa, je commencerai par : Que dire ? Comment donner une critique à ce livre ? elle semble si facile et en même temps si difficile, tellement ce sujet fut incroyable et ignoble.
Tout d'abord ce livre a été écrit, et est paru, dans le début des années 70.
30 ans "à peine" se sont écoulés depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et les blessures sont encore à vif. La plupart des "protagonistes" sont en vie, et pour certains avec une fin de de vie plus que décente. A moins que vivre dans un monde où le nazisme soit devenu diabolique et méprisé ne soit leur "punition" ? Je ne saurais dire.
Ce roman parle d'un sujet presque ignoré du "grand public" les lebensborns.
Un lieu pensé et prévu afin que la race des seigneurs puisse grandir et prospérer et occuper tous ces territoires "nettoyés" par l'armée nazie.
Nous apprenons comment ces "fontaines de vie" étaient financées (en partie par des cotisations de SS, en grande partie par les biens des personnes juives déportées), la manière dont les nazis éduquaient et essayaient de changer les mentalités afin que les jeunes filles soient fières d'offrir leurs enfants eu fürher. Ils leur enseignaient qu'elles ne soient pas marié n'était pas grave, le lebensborn s'occuperai soit de faire adopter l'enfant , soit les aiderait à vivre financièrement.
Leur manière de faire, le conditionnement devrais-je dire, m'a rappeler ce qu'on fait les Kmers rouges, entre autres, dans la séparation de l'enfant et de la famille et le conditionnement que recevaient ces enfants où seul importait la cause, la notion de famille et de fidélité à la famille étant dénigrée…
Ce que l'on y apprend aussi, c'est que ces lebensborn servaient également d'étape, avant adoption, aux enfants considérés comme pouvant avoir du "sang pur" mais non allemands (polonais, hongrois, etc). Enfants enlevés tout simplement parce qu'ils étaient blonds aux yeux bleus et donc valables pour les "spécialistes" de la race...
Je pense sincèrement qu'il faudrait que ce type de roman, pour ne pas dire ce roman, soit lu, du moins partiellement, par les collégiens ou lycéens d'aujourd'hui. Une manière de montrer les horreurs qui peuvent être faites au nom des grandes causes, et de croyances.
J'ai un peu interrogé autour de moi, amis, connaissances, ou collègues de travail sur ce sujet. Très peu étaient au courant, et la plupart des autres avaient du mal à y croire.
Certes à côté des camps de concentration, ce sujet a pu paraitre à la fin de la guerre comme moins important car moins « mortel », de plus les factions Est / Ouest commençaient déjà à se faire sentir, et pour beaucoup d'enquêteurs il valait mieux laisser ces enfants dans des familles qu'ils considéraient comme la leur où ils étaient pour la plupart aimés que de les renvoyer vers un pays et des gens qu'ils ont appris à mépriser, et qui allaient devenir communiste. Les alliés sur ce sujet, se sont comportés d'une manière très « subjective ».
J'aimerai trouver un livre plus récent sur ce sujet, afin de voir si, depuis les années 70, certains "tabous" ont disparus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
agnesrobert
  25 janvier 2017
Ce livre fondamental, découvert il y a près de 20 ans, reste toujours présent à ma mémoire, tant l'histoire des Lebensborn, ainsi que celle des enfants volés de Pologne, m'ont marquée à jamais. Marc Hillel a eu le mérite de se pencher sur un sujet peu ou pas étudié jusqu'alors.
Un roman très bien fait, "Max" de Sarah Cohen-Scali, retrace aussi cette histoire. Une lecture plus facile pour faire connaître aux jeunes générations les pratiques nazies de purification raciale.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
SeskaSeska   22 mai 2015
Le cas des enfants norvégiens fut cependant l’un des plus difficiles à résoudre. La majorité des enfants originaires de ce pays n’ayant pas été kidnappés, mais volontairement offerts aux Services de la Race et du Peuplement par des jeunes femmes irresponsables, la premières réaction des autorités norvégiennes fut de s’opposer à leur retour en Norvège. Le gouvernement norvégien avait même prévu, dès les premières années de l’après-guerre, que les enfants illégitimes puissent demeure en Allemagne, « dans leur intérêt ».
Très sensibilisée par le problème, la population suédoise organisa aussitôt uen action de secours en faveur des enfants norvégiens, entassés dans des centres d’accueil de l’Allemagne occupée. Un grand nombre d’entre eux furent pris en charge par des familles suédoises qui les adoptèrent par la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
akhesaakhesa   24 juillet 2013
Les théoriciens n'ont pas hesite a affirmer que la lutte de la race germano-aryenne productive se résumait a la lutte contre la race semite parasitaire.Ainsi,pour tous ces penseurs,philosophes-medecins-psychiatres-biologistes-savants ou charlatans,l'allemand ne pouvait que representer le bien,le vrai,le beau alors que l'erreur,le mal,la laideur ne pouvait etre l'œuvre de l'etre inferieur,donc non allemand
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SeskaSeska   22 mai 2015
L’intérêt tardif des nazis pour les petits enfants français nés de père allemand, l’incorporation des volontaires étrangers ,dont les français, dans la Waffen SS seront les signes avant-coureurs du relâchement de l a sélection raciale imposé par les circonstances. Dès 1943, l’expédient dicté par la nécessité prit force de loi : faisaient partie intégrante de la SS ex-nordique des recrues dont les origines ethniques auraient, quelques années plus tôt, fait pâlir de rage les « connaisseurs de races ». les français de la division Charlemagne, comme les musulmans de la division Handschar ou les slaves ukrainiens de la division « Galizien » ne furent en fait que des « sous hommes » provisoirement promus au rang « d’êtres supérieurs » dans le seul dessein d’alimenter la machine de guerre allemande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SeskaSeska   22 mai 2015
En 1946, les enfants des Lebensborn étaient déjà devenus les « orphelins de la Honte ». Laissés pour compte, confiés à quiconque voulait bien s’en charger, les enfants nés dans les cliniques SS, en Allemagne comme dans les pays occupés, subirent en quelque sorte le sort de ceux qui els avaient conçus : ils furent mis au ban de la société. Distribués à des organisations qui s’empressèrent d’effacer toute trace de leurs origines, ces enfants furent rayés du passé. Personne de devait savoir que leurs mères étaient des filles-mères endoctrinées et leur pères des SS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SeskaSeska   22 mai 2015
« L’homme inférieur a une apparence biologique semblale à une créature naturelle. Il a des pieds, des mains, des yeux, une bouche et quelque chose qui ressemble à une cervelle ; mais c’est bien une créature différente, effroyable, très éloignée de l’homme, même si ses traits sont semblables à ce dernier.
« … moralement et intellectuellement, cet être est inférieur à n’importe quelle bête ; il est aussi animé de passions sauvages, d’une volonté de desctruction incommensurable, d’une vulgarité indécente.
Malheur à celui qui oublie que tout ce qui ressemble à un être humain n’est pas obligatoirement un être humain »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Marc Hillel (2) Voir plusAjouter une vidéo

Au nom de la race
Int. de Clarissa HENRY auteur du livre "Au nom de la race", photo illustrant l'interview ; int de Marc HILLEL qui raconte comment les enfants sont sélectionnés et placés dans des familles adoptives ; int d'une petite fille Alicia qui a été enlevée par les nazis ; extrait du film.
autres livres classés : lebensbornVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
846 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre