AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809714180
256 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (04/04/2019)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Alors âgée de 26 ans, Shiori Ito est journaliste. Un soir, elle rejoint Noriyuki Yamaguchi - biographe du premier ministre Shinzo Abe - au restaurant pour un dîner d'affaires. Quelques heures plus tard, elle se réveille dans une chambre d'hôtel, en train de se faire violer.Commence alors un véritable parcours du combattant. Son obstination finit pourtant par payer, et la justice inculpe le violeur.Mais un coup de théâtre vient tout remettre en cause : l'arrestation ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  21 novembre 2019
C'est à New York, dans le piano-bar où elle travaille pour arrondir ses fins de mois, que Shiori Ito rencontre pour la première fois Niroyuki Yamaguchi. Pour cette étudiante en journalisme, c'est une aubaine de pouvoir discuter avec le directeur d'une grande chaîne de télévision japonaise. L'homme est amical, sympathique et lui propose d'emblée de lui obtenir un stage à New York ou Washington si un jour elle en exprime le désir. Elle le revoit deux ou trois fois par la suite et trouve même un stage chez NTV par son entremise. Quand, désargentée mais toujours décidée à devenir journaliste, elle rentre à Tokyo, elle est encore stagiaire, cette fois chez Reuters. Elle se souvient alors de la proposition de Yamaguchi de la faire travailler à Washington et lui écrit un mail. Il répond immédiatement, se montre très enthousiaste et lui fait miroiter un poste de productrice rémunéré et des facilités pour obtenir un visa. Comme il est de passage au Japon, il l'invite pour un dîner de travail dans un restaurant de sushis. Et puis...c'est une douleur atroce qui la réveille. Elle est allongée sur un lit, dans une chambre d'hôtel et Yamaguchi est en train de la violer !
La boîte noire est le récit circonstancié de ce viol et le long combat de Shiori Ito pour faire reconnaître son préjudice et traduire son violeur devant la justice. Dans un pays où le viol est un sujet tabou, où les femmes préfèrent se taire plutôt que d'affronter la honte, où rien n'est prévu pour renseigner, accueillir, accompagner les victimes, la jeune journaliste est vent debout contre toute une société figée par des lois qui datent du siècle dernier. Elle découvre des notions telles que ''la boîte noire'', le ''quasi-viol'', elle se cogne contre des murs érigés par des hommes pour en protéger d'autres. La police commence par ne même pas vouloir recevoir sa plainte, les médecins ne sont ni renseignés sur les procédures, ni empathiques, sa famille préférerait qu'elle se taise. C'est elle-même qui commence une minutieuse enquête pour le confondre, continuant à communiquer avec lui par mail dans l'espoir qu'il finisse par avouer les faits. Quand un policier, convaincu par les preuves à charge, obtient une arrestation, la procédure est stoppée net par décision d'un personnage haut placé. Il faut dire que la jeune journaliste inconnue se bat contre un homme très en vue. Yamaguchi est le biographe officiel et l'ami du Premier ministre, Shinzô Abe, il peut compter sur des appuis hauts placés, il est presque intouchable, sa parole est d'or, alors qu'elle doit se démener pour prouver ses dires tout en gérant son syndrome post-traumatique. Shiori finit par organiser une conférence de presse où, à visage découvert, elle dénonce l'homme qui l'a violée et qui nie les faits. On lui promet la fin de sa carrière et de toute vie sociale, elle n'en a cure et veut, par son témoignage, venir en aide à toutes les femmes trop honteuses pour parler.
Son livre n'est pas seulement la simple relation de son cas personnel, c'est une façon de faire bouger les choses, de changer les mentalités et les lois.
Quand elle l'écrit, deux ans après les faits, elle n'a toujours pas obtenu justice mais l'affaire est toujours en cours. Cela se ressent dans son écriture, le style est distancié, factuel. Shiori Ito se garde bien d'écrire quoi que ce soit qui pourrait être mal interprété ou utilisé par la partie adversaire. Ce sont des faits, rien que des faits avérés. Pas de larmes ou de discours enflammés mais une force hors du commun, un courage exemplaire, une voix dans le silence. A lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
kuroineko
  10 avril 2019
Née en 1989, Ito Shiori suit un parcours assez atypique et cosmopolite pour réaliser son rêve : devenir journaliste reporter.
Mais au printemps 2015, elle subit un viol par le directeur d'une grande chaîne télévisée nippone. Celui-ci l'a droguée, emportée endormie dans sa chambre d'hôtel où Shiori est revenue à elle tandis que l'homme la violait.
Avec La boîte noire, Ito Shiori raconte sans fard l'atrocité de ce qui lui est arrivé, ses sentiments de honte, de saleté et l'envie de tout oublier. Mais cet ouvrage est également le témoignage de son combat pour faire éclater la vérité et faire changer la justice en matière de viol.
Le portrait qu'elle dresse des instances policières, judiciaires, médicales et même les services d'assistance téléphonique aux victimes a de quoi faire frémir. La question du viol, comme celle des attouchements pervers dans les transports allant jusqu'à des gamines de primaire, reste encore tabou au Japon. On ne parle pas de ces choses là. La plupart des policiers à qui l'auteure eut affaire tenta de la dissuader de porter plainte car ce serait inutile... Sans compter qu'en tant que personnage à la notoriété reconnue, son violeur dispose de bonnes relations dans les hautes sphères judiciaires et politiques.
Malgré toutes les épreuves, la souffrance psychologique post-traumatique, les obstacles mis sur son chemin pour la vérité, Shiori ne renonce pas. Non sans douleur puisque, à la suite d'une conférence de presse qu'elle donne et où elle parle enfin en son nom - ce qui est considéré comme un suicide social par une nette majorité de Japonais - sa propre soeur ne lui adresse plus la parole car subissant l'impact médiatique jusque dans son lycée (où mieux vaut ne pas détonner sur le groupe par la moindre originalité sous risque d'exclusion ou de brimades).
Je suis très admirative du courage incroyable qu'il a fallu à Ito Shiori non seulement pour faire face à son agression mais également dépasser le conformisme muet de son pays pour lui jeter la réalité crue à voir. Je ne peux qu'imaginer l'énergie et les efforts que cela a dû lui demander. Dans son livre, elle ne se contente pas de témoigner de son cas personnel mais élargit le sujet à la situation actuelle au Japon en matière de crimes et délits sexuels. Indignation, écoeurement, colère, compassion, ..., sont autant de sentiments ressentis au cours des chapitres.
Une lecture très éprouvante donc. On est loin ici des jardins zen et des cerisiers en fleurs. Mais vouloir étudier en profondeur l'archipel, c'est aussi en découvrir les aspects les moins reluisants. Sur ce sujet, le Japon a encore beaucoup de progrès à faire, tant au point de vue des institutions que des mentalités à faire évoluer. L'affaire Weinstein et le mouvement #metoo qui se diffuse un peu partout dans le monde montre qu'il n'est pas le seul État à devoir s'améliorer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406
Ichirin-No-Hana
  25 août 2019
Récit autobiographie, la journaliste Japonaise Shiori Ito nous partage dans son ouvrage La Boite Noire son parcours du combattant pour faire reconnaître le viol qu'elle a subi.
En 2015, alors qu'elle rêve de devenir reporter dans le monde, Shiori Ito subit un viol de la part d'un directeur d'une grande chaîne de télévision alors qu'elle est droguée. Femme forte, elle saura se relever et se battre contre sa honte, pour faire éclater la vérité et faire avancer la justice japonaise sur ces questions.
Sans aucun fard, la jeune femme nous décrira dans les détails par toutes les étapes auxquelles a dû passer. On ne peut que frémir face aux différentes façons dont elle est traitée et par le manque de considérations que cela soit de la part des instances policières mais également médicales. Bien que difficile à lire par moments, La Boite Noire est un roman édifiant et on ne peut qu'admirer Shiori Ito, qui bien qu'ayant subi un traumatisme, cherche à faire avancer les choses et ose se poser en tant que porte-parole dans une société autant portée sur le regard et sur l'honneur comme peut l'être la société japonaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Prudence
  01 janvier 2020
Ito Shiori, journaliste, a mené l'enquête sur le crime dont elle a été la victime. le directeur d'une grande chaîne de télévision l'a droguée et violée.
Méticuleusement, elle raconte son parcours, en commençant son récit avant cet événement, car sa vie ne se résume pas au fait d'avoir été violée, elle est travailleuse, polyglotte, journaliste, forte, elle a des ami·es, de la famille, etc. Ce n'est pas juste un chiffre anonyme, c'est une personne à part entière.
Elle a enquêté sur son affaire, elle a mis au jour des tentatives pour l'étouffer, pour protéger le coupable. Elle nous parle aussi d'autres victimes, au Japon, et ailleurs, dont on devrait se soucis, se soucis de la justice, de la prise en charge des victime, de l'éducation, de la santé, des successions d'événements qui peuvent se produire suite à l'agression: du fait d'être correctement prise en charge, accompagnée et aidée, à la possibilité de vivre une traumatisation secondaire par une prise en charge inadéquate.
Un livre intéressant à lire si on s'intéresse aux violences sexuelles et/ou au Japon, en particulier son système judiciaire ou au sexisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
clo73
  29 avril 2019
En découvrant le sujet de ce livre, je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture.
Un sujet qui me touche beaucoup, comme pour beaucoup d'entre nous.
Un crime abject qu'il faut absolument dénoncé...
Et il y a des femmes qui sont suffisamment courageuses pour le faire comme Shiori Ito.
💠💠💠
Shiori Ito est journaliste et témoigne de ce qu'elle a vécu il y a quelques années.
En 2015, la jeune femme a été droguée et violée par un homme haut placé chez TBS, la télévision publique japonaise et proche du Premier ministre.
L'arrestation de son agresseur a été annulée au dernier moment, par un coup de fil "venu d'en haut".
Elle raconte dans ce livre, son calvaire depuis le viol et dénonce "un système judiciaire et social où les victimes de crimes sexuels ne sont ni protégées, ni entendues" au Japon.

« Je veux parler, à visage découvert, pour toutes les femmes qui ont peur de le faire parce qu'ici, au Japon, ni la police, ni la justice ne soutiennent les victimes de crimes sexuels. le viol est tabou.»

💠💠💠
ELLE OSE PARLER ! Peu de femmes japonaises le font car elles se taisent quand elles sont victimes de violences. C'est particulièrement difficile dans ce pays où la discrétion est de rigueur.

« Quand je suis venue déposer ma plainte pour viol au commissariat, le policier m'a dit 'De toute façon, ce genre de choses arrive tout le temps, ça ne peut pas faire l'objet d'une enquête.»

Mais Shiri Ito, en combattante acharnée fera tout ce qui est en son pouvoir, pour dénoncer son violeur mais surtout essayer de changer les lois et les mentalités de son pays.
Il faut savoir qu'au Japon, il est très difficile de prouver qu'il y a eu viol.
Les lois sont obsolètes et n'ont d'ailleurs pas évolué depuis 110 ans !
Les procédures sont inexistantes et il n'y aucune structure, aucun lieu d'accueil. Pas d'informations, ni aides lorsque cela arrive.
Ni la justice, ni la police, ni le milieu de la santé ne sont sensibilisés et préparés à cette problématique, préférant étouffer ces affaires.
Shiori Ito n'aura de cesse de se battre pour que son cas soit traité par la justice, mais aussi de se reconstruire car elle souffre de troubles de stress post-traumatique, l'empêchant de travailler normalement.

N'obtenant aucune avancée, elle décidera de rendre son combat publique pour tenter de faire changer la société japonaise et aider les femmes victimes de ces violences.

En s'exprimant publiquement, elle espère aujourd'hui mobiliser l'opinion sur la question des agressions sexuelles au Japon.

« J'ai connu une souffrance dont je n'imaginais même pas l'existence. J'ai appris que les personnes qui vivaient avec cette souffrance étaient bien plus nombreuses que ce que j'aurais pu imaginer.
Aux personnes qui ont vécu les mêmes épreuves que moi, à ceux qui soutiennent un être cher en souffrance, je souhaite dire : vous n'êtes pas seuls.»
« Qui croira ce que disent les enfants ?
Qui protégera les enfants ?
Personne n'aime le changement. Dans ce pays, en particulier, il y a des gens pour qui parler ouvertement de viol est tabou. Qui veulent-ils protéger ? Et de quoi ? »
💠💠💠
Dans cet ouvrage, la journaliste aborde aussi le phénomène "Tchikan", le harcèlement des femmes dans les transports en commun, et tout particulièrement sur les très jeunes filles. Une réalité quotidienne largement taboue au Japon.
Ce sont des prédateurs qui agressent leurs victimes par des attouchements.
Depuis qu'elle a témoigné à visage découvert, la jeune femme est la cible de menaces qui l'ont forcée à quitter le Japon.
💠💠💠
Une lecture bouleversante, pertinente et informative.
LA BOITE NOIRE est un récit glaçant qu'il faut lire car il est essentiel que l'on sache ce qu'il se passe ailleurs...
Je vous invite vivement à découvrir ce témoignage.
Lien : https://leslecturesdeclaudia..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LaPresse   28 juin 2019
Un témoignage retentissant dans un pays où le viol est encore un puissant tabou social, et où le mouvement #metoo a eu peu d'échos.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   09 avril 2019
Mais je ne me suis jamais sentie en danger lors de mes séjours et reportages dans ces régions reculées. C'est ici au Japon, le pays où je suis née, ce pays réputé pour être l'un des plus sûrs d'Asie, que j'ai connu l'insécurité. Et ce qui a suivi le viol a achevé de m'anéantir. Je n'ai trouvé de secours nulle part. Ni les hôpitaux, ni les lignes d'assistance téléphonique, ni la police ne m'ont apporté leur aide. J'ai découvert avec effarement un visage inconnu de la société où javais vécu jusque-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PrudencePrudence   05 janvier 2020
« Il faut obéir aux adultes. »
C’est comme cela que nous avons été élevés. On nous a toujours dit qu’il fallait être respectueux envers nos aînés, qu’il fallait faire attention à bien nous conduire. Comment serions-nous capable d’élever la voix ?
[…]
Qui croira ce que disent les enfants ?
Qui protégeras les enfants ?
Personne n’aime le changement. Dans ce pays, en particulier, il y a des gens pour qui parler ouvertement de viol est tabou. Qui veulent-ils protéger ? Et de quoi ?
Je crois en la vérité que j’ai moi-même recueillie, et c’est dans cette vérité que je vis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PrudencePrudence   01 janvier 2020
Dans les affaires où des personnages importants comme Yamaguchi sont impliqués, le commissariat de police compétent ne prend aucune décision sans en informer au préalable la première division.
Commenter  J’apprécie          20
PrudencePrudence   04 janvier 2020
Les viols existent dans tous les pays, dans tous les systèmes. Les coupables influents s’en sortent, protégés par des structures qui fabriquent une réalité déformée.
[…]
Quels que soient mes efforts, quel que soi mon désir de retourner en arrière, jamais je ne retrouverai le moi d’avant. Il n’en reste qu’une coquille vide.
Mais si je dois mourir, il sera toujours temps de le faire après m’être battue contre les défaillances du système que je veux changer, et après épuisé tous les moyens dont je dispose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PrudencePrudence   03 janvier 2020
[Discussion avec l’inspecteur A]
« Vous est-il déjà arrivé de subir des pressions ?
- Oui. »
Mais jusqu’à présent, il ne s’agissait que de pressions. Jamais il n’avait reçu l’ordre d’annuler une arrestation le jour même.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Shiori Ito (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shiori Ito
Le vendredi 10 janvier 2020, à l'occasion de la publication du tome 1 de "En proie au silence", la librairie "Le Renard Doré" (à Paris) organisait une table ronde intitulée : "Oser parler de sexisme – Quand les autrices brisent le silence". Animée par Marie Palot, la table ronde réunissait Alexandra Marion (intervieweuse de Shiori Ito, fondatrice de Tokyoatparis et autrice d'un reportage sur le #metoo au Japon), Yatuu (autrice de "Pas mon genre" et "Erika et les princes en détresse") et Bruno Pham (directeur éditorial des Editions Akata). Nous vous proposons de découvrir l'intégralité de la conférence sur notre chaîne.
Suivre Yatuu - Compte twitter : https://twitter.com/Yatuu - Blog : http://yatuu.fr/
Suivre Marie Palot : - Compte twitter : https://twitter.com/MarieCPalot - Site : http://mariecpalot.fr/ - Twitch : https://www.twitch.tv/mariecpalot
Suivre Alexandra Marion - Instagram : https://www.instagram.com/tokyoatparis/ - Site : https://tokyoatparis.com/
Quelques infos sur "La Boîte Noire" : http://www.editions-picquier.com/ouvrage/la-boite-noire/
Suivre le Renard Doré : - Site : https://lerenarddore.fr/ - Instagram : https://www.instagram.com/le.renard.dore/ - Twitter : https://twitter.com/lerenarddore - Facebook : https://www.facebook.com/lerenarddore
Réalisation et Montage par "Studio JM Production" : https://www.youtube.com/user/MrBourree/
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/ Notre site web : http://www.akata.fr/
Plus d'infos sur "En proie au silence" : http://akata.fr/actus/annonce-en-proie-au-silence http://www.akazoom.fr/en-proie-au-silence-t1
+ Lire la suite
autres livres classés : violVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
977 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre