AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.21 /5 (sur 271 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montluçon , le 12/06/1958
Biographie :

Olivier Weber est un écrivain, grand reporter, diplomate et ancien correspondant de guerre. Prix du Livre Européen et Méditerranéen, Prix de l'Aventure, Prix Amerigo Vespucci, Prix Joseph Kessel, Prix Albert Londres.
Il a fait des études d’économie aux États-Unis, à l'Université de San Francisco (Administration des affaires et gestion), et en France, à l'Université de Nice (DEA, diplôme d'études approfondies), d’anthropologie à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris (DEA), de droit international (doctorat), d'indonésien et malaisien à l'Institut national des langues et civilisations orientale.

Entré en journalisme après quelques années dans l'enseignement et dans l'analyse financière, il part pour la Californie sur les traces de Jack London. Devenu correspondant de guerre en Afrique et au Moyen-Orient pour The Sunday Times (Royaume-Uni), The Guardian et Libération, il réalise aussi des enquêtes pour Les Nouvelles littéraires et Globe. Il est ensuite nommé grand reporter au magazine Le Point.
Il a couvert plusieurs conflits, dont la guerre en Afghanistan, le massacre de Tian An Men à Pékin, le Kurdistan, l’Érythrée, le Cambodge, le Sud-Soudan, l’Irak, le Sahara Occidental, la Tchétchénie, l’Algérie, les insurrections de Birmanie...

Spécialiste des guérillas après avoir séjourné avec une vingtaine de mouvements armés, il a obtenu le prix Albert Londres, le prix Lazareff, le prix Mumm, le prix Joseph Kessel, le prix de l’Aventure, le prix spécial des Correspondants de guerre, le Trophée de l’Aventure et fut lauréat de la Fondation Journaliste Demain.
Auteur de nombreux ouvrages, il a réalisé et écrit une dizaine de documentaires pour Arte, Canal Plus, Voyage, France 5 et France 2, dont "L’Opium des taliban" et "Sur la Route du Gange", qui ont obtenu plusieurs prix internationaux. Son documentaire, "La Fièvre de l’or", sur la déforestation et les trafics en Amazonie, est sorti au cinéma, en 2008. Ses romans et récits de voyage ont été traduits en une dizaine de langues.
En 2005, il est nommé maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris où il inaugure le cours "Géopolitique des drogues et des guérillas". Directeur de la collection "Écrivains Voyageurs", son essai "Kessel, le nomade éternel" (2006) reçoit en 2017 le Prix du Livre Européen et Méditerranéen. Président du Prix Joseph-Kessel, Olivier Weber a été ambassadeur de France, chargé de la traite des êtres humains de 2008 à 2013.

page Facebook : https://ww
+ Voir plus
Source : www.grands-reporters.com
Ajouter des informations

Olivier Weber et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire?


Les Poètes d`Aragon et les poèmes d`Éluard. Ce sont d`incroyables musiques qui vous prennent par le cœur et vous bercent longtemps. Et puis il y a eu des romans d`aventure, ceux de Jack London, Henry de Monfreid, Malraux, Conrad et l`audacieux Don Quichotte de Cervantès.


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?


Il y a des auteurs qui coupent les ailes ! Aragon encore –la poésie dans l`âme-, Proust, Vargas Llosa, Stefan Zweig. Ce sont des écritures magiques, inscrites dans le sang de l`auteur et qui sont tellement créatrices qu`elles créent aussi des complexes… Cela dit, le plus important est de se jeter à l`eau.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?


J`ai lu enfant Don Quichotte de Cervantès, Une saison en enfer de Rimbaud, Les filles du feuDe Nerval et Fortune carrée de Joseph Kessel.J`ai alors découvert une vérité, celle que la littérature est un pays sans frontières, que tout le monde peut visiter. On y entre avec bonheur, on en sort transformé. C`est aussi l`apprentissage du monde –l`Autre, l`ailleurs, le double en soi, les parts maudites de l`homme, les valeurs. J`ai été ému et le suis encore quand je vois des jeunes lire, dans les bidonvilles de Calcutta, les townships d`Afrique du Sud, les villes perdues d`Afghanistan. Ils s`évadent de leur ghetto, matériel et mental, et réinventent le monde, le dessinent au regard ce qu`ils lisent. C`est magique ! Cela représente des millions de destins juxtaposés, et pourtant tous différents. Et je me dis alors qu`apprendre à lire et écrire, pour ceux qui le peuvent, est une grande chance, une belle fenêtre sur la vie, l`un des beaux cadeaux de la vie.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?


Pardon de me répéter, mais je crois bien que ce sont deux livres d`Aragon, Elsa et Les Poètes. Et puis, j`avoue, Zweig, avec 24 Heures de la Vie d`une Femme, ou Amok, ou encore Le Joueur d`échecs. Soit ça rend fou, soit ça rend serein, parfois les deux.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?


Guerre et Paix que je n`ai lu que par petites touches et que je n`ai pas eu le courage de finir.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?


Tristram Shandy de Laurence Sterne. Un roman du XVIIIe siècle. Audacieux, déjanté, terriblement moderne. On se demande comment l`auteur a pu être à l`époque aussi inventif. Au-dessous du volcan de Malcolm Lowry et Le Quator d`Alexandrie de Lawrence Durell. Et puis la poésie persane, belle, envoûtante, terriblement moderne, sage et rebelle d`Omar Khayyam, Hafiz et Rûmi.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?


Les livres n`ont de valeur que pour ce qu`ils apportent à leur lecteur. C`est à chacun de juger, de trouver son compte de bonheurs, de valeurs, d`imagination, de sensations. Certains ont sûrement une réputation surfaite mais ont sans doute contribué à arracher un lecteur de la misère, du néant, de la solitude. La Voie Royale de Malraux a une aura qui ne correspond pas à sa valeur –on est loin de La Condition Humaine, des Conquérants ou de Les Chênes qu`on abat.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?


« Voyager, c`est s`attacher puis s`arracher » de Nicolas Bouvier dans L`usage du monde.



Et en ce moment que lisez-vous ?


La Danse de Gengis Cohn de Romain Gary. C`est écrit avec un humour dévastateur et de l`audace à la pelle. Je relis aussi le Grand troupeau de Giono. Une merveille !


L`entretien d`Olivier Weber avec Babelio : Le barbaresque


Le barbaresque est un véritable roman d`aventure. Quelles furent vos inspirations littéraires pour le rythme et la forme de ce récit ?


J`ai été fasciné par Don Quichotte, que j`ai lu à dix ans puis relu dans d`autres traductions. Le barbaresque est un roman sur le jeune Cervantès avant qu`il n`écrive son chef d`oeuvre. A 28 ans, il est capturé sur une galère en Méditerranée par les pirates barbaresques puis emmené à Alger. Mais c`est l`introspection qui m`a guidé, le fait d`être dans la peau d`un captif –Cervantès a été détenu cinq ans à Alger. Vargas Llosa m`a inspiré, ainsi que la Bible, pour survivre après trois ans d`écriture…


Le principal élément romanesque introduit dans ce roman biographique est le personnage de Zohra. Que sait-on exactement sur les amours de Cervantès pendant sa captivité à Alger ?


Autant on sait beaucoup de choses sur les pirates d`Alger et sur la vie de Cervantès, autant on dispose de peu de preuves sur ses amours en Barbarie. Mais c`est le travail du romancier que d`imaginer ! Plusieurs éléments troublants peuvent laisser penser que Cervantès a eu une relation amoureuse à Alger. D`abord le fait que le futur auteur de Don Quichotte, lorsqu`il a été libéré et lorsqu`il est rentré en Espagne, s`est empressé de demander au roi Philippe II une mission à Oran. Pourquoi avoir voulu revenir sur la Côte des Barbaresques, même si Oran était aux mains des Espagnols? D`autre part, dans son roman fabuleux, Cervantès imagine Don Quichotte recevant un ancien captif. Les biographes estiment que ces deux chapitres relatent la vraie histoire de l`auteur. Or par qui le captif est-il suivi dans l`auberge ? Par une prénommée Zohra, une Mahométane qu`il a épousée. Enfin, Zohra, fille de Hadji Mourad, représentant du Sultan Ottoman au royaume des Barbaresques d`Alger, a réellement existé, ainsi que son père. le reste, il faut l`inventer !


Concernant les pirates, votre objectif était-il de les représenter le plus fidèlement possible à la réalité ou de garder une certaine part de romance ?


Bien sûr, il s`agit de romancer. Les pirates ont infesté la Méditerranée pendant des siècles. Selon Braudel, ils ont fait reculer l`activité économique de 5 à 10 km sur les rives nord de la Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles, car les riverains avaient peur des razzias, surtout en termes d`êtres humains. A partir de la réalité, le romancier peut, doit broder, il tricote autour de la réalité, pénètre dans les domaines du rêve et du possible, et la frontière entre les deux est souvent très floue. Cela dit, je me suis aperçu en écrivant de deux réalités : la soif de liberté et le fait que les pirates d‘aujourd`hui n`ont rien inventé.


La Méditerranée du XVIème siècle est le théâtre d`affrontements mais aussi d`échanges entre chrétiens et musulmans. Impossible de ne pas faire de parallèle avec le monde d`aujourd`hui et les relations entre Islam et occident. Aviez-vous la volonté d`ancrer ce récit dans une problématique contemporaine ?


Oui, bien sûr. J`ai beaucoup écrit sur les routes de la Soie, lieux d`échange pendant des siècles non seulement de marchandises mais aussi d`idées. Entre les caravansérails, les marchands transportaient de la soie, des tissus de Damas ou de Mossoul, de l`or, des lapis-lazuli mais aussi véhiculaient les idées, les valeurs. Les religions du Livre ont pu dialoguer sur cette matrice. L`Islam a connu des périodes fastes et de concorde avec les autres civilisations sur ces sentes, parfois improbables. La Méditerranée a été un lieu d`échanges, de guerres, de rapprochements incessants et continue de fasciner, de rapprocher ou d`éloigner, par une sorte d`attraction-répulsion. Il se trouve que le livre a été publié au moment des révoltes arabes et j`ai trouvé maints points communs entre ces deux périodes de l`histoire, dont une incroyable soif de liberté, la tutelle des raïs, chancelante aujourd`hui, le désir d`entente entre les peuples, des plaidoyers pour un Islam des Lumières et un sens de la tolérance.


Alger est un personnage à part entière du livre. C`était alors une ville à la fois très vivante et très importante dans le bassin méditerranéen. Malgré sa captivité, le séjour de Cervantès dans cette ville n`est-il pas pour lui une chance d`approfondir sa connaissance d`une culture étrangère ainsi que de se confronter à sa propre imagination ?


C`est vrai. Cervantès s`est imaginé un monde pour mieux échapper à ses pirates, même s`il vivait dans une prison dorée, à ciel ouvert ! Les royaumes barbaresques pratiquaient alors une certaine tolérance et les chrétiens disposaient de lieux de culte, d`estaminets et même de bordels. Cervantès a appris le franco, le dialecte parlé par Les captifs et certains pirates, mélange de langues méditerranéennes. Il a découvert l`islam et séjourné avec différentes communautés –Bédouins, juifs, renégats, janissaires turcs. Il a découvert aussi l`univers des intrigues, les querelles de pouvoir, les coups de poignard florentins, les manœuvres entre les les milices pirates et les Turcs. La ruse et l`amour vont l`aider. Ce fut, au-delà de la captivité, une merveilleuse école, l`occasion de découvrir d`autres mondes.


Face à la captivité, l`imagination est-elle la seule arme dont on dispose ?


Oui, je crois, ainsi que le désir de liberté, qui représente la même chose. L`homme invente son destin. Il sait dessiner sa cage, il sait aussi sculpter la clé pour sortir de sa geôle. J`ai vu beaucoup de misères dans le monde et suis toujours surpris de ce vœu de liberté, de ce souhait de se grandir, d`esquisser son propre destin. Cela passe par la dignité, même dans les bidonvilles, dans les townships d`Afrique du Sud, les slums de Calcutta, par le respect de soi et des autres. L`imagination est l`une des portes pour sortir des ghettos.


Vous avez écrit de nombreux Romans, essais, carnets de Voyages mais vous avez aussi réalisé de nombreux films pour la télévision et récemment pour le cinéma. Comment se fait le choix du support pour vos récits et enquêtes ?


Cela dépend du pays et du thème, mais l`enquête repose principalement sur l`écriture, et le film n`est souvent que le prolongement du reportage ou du document. J`ai écrit Le faucon afghan et tourné le film L`opium des talibans pour dénoncer les trafics des fondamentalistes afghans, et surtout leur hypocrisie. le récit J`Aurai de l`Or porte sur les méfaits de la mondialisation sur la plus grande forêt tropicale du monde, l`Amazonie, le poumon de la planète. Écrire un livre, un reportage ou tourner un documentaire : la matière est souvent la même.


Oscar Wilde écrivait que "Tout portrait qu`on peint avec âme est un portrait, non du modèle, mais de l`artiste." Vous partagez de nombreux points communs avec Cervantès. Comme lui, vous avez beaucoup voyagé et avez été quelque fois capturé. Peut-on voir dans ce roman les prémices d`une future autobiographie ?


Je crois que tout écrivain met une part de lui-même dans les livres qu`il écrit, qui ce soit un roman ou un document, et aussi éloigné que soit le sujet de son propre parcours. L`autobiographie cependant est parfois une descente dans les oubliettes du nombril. « Mon moi est haïssable » écrivait Pascal –une phrase à prendre dans la dimension de l`hyper-centration, qui est souvent le propre de l`homme. Reste que de nombreuses autobiographies sont des merveilles ! Et il n`y pas de recette, simplement des alchimies. Beaucoup d`auteurs ont bien plus de choses à dire que moi ! le voyage est une rencontre avec l`autre, un mouvement perpétuel d`amitiés et de découvertes. L`humanité est faite d`un mariage de destins, ceux d`hommes et de femmes qui naissent et qui meurent dans l`amour et, malheureusement, parfois la haine. le roman permet, souvent, de célébrer les retrouvailles de l`homme avec ce qu`il a de meilleur et de dénoncer ce qu`il a de pire. Dans l`espace temps qui est imparti à l`être humain entre la naissance et le dernier souffle, l`apport du roman peut être utile, même s`il est toujours à renouveler.

Découvrez Le Barbaresque, le dernier roman d`Olivier Weber Découvrez le Barbaresque aux éditions Flammarion.

étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (161) Voir plus Ajouter une citation
Florenzina   28 décembre 2010
Le faucon afghan. Un voyage au pays de Talibans de Olivier Weber
Magnifique récit de voyage, très bine écrit. Dommage que ce soit un peu court.
Commenter  J’apprécie          2230
Olivier Weber
Florenzina   28 décembre 2010
Olivier Weber
La Mort Blanche:

"Gagner la bataille du pétrole par tous les moyens, piller le Tiers-Monde, foutre de la came partout."
Commenter  J’apprécie          2080
LiliGalipette   26 juillet 2011
Le barbaresque de Olivier Weber
« Alger appartient tout d’abord aux pirates, aux renégats, aux chrétiens convertis à la religion du prophète Mahomet. » (p. 207)
Commenter  J’apprécie          1990
LiliGalipette   26 juillet 2011
Le barbaresque de Olivier Weber
« Une bien-aimée sortie du Cantique des Cantiques, les seins offerts, les reins cambrés, la peau ambrée, les yeux ourlés de noir, comme une invitation au désir. » (p. 174)
Commenter  J’apprécie          1970
LiliGalipette   26 juillet 2011
Le barbaresque de Olivier Weber
« Nous voguions sur une Méditerranée de pirates, de bandits à sabres et grappins, des gens de rien, des renégats convertis, une mer en proie à tous les pillages, à la rapine du ponant à l’orient, du septentrion aux mers méridionales. » (p. 9)
Commenter  J’apprécie          1900
Florenzina   28 décembre 2010
Le faucon afghan. Un voyage au pays de Talibans de Olivier Weber
Magnifique récit de voyage, très bine écrit. Dommage que ce soit un peu court.
Commenter  J’apprécie          1890
Olivier Weber
Florenzina   28 décembre 2010
Olivier Weber
"Nous sommes tous des naufragés de l'âme, vois-tu, la peinture n'est que le reflet de ce chagrin, antichambre de la grande joie à venir"





Commenter  J’apprécie          1840
Florenzina   02 janvier 2011
Lucien Bodard. Un aventurier dans le siècle de Olivier Weber
Un excellent récit de voyage et biographie sur le métier de journaliste et de grand reporter. C'est aussi une bel traversée du siècle.
Commenter  J’apprécie          1750
Olivier Weber
Florenzina   28 décembre 2010
Olivier Weber


On ne se tue pas pour une femme "La gloire, c'est comme la gouache, ça prend très vte puis ça part à la première goutte de pluie"

On ne se tue pas pour une femme
Commenter  J’apprécie          1720
Florenzina   09 janvier 2011
Kessel, le nomade éternel de Olivier Weber
" Les sentiments en bataille qui parcourent les livres de Joseph Kessel ne sont que le reflet d'une âme chavirée, mais qui demeure d'abord un coeur pur, où l'amitié des hommes compte autant que le goût du baroud. Plus que reporter au long cours, chantre de la grandeur humaine, il fut chroniqueur du monde, dans le fracas des guerres et le tourment des sentiments. Conteur des steppes, Jef, ainsi que le surnomment ses amis, reste un témoin parmi les hommes, un marcheur dans le siècle traversé avec passion, un chantre de la souffrance et du bonheur des êtres, quels qu'ils soient. " En brossant le portrait d'un personnage mythique, Olivier Weber nous emmène en voyage à travers tous les paysages qui ont marqué l'immense écrivain.



Biographie de l'auteur:

Olivier Weber est écrivain-voyageur et grand reporter. Prix Joseph Kessel, Prix de l'Aventure et Prix Albert Londres, il est actuellement ambassadeur de France itinérant. Il est notamment l'auteur de La bataille des anges, du Faucon afghan et de La mort blanche. Ses récits de voyage, essais et roman ont été traduits dans une dizaine de langues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1670

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

le malade imaginaire_ De Molière

Quel est le nom du père d'Angélique

Aganci
Argan
Molière
Argun

4 questions
37 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..