AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les étoiles de Noss Head tome 1 sur 6
EAN : 9782756420875
Pygmalion-Gérard Watelet (26/10/2016)
4.03/5   1308 notes
Résumé :
Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d'imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont finalement se transformer en véritable conte de fée... puis en cauchemar. Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtées, ses projets... tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l'inimaginable, faire face à ce qu'elle n'aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n'en sont pas toujours... Leith ne s'atten... >Voir plus
Que lire après Les étoiles de Noss Head, tome 1 : VertigeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (400) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 1308 notes
Là encore, j'ai fait durer le plaisir car je viens de commander le deuxième tome et ne sait pas encore exactement quand je vais le recevoir, donc j'ai savouré chaque page, retardant le plus longtemps possible le moment où j'arriverai à la dernière page, ce qui est chose faite. Pourtant, au début, j'avais un peu peur que ce livre me déçoive et qu'il soit trop calqué sur la série de Stephenie Meyer dont vous avez probablement tous entendu au moins parler (même si vous ne l'avez pas lue), "Twilight", mais il n'en est rien ! Certes, il est aussi ici question de créatures fabuleuses tels que les vampires et les loups-garous sauf qu'ici, nulle apparition de ces suceurs de sang que l'on appelle vampires. En revanche, les loups-garous, eux, sont bel et bien présents. Hannah, l'héroïne de cette ouvrage et la narratrice, d'origine parisienne et qui est très cartésienne va devoir accepter l'inacceptable : les loups-garous existent bel et bien et, qui plus est, elle est follement éprise de l'un d'entre eux, Leith Sutherland.

Vous devez vous demander où l'auteure a pu trouver un nom pareil mais cela est tout à fait normal car, même si notre histoire débute à Paris, elle se poursuit ensuite en Ecosse où Hannah et ses parents se sont rendus, comme chaque été, dans le manoir de la grand-mère paternelle d'Hannah, Elaine.
Cette dernière, bien qu'elle soit aveugle, à appris de manière incroyable à développer ses autres sens, comme celui de l'instinct par exemple. C'est elle qui comprendra la première ce qui se trame entre sa petite fille et ce mystérieux Leith aux yeux verts envoûteurs (même si elle ne peut effectivement pas les voir, elle les devine car elle a bien connu son grand-père...mais cela est une autre histoire).
Une merveilleuse histoire d'amour, don, vous l'aurez compris mais aussi une histoire de traque qu'Hannah a provoqué involontairement en devenant la proie d'un galbro cruel et sanguinaire. Vous vous demandez probablement ce que je vous raconte ici en employant in mot dont vous n'avez certainement jamais entendu parler (ce fut mon cas) mais sachez que le galbro est une des cinq races de loups-garous et que l'auteur nous fait une description de chacune d'entre elle, en entrant même dans les moindres détails. En ai-je trop dit ? Pas assez ? J'espère avoir juste avoir trouvé la bonne mesure qui éveillera votre curiosité et vous donnera envie de voir et d'apprécier (on non) par vous-même de quoi il est question exactement.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré cet ouvrage et attend avec impatience le suite ! Une lecture que je vous recommande, du moins à tous ceux qui acceptent de jouer le jeu et d'ouvrir leur esprit au fantastique et qui n'en n'ont pas encore marre de toute cette littérature pour jeunes adultes qui pullulent de créatures extraordinaires !). A découvrir !
Commenter  J’apprécie          452
Je voyais beaucoup d'avis sur ce livre, sur Babelio et sur les blogs, je ne pouvais donc pas le laisser de côté plus longtemps. Il faut faire remarquer que Sophie Jomain est Française, ce qui est assez rare dans la lecture Young Adult.

Ce premier tome est frais, l'histoire est crédible, lucide. L'auteur traite des légendes, tout en gardant la tête sur les épaules, elle fait voyager Hanna de Paris à Wick en Ecosse, ce qui donne immédiatement à l'histoire un côté enchanteur et mystérieux. Je me suis de suite projeté dans les paysages verdoyants et bien que le temps ne soit pas le point positif de ce lieu, le charme opère.

Sans trop vous en dire sur le centre de cette histoire, j'ai apprécié le fait que cela ne prenne pas une ampleur étouffante, de même pour l'histoire d'amour entre Hanna et Leith, qui reste soft et délicate. D'ailleurs on reconnaît bien là, la "French touch", de part la richesse du vocabulaire, l'absence de vulgarité et de répétition dans les expressions, comme ce que l'on trouve souvent dans ce genre littéraire et qui en ternie beaucoup l'image...
Lien : https://livresque78.wordpres..
Commenter  J’apprécie          470
Sophie Jomain, Sophie Jomain, une auteur dont le nom n'est à présent plus inconnu depuis la sortie de son oeuvre phare "Les étoiles de Noss Head". En parcourant le net, j'ai pu noter un grand nombre d'avis et chroniques exaltés encensant "Vertige". Après mure réflexion, je me décidais à me le procurer, mais comme d'habitude, ce dernier a dû patienter un bon moment dans ma bibliothèque avant que je ne me décide à me plonger dans cette lecture.
La question était à présent de savoir si j'allais être également sous le charme comme les lectrices m'ayant précédé dans cette aventure ?

Hannah Jorion, jeune fille de bientôt 18ans se retrouve embarquée contre sa volonté par ses parents pendant les 2 mois de vacances d'été à "Wick" en Écosse. Envolés, ses projets de sorties avec sa meilleure amie et son souhait de fêter son anniversaire en France. 2 mois ennuyeux en prévision pour la jeune fille, cependant une rencontre changera la donne en la personne de Leith Sutherland. Ce jeune homme énigmatique se retrouvera souvent sur le chemin d'Hannah de manière délibérée ou non. Des vacances qui s'annonceront en fin de compte pas si contraignantes et désastreuses que prévues, entre une nouvelle amitié naissante, des sorties à la découverte des landes et plages Écossaise et une attirance pour Leith ne cessant de croitre Hannah ne saura plus ou donner de la tête. Il y aura néanmoins une ombre au tableau, pourquoi le si charmant et séduisant Leith inspire-t-il la peur à certaines connaissances d'Hannah et pourquoi ce dernier malgré la complicité le liant à la jeune fille garde t-il certaines distances ?

Alors tout d'abord premier détail m'ayant un peu dérangé concerne la 4ème de couverture, je maudis ces résumés en dévoilant beaucoup trop et en gâchant par la même occasion le suspense. En l'ayant lu j'ai immédiatement deviné ce qu'était Leith et c'est fort dommage, j'aurai préféré pouvoir le deviner au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire, mais là impossible.
Maintenant abordons le récit, je dois dire que je comprends un peu mieux l'enthousiasme de la toile concernant cette oeuvre et je souligne par la même occasion que le titre "Vertige" va à merveille à cet ouvrage. L'écriture fluide et résolument familière est en accord avec la jeunesse actuelle et nous interpelle dès le prologue. Un récit totalement addictif nous faisant dévorer ce livre assez rapidement nous dévoilant ses secrets qu'au compte-gouttes, une ambiance envoutante, un environnement et des paysages enchanteurs finement bien retransmis de l'Écosse.
L'auteur est parvenue à dépoussiérer un mythe déjà durement usé dans tout genre confondu en insufflant sa propre mythologie rendant sa redécouverte absolument passionnante bien que complexe à souhait.
Malgré tous ces points positifs, je suis dans le regret de m'atteler aux points m'ayant dérangé ayant rendu malencontreusement ma lecture en demi-teinte.

Tout d'abord, les personnages.
En débutant ce récit, j'ai beaucoup apprécié le personnage d'Hannah, cette jeune fille assez banale se voulait extrêmement attachante de par son innocence en amour et sa maladresse quasi-innée cependant, au fur à mesure que la romance prenait de l'ampleur, elle est devenue un personnage totalement tête à claques. Hannah fait partie de ces héroïnes exaspérantes et totalement agaçantes alliant des réactions souvent immatures au possible et exagérés. Un exemple concret celui du passage au pub. Se sachant en danger de mort Hannah ne trouvera rien de mieux que de sortir dans un pub au lieu de rester sagement en sécurité chez elle. Que faire là-bas et bien cesser d'être une jeune fille sage en buvant de l'alcool pour se changer les idées, s'essayer à la cigarette et suivre un parfait inconnu dans une ruelle pour se venger de Leith, quelle preuve de maturité... Une héroïne trop crédule, égoïste, insouciante, peu perspicace et pleurnicharde par-dessus le marché. Un constat certes dur la concernant, mais à la hauteur de ma déception, car je l'avais apprécié la moitié du roman.
Parlons à présent de Leith. J'ai cru comprendre que le jeune homme avait beaucoup de fans sur la toile et je dois dire qu'il faut être difficile, j'ai cependant été un peu déçu par ce personnage, car sur lui planait un air de déjà vu. Homme assez charismatique, mystérieux, séduisant, protecteur et pourvu de beaucoup d'humour ce qui ne gâche rien. Approchant Hannah, tout en gardant une certaine distance avec elle pour la protéger, arrivé à ce stade de mon billet, on peut dire que Leith m'a fait fortement penser à un autre héros d'une saga bien connue. J'ai eu souvent l'impression d'avoir affaire à un copier-coller ce qui m'a profondément gêné sans compter que j'ai souligné une invraisemblance concernant les facultés surhumaines de Leith. le détail m'ayant fait tiquer concerne la recherche de "l'ennemi", comment Leith a pu ne pas deviner qui c'était au vu de ses aptitudes liées à sa nature ? Un personnage captivant, mais qui comme Hannah m'a déçu à la moitié de l'ouvrage, car se révélant, en fin de compte, trop lisse et parfait. Autre point m'ayant également dérangé, la romance. Pour ma part, je l'ai trouvé bien trop guimauve, résolument "young adult" et qui je pense aurait gagné à être traitée de manière plus mature.
Concernant les personnages secondaires tous auront un rôle important autour du couple, que cela soit pour aider, attiser la jalousie ou mettre des bâtons dans les roues, dommage qu'ils n'aient pas été tous plus développés.

Un roman plaisant, mais comportant hélas trop de similitudes avec une autre saga dont je tairai le nom pour ne pas vous influencer, une mauvaise impression qui a du coup amenuisé tout mon ressenti de lecture.

Une lecture dans l'ensemble s'étant révélée plaisante mais malheureusement pas aussi passionnante que je l'aurai souhaité. Un ouvrage ayant su me plonger au coeur d'une mythologie captivante et des paysages laissant rêveur dommage que l'ombre d'une autre saga ait plané du début à la fin. Je suis à présent curieuse de savoir comment va s'orienter la suite même si ce tome peut se suffire à lui-même.
Commenter  J’apprécie          210
Bon. J'ai l'impression de n'avoir pas lu le même livre que tout le monde parce qu'avec tous ces avis positifs, j'ai fini par vouloir le lire et... j'ai été tellement déçue :o ! Je n'en reviens toujours pas !

Si vous avez aimé, passez votre chemin parce que ce que je vais dire risque de ne pas vous plaire et ça ne sert à rien de se faire du mal à cause des goûts et des couleurs de chacun...

***SPOILERS***

Je ne sais pas trop par où commencer. J'ai envie de commencer par mon ressenti le plus fort qui est : "Je viens de dire un Twilight-like". Je me fais peut-être des films, mais plus j'avançais dans ma lecture et plus j'avais l'impression de lire une histoire trop fortement inspirée de Twilight.

Pour les points communs :
- On a l'adolescente lambda, un peu sage et vertueuse, pas très extravertie, qui va dans une région paumée où elle a pas envie d'aller (et qui va devoir y rester)
- Elle est fascinée par le bogoss ténébreux paranormal de service, Leith.
- Il y a le passage par la librairie de sciences occultes dans la petite ville du coin.
- Leith la "protège" constamment, d'ailleurs la 1ère scène où il est en voiture, de nuit,et repousse Davis, ça m'a vraiment rappelé la scène quand Edward sauve Bella de son agression, j'ai ressenti la même ambiance.
- Les 150 mentions de combien le héros est BEAU, a un corps PARFAIT, toutes les pages, plusieurs fois par page...
- C'est pas un vampire qui scintille MAIS il a les yeux qui scintillent.
- Hannah attire à cause de son odeur le méchant sur elle (comme Bella quoi...) et ensuite il faut la protéger car elle pourrait attirer tous les loup-garous du coin...
- le héros souffle le chaud et le froid avec elle, avec son petit passage où il l'évite... comme Edward à un moment.
- Les 150 mentions de Hannah qui prend une douche (déjà dans Twilight ça m'avait choqué le nombre de fois où l'auteure trouve important de nous dire que là, Bella se lève et prend une douche).
- le héros over-protecteur, paternaliste, autoritaire, et qui veut que sa belle n'ait aucun secret pour lui ("Qu'est-ce qui s'est passé, raconte-tout, maintenant") alors que lui-même est indépendant et reste évasif.
- Tout le monde est amoureux de Bella, euh, Hannah : Davis, le méchant/barman... Davis d'ailleurs m'a rappelé le "good buddy" (Mike ?) de Bella.
- Leith est galant et un peu vieillot ou vieux jeu, comme Edward. Sauf que c'est pas un vampire centenaire, donc je ne comprends pas bien pourquoi c'est là...
- Hannah se jette dans la gueule du loup ("haha") et est sauvée in extremis, et est bien blessée et tout, comme Bella.
- le rapport entre Hannah et Leith où on voit l'attirance sexuelle très forte, mais qu'ils ne cessent de repousser, on ne sait pas pourquoi (comme Edward, il risque de lui faire des bleus ?)

Et tout ça m'avait l'air de tenir moins bien la route dans cette histoire-ci. J'avoue que tout ça déjà m'a un peu empêchée d'apprécier l'oeuvre indépendamment, j'avais tellement l'impression à chaque nouvelle action de tomber sur un "ah, y'avait ça aussi dans Twilight, c'est vrai" que c'est difficile de se faire un avis indépendant.

Ceci étant dit, il y a tout de même des choses propres à ce livre. Mais elles ne sont pas passées, mais alors pas passées du tout.

En 1, le gros moins pour moi, c'est le style. J'ai trouvé l'écriture très maladroite, dès le premier chapitre. le vocabulaire échangé par les adolescentes est vieillot. J'avais l'impression de retomber devant un épisode des sitcoms d'AB productions où déjà, les héros ne parlaient pas comme dans la vraie vie.

Quelle ado en 2012 dit "C'est une croyance à 2 francs 6 sous" ?? Quelle ado dit à un garçon : "tu n'es qu'un goujat !" Et, d'une manière générale, tous les dialogues sonnent un peu faux en raison de ce style sorti d'une autre époque.

C'est une maladresse basique : à l'écrit on cherche la précision et la concision. On n'est pas à l'oral où l'on peut s'étaler et user du ton, du contexte, pour se faire comprendre, et où, en plus, on n'a pas toujours le mot idéal qui nous vient en tête pour nous exprimer. On tâtonne à l'oral.
À l'écrit on prend le temps de chercher et user du mot juste, de la bonne tournure grammaticale et syntaxique qui expliquera une idée claire en un temps concis. Or... on retrouve cette pratique mais dans les dialogues ici :s Mais on n'écrit pas des dialogues comme on écrit une dissertation !

Quand un ado vous fait visiter sa maison et vous explique que vous serez toute seule à utiliser la salle de bain de l'étage, il ne vous dira pas :
"Il n'y en a qu'une pour tout l'étage, j'utiliserai donc celle du bas avec mon oncle et ma tante, pour te laisser la jouissance de celle-ci".

Te. Laisser. La. JOUISSANCE. De. Celle-ci... O_O

Ce n'est qu'un exemple parmi les milliers d'autres du livres, les "Qu'était-il", les "Aimerais-tu venir". Dans un roman au XIXe je comprends, en 2012, non.

La maladresse n'est pas que dans le style, elle est également présente dans la façon d'écrire en général et de présenter les enjeux.
Le 1er chapitre qui commence avec Hannah qui, sous couvert d'un échange avec son amie, nous expose tout le contexte m'a paru terriblement artificiel. Ça sonnait trop "j'informe le lecteur avec de gros sabots sur la personnalité du personnage, le cadre et ses enjeux", bien plus que "je parle à mon amie."

Sans compter les informations du type "Attention, cette héroïne n'est pas comme tout le monde, elle est si différente... et elle est belle mais ne le sait pas". Oh par pitié, pourquoi toujours ces même clichés ?

Quelle lourdeur ces mentions sur la "beauté" physique du héros : tout est occasion ou prétexte pour rappeler combien l'héroïne le trouve à tomber, et manque d'étouffer et suffoquer (oui oui) ou autre rien qu'en le regardant... Ce cliché des personnages qui perdent tous leurs moyens dès qu'ils sont face à un top-model, ça m'exaspère.

J'ai trouvé d'ailleurs l'héroïne peu supportable, très naïve, incrédule et souvent stupide ("Faut se sentir seul au monde pour croire que les loup-garous existent" ... eh bien non, ça n'a aucun rapport, les gens croient aux théories du complot et autres non parce qu'ils s'ennuient ou se sentent seuls, mais pour d'autres raisons).

A un moment elle se plaint qu'on lui en dit trop et dit qu'elle préfère ne rien savoir à propos des loup-garous et compagnie... plus tard elle se plaint à Leith "Mais pourquoi tu ne m'as rien dit !" sur le même sujet.

Il y a un loup-garou parmi les plus dangereux qui en a après elle mais "elle ne voit pas pourquoi elle ferait attention !"... Elle est en situation de danger, sait que son copain essaye de la surveiller/protéger, et elle part visiter la ville sur un coup de tête sans prévenir personne...
Bref.

Elle sort à peine avec un gars, "ilétrobo" certes, mais qu'elle ne connait pas, et quand il ne donne plus de nouvelles, elle part... boire et fumer, pour oublier ! Vraiment, c'était de plus en plus difficile de croire en cette histoire en la lisant...

C'est une histoire d'amour (avant tout) et là encore, j'ai été très déçue par son traitement. Cette histoire ne parle pas d'amour, elle parle d'attirance physique. Hannah passe son temps à trouver beau le héros, qui lui la trouve belle. Quand il n'est plus là et qu'elle ne cesse de penser à lui, elle ne pense qu'À SON PHYSIQUE.

Au départ, ils ont des échanges d'une banalité terrifiante, Hannah échange des "euuuh..." "oui" "non" "Paris c'est pratique comme ville" avec Leith, et il est impossible de voir à quel moment ils font réellement connaissance, découvrent leurs caractères, pensées, goûts, opinion sur le monde, les hommes, la vie, bref !
À un moment Leith demande bien à Hannah ce qui l'intéresse, et plein de choses ont l'air de l'intéresser mais ça sonne faux : elle lance ça sans que ça corresponde à ce qu'on voit.

Elle dit qu'elle aime le chant et l'histoire... mais ça ne suffit pas à rendre cette information vraie puisqu'en parallèle, dans le récit, elle passe son temps à se plaindre de n'avoir rien à faire dans cette ville. Chérie, si tu es artiste et créative, crois-moi, où que tu sois tu ne t'ennuies pas !

Elle n'a pas l'air d'avoir des centres d'intérêt, elle se traîne en se désolant, et on la voit plus prendre des douches et se sécher les cheveux, que se mettre à chanter ou lire un livre d'histoire, ou avoir envie de parcourir des musées, des vieilles pierres... Ses goûts et hobbies sonnent complètement factices de fait.

Quand Leith nous dit qu'Hannah est tellement compliquée qu'il lui faudrait la nuit pour la décrire, c'est incompréhensible. Il a à faire à une adolescente lambda, donneuse de leçons, mono-tâche, qui soit disant a plein de goûts mais ne les vit pas spécialement au quotidien, et qui attend que le temps passe (et que les aventures lui arrivent)...

Lorsque l'on a droit au discours d'amour dithyrambique de Leith, je n'ai pas réussi à y croire tant il ne reposait donc sur rien.

Nous avons donc 2 personnages vaguement construits, qui sont "fous amoureux" l'un de l'autre sans vraiment que ne se développe ce rapport (comme dans Twilight d'ailleurs). Et pire, quand il est justifié par le paranormal, ça le rend d'un triste !

Ils s'aiment car ils sont "deux âmes pures" qui se sont croisées... Déjà le côté "vertueux" et "pureté" de l'âme me dérange, je n'aime pas ce classement des gens qui signifie qu'il y a des âmes "impures" et on ne sait pas trop ce que ça veut dire... cela désignerait des psychopathes serial killers, passe encore, mais vu que c'est rare les âmes pures dans l'histoire, c'est que tout le reste des gens, qui sont des gens lambda, n'a pas d'âme pure... sympathique pour eux !

Je ne sais pas si le nombre de douches que prend Hannah lui lave régulièrement son âme, peut-être ?

En tout cas on ne voit pas en quoi leur "âme" (à Leith et Hannah) est plus pure (et donc plus mieux) que celle des autres : ils n'ont rien de spécial dans leur personnalité. Gwen est bien plus sympathique, humaine, tolérante et généreuse qu'Hannah par exemple.

Mais surtout ça veut dire qu'en fait, si une autre âme pure était passée par là avant Hannah, ou Leith, eh bien ils seraient fous d'amour pour quelqu'un d'autre... Je ne sais pas pour vous mais moi, ce n'est pas un romantisme qui me fait rêver. "On s'aime d'amour fou jusqu'à la mort parce que... je t'ai rencontrée avant de tomber sur Sophie, l'autre âme pure du pays".

Un gros, gros, énorme, maxi, moins pour les DEUX passages où Hannah estime que "c'est de sa faute" quand un gars veut se passer de son consentement pour la violer/forcer, parce qu'elle n'avait qu'à pas : sortir fumer devant le bar avec un inconnu, ou flirter avec le barman.

Si ensuite l'un ou l'autre veut l'emmener de force chez elle et la violer, c'est donc de SA faute, elle l'a bien cherché. C'est ce qu'elle pense. Oh. Mon. Dieu. NON !!!!!!

Bref, vous l'aurez compris, ce n'est pas passé du tout. Pourtant j'aime le romances paranormales, mais là, ni les personnages ni leur amour ne m'a plu ou convaincue.
Commenter  J’apprécie          77
Cela faisait un petit moment que j'avais envie de commencer cette saga. J'en avais entendu du bien et les cinq tomes étaient déjà tous publiés, ce qui est un plus surtout lorsqu'on accroche. Mais j'ai laissé cette lecture de côté. Et puis une amie s'est décidée à la lire, j'ai donc suivi le mouvement.

Je dirais que j'ai passé un bon moment. Il y a des défauts, mais dans l'ensemble, ce premier tome se lit très bien, il y a de bonnes idées et la suite nous promet d'être de plus en plus complexe. Impossible de ne pas trouver de ressemble avec Twilight mais Sophie Jomain parvient tout de même à imposer son histoire, sa mythologie et ses personnages. Il n'y a pas de réelles surprises, certains événements sont évidents, cependant je trouve que ce premier tome pose très bien les bases de l'univers de l'auteur, ainsi que les différents personnages principaux. En clair, il donne envie de poursuivre.

Les personnages d'ailleurs. Il y en a pas mal. Nous avons bien entendu nos deux héros : Hannah et Leith. Hannah est attachante, elle n'agit pas vraiment comme une jeune femme de dix-huit ans, je l'ai trouvé beaucoup plus jeune psychologiquement parlant à de très nombreuses reprises, mais elle a ce côté attendrissant et naïf qui donne beaucoup de fraîcheur au récit. Je ne le cache pas, j'ai souvent levé les yeux aux ciels en lisant ses états d'âme… C'est vraiment ce que je reproche au personnage. Un peu trop émotif et gnangnan. Mais, je pense qu'elle pourra évoluer dans le bon sens dans les prochains tomes. On sent déjà, même si c'est minime, qu'elle change au fil de ce premier tome. Leith est pour moi un personnage masculin très réussi. Il est aussi adorable avec un côté sauvage qui ne gâche rien. J'aime beaucoup sa façon de voir et appréhender les choses. Et puis, il a de l'humour. Un point important car dans ce genre littéraire, young adult fantastique, le manque d'humour est assez flagrant et on se retrouve avec des personnages taciturnes à souhait. Je ne pense pas, par contre, que Leith évoluera beaucoup plus. C'est un personnage abouti qui au contraire d'Hannah n'a plus grand-chose à prouver.

De nombreux personnages secondaires sont aussi très sympathiques. Gwen, par exemple. On ne la voit pas beaucoup, mais sa présence est amusante face à une Hannah très terre à terre. Les deux jeunes femmes deviennent très rapidement amies alors que tout les sépare, mais c'est ce qui fait le charme de leur amitié. J'espère d'ailleurs qu'on la verra se développer un peu plus. Il y a aussi la grand-mère de notre héroïne, Elaine. Là encore, elle n'est pas trop souvent présente, mais lorsqu'elle interagit avec sa petite fille, on ne peut qu'être captiver. al et Bonnie m'ont aussi tout de suite plu. Et c'est ce que j'apprécie dans ce roman. Les deux héros n'écrasent pas les autres personnages et on a le temps d'apprendre à les connaître et aussi de les apprécier.

L'histoire en elle-même ne nous laisse pas trop de surprise, et contrairement à Hannah qui a des oeillères assez gigantesques, il est assez facile de deviner ce qu'il va se passer et aussi quels sont les secrets de certaines personnages. J'ai eu tout de même de petites surprises mais la trame principale est commune aux romances surnaturelles. Après, j'avoue que justement pour des romances surnaturelles, je ne cherche pas forcément de l'étonnement à gogo. le développement de la romance est le plus important, ainsi que dans ce cas la mythologie et le monde inventés par l'auteur. Et là, il y a du travail. Je sens même qu'on a à peine effleuré tout cela. Et si j'ai raison, j'ai hâte de voir ce que cela va donner. Côté méchant de l'histoire, parce que oui, il y a un méchant, j'ai tout de suite su qui c'était, et franchement les moments de fanatisme et de délire du personnage… J'ai lu en diagonale ces passages. Je n'aime pas ce genre de discours, ce n'est pas un fait de l'auteur, c'est juste que ça m'insupporte. Cependant, il a son utilité. C'est de lui que vient toute la découverte de l'univers fantastique, et rien que pour ça, on lui dit merci.

Un premier tome qui pose donc bien les bases de cette saga. Des petits défauts, un style parfois trop « jeunesse » en ce qui concerne les pensées de notre héroïne, mais des personnages sympathiques, une trame qui semble nous promettre une complexification de l'univers de l'auteur et une romance à la hauteur. Un bon moment de lecture, donc.
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
– Tout va bien ? demanda une voix masculine.

– Euh… je… oui, bafouillai-je, un peu désorientée.

Il relâcha doucement son étreinte et m’aida à me redresser. Ce n’est que lorsque je fus libérée que je me rendis compte à quel point le bras qui me maintenait était chaud, fiévreux, même à travers le tissu de mon tee-shirt. J’en fus tellement surprise que je fis un brusque écart en arrière, manquant une nouvelle fois de me casser la figure. Je me repris toute seule cette fois et levai enfin le nez sur celui qui m’était venu en aide : un jeune homme de mon âge ou presque. Il était bien plus grand que moi, me dépassant d’au moins une tête et demie. Mais ce n’est pas sa taille qui me choqua le plus, ni même sa chaleur corporelle. Non. Ce sont ses yeux, rieurs, mais semblables à deux émeraudes étincelantes, les plus beaux que j’aie jamais vus.

– Il faut faire attention où tu marches, avertit-il en souriant. Sinon tu vas te casser une jambe.

Il se baissa pour ramasser mon magazine et me le tendit.

– Merci, bredouillai-je en les prenant.

– Et ça aussi, dit-il en montrant le sac contenant le flacon de parfum. C’était moins une !

– Merci, répétai-je en glissant mes doigts dans l’encoche.

Impossible de détacher mes yeux des siens. Était-ce un extraterrestre pour avoir des mirettes pareilles ? Et ces dents blanches, d’où sortaient-elles ? D’une pub pour dentifrice ? Et ces cheveux, cette bouche… Difficile de ne pas avoir l’air tarte devant un spectacle pareil. Ce type était tout simplement à tomber à la renverse !

– Eh bien, bon séjour à Inverness, conclut-il avec un sourire éclatant. (Et quelle voix… Argh.)

– Euh… je… merci. (Pour la troisième fois…)

Il s’éloignait déjà, dans une démarche souple et pleine d’assurance, tout en grâce, comme ça… Je le suivis du regard jusqu’à ce qu’il rejoigne un homme plus âgé que lui, et tout aussi grand – son portrait craché en fait – et qu’il disparaisse derrière une porte automatique.

Je ne réprimai même pas un rire. Nerveux.

« Waouh… pourquoi ce genre de type ne vit pas à Wick ? Hein, pourquoi ? »
Commenter  J’apprécie          130
Tomber amoureux me semblait si irrationnel et si dénué de sens, dans bien des cas. Au lycée, j’avais vu des couples se faire et se défaire, des amours éphémères qui mettaient les filles dans tous leurs états. Des pleurs, des portes qui claquent, des « Je ne pourrais jamais m’en remettre ! ». Ces situations me paraissaient tellement tortueuses. Au début on jure de s’aimer toujours, ça se termine, on pleure un bon coup et la semaine suivante on oublie « l’amour de sa vie » en craquant pour les yeux d’un ou d’une autre. Pff… Pathétique. Heureusement, je n’étais encore jamais tombée dans ce piège.
Commenter  J’apprécie          170
-Vraiment ? Tu ne serais pas embêtée que je voie tes secrets de fille ?
-Euh…je n’ai rien à cacher…, bredouillai-je, incertaine.
-Bien. Parfait ! Dans ce cas, on se retrouve pour prendre notre douche ensemble, demain matin, à huit heures.
Au début, je restai coite, mais son clin d’œil me rassura.
-Leith ! le sermonnai-je en lui tapant gentiment l’épaule.
Il mima une déception profonde.
-Bon, tant pis. J’aurais essayé, s’esclaffa-t-il.
Commenter  J’apprécie          160
Sans m’en rendre compte, je venais de prendre une décision importante.
Je ne voulais pas souffrir.
Je trouvais Leith si beau… captivant… drôle… malin… énigmatique et tellement … tout. (Soupir.)
Me détacher de lui serait suffisamment difficile comme ça pour qu’une histoire d’amour vienne amplifier mes tourments.
Autant faire une croix sur lui …
Mais, soyons honnêtes, je savais que je n’aurais jamais la force de m’en éloigner. Il avait déjà pris trop de place dans mon cœur. Et puis… je luis plaisais sûrement, aussi.
J’avais là, un vrai problème.
Commenter  J’apprécie          120
J'ai ouvert il y a un peu plus de dix mois. Tu t'intéresses aux sciences occultes ?

- Non, pas vraiment. En fait je n'y connais rien. Pour tout avouer, ce n'est pas trop mon truc.

Elle éclate de rire.

- Tu serais surprise d'apprendre qu'ici, on peut tous trouver un truc qui est notre truc ! Entre, je te fais visiter !

Intriguée, je la suivis à l'intérieur.

...

Incommodée par l'odeur, je fis la grimace.

- C'et un mélange d'herbes qui éloigne les esprits torturés, m'expliqua-t-elle.

...

Dans ses yeux, j'eus presque l'impression de percevoir une lueur de défi.

- Les sciences occultes sont un mystère qu'il ne faut pas sous-estimer. Tu es loin de t'imaginer par qui, ou quoi, tu es entourée.

- Non, en effet, répliquai-je, amusée. En tout cas ta boutique est très originale.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Sophie Jomain (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Jomain
Le nouveau roman de Sophie Jomain, "Et viva la vida !", sera disponible en librairie et en ebook le 1er février.
Plus d'informations https://bit.ly/etvivalavida
Retrouvez-nous sur et sur les réseaux sociaux : - Instagram : https://www.instagram.com/editionscharleston - Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston - TikTok : https://www.tiktok.com/@editionscharleston - Twitter : https://twitter.com/LillyCharleston - LinkedIn : https://www.linkedin.com/showcase/editions-charleston/
autres livres classés : jeune adulteVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (3083) Voir plus



Quiz Voir plus

Les étoiles de Noss Head (quizz sur le nom des personnages)

Quel est le nom de l'héroïne ?

Sisi
Wick
Hannah
Davis

8 questions
128 lecteurs ont répondu
Thème : Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige de Sophie JomainCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..