AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782869593145
125 pages
Éditeur : Arléa (04/01/1997)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Remise en vente de ce livre d’entretien sur France-Culture, où J.M.G. Le Clézio, écrivain discret et peu enclin à la confidence, se raconte pour une fois librement, évoquant l’île Maurice, berceau de sa famille, et le Mexique, où il réside la plupart du temps. Les divers entretiens ont eu lieu aux studios de France-Culture, mais aussi « sur le terrain », à Milly-la-Forêt, par exemple, où sa mère est née :
[À Milly-la -Forêt], je cherche une maison dans le qua... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Danieljean
  07 avril 2016
Un livre qui évite les écueils habituels du genre de l'interview, et loin de se limiter à un bavardage superficiel, propose une réflexion très intéressante.
Commenter  J’apprécie          20
Marech20
  28 octobre 2017
Il ne s'agit pas d'un roman, mais d'une interview. J.M.G le Clézio y idt des choses très belles, parfois très mélancoliques.... qui donnent envie de lire ces romans. C'est certainement ce qui m'à manqué pour apprécier cette interview: c'est le premier ouvrage de cet auteur que je lis....
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   02 avril 2014
Les livres que j’aime, ce sont ceux qui me donnent l’impression qu’' ils possèdent quelque chose d’'un peu magique. Pas seulement les mots, pas seulement l'’histoire du livre, mais aussi tout ce qui est entre les lignes, ce qu’on devine et qui fait que, pour celui qui écrit, c’est une aventure totale. Il échange des non-dits, des silences, un regard, quelque chose qu’on fait ensemble, qu'’on ne peut faire tout seul. Quand je parlais de voler, c’est un peu à ça que je pensais. Parce que lorsqu’'un merveilleux fou monte dans un de ces avions, c’est vrai qu’il ne peut le faire tout seul. Il emporte avec lui le regard de ceux qui le suivent. C’est une sorte de rêve en commun. Et quand la littérature atteint ça, c’est fort, c’est vrai, c’est beau. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PiatkaPiatka   12 janvier 2016
Pour moi, l'idéal de l'écriture, c'est un peu contradictoire, mais c'est ça : écrire sans savoir où l'on va, en laissant les choses se faire d'elles-mêmes, sans aucun plan - même pour un essai ; écrire en jetant des phrases, en les regardant s'ajouter les unes aux autres et, ensuite, regarder la page, avec tous les blancs que l'écriture a laissés un peu partout - parce qu'une page écrite, c'est plein de blancs, c'est très curieux. Ca, c'est bien ; c'est laisser dériver le fil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24fanfanouche24   02 avril 2014
Le mot sagesse fait penser à quelqu'un avec une longue barbe, une longue expérience et un peu d'amertume envers les choses. Ou alors, sagesse, mais à condition de savoir, aussi, s'amuser avec les choses. Ce serait bien que les sages soient un peu fous, qu'ils sachent rire. (p.118)
Commenter  J’apprécie          30
Marech20Marech20   28 octobre 2017
C'est vrai que l'idéal serait de vivre de façon permanente dans l'un ou l'autre de ces continents. Je le sens très bien : ce n'est pas confortable d'être entre deux mondes. D'un autre côté, pour toutes sortes de raisons, par choix personnel, je ne peux me faire à l'idée d'être entièrement d'un monde, ou de l'autre. Je crois qu'apparten'ira aux deux m'aide dans ce que je fais actuellement, dans ce que j'écris, dans le goût que j'ai d'écrire. C'est une situation inconfortable où je trouve mon confort. J'ai besoin de ce déséquilibre. J'ai besoin d'avoir deux portes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marech20Marech20   28 octobre 2017
Quand on écrit des livres, on rêve un peu de ça - pas d'arrêter le temps, bien sûr, mais de le faire durer le plus longtemps possible. De le revivre indéfiniment.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de J. M. G. Le Clezio (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  J. M. G. Le Clezio
Jean-Marie Gustave le Clézio, prix Nobel de littérature, a passé quelques étés en Bretagne alors qu'il était enfant. Dans "Chanson bretonne, suivi de L'enfant et la guerre", publié aux éditions Gallimard, l'écrivain nous livre deux contes remplis d'images, et des impressions qu'elles ont laissées en lui.
Jean-Marie Gustave le Clézio nous a fait l'immense honneur de répondre à quelques-unes de nos questions. Ici, il nous parle notamment de sa méfiance envers la mémoire, du pouvoir de l'imagination, de la richesse de la langue bretonne, des sensations et du caractère précieux de l'enfance.
Pour retrouver son livre, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/livre/16461617-chanson-bretonne-suivi-de-l-enfant-et-la-guerre-j-m-g-le-clezio-gallimard
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ TWITTER : https://twitter.com/Dialogues
**** À bientôt ! ****
+ Lire la suite
autres livres classés : forêtsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage au pays des arbres

Quel est le personnage principal ?

Jules
Pierre
Mathis

3 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage au pays des arbres de J. M. G. Le ClezioCréer un quiz sur ce livre