AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070338917
240 pages
Éditeur : Gallimard (25/05/2006)
4.25/5   6 notes
Résumé :
Ce volume est une sorte d'anthologie récapitulative de toute l'œuvre du plus grand poète finlandais actuel, né en 1927 : il regroupe des extraits des recueils qui s'échelonnent de 1950 à 2003.
Poète de la modernité quotidienne, Holappa ne verse pas dans le folklore : la Finlande est bien présente, mais jamais sous un angle mièvre ou attendri. Et Holappa est aussi un poète de l'amour, comme Cavafy, de l'amour des garçons, charnel et passionnel, qui entraîne l'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
sabine59
  07 mars 2019
Totale découverte pour moi que ce poète finlandais, né dans le Nord de son pays, d'origine modeste, autodidacte , traducteur d'auteurs français, bibliophile. Et je constate avec émotion que ses dates de vie et de mort sont les mêmes que mon père: 1927 -2017...
Totale mais très belle découverte! Je suis entrée dans ses poèmes avec curiosité et plaisir. Pudique mais sensuel dans son évocation de l'amour homosexuel, angoissé, partagé entre doutes , idees sombres et éclairs lumineux, il fait entendre sa voix toute particulière, décalée, loin du folklore. Même si certains textes m'ont paru complexes, son écriture toujours m'a plu. Poèmes en vers ou en prose, ils sont tout en frémissement et en sensibilité.
" Semant ses bienfaits un nuage vole
puis un aigle, messager.
Seules les îles gémissent vers le rivage à leur départ,
quand le vent sous le gel se fige, pleurant sur leur sort."
Le décor qu'il a connu enfant est au coeur de sa poésie: vent, oiseaux, arbres,
neige . Mais il évoque aussi son lien aux autres, ses élans amoureux, vécus souvent comme un mystère indicible:
" Jamais le plus ardent poème n'élucidera
l'aigre et furtive jouissance des sens."

Ma préférence s'est portée sur les poèmes célébrant la nature sauvage, dans un jaillissement de mots simples et vrais, puissants.
Je suis heureuse de cette rencontre. Je sais que je feuilletterai souvent ce recueil...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Charybde2
  18 mars 2013
Une somme bienvenue sur le plus grand poète finlandais contemporain.
Francophile décidé, traducteur en finlandais de Baudelaire, Reverdy, Ponge, Claude Simon ou encore Le Clézio, Pentti Holappa, également calme militant de la cause homosexuelle, est en général considéré comme le plus grand poète finlandais contemporain.
Bien que le recueil titre ("Les mots longs") soit de 1980, l'anthologie proposée par Poésie Gallimard (dont un bref extrait figurait dans l'habile "Il pleut des étoiles dans notre lit", extraits de poésie scandinave publiés à l'occasion du prix Nobel de Tomas Tranströmer) couvre 17 recueils, du "Un bouffon dans la galerie des glaces" de 1950 au "La voix de l'éléphant" de 2003.
Comme le rappelle Gabriel Rebourcet dans sa préface, Penti Holappa maîtrise à la fois une formidable culture classique, un extraordinaire historique proprement finlandais, tant "savant" que "populaire", et met en oeuvre une formidable volonté de dire : "Humble jardinier des mots, il va donc jusqu'au bout de ses tâches : le poète monte même à bord du traîneau du réalisme socialiste, et tente de rendre à l'ancienne poésie du peuple ses lettres de noblesse, avec une certaine réussite, et surtout un entêtement touchant. (...) Il cultive la démarche rationnelle, cartésienne, jusqu'à l'instant où il libère la force de la nature afin qu'elle vienne frapper son château de mots, dans une sorte de rage subitement libérée, par l'effet d'un mystère incontrôlable - cette combinaison de fureur et de mystère donne à son écriture une ampleur et une force en tous points comparable à celle de René Char."
Une révélation pour moi, donc.
"Pour une mère les débris de l'océan suffisent, l'écume
et le sable, car elle est tout entière au désir de faire
naître,
les possibles s'unissent en matière désormais vivante
non plus par son ventre mais par la force de sa volonté.
Elle est la mère de Lemminkainen, la femme vêtue
de noir des tragédies antiques, et dans les cortèges
elle crie le nom des combattants pour la liberté d'aujourd'hui
défiant les charges de police et les gaz lacrymogènes,
mais sous d'autres habits elle est un des bourreaux,
criminelle complice du procréateur ploutocrate,
ourdissant les mensonges sur l'égalité. Telles sont
les fables modernes sur les princes et les princesses.
Responsable de l'absurdité de sa descendance elle aussi
voit s'effondrer les hautes voûtes des cathédrales,
les chefs d'oeuvre de Léonard et de Picasso périssent
dans les flammes de la bibliothèque d'Alexandrie.
Les déformations cellulaires provoquées par les déchets
industriels sont la chair vivante des enfants, leur avenir.
Veillant seule, quand la foule aguerrie dort déjà,
elle cherche sa consolation dans la paix universelle
puisqu'elle sait que dans les accélérateurs de particules
les cours closes de la matière s'ouvrent en tunnel béant."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bernardbre
  07 octobre 2012
Une découverte, un saisissement. Un immense poète à découvrir pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
mesrivesmesrives   26 septembre 2017
LE BERGER

A l'odeur de ton chandail humide
je t'ai reconnu, berger
toi qui menas le poète aveugle
dans les landes de l'Antiquité.

Ici on est aveugle sans cécité.
Octobre vente, octobre pleut,
les maisons chancellent.
Nous rentrons du cinéma.

Dans les derniers mètres du film
les amants sont restés figés
dans un baiser de mort et les étoiles
pleuvaient sur leur couche.

La bêtise ni la haine ne les ont
séparés, le poison non plus
qui consuma jusqu'à la braise
les caresses de Roméo et de Juliette.

Le paradoxe même de l'existence,
le signe fatal noyé en chaque cellule
les contraignit à chercher
le réconfort dans la mort.

Nulle volonté humaine, le destin plutôt
nous a drossés aussi sur les deux rives
opposées du fleuve du temps,
malgré notre amour partagé.

Ta beauté est la destinée que je défie.
Dans les flammes de tes torches de résine
je rassemble en tremblant mes vestiges
pour en bâtir une silhouette humaine.

Je crois que ton visage ambré
par les nuits blanches m'appelle
car tu scintilles comme une ville illuminée
dans les ténèbres des rives arctiques.

Vers toi je tangue sans gouvernail,
épave de navire, pensée sans demeure,
promeneur ivre dans la nuit. Je me glisse
dans la laine de ton chandail mouillé.

Berger, ne pleure pas. Il est un pays
où les amants les yeux grands ouverts
se fondent, se confondent, et veillent sur la nuit.

Les jours sont comptés, pas les caresses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
mesrivesmesrives   29 avril 2018
ALEXANDRE

Sur un noble destrier et poussé
par l'amitié Alexandre le Grand
soumit l'univers. Je roule à cent
kilomètres à l'heure vers mon bien-aimé.

Mon destrier est une voiture russe, une Lada,
bleu ciel. Cent trente mille bien sonnés au compteur,
elle rugit en traversant ma patrie enneigée.

Une paire d'yeux gris et dans ces yeux la mer,
Ecartez-vous, belle Aphrodite, voici mon tour
de ramper par l'écume blanche
et de lécher l'eau salée sur sa peau.

En lui, près de lui, voici l'Attique,
les rivages azurés protégés du gel à jamais.
Là-bas je renais, je suis Alexandre,
ma voiture prend le frais dans un bosquet d'oliviers.

Les sorcières du Nord, les divinités de Scythie
je me lève avant l'enfer des chrétiens et
la haine des bourgeois rouges ou noirs.
Ainsi je suis prêt à l'aimer.

Sur les rochers du rivage, un jeune homme nu,
un poète, chante sur sa guitare:
Alexandre est un assassin. En amour,
il n'y a pas de héros, juste des estropiés.


Parfum de fumée (1987)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
sabine59sabine59   16 janvier 2019
J'écris l'ouverture d'un long chant
sur la fraîcheur de ta peau, sur tes yeux étranges
où se joignent le Sahara, l'Atlantide
et même la résine des pins roulée en perles.
Et si d'une musique, je prolonge le cours de ma chanson
la pleine harmonie se brise, d'une fissure
où roule la goutte claire de ta jeunesse.
Commenter  J’apprécie          70
sabine59sabine59   07 mars 2019
Le mois de mars arrive, tous membres craquants,
il vente encore la nuit comme le soufflet d'une forge jadis.
Au matin il s'éveille, le soleil sur le front, le regard pétillant
de la passion bleue qui se tend dans
les muscles des jeunes gens aux cheveux de laine,
puis il s'échappe en rire sous un vaste ciel.
Commenter  J’apprécie          50
ThomasSpoketcompagnieThomasSpoketcompagnie   05 février 2020
Un homme sur le toit

Par-dessus la ville es cheminées voilées de crêpe noir
des ombres se précipitent depuis les toits
et les mouettes clabaudent
le ciel broui par le soleil se désagrège


Sur le faîte du toit un homme joue au funambule
sans corde sans balancier et sans pensée
un oiseau jaillit de sa main
et le vent de son front
d'en bas on le regarde le sang glacé
on lui crie prenez l'ascenseur
d'en haut une voix répond priez pour moi ici-bas.
Alors calmement l'homme fait un pas dans le vide
marchant ainsi doucement vers la mer

L'instant de surprise passé
on crie à l'imposteur
arrêtez-le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Pentti Holappa (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pentti Holappa
Pentti Holappa : Poème de Noël 95 (extrait). lu par Alain Bouras.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
975 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre