AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782404001166
313 pages
Éditeur : Gallmeister (18/12/2015)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 216 notes)
Résumé :
Retrouver le propriétaire d'un pouce déposé au fond d'une glacière dans une décharge : curieuse mission pour le shérif Longmire. L'affaire est corsée par la présence du promoteur multimillionnaire et des deux molosses qui gardent le terrain. Sans compter un jeune couple fleurant bon la marijuana, une charmante vieille institutrice et quelques cadavres bien entiers ...

«Les Hautes Plaines étaient un lieu où vivait un peuple de gens extrêmes, mais il ét... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
mesrives
  20 juin 2016
Un hiver au Wyoming.
« C'était le genre d'hiver où les bêtes qui se couchaient avaient peu de chance de se relever un jour – mortes de froid et de faim, ou inversement. »
Graig Johnson nous fait participer à un véritable fait divers d'hiver qui va déclencher une avalanche de découvertes et une vague de cadavres.
Wouaip, pour Walt Longmire, il s'agit d'éclaircir un banal accident de voiture qui a failli coûter la vie à un vieux de la vielle, Geo Stewart, mais les coupables ne sont autres que le petit-fils et sa compagne, Duane et Gina .
Sacré Geo , plus de soixante dix ans, aussi indestructible que les bagnoles de sa casse !
Mais voilà, les émotions et commotions passées Geo se rappelle qu'il a trouvé un morceau d'homme dans une glaciaire de la décharge. Car Joe est aussi le propriétaire de la déchetterie, « Site municipal de dépôt, tri et de récupération des déchets », il y tient le bougre, à cette appellation !
La mission qui incombe désormais à Walt : mettre la main sur le propriétaire du pouce retrouvé dans la glaciaire…
Dans ce volet Walt Longmire est plus amoureux que jamais de Vic par contre il montre quelques signes de faiblesse, des soucis techniques (claudication, peut-être perte de vision) donc à surveiller si le shérif veut faire de vieux os.
Sancho Saizarbitoria dit le basque a atteint le point de rupture et Longmire va tout faire pour le remettre sur pied.
La Nation Cheyenne, Henry Standing Bear broie du noir sans nouvelle de son frère depuis plusieurs semaines aussi il restera effacé sur cette affaire. Heureusement pour lui changer les idées , il doit organiser le mariage de Caddy, la fille de Walt.
Un équipage un peu bancal, pas au mieux de sa forme dans cet opus.
Molosses, une affaire beaucoup plus légère que d'habitude, avec de nombreux personnages secondaires, même si en toile de fonds il est question d'un promoteur qui ne connaît aucun scrupule et de son projet immobilier : Red Hills Rancho Arroyo, un morceau de paradis, une vue imprenable sur le flanc Est des Big Horn (l'occasion d'obliger Geo à déplacer sa casse et la décharge).
Toujours un bon moment de lecture avec une intrigue bien ficelée et cette fois bien givrée même si le regard de Longmire, ou plutôt celui de Graig Johnson c'est un peu désenclavé, plus réceptif aux bruits du monde et à ses actualités.
De mon côté, j'attends avec impatience la livraison de mon chapeau en direct du H- Bar Hats de Biellings, les clés d'un pick up genre Bullet, pour tracer vers les Bardenas !
Wouaip ! C 'est pas les Big Horn mais c'est plus près.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
Ellane92
  17 janvier 2018
Le coté d'Absaroka, Wyoming, avec son café (le Busy Bee), sa réserve indienne (avec la Nation Cheyenne) et son bureau du Shérif Longmire... dubitatif ! Son adjointe, la ravissante et volcanique Vic (qui est aussi accessoirement sa maitresse), a demandé une augmentation... pour s'acheter une maison ! Cady, sa fille, rentrée à Philadelphie, veut se marier, sachant que son prétendant n'est autre que le plus jeune frère de Vic. Et puis, Santiago, la dernière recrue du bureau du Shérif, souffre d'un syndrome de stress post-traumatique. le soupçonnant de vouloir donner sa démission pour embrasser un métier moins risqué, Walt décide de lui confier une mission sans risque pour l'occuper et lui redonner le gout et l'envie de son métier. Un pouce trouvé dans une décharge publique (pardon, un centre de tri !) est le meilleur prétexte dont dispose Walt pour lancer une enquête.
Mais la décharge est gardée par deux molosses, dont le propriétaire, habitant la maison voisine avec son fils et l'épouse de celui-ci, est en train de traverser le village, attaché par une corde à la voiture conduite par sa bru ! Il faut dire que le jeune couple d'amoureux fait preuve d'un sacré manque d'à-propos... la faute peut-être à cette odeur de marijuana incrustée dans leurs vêtements ?

Ah, quel plaisir de retrouver ce Shérif si charismatique, l'hiver sur les Big Horn Mountains et le petit monde du comté d'Absaroka, Wyoming !
Molosses est un tome qui dénote un peu par rapport aux livres qui le précèdent. A vrai dire, j'ai même crû un moment qu'il n'y aurait pas d'intrigue policière autre que cette histoire de pouce coupé (mais si, je rassure les lecteurs potentiels : l'intrigue policière est bien présente et bien ficelée !). de même, Henry Standing Bear est relativement absent de cet opus, ainsi que Cady, la fille de Walt. En revanche, ce que j'ai pu rire ! Les nouveaux personnages introduits dans ce tome (un couple de junkie, un vieil homme qui tient à sa décharge (pardon, centre de tri), une ancienne institutrice amoureuse, deux molosses pas faciles à amadouer...) sont franchement une réussite et portent le livre à bout de bras, entre rebondissements, révélation, et absurde, pour le plus grand plaisir des lecteurs ! Bref, Molosses, c'est tout le petit monde de Walt, les grands espace en plus, et de l'humour à chaque phrase. Un excellent opus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
joedi
  01 mai 2017
6ème volet des aventures du shérif Walt Longmire.
Les molosses ce sont les deux gros chiens impressionnants des maîtres de la casse et la déchetterie qui porte le nom pompeux et officiel de Site municipal de dépôt, tri et récupération des déchets, site qui est le théâtre principal des aventures qui vont occuper le shérif Longmire et ses adjoints.
Henry Standing Bear prépare le mariage de Cady, la fille de Walt, Vic, son adjointe, veut acheter une maison et espère passer la Saint Valentin avec lui quant à Saizarbitoria, son adjoint le Basque, il présente sa démission.
Dans ses remerciements Craig Johnson écrit :
Les gens me demandent souvent d'où me viennent les histoires de mes romans et ils ne se doutent pas un instant que c'est dans ma mémoire que je vais les chercher.
En effet, Craig Johnson a exercé bien des métiers, des expériences qui lui fournissent la matière à des romans que j'aime dévorer. À bientôt shérif !
Commenter  J’apprécie          500
sandrine57
  09 octobre 2017
C'est l'hiver dans le comté d'Absaroka. Les averses de neige succèdent aux pluies verglacées, le thermomètre ne connaît plus les valeurs positives, il fait un temps à ne pas mettre un cow-boy dehors. Pourtant, la vie n'est pas un long fleuve de glace tranquille pour le shérif Walt Longmire. Cady, sa fille, prépare son mariage avec le frère de Vic et s'est trouvé un wedding planner haut de gamme en la personne d'Henry Standing Bear. Vic d'ailleurs caresse elle aussi des projets d'avenir. Elle veut s'acheter une maison et ne serait pas contre l'idée de la partager avec son chef. Quant au troisième larron de la police locale, le basque Santiago Saizarbitoria, il n'a plus la foi, traumatisé par une récente affaire, il veut tout simplement démissionné. Et Walt ne veut pas perdre son homme. Alors quand Geo Stewart, gérant de la casse et de la déchetterie de Durant, raconte qu'il a trouvé un pouce au fond d'une glacière, il voit là l'occasion de faire travailler son adjoint sur une affaire tranquille, histoire de lui redonner goût au boulot sans risques excessifs. Mais rien n'est jamais simple dans le comté d'Absaroka et le ''site municipal de dépôt, tri et de récupération des déchets'' pourrait bien cacher d'autres secrets...
De l'humour toujours, mais aussi beaucoup d'humanité pour un shérif confronté aux états d'âme de ses adjoints et à des morts en série. C'est dans la casse automobile et la déchetterie attenante que Longmire prend ses quartiers pour une enquête où se bousculent l'indestructible Geo Stewart, ses petits-enfants fumeurs de cannabis, ses chiens de garde, son ennemi personnel, un agent immobilier qui verrait bien un lotissement haut de gamme et un golf sur ses terres, sa maîtresse secrète, mais aussi un criminel caché sous une nouvelle identité, un tueur insaisissable et un indien occupé à préparer un mariage. Il y a de quoi faire pour la police, malgré les températures polaires.
Les aventures de Longmire sont toujours un pur régal, des dialogues croustillants, de l'humour, de l'amour, du danger et un shérif malmené tant physiquement que moralement. Mais il tient encore debout malgré les vieilles blessures et une morsure toute fraîche et la suite semble prometteuse entre le mariage à venir de Cady et sa relation compliquée avec la fougueuse Vic. A suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Tostaky61
  23 février 2018
Le chien qui m'a mordu, vous montre les dents...
Il arrive qu'on se trompe.
Je ne parle pas ici de la qualité ni du plaisir de lecture.
Je veux tout simplement dire que, pour moi, Craig Johnson était synonyme de grands espaces. Sans doute influencé par les portraits de cet écrivain à l'allure de cow-boy.
Molosses, a pour décor principal... Une déchetterie. Voilà. Première rencontre avec cet auteur et j'en suis pour mes frais. Mais je vous rassure tout de suite, là s'arrête ma désillusion.
A part l'absence de l'immensité de la nature américaine à laquelle je m'attendais donc, j'ai trouvé dans ce livre, tout ce que je recherche dans un roman noir.
Johnson c'est l'Amérique. Un shérif, auquel je donne volontiers les traits de son créateur, dont le corps est meurtri un peu plus à chaque enquête. Un décor et une atmosphère, ici une déchetterie, le froid, la neige.
Où j'ai été bluffé, c'est par le style. Ça démarre doucement. Enfin, pas pour tout le monde, parce que le grand-père Stewart, le propriétaire de la fameuse déchetterie, qui se retrouve à faire du patinage accroché à une voiture après une envolée magistrale par-dessus un toit, c'est quand même pas banal... c'est même franchement drôle. Un adjoint qui veut démissionner, un morceau de doigt retrouvé dans une glacière et voilà Walt Longmire, notre shérif, contrarié, mais éternel optimiste, qui se lance dans la quête de la main amputée.
Bientôt ce sont des cadavres tout entiers qui viendront noircir le quotidien du policier, emballant par là-même le récit.
Johnson prend son temps, donc, il prépare le lecteur, plante le décor, présente les personnages, glisse çà et là (faut dire que c'est très verglacé dans ce coin du Wyoming) quelques pointes d'humour, même dans les moments les plus sombres. C'est magistralement fait, envoutant. D'ailleurs, je découvrirai avec intérêt les autres aventures de ce flic cabossé.
Je vous encourage vivement à en faire autant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   28 avril 2017
Après avoir passé cinq ans au département de la police de Philadelphie, elle avait atterri dans notre coin montagneux actuellement pris sous la glace et, lentement, elle avait commencé à dégeler mon cœur. Elle ressemblait à une de ces femmes qu'on voit étendues, alanguies, sur le capot des voitures exposées dans les salons ; enfin, il fallait y ajouter un caractère bien trempé et un Glock 17.
Commenter  J’apprécie          290
mesrivesmesrives   15 juin 2016
Il baissa les mains et se leva, alla jusqu'à la fenêtre et regarda dehors, la lumière grise se reflétant dans ses yeux noirs.
- Tu vas bien ?
Il ne bougea pas, mais sa voix résonna au fond de sa poitrine.
- Oui
- Ca n'en a pas l'air .
Il hocha la tête, presque imperceptiblement.
- Qu'est-ce qui vaut mieux, aller bien ou avoir l'air d'aller bien ?
Je laissai choir la rhétorique comme tombe la brume après la pluie. Je savais par expérience qu'il était inutile d'essayer de sonder son humeur . Comme le reste des Hautes Plaines, si on essayait, il changeait d'humeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
MimekoMimeko   25 septembre 2017
- Vous avez laissé partir Geo ?
A travers ses épaisses lunettes, Doc contempla les flocons de poussière qui flottaient dans son bureau.
- Non il a filé à la Longmire.
...
- Qu'est ce que vous entendez par là ?
Isaac referma le livre qu'il tenait dans les mains et le posa sur le haut de la cinquième des piles fragiles qui se trouvaient sur son bureau.
- Il a signé son bon de sortie et il a disparu dans la nuit, un peu comme un individu que nous traitons régulièrement dans cet hôpital, et dont les fuites sont devenues tellement régulières que nous avons maintenant intégré son nom à notre lexique.
Je baissai la tête sans réprimer un sourire, et observai mes bottes d'un air faussement contrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
joedijoedi   30 avril 2017
– À l'échelle de l'État, est-ce qu'il y a plus de meurtres en hiver ?
– Non. Il y a plus de meurtres, viols, braquages, coups et blessures, et vols en été, comme partout ailleurs. Ça monte comme la sève en été, puis ça fond comme neige au soleil.
– Sans jeu de mots ?
– Non.
Commenter  J’apprécie          250
Ellane92Ellane92   17 janvier 2018
- Oooooh mon Dieu, je suis tellement désolée. Je suis tellement désolée, ooooh mon Dieu.
Vic m'approcha une chaise qui était calée contre un mur.
- Ca va, je vais bien.
- Votre visage est dans un état affreux.
- Tout va bien, c'est son état normal.
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Craig Johnson (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Craig Johnson
Découvrez le troisième épisode des Conversation dans le noir, le tout nouveau podcast des éditions du Masque. Une conversation téléphonique entre éditrice et auteure, à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans ce dernier épisode de la trilogie, Gabrielle Massat nous parle - depuis sa maison en pierres perdue au milieu des bois - de son rapport à l'écriture et à la littérature noire, ainsi que des raisons qui l'ont poussée à choisir un héros aveugle. C'est déjà la fin des épisodes liés au confinement, nous tenions vraiment à tous vous remercier pour le merveilleux accueil réservé à cette première "saison" du podcast et pour vos encouragements ! Nous revenons bientôt avec une nouvelle formule, STAY TUNED Nous vous souhaitons une bonne écoute ! Extrait lu : https://www.liseuse-hachette.fr/file/139455?fullscreen=1#epubcfi(/6/12[pre2]!/4/2/2[pre-001]/4/22/1:0) Oeuvres citées : Conversations de Francis Bacon Le camp des morts - Craig Johnson Tolkien Mystic river - Dennis Lehane James Ellroy CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : wyomingVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1405 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre