AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791021401273
Éditeur : OSKAR ÉDITEUR (24/10/2013)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Ce récit est inspiré de la bataille de la Meuse, dernière bataille de 1914-1918. Un soldat meurt alors même que l’armistice vient d’être instauré. Au-delà de la mort absurde de ce soldat vue à travers le regard de son ami épargné, c’est aussi toute la difficulté du retour et de la réadaptation qui est évoquée, dans une France meurtrie au lendemain de la guerre. Avec un dossier documentaire
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
kanarmor
  05 décembre 2013
Mourir pour rien. Mourir « bêtement ». C'est ce qui arrive à l'un des soldats français, le dernier jour de « la der des ders ». Après quatre années passées dans la boue, le froid, toujours sous la menace des gaz, des obus ou de la mitraille allemande. Avec l'espoir à portée de mains de retrouver enfin les siens.
Histoire sobre, émouvante, terrible, qui dénonce en peu de pages (45), toute l'absurdité de la guerre. Même les rescapés en ressortent blessés, physiquement (« gueules cassées », amputés, gazés), ou moralement (« comment revivre après l'enfer ? », se demande le jeune personnage principal, qui rappelle le Paul Baümer dans « à l'ouest rien de nouveau »).
Un bon roman même si, ce n'est qu'un détail, la typographie n'est pas des plus agréables. Dans la pléthore de livres qui ne vont pas manquer d'inonder les librairies dans les mois à venir, celui-ci mériterait de figurer plutôt en bonne place. Un dossier documentaire (8 pages) complète le récit. A partir de 9 ans environ.
Commenter  J’apprécie          70
tolgatr61
  17 décembre 2014
11 Novembre 1918, jour de l'armistice mais 10 novembre 1918 est aussi un jour où les soldats s'affrontent toujours, pour leurs proches auxquels ils penseront énormément au cours de l'histoire, aux femmes qui travaillent, des enfants et du pays, pour eux mourir maintenant serais la plus grosse des bêtises dans leur tête, mourir si proche du but !
Dans ce roman, nous suivrons l'histoire d'un jeune soldat de 19 ans avec un de ses camarades Étienne, avec lequel il vivra plus ou moins cette guerre depuis le 10 novembre.
La guerre de 14-18 a été très bien représentée dans ce livre à travers ce jeune poilu que nous suivrons (avec ses pensés, ses actes, et ce qu'il voit...)
Globalement c'est un bon livre qui est émouvant, triste, terrible et cruel.
Un peu facile à lire mais un peu plus dur à comprendre, je le répète qui représente très bien la guerre de 14-18 sans problème donc je le conseille si vous souhaitez lire un ouvrage de 14-18.
Commenter  J’apprécie          30
joleger
  20 novembre 2015
Mort pour rien ? Guy JIMENES
Mon avis sur ce livre est qu'il n'y a pas d'introduction on est directement dans l'action , donc , en ce qui me concerne ce n'est pas très bien . Les personnages ne sont pas vraiment présentés. A la fin de ce livre on éprouve un sentiment de tristesse , et pour finir , ce livre raconte selon moi parfaitement bien la peur des poilus pendant l'armistice.
En ce qui me concerne je conseille ce livre . Cependant il devrait y avoir une introduction et plus de détails sur les personnages et la vie des soldats. En définitive ce livre est bien même s'il a une fin triste.
Commenter  J’apprécie          20
Takalirsa
  06 octobre 2015
Un petit récit qui condense tout le ressenti de la guerre.
Nous sommes dans la nuit du 10 au 11 novembre 1918, et le narrateur navigue entre espoir et scepticisme à la promesse d'un armistice imminent. Il se sent "à bout de fatigue, à bout de munitions", et le franchissement de la Meuse lui apparaît comme l'épreuve de trop : "On était près de voir la guerre finie et la voilà qui recommence". Rongé par la souffrance, il a aussi la hantise de mourir si près du but, si près de retrouver la paix.
Une fois l'armistice passé, on fait un bond dans le temps jusqu'au printemps 1919. L'auteur aborde alors les conséquences psychologiques de la guerre ("tout ça m'a changé"), qui sont développées dans un dossier en fin d'ouvrage. Mélange d'héroïsme et d'affliction, pensée douloureuse pour ceux qui ne sont pas revenus, sont qui ont la "gueule cassée" ou sont touchés par le syndrome de "l'obusite" (maux de tête, sommeil perturbé, troubles de la mémoire). La paix a exigé un lourd tribut et la victoire est amère...
De plus, les peuples européens, qui espéraient un nouveau départ, vont vite déchanter : les clauses du traité de Versailles vont affecter les relations internationales, attisant une volonté de revanche : non, la guerre de 1914-18 ne sera pas "la der des ders"...
Lien : http://www.takalirsa.fr/mort..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
tolgatr61tolgatr61   17 décembre 2014
On ne tarde pas à nous le dire officiellement : l'armistice a été signé au petit matin...
LA GUERRE EST FINIE !
Pas encore tout à fait... Elle se terminera dans une centaine de minutes. À 11 heures, très exactement.
La onzième heure du onzième jour du onzième mois de l'année, observe Étienne.
- Bien vu. Tu crois qu'ils l'ont fait exprès ?
Étienne sourit. Jamais je ne lui ai vu cet air joyeux.
Commenter  J’apprécie          60
kanarmorkanarmor   05 décembre 2013
A 11 heures moins deux, ça a été la panique la plus complète, parce que le clairon de notre unité avait perdu son embouchure ! Il l’a retrouvée pleine de tabac au fond d’une poche et quand il l’a eu nettoyée, pas moyen de se rappeler les notes du cessez-le-feu ! Il ne l’avait pas sonné depuis 1911 au cours d’un exercice, vous comprenez ?
Commenter  J’apprécie          30
Turan61Turan61   04 janvier 2015
Brusquement, on comprend ce qu'il fait là. Le type a gueulé deux ou trois explications au sujet du papier qu'il brandit. Ceux qui sont les plus près de la passerelle l'ont entendu et en parlent derrière eux.
- Le cessez-le-feu, les gars ! Pour Lebreton...
C'est la nouvelle de l'armistice qu'apporte cet homme à notre capitaine, l'ordre de cesser tout combat ! Mais il n'est pas arrivé encore au bout de la passerelle et les tires redoublent. Il va être fauché là, alors que la guerre est finie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TakalirsaTakalirsa   06 octobre 2015
- Ça va aller ! je répète. Ça va aller !
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Orphée l'enchanteur

Le début du récit commence par:

un songe
un rêve
une discussion
un cauchemar

30 questions
211 lecteurs ont répondu
Thème : Orphée de Guy JimenesCréer un quiz sur ce livre