AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Elisabeth Suetsugu (Traducteur)
EAN : 9782809715743
272 pages
Editions Philippe Picquier (06/01/2022)
3.83/5   191 notes
Résumé :
Dans un paysage de mer et de falaises d'une beauté paisible, bien loin de Tôkyô, une femme en désaccord avec le monde entreprend la redécouverte d'elle-même et passe des jours heureux d'une grande douceur.

En compagnie de son chat, elle fera durant douze mois l'apprentissage des vingt-quatre saisons d'une année japonaise. A la manière d'un jardinier observant scrupuleusement son almanach, elle se laisse purifier par le vent, prépare des confitures de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 191 notes
5
20 avis
4
27 avis
3
14 avis
2
2 avis
1
0 avis

Bookycooky
  15 mai 2020
Pas encore soixante ans, vivant dans un studio dans la grisaille de Tokyo elle décide un beau jour de faire une pause et partir. Elle s'est éprise d'un estuaire et de ses falaises à proximité, où elle s'est fait construire une petite maison sur la presqu'île de Shima......Dans les aléas de la Vie, qui remettent en question même le quotidien le plus banal, elle trouve dans cette terre, un lieu solide et fort pour se ressourcer avec un retour à une vie simple, au rythme plus lent, en harmonie avec la nature. Une nature qui fonctionne sur vingt-quatre saisons, divisions à l'ancienne.
La rencontre avec Kayoko et ses abeilles japonaises, le vieux Kurata et ses arbres qui ruissellent, le bateau fantôme dont la proue qui émerge du vase du marais ressemble à la tête d'un cormoran noir et de sa mère handicapée de 86 ans qui y vient faire un séjour uniquement par un intérêt passionné pour les lucioles, font partie des richesses de ce livre. Cette femme solitaire qui s'endette pour acheter un marécage devant chez elle , qui ne lui servirait à rien sinon profiter de sa vue et d'empêcher qu'on le remplisse et qu'on y construise un lotissement, et qui se ressource des précieux secrets de la nature et des choses révélés par ses sens et brodés par son imagination, m'a particulièrement touchée, "C'était un soir de pleine lune après la pluie. J'ai vu la proue de la barque qui semblait vouloir s'approcher de la lune pour la rejoindre.  Dans le halo de la lune qui se reflétait sur l'onde, la proue a bougé, j'en suis certaine. le reflet qui scintillait à la surface de l'eau en ondulations brillantes dessinait exactement une barque avançant sur la mer. Comme peu de personnes me croiront, je garde ce secret pour moi. "
Un livre émouvant, profond mais léger, une bouffée d'air frais par les temps qui courent. C'est le deuxième livre de Mayumi Inaba que je lis et pour lequel elle a reçu le prix littéraire Tanizaki en 2011, avant de nous quitter à jamais en 2014.
Un grand merci à mon amie Sabine pour cette délicieuse découverte.

Dans la paume de ma main
Légère comme un souffle
La lumière d'une luciole
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10413
sandrine57
  20 février 2022
Ce sont d'abord les falaises qui l'ont séduite, blanches, abruptes, léchées par le Pacifique. le calme et la nature ont fini de la convaincre de se faire construire une maison, près des bois et d'un marais, loin de la vie trépidante qu'elle mène à Tokyo, dans la péninsule de Shima. Puis, lasse des allers-retours entre son studio de la capitale et son havre campagnard, elle a décidé de venir y passer une année complète. Douze mois rythmés par les vingt-quatre saisons du calendrier traditionnel japonais.
Une femme fait une parenthèse dans sa vie et nous offre une bulle de douceur et de poésie. le travail de la terre, la cueillette de fruits des bois, la préparation de confitures, de longues promenades dans la nature sont ses seules occupations, avec parfois une visite à la miellerie de son amie ou une fête au hameau. le temps passe paisiblement et elle note dans son journal de bord, le rythme des saisons, l'évolution de la nature, son adaptation à ce milieu qui lui est étranger. Sa mère ou sa soeur viennent parfois lui rendre visite, sans toutefois troubler le calme de cette nouvelle vie. Elles marchent dans les champs ou dans les bois, observent les lucioles, se nourrissent des produits de la nature.
Il ne se passe rien dans ce roman, rien au sens d'action trépidante. Mais on se laisse bercer par la sérénité qui s'en dégage. C'est un roman qui met les cinq sens en éveil. On y ressent la chaleur du soleil ou le froid de l'hiver sur la peau. On y voit la beauté d'une nature intacte, de l'océan déchaîné, des falaises escarpées. On y sent l'odeur de la forêt profonde ou celle de la putréfaction des marais. On y goûte les fraises des bois, le miel, le tofu, le soju. On y entend le chant des oiseaux, le coassement des crapauds, le bruit furtif des animaux des bois.
Un roman reposant, qui fait du bien, qui sublime l'idée de vivre en harmonie avec la nature, loin du tumulte des villes, en partageant du temps, des vivres, des conversations avec ses voisins, en regardant son chat retourner à l'état sauvage, en savourant chaque minute du temps qui s'écoule. Une parenthèse enchantée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          623
Biblioroz
  22 juillet 2022
Se couper de l'ébullition auditive et visuelle de la ville, de la luminosité artificielle permanente de Tokyo, voilà le souhait de la narratrice de ce roman. Elle décide de se réfugier dans la maison qu'elle a fait construire pour ses vacances, située sur une péninsule entre océan et forêt. Trouvant le temps des vacances trop court et restrictif, elle y restera cette fois près d'un an. Depuis son installation à Tokyo, la certitude de continuer à y vivre, entre sorties et boutiques offertes par la métropole carnivore, n'avait pas encore été mise en doute jusqu'au tournant d'une nouvelle décennie. À quel choix aboutira cette parenthèse ?
Dans ce paysage naturel sur lequel la trace de l'homme se limite aux poteaux électriques, elle va savourer les émotions que chacun de ses sens en éveil lui apporteront.
Dans ce décor hérissé de falaises blanches déchiquetées par la mer et le vent, elle parcourt les plages, écoute et respire la mer. Elle sent sous ses pieds les ères successives à l'origine des strates géologiques de ce sol qu'elle foule chaque jour. Entre forêt, terrains marécageux et terres en friche où bambous, roseaux et carex s'égaillent dans l'humidité des lieux, la beauté saisissante de cet environnement la traverse paisiblement.
Elle va tendre l'oreille pour tenter de capter les petits bruits nocturnes venant de la mer. Sont-ils dus à de discrets déplacements frôlant le rivage ? Un défilé de crabes ou de tortues ? Ou plus fantaisiste dans la tête de notre narratrice, d'huîtres imaginaires dotées de minuscules pattes ?
Avant l'arrivée imminente du petit matin, les oiseaux poussent leur premier chant dans la forêt voisine et précèdent les rencontres avec les différents végétaux qu'elle croise chaque matin sur le chemin en pente menant à la mer. On s'arrête à ses côtés pour capter un rayon de soleil sur un massif d'azalées qui offrent leur doux sourire à un petit coin de forêt ou pour accrocher le jaune éclatant des iris tapissant le marais.
Alors qu'elle s'arrêtait peut-être en surface au cours de ses brefs séjours, cette fois-ci, c'est en pleine conscience, en profondeur, qu'elle arpente ce petit bout de terre. La nature comme les gens, ses proches comme ses voisins, auront toute son attention.
Une visite de sa mère. Cette dernière allongera son séjour pour admirer la lumière féérique des lucioles tout en s'essayant aux haïkus.
L'intérêt pour ses voisins, essentiellement des retraités aux vies tranquilles, s'aiguise. D'eux, elle remplira sa marmite de pousses de bambous offertes, admirera le jaune doré du miel fraîchement mis en pot et visualisera le travail des abeilles dans les ruches bourdonnantes.
Au fil de cette lecture contemplative, on sent croître chez notre narratrice, et par ricochet chez le lecteur attentif, un attachement profond à cette péninsule.
Prêter l'oreille, respirer, contempler, suivre le calendrier à l'ancienne rythmé par les cycles lunaires assimilés à autant de saisons. Elle notera les évènements de chaque tranche saisonnière, les plantes qui pointent leur nez, les récoltes du moment, les graines à semer ou les confitures à mitonner.
De la même manière que les saisons sont fragmentées, elle complètera ses cinq sens trop restrictifs à son goût par d'autres sensations.
Ici, pas de mièvrerie qui conduirait à idéaliser la campagne et à condamner la ville. C'est un roman plutôt objectif, une analyse personnelle dont la narratrice a senti le besoin à ce moment de sa vie.
Ce roman incite à prendre le temps d'aller au fond des choses, de ne pas céder à la course folle qui nous fait juste frôler la surface de ce qui nous entoure et arriver à la fin sur notre faim car rien n'a été approfondi, savouré, contemplé et ressenti à sa juste valeur. Une parenthèse bénéfique et enchanteresse, à lire, à vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
sabine59
  08 avril 2020

Quel enchantement, ce livre! Comme il fait du bien, en cette période anxiogène! J'avais déjà beaucoup apprécié " 20 ans avec mon chat", le plaisir a été encore intense cette fois.
La première de couverture, de toute beauté, ouvre sur ce que l'on pourrait appeler un journal de bord. Dans le calendrier traditionnel japonais, les périodes sont de quinze jours, d'où les vingt-quatre saisons du titre. Et c'est sur une péninsule où elle possède depuis quelques années une cabane que la narratrice, habitant à Tôkyô, se retrouve, comme elle le fait régulièrement.
Mais cette fois, elle y restera longtemps. Elle se sent vieillissante, vient de perdre une amie chère, et éprouve le besoin de se ressourcer dans la nature. Nous l'accompagnons avec émotion et ravissement dans ses promenades, ses pensées, ses relations chaleureuses avec ses voisins.
La forêt envoûtante, l'élaboration du miel, les préparations culinaires pour nous souvent surprenantes avec les produits de la nature, le lien fort avec son chat, les souvenirs qui affluent, la tendresse qu'elle offre à sa mère, qui vient admirer en juin les lucioles, tout m'a parlé, tout m'a émue.
Une bulle de sérénité, une vision contemplative du monde, des images douces au coeur, une nostalgie lancinante aussi, cela vous semble attirant? Alors, lisez ce roman!


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4512
ghislainemota
  28 août 2021
Loin de la ville de Tokyo, une femme d'âge mûr décide de s'isoler dans la presqu'île de Shima accompagnée de son chat.
Au milieu de la forêt, un marais au pied de sa maison, elle se désintoxique de la ville pour se délecter de la faune et de la flore. Aucune pesanteur dans cette solitude. Son voisinage est discret et permet toutefois des relations sociétales enrichissantes.: telles Tachibana et son atelier de teintures naturelles ou l'apicultrice et ses abeilles qui procurent du miel Ochi.
La narratrice se déleste de son passé après vingt ans de vie dans la capitale. Et avec peu de choses elle aime tomber dans la contemplation de la nature en suivant le vieux calendrier des vingt-quatre saisons.
Avec son oeil d'observatrice et son besoin de dépouillement, cette japonaise s'imprègne de la forêt, s'immerge dans le marais et découvre parfois des objets insolites. Elle savoure sa liberté même si la nature sauvage reprend ses droits et lui impose du désherbage.
Sous forme de scènes de vie, nous parcourons les saisons dans une douce mélancolie.
Inaba Mayumi nous propose une vie de lenteur où les sens sont en alerte: la vue avec entre autres des paysages marins ou les lucioles de la nuit, le goût avec des plats à base de produits naturels ou l ouïe avec les vrombissements des insectes piqueurs.
Certains lecteurs pourront regretter l'absence d'actions mais il s'agit ici d'un roman d'atmosphère et de souvenirs au vue d'une écologie intelligente où aucun jugement n'est porté.
J'ai lu ce livre comme on feuillette l'agenda d'un jardinier.
Une année de plus et la vie passe inexorablement et je tourne la page.
Un roman sensible dont j'ai savouré tout le suc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321

Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   13 mai 2020
« Dites-moi, est-ce que la femelle choisit le mâle avant de copuler ? Par exemple, elle peut préférer un macho ou bien ne pas vouloir si sa tête ne lui revient pas, que sais-je ?.......
« Figurez-vous que je n’ai jamais réfléchi à la question. Car enfin, le destin des abeilles est de laisser au monde la génération suivante et je suppose qu’aucun choix ne précède l’acte, ça doit se faire plus ou moins comme ça se trouve ! »
Sans chasteté ni fidélité, alors ? Kayoko m’a regardée avec commisération. « Mais enfin, il n’y a que les hommes pour avoir des considérations morales ! Vous y êtes ? Il y a la reine des abeilles. Les mâles s’agglutinent autour. C’est tout. Inutile de chercher plus loin, l’ordre de la nature est simple. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
BookycookyBookycooky   12 mai 2020
Je traversais une période troublée. J’avais quitté un homme, j’avais perdu une amie précieuse, ma vie glissait au gré de la monotonie des journées qui s’écoulaient sans trouver d’issue. Je voulais fuir, n’importe où, mais fuir. C’est à ce moment-là que j’ai fait la rencontre des falaises, ces blocs de matière indéfinissable, qui ne portent pas la moindre odeur humaine.
Commenter  J’apprécie          430
mh17mh17   23 février 2022
Les ombres noires dans la forêt, la rangée de petits arbres devant l'entrée, la route qui passe devant la maison en plan incliné, tout déborde du crépitement silencieux des éclats tranchants du clair de lune. Moi, je me penche sur la profondeur des ténèbres silencieuses où ni voiture ni âme ne passe, et mon oreille savoure l'ineffable plaisir d'être absorbée par la densité du silence.
Commenter  J’apprécie          220
ordinary_readerordinary_reader   08 avril 2021
Je m'amusais de voir la mine effarée de mon interlocuteur, ou encore son refus pur et simple de comprendre.
(...) j'avais décidé de faire construire une maison dans la péninsule, je m'étais demandé comment justifier aux yeux de mon entourage mon attitude irréfléchie. Oui, voilà, c'est parce que les falaises m'ont envoûtée. Oui, voilà, je n'arrive pas à oublier ces formes pouvant à tout moment se briser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          185
nilebehnilebeh   03 novembre 2021
Je fais brûler encens sur encens, et mon plaisir de chaque soir est de contempler depuis ma terrasse le mouvement de la lune et des étoiles. Je m’étends sur une chaise longue et je regarde d’un œil nonchalant la voûte céleste. Alors, un remous traverse mon corps de la tête aux pieds. Est-ce le tremblement de la rotation de la Terre ? J’éprouve une sensation inconnue qui m’enveloppe tout entière, comme si mon corps et le ciel étaient liés pour un instant. En même temps, sans se perdre, mon être reste attaché à la terre, et j’ai l’impression sans pouvoir me l’expliquer que j’assiste à un miracle. Le frémissement du vent nocturne, le bruissement léger des feuilles font-ils fondre mes cinq sens, le corps et ses organes se séparent sans hésitation du temps humain, pour se transformer en une chose inconnue. Ah, est-ce ainsi que le corps quitte la chair ? Est-ce cela, la sensation du néant ? Il me semble que quelque part, très loin, je me suis introduite dans le corps d’un être inconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Mayumi Inaba (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mayumi Inaba
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • 555 de Hélène Gestern aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/1101605-romans-555.html • L'école des chat (T1) le secret de la grotte de cristal ; le cadeau magique ; La prophétie se réalise de Jin-kyeong Kim, Jae-Hong Kim aux éditions Picquier https://www.lagriffenoire.com/1102913-romans-l-ecole-des-chats-t1---le-secret-de-la-grotte-de-cristal--le-cadeau-magique--la-prophetie-se-realise.html • L'école des chat (T2) Je te sauverai des ténèbres ; La montagne des âmes de Jin-kyeong Kim, Jae-Hong Kim aux éditions Picquier https://www.lagriffenoire.com/1095488-romans-l-ecole-des-chats-t2---je-te-sauverai-des-tenebres--la-montagne-des-ames.html • Recherché ! Gabin le lapin, voleur de livres de Emily Mac kenzie et Xavier Thomas aux éditions Thomas Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/33868-divers-jeunesse-recherche--gabin-le-lapin--voleur-de-livres.html • Fran et Ava: le roman de leur amour de Géraldine Maillet aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/1101688-romans-fran-et-ava---le-roman-de-leur-amour.html • le Sang des Belasko de Chrystel Duchamp aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/1103297-romans-le-sang-des-belasko.html • Petit dictionnaire des injures politiques: Edition 2022 de Bruno Fuligni aux éditions du Rocher https://www.lagriffenoire.com/1099954-livres-politiques-petit-dictionnaire-des-injures-politiques-edition-2022.html • La péninsules aux 24 saisons de Mayumi Inaba et Elisabeth Suetsugu aux éditions Philippe Picquier https://www.lagriffenoire.com/1101280-litterature-anglophone-la-peninsule-aux-24-saisons.html • Équilibrer sa digestion grâce à l'Ayurvéda: Tous les conseils ayurvédiques et 40 recettes locales et végétales pour entretenir sa santé de Lucie Joao et Marie-France Farré aux éditions Eyrolles https://www.lagriffenoire.com/1094439-medecine-equilibrer-sa-digestion-grace-a-l-ayurveda.html • Nos secrets trop bien gardés de Lara Prescott et Christel Gaillard-Paris aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1099987-litterature-anglophone-nos-secrets-trop-bien-gardes.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsarlea #editionspicquierjeunesse #editionsthomasjeunesse #editionsfayard #editionsarchipoche #editionsdurocher #editionseyrolles #editionspocket
+ Lire la suite
autres livres classés : natureVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
650 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre

.._..