AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330113803
Éditeur : Actes Sud (01/10/2018)

Note moyenne : 2.81/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Si Robert Capa est universellement connu, Gerda Taro, sa compagne – qui connut une fin tragique à vingt-six ans, lors d’un reportage sur la guerre d’Espagne –, l’est beaucoup moins. Celle qui s’appelait en réalité Gerta Pohorylle avait fréquenté, à Leipzig, les milieux de gauche ; arrêtée en 1933 pour ses activités antinazies, elle s’exile à Paris où elle retrouve d’autres jeunes gens “étrangers” qui, comme elle, doivent lutter pour se faire une place, dans un clima... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
krzysvanco
  29 décembre 2018
Lu tant en version originale que dans sa traduction française.
Etant toujours passionné par l'histoire. Sachant que Gerda Taro, l'héroïne de cette histoire était décédée en Espagne durant la guerre d'Espagne, et la sachant compagne de Robert Capa, photographe que j'apprécie, j'ai décidé de lire ce livre.
J'ai bien failli en abandonner la lecture tant celle-ci m'a parue difficile, le livre me paraissait au début très confus...
Cette impression est liée à la structure même du récit : ici, il n'y a pas une ligne claire, avec un début et une fin, l'auteure nous parle de Gerda morte puis de Gerda vive, de Gerda amoureuse et de Gerda qui trahit, l'on saute de ses années à Leipzig vers celles de Paris, de Barcelone puis on y revient...
Cela n'a rien d'une biographie traditionnelle !
Il n'y a ici pas de temporalité !
La fille au Leica est Gerda Taro, Allemande anti-fasciste qui émigrera à Paris pour fuir le nazisme, fera la connaissance de Robert Capa (dont elle inventera le pseudonyme) et mourra écrasée par un char d'assaut à Barcelone durant la guerre d'Espagne.
Cette femme, je ne la connaissait pas, et je l'ai découverte à travers ce récit ; elle fut pourtant très connue à l'époque - se funérailles à Paris ont été suivies par des milliers de personnes. Son rôle majeur dans l'histoire de la photographie est apparu plus tard lors de la découverte de la "valise mexicaine" contenant nombre de ses négatifs.
Son histoire, l'auteure nous la fait revivre de façon originale : un prologue et un épilogue basé sur quelques photos et entre ceux-ci, les souvenirs de trois personnes qui l'ont bien connue, deux hommes qui en ont été amoureux et une femme qui a vécu avec elle : Willy Chardack, Georg Kuritzkes et Ruth Cerf ; ces souvenirs sont ceux de personnes d'âge mur qui revivent des moments de leur jeunesse, souvenirs entrecoupés de pensées ou de préoccupations contemporaines.
La perception qu'ils ont du personnage de Gerda n'est pas la même, la différence la plus fondamentale à mon avis tient à la vision de Ruth qui n'a pas comme les deux autres été amoureuse d'elle.
Ces trois personnages sont intéressants, je ne les connaissais pas et cela m'a donné envie de chercher à en savoir davantage sur eux sur Internet. Ils nous font revivre eux-aussi d'autres personnages.
Au final, nous avons un portrait de Gerda Taro dessiné avec des pinceaux différents,, un portrait d'une femme libre, d'une femme en avance sur son temps, d'une femme indépendante, décidée et courageuse.
Une femme que j'aurais aimé connaître...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          663
fanfanouche24
  13 avril 2019
Ouvrage réservé et emprunté à la médiathèque -avril 2019...
"Une photographe est morte, alors qu'elle était venue de loin pour immortaliser la lutte du peuple espagnol : un exemple de valeur tel que le général Enrique Lister s'est incliné devant son cercueil et que le poète Rafael Alberti a dédié les paroles les plus solennelles à la camarade Gerda Taro. "(prologue p. 15)
On connaît quasiment tous...le reporter-photographe, Robert Capa... Ce qu'on sait moins c'est que son vrai nom est André Friedmann et que son nom d'artiste fut choisi par sa compagne,Gerta Taro, exilée à Paris, après avoir été arrêtée en 1933 à Leipzig pour ses activités antinazies...
Helena Janeczek a choisi un astucieux moyen narratif : nous découvrons
la courte existence de cette photographe engagée, à travers le récit de trois
témoins qui ont connu et accompagné la vie et les passions de Gerda Taro
[ de son vrai nom, Gerta Pohorylle ]. Elle fut la première photojournaliste,
et surtout et malheureusement la première reporter de guerre, tuée lors
de ses fonctions !
Heureuse d'avoir découvert l'existence de cette photographe... et d'avoir
parallèlement re-parcouru le "chemin artistique" de son compagnon, Robert Capa ! Toutefois, je ne peux expliquer mes difficultés à rentrer vraiment dans le récit: la forme, le style, la traduction; je ne sais pas... ou ce n'était pas vraiment le moment de faire cette lecture ?!!
C'est juste une appréciation des plus subjectives car cet ouvrage est de
qualité et met à l'honneur une "héroïne" pleine de talent , vivant à fond
ses engagements et ses convictions....
"Et puis cette étrangère qui-tu le comprenais tout de suite- avait été une
senorita aux mains délicates et qui aurait pu rester à Paris pour immortaliser les actrices et les mannequins les plus élégants alors qu'elle est venue les photographier , elles qui apprenaient à tirer sur la plage. En plus, elle les admirait, on aurait presque dit qu'elle les enviait un peu. Et maintenant elle est morte en soldat pendant qu'elles s'éreintent à l'usine, puis se démènent pour chercher à manger, mais elles sont toujours vivantes. Ce n'est pas juste. Qu'ils crèvent en enfer, les fascistes . "(Prologue, p. 17)
*****voir excellent article sur cette artiste-photographe:
https://culture-formations.fr/gerda-taro-photoreporter/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
Cigale17
  23 septembre 2018
Née à Munich, Helena Janezeck est une romancière italienne dont la mère est une rescapée des camps. Pour La Fille au Leica, elle a reçu en 2018 le prix Strega, aussi prestigieux en Italie que le Goncourt l'est en France.
Le nombre de personnages auxquels l'auteur fait allusion tantôt par leur nom, leur prénom, leur surnom ou leur pseudonyme ne facilite pas la prise de contact avec cette histoire compliquée… le lecteur comprend que certains des protagonistes sont des gens célèbres, mais ne les connaît pas forcément. Pour ma part, j'ai dû faire de petites recherches avant de m'y retrouver !
Le prologue et l'épilogue se répondent. Dans le premier, trois photos prises par Capa et Taro sont décrites par un narrateur convoquant un « tu » qui n'est pas explicité. L'épilogue commente de la même manière deux photos où apparaît le couple Capa et Taro, ainsi que quelques autres images. Mais surtout, il raconte en partie l'histoire de la « valise espagnole » qui a permis de connaître et de mettre enfin en valeur le travail de photographe de Gerda Taro.
Le roman – il s'agit bien d'un roman, pas d'une biographie – raconte la brève histoire de Gerta Pohorylle (Gerda Taro), talentueuse photographe morte à 27 ans, dans un bête accident pendant la guerre civile espagnole, à travers les récits de trois proches témoins. le premier, Willy Chardack (I. Willy Chardack, Buffalo, N.Y., 1960, p. 21) dit le Basset, très amoureux de la jeune femme qui le considère comme un copain, est connu à l'époque de son récit parce qu'il a participé à « l'invention d'un petit moteur pour le coeur » ; mais au milieu des années 30, c'est un étudiant en médecine qui a fui son pays natal pour se réfugier à Paris parce qu'il est juif, comme l'ont fait beaucoup des personnages de cette histoire alors que les persécutions s'intensifient dans plusieurs pays d'Europe. le deuxième témoin (II. Ruth Cerf, Paris, 1938, p. 117), qui pose de temps en temps comme modèle, raconte son amitié et ses brouilles avec Gerda Taro, son admiration tempérée de pointes de jalousie et de jugements moraux, leur cohabitation, etc. C'est le seul des trois récits qui se déroule peu après la mort de Gerda. le troisième témoin (III. Georg Kuritzkes, Rome, 1960, p. 217), l'ami fidèle, l'amant prévenant et généreux, est probablement celui qui connaît le mieux Gerda Taro : il a fréquenté la jeune femme et sa famille avant l'exil et on comprend que c'est lui qui a forgé sa conscience politique de gauche. Il rejoindra les Brigades internationales et rencontrera brièvement Gerda près de la zone des combats.
On croisera au cours des trois récits divers personnages connus ou moins connus. le plus célèbre est sans doute Endre Ernö Friedmann, autrement dit Robert Capa, alias Bandi, talentueux photographe, dont tout le monde a vu le cliché du soldat républicain qui vient d'être frappé par une balle et qui commence à s'écrouler, compagnon de Gerda, son mentor pour ce qui concerne la photographie. Citons encore le photographe David Szymin, alias Chim, alias David Seymour, cofondateur de l'agence Magnum ; sans oublier Fred Stein, photographe lui aussi, qui prête aux autres sa salle de bains transformée en chambre noire. On apercevra aussi Hemingway, Steinbeck, Willy Brandt, Pablo Neruda, Nizan, Aragon et quelques autres… le livre se clôt par des remerciements et les crédits photographiques.
Les trois récits adoptent le même schéma, si j'ose dire : une sorte de fouillis temporel. On suit les pensées du personnage-témoin comme elles viennent, c'est à dire sans adopter une ligne cohérente, au gré des souvenirs et de l'enchaînement des idées : sauts dans le temps, sauts d'un personnage à l'autre, d'un lieu à un autre, etc. Bref, il faut s'abandonner à ce chaos sans chercher à reconstituer la ligne du temps sous peine de se lasser. Par ailleurs, les contradictions entre les témoins se font jour au fil de la lecture. le point sur lequel tous semblent d'accord, c'est le pouvoir de séduction de Gerda, dû à son charme, à sa beauté, à son intelligence et à sa vitalité.
La force du roman, me semble-t-il, c'est de nous faire découvrir Gerda par petites touches, parfois contradictoires, et par les yeux d'autres témoins que Robert Capa. On se rend pourtant compte, une fois le livre refermé, que l'on sait finalement fort peu de choses sur cette photographe. Qui la connaissait le mieux ? Je me dis que c'est en couple que Capa et Taro sont le plus attachants : amoureux, sûrs d'obtenir un jour le succès, déterminés à faire connaître les exactions des fascistes pour « forcer le monde libre à intervenir ». L'ambiance du Paris d'avant-guerre, l'antisémitisme latent ou manifeste, l'enthousiasme de tous ces jeunes gens malgré les difficultés qu'ils rencontrent et leur espoir en un monde plus juste m'ont particulièrement touchée.
J'ai été soulagée de lire ceci dans les remerciements : « Merci à ceux qui ont tenté de calmer ma frénésie de documentation, en me rappelant que j'écrivais un roman. » En effet, on se sent comme dans un documentaire dont l'auteur considère que vous avez en tête tous les éléments pour le comprendre alors que, en ce qui me concerne, c'était loin d'être le cas. Je me suis assez bien repérée dans les deux premiers récits, mais j'ai été complètement perdue dans le troisième malgré des notes de bas de pages plus fréquentes que dans les deux autres...
Merci à Babelio et à Actes Sud de m'avoir permis de découvrir ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Electra
  24 octobre 2018
J'étais ravie de recevoir ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique mais malheureusement je ressors de cette lecture assez mitigée. Je ne connaissais pas Gerda Taro, la compagne de Robert Capa. Je pensais donc découvrir qui se cache derrière ses photos et les rares images d'elle. Mais ce livre, même s'il met en scène trois personnages qui l'ont connue, ne réussit pas à dresser un portrait "réaliste" de la jeune femme. Elle est en permanence dressée sur un piédestal, encensée ou encore plus fantasmée.
"La merveilleuse jeune fille de Stuttgart n'avait pas encore l'habitude de s'installer, assise en tailleur, sur le parquet de la mansarde de G.K" - ici ça va mais la suite "(avec la lumière qui tombait de la lucarne, elle ressortait encore mieux que sur les tapis poussiéreux de Dina (..))"
Ce roman donne la parole de ses proches. le premier était secrètement amoureux d'elle, jaloux de Capa, la seconde est sa meilleure amie mais jalouse du succès de Gerda auprès des hommes ..
Tout est exagéré chez elle, son rire, sa volupté, sa sensualité - mais le résultat sur moi lectrice : elle demeure un vrai mystère. Je n'arrive pas à passer derrière l'icône pour voir la femme, la jeune femme courageuse.
"Mais elle marchait à côté de lui avec cette démarche aérienne, libre de tourner au coin de la rue et de disparaître, tel un rêve, une chimère de grande classe" et cela sur la même page.
Mon autre bémol réside dans le style - je n'ai pas accroché.
Reste que le roman est une véritable source d'information sur l'impact de la guerre (la Seconde) sur la jeunesse allemande, en particulier la jeunesse juive ou communiste. Tous ceux qui s'opposaient à la politique du Reich, dès 1933 était arrêté, emprisonné, voire exécuté. Gerda a fui son pays pour la France, ses amis communistes rejoignent l'Espagne ou sont arrêtés en Allemagne. On apprend énormément sur cette période trouble, du côté allemand. Chose que l'on voit rarement dans un roman.
Pour moi, il s'agit plus ici d'un roman historique que la biographie de Gerda. Il peut trouver son public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fifibrinda
  30 octobre 2018
1965, Buffalo, Willy Chardack reçoit un appel de Georg Kuritzkes après 30 ans de silence.
1938, Paris, Ruth Cerf enquête auprès de ceux qui l'ont connue pour brosser son portrait, complété en 1960 par Georg Kuritzkes à Rome. Ces deux hommes furent amoureux d'elle, la journaliste fut sa meilleure amie .... Et elle, Gerda, qui était-elle ? Chaque narrateur, chaque témoin en connaît une facette, nous connaissons les faits essentiels de sa vie, nous pouvons voir ses photos, mais que savons-nous d'elle ? Née en 1910 à Stuttgart, Gerta Pohorylle est morte en Espagne en 37, écrasée par un char, et fut inhumée au Père Lachaise où Neruda et Aragon prononcèrent son éloge funèbre, devant sa tombe dessinée par Giacometti. Derrière cette courte notice de dictionnaire, une femme au destin exceptionnel, première femme reporter de guerre morte en exerçant son métier. A Paris pendant les années 30, elle réunit autour d'elle un groupe de jeunes exilés, dont le jeune Willy Brandt et un réfugié hongrois, André Friedmann. Elle partage sa vie et sa passion pour la photo et invente pour lui le personnage de Robert Capa, photographe américain, devenant Gerda Taro. Helena Janeczek construit son livre (son roman ?) en trois parties correspondant aux trois regards posés sur Gerda par Georg, Willy et Ruth . Mais chacune est ensuite composée de multiples voix et regards, donnant à voir un portrait kaléidoscopique du personnage. Le tout est enchâssé dans une reconstitution des années trente avec toute leur complexité, les débats politiques, philosophiques ou artistiques, les personnalités qui ont marqué l'époque. Un livre très riche donc, mais aussi complexe dans sa structure et ses multiples fils narratifs entremêlés; sa lecture en est donc plus exigeante qu'on ne l'imagine d'apres la quatrième de couverture. Mais quelle lecture passionnante ! Merci donc à masse critique et Actes Sud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   29 décembre 2018
Il avait été fasciné par la désinvolture avec laquelle elle savait choisir ses sujets, avait admiré sa rapidité et son instinct de photographe, mais il ne l'avait jamais vue couvrir une bataille ou un bombardement. Autant dire que lui aussi ne connaissait cet aspect de Gerda que par images interposées : les images qu'elle-même lui commentait en étalant ses carnets de planches-contacts à chaque rencontre, et puis le personnage évoqué par le ton de camaraderie avec lequel la saluaient les hommes de tout grade, son courage formidable, la familiarité avec laquelle ils l'appelaient pequena rubia, petite blonde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
fanfanouche24fanfanouche24   22 mars 2019
Mais Gerda ne dispensait pas ses faveurs en se fondant uniquement sur les apparences, et elle était bien plus qu'une fille que l'on regardait avec les yeux hors de la tête. Elle était même quelque chose de trop sérieux pour ceux qui l'aimaient (...) (p. 59)
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24fanfanouche24   22 mars 2019
Et puis cette étrangère qui-tu le comprenais tout de suite- avait été une senorita aux mains délicates et qui aurait pu rester à Paris pour immortaliser les actrices et les mannequins les plus élégants alors qu'elle est venue les photographier , elles qui apprenaient à tirer sur la plage. En plus, elle les admirait, on aurait presque dit qu'elle les enviait un peu. Et maintenant elle est morte en soldat pendant qu'elles s'éreintent à l'usine, puis se démènent pour chercher à manger, mais elles sont toujours vivantes. Ce n'est pas juste. Qu'ils crèvent en enfer, les fascistes . (Prologue, p. 17)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
fanfanouche24fanfanouche24   22 mars 2019
-Qu'est-ce que tu veux, avait rétorqué Gerda, satisfaite, si le communisme au cinéma est un peu rasoir, les réactionnaires l'emporteront toujours (...)

Mieux valait en rire : alors comme après, à Leipzig comme à Paris. Mieux valait ôter de la gravité au malheur que de se retrouver piégé dans des discussions rendues absurdes par la suppression hitlérienne de toute la gauche, discussions qui, toutefois, s'enflammaient partout: dans les associations et rédactions en exil (...) (p. 70)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24fanfanouche24   13 avril 2019
Cette mort absurde détonnait si férocement par rapport à l'engagement de Gerda en faveur de la vie. Outre le choc et le deuil, ce malheur avait été pour eux tous un signal d'alarme des plus violents. (p. 113)
Commenter  J’apprécie          70
Video de Helena Janeczek (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Helena Janeczek
Helena Janeczek - Traverser les ténèbres .A l'occasion de la Foire du Livre de Bruxelles 2015, Helena Janeczek vous présente son ouvrage "Traverser les ténèbres" aux éditions Actes Sud. Roman traduit de l'italien par Marguerite Pozzoli. Retrouvez le livre http://www.mollat.com/livres/janeczek-helena-traverser-les-tenebres-9782330030933.html Notes de Musique : ?Balloons Don't Always Fly (Original)? (by Patterns In Plastic). Free Music Archive. www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/Librairie.mo... https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Libra... https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemo... http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox