AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264060069
Éditeur : 10-18 (19/09/2013)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Après le succès de Mississippi, Hillary Jordan revient avec un roman au suspense haletant, situé dans un futur proche effrayant de réalisme, un pamphlet virulent contre les dérives totalitaristes d'une société américaine puritaine et intolérante.

Une Chrome. Une Rouge. Pour Hannah Payne, la sentence est tombée. Pendant seize ans, la jeune femme devra porter sur sa peau la couleur de son crime, celui d'avoir aimé un homme marié, un pasteur, et d'avoir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  19 avril 2016
Hannah est une Chrome, une rouge pour être plus précise. On lui a inoculé un virus qui colore sa peau afin que tous puissent se rappeler de son crime : maîtresse d'un homme marié, elle a commis l'adultère et a choisi d'avorter du fruit de leur amour.
Enfermée, attaquée, elle n'a plus d'échappatoire : à qui se fier, à qui accorder sa confiance, comment vivre sans avenir... Hannah va se découvrir et renaitre, malgré les dangers er les difficultés.
Hillary Jordan a une écriture agréable et elle réussit à nous porter aux Etats-Unis, dans un pays devenu totalitaire et ultra religieux. Les dérives sont banales et les femmes ne connaissent plus ni le libre arbitre, ni les bonheurs simples du quotidien. Un roman fort et dont les personnages sont attachants, un roman noir mais dont la dernière page se tourne sur l'espoir pour Hannah et ses semblables...
Commenter  J’apprécie          300
LaBiblidOnee
  30 septembre 2014
Clin d'oeil affiché, dès la dédicace préalable, à un grand classique du genre dystopien intitulé « La lettre écarlate » (écrit par Nathaniel HAWTHORNE en 1850), « Ecarlate » raconte l'histoire d'une jeune femme, Hannah, dans une Amérique à peine futuriste et très croyante.
Le prétendu manque de moyens financiers a conduit l'Etat à remplacer l'emprisonnement de certains criminels par l'injection d'un virus qui les colore intégralement ! Selon la gravité des faits qui leur sont reprochés, les hors la loi sont donc remis en liberté surveillée, après avoir été teints en rouge, bleu, vert ou jaune.
Ainsi, chaque faux pas vous stigmatise le temps de votre peine : de quelques mois à de nombreuses années. Contrairement aux prisonniers classiques, vous portez vos péchés sur vous.

Hannah, enceinte d'un pasteur déjà marié, ne peut pas garder le bébé. Pourtant, à cette époque et dans ce pays, l'avortement est un crime… Elle cherche donc à se faire avorter clandestinement, mais est arrêtée puis condamnée. Elle sera alors « chromée » en rouge pendant 16 ans, durée de la peine de prison qu'elle aurait dû purger.
Mais si les chromés sont remis en liberté au lieu d'être emprisonnés, leur vie ne ressemble en rien à celle des autres gens : Repérables de loin, ils ont des puces électroniques permettant à tout le monde de savoir à tout instant où ils se trouvent, ainsi que ce qu'ils ont fait pour devenir chromés. Cela en fait des cibles parfaites pour la ségrégation ou la chasse à l'homme. Et surtout, cela les déshumanise totalement.

Bannie par sa mère, Hannah est hébergée dans un centre d'accueil religieux destiné à remettre les chromés sur le droit chemin. Mais au nom de la religion, les redresseurs de tort torturent psychiquement les chromés et Hannah, rebelle devant cette double peine, s'en fait virer.
Elle devient la cible du « poing », une organisation secrète anti-chromés présentant d'étranges similitudes avec le Ku Klux Klan… N'oublions pas qu'Hannah est équipée d'une puce et est chromée en rouge, passant difficilement inaperçue. Réussira-t-elle à refaire sa vie ?

*****
J'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur simple mais fluide, alerte mais sans fioriture qui correspond parfaitement au récit des aventured de cette femme prise au piège par le système. Les personnages servent tous très bien l'histoire : Hannah notamment évolue tout au long du récit, passant de la croyante effacée à la condamnée rebelle lorsqu'elle se rend compte de la disproportion de la peine qu'elle subit.
Lorsqu'elle s'est fait arrêter, elle estimait mériter sa punition, du fait de sa religion ; elle pensait aussi qu'être chromée était un traitement plus humain que de rester enfermée dans une prison.
Mais après avoir subi les dégâts physiques et psychologiques que cela provoque, elle se rend compte à quel point c'est inhumain et dégradant quel que soit le crime commis, et à quel point la ségrégation détruit les vies des « chromés » et les rend à la merci des gens « libres et normaux », qui peuvent en faire ce qu'ils veulent : les chasser, les violer ; Les tuer.
Au final, que reste-t-il de la justice étatique? La colère lui donnant force et courage, elle rejoindra alors une cause qui lui semble juste pour, à son tour, aider les chromés.

Ce que j'aime dans les dystopies, c'est qu'en exagérant les faiblesses et les noirceurs de nos systèmes étatiques et judiciaires, elles mettent en lumière les dérives à éviter. Ici les nombreux thèmes abordés rappellent que notre société n'est jamais à l'abri de mauvais choix : La question du droit à l'avortement est malheureusement d'actualité, mais d'autres sujets méritent notre attention, comme le poids de la religion dans la société et sa confusion avec les règles de droit, le fanatisme religieux, la stigmatisation rappelant par exemple le port de l'étoile juive (et de la lettre écarlate de la dédicace préalable), etc…
Ce roman prouve une fois de plus que, même dans un système étatique ressemblant au nôtre, rien n'est jamais acquis : Il faut sans cesse être vigilant envers le gouvernement et les lois dangereuses pour les libertés individuelles qu'il pourrait promulguer.

Dans cette optique, vous pouvez lire aussi « 1984 » avec Big Brother, sur la paralysie du peuple par la surveillance, "la servante écarlate" sur la soudaine prise de pouvoir d'une dictature militaire, ou encore « matins bruns » et « Acide sulfurique » sur l'inertie du peuple.
Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          218
Nadael
  11 janvier 2013
L'histoire racontée par Hillary Jordan se déroule dans l'état du Texas. Elle y évoque un futur proche bien sombre idéologiquement (dystopie). Hannah Payne a vingt-six ans. L'insouciance de sa jeunesse et le tourbillon de sa récente passion amoureuse semblent bien loin pourtant. Cloîtrée dans une cellule munie de caméras, elle sait que des gens, nombreux, la regardent de l'autre côté de leur écran de télévision purger sa peine. Ces mêmes personnes qui la répudient l'observent avec minutie...
Hannah est devenue une Rouge. On a inoculé dans son corps un virus teintant sa peau d'une couleur écarlate pour la punir d'un crime effroyable au yeux du gouvernement en place. En effet, la jeune femme a commis un geste impardonnable pour la société puritaine américaine dans laquelle la religion tient une place essentielle. Hannah a tué. Elle a avorté clandestinement.
Son amant, le père de l'enfant qu'elle portait, Aidan Dale, est marié et surtout il est pasteur, une figure vénérée par tous. Afin de ne pas souiller l'existence de ce dernier, elle choisit de ne pas dévoiler son nom. Trois chefs d'accusation condamnent Hannah : adultère, avortement, et refus de donner l'identité du père.
Après avoir passée quelques semaines en cellule, elle sera placée dans un foyer de réinsertion pour femmes – le Centre du Droit Chemin – avec pour objectif de « revenir à Dieu ». Elle s'évadera de cet endroit. Mais affronter la société quand on est devenu une paria, une Rouge, n'est pas chose aisée. En voulant revoir sa soeur, elle tombe sur son beau-frère, membre d'un groupuscule extrêmiste. Traquée, elle s'enfuit et retrouve Kayla qui s'est aussi évadée du foyer.
On va donc suivre les pérégrinations de ces deux jeunes femmes dans une amérique austère. Avec courage et ténacité, elles se battront, aidées par des résistants, pour gagner leur liberté. Fuir pour revivre, ailleurs, autrement.
L'auteure s'est clairement inspirée de la lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne pour écrire ce roman : l'histoire poignante d'Hester Prynne, au XVII ème siècle, condamné à porter sur la poitrine la lettre A d'une couleur écarlate durant sa vie entière pour avoir commis l'adultère avec un ecclesiastique, une fille naîtra de leur union, un livre majeur de la littérature sur l'amour, l'oppression de la société et la révolte d'une femme emprise de liberté.
Alors forcément quand on a lu le chef d'oeuvre d'Hawthorne, le roman d'hillary souffre un peu de la comparaison. Mais, malgré des longueurs dans le récit, j'ai beaucoup aimé le personnage d'Hanna tantôt fragile, en colère, faillible, loyale, amoureuse et insoumise.

Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
frandj
  26 mai 2015
Dans un avenir indéterminé (mais proche), les Etats-Unis sont devenus un pays puritain, réactionnaire, toujours plus répressif. La nation, dans son ensemble, approuve l'ordre moral qui a été imposé par de nouvelles lois. Les délinquants et les déviants sont impitoyablement punis, puis mis au ban de la société, pourchassés par des milices d'extrême-droite. Les condamnés sont punis par l'injection d'un virus spécial qui teinte leur peau d'une couleur très vive (rouge, bleue, jaune…) pendant leur peine: on les appelle les "Chromes".
Dans le roman, nous suivons les sombres aventures d'Hannah, condamnée à la couleur rouge écarlate pour 16 années: elle avorté d'un enfant conçu avec un pasteur célèbre, Aidan Dale, dont elle est amoureuse et qu'elle n'a pas voulu dénoncer. A sa sortie de prison, elle se retrouve dans une épouvantable maison de redressement où l'on pratique le "lavage de cerveau". Elle ne supporte pas longtemps cette ambiance délétère: elle préfère partir et affronter tous les dangers qui guettent les "Chromes". Elle est accompagnée de Kayla, qui est devenue son amie. Il y aura de nombreux rebondissements, notamment une agression contre elles, par les nervis du "Poing du Christ". Les deux femmes s'en tirent grâce à l'intervention d'une organisation clandestine qui défend principalement le droit à l'avortement. Les membres de cette société secrète proposent à Hannah de l'exfiltrer vers le Canada, ce pays ayant une politique beaucoup plus libérale que les USA. L'héroïne parviendra-t-elle à bon port, avec Kayla ? Vous le saurez en lisant ce roman jusqu'au bout.
Il y a quelque chose de très remarquable dans ce roman: son point de départ est presque le même que celui de "La lettre écarlate", écrit par Nathaniel Hawthorne au sujet de la Nouvelle-Angleterre au XVIIème siècle. Hillary Jordan donne ici une allure "moderne" à cette ambiance toxique, qui étouffe les individus échappant à la norme morale; les moyens de punition sont beaucoup plus sophistiqués. Mais l'oppression des individus déviants est exactement du même type.
L'avenir envisagé dans ce roman est-il plausible ? Je n'en suis pas sûr, même si on observe aux USA une montée en puissance des "born again" et des fondamentalistes. Mais le questionnement du livre concerne aussi tous les totalitarismes religieux, par exemple (en ce moment) l'action des islamistes de Daesh. Je signale que, en fait, l'auteure n'est pas du tout anticléricale. En particulier, elle ne stigmatise pas le pasteur Dale. La romance passionnée des deux amants joue un rôle important dans tout le roman; je trouve même que c'est un peu trop "mélo". Hillary Jordan ne condamne pas les prédicateurs, ni l'Eglise; elle dénonce seulement les dérives des fanatiques religieux.
J'ai une autre remarque: pourquoi l'action de la société secrète concerne-t-elle seulement le droit à l'avortement et le droit des femmes ? Si importantes que soient ces questions, je trouve que cette restriction est un peu réductrice. Il me semble que l'opposition au gouvernement d'ordre moral devrait être beaucoup plus globale...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ssstella
  04 décembre 2013
Un sujet pas inintéressant, mais je n'ai pas été réellement séduite.
Une ambiance trop "américaine"... des extrémistes qui traduisent les desseins d'un dieu toujours plus puritain ; le racisme... contre les chromés en rouge, jaune ou bleu... ça change du noir ! ; la vision d'un futur fait surtout de peurs et de violences. Enfin, presque tous les plus vilains défauts des Etats-Unis.
Tout ceci n'est pas réellement analysé, ni dénoncé, c'est dommage. Mais il reste une histoire sympa qui pourrait être le sujet d'un film, et même d'un blockbuster si on y ajoute cascades et explosions au bon moment.
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ssstellassstella   26 novembre 2013
- Non, je ne suis pas croyante. Enfin, pas comme on nous l'enseignait à l'église en tout cas. J'imagine que s'il y a un Dieu, Elle est franchement écœurée de voir ce qui se passe ici-bas."
Ça, c'est blasphème, se dit Hannah dans un premier mouvement d'indignation. Mais elle se questionna aussitôt sur la virulence de sa réaction. Si elle avait perdu la foi, pourquoi réagissait-elle ainsi ? Par pur réflexe, elle s'en rendit compte. Elle n'avait pas plus de contrôle la-dessus qu'elle n'en avait sur ses glandes salivaires quand elle était devant un pain sorti du four. Était-ce donc ce à quoi se résumaient toutes ses croyances religieuses, à un ensemble de préceptes qui, à force de lui avoir été inculqués, se confondaient avec des automatismes, des réactions instinctives même ? Au mot Dieu, tu penseras Il. Face à la misère de l'humanité, tu blâmeras Eve. Tu obéiras à tes parents, tu seras gentille, tu voteras pour le parti de la Trinité, tu serreras bien les jambes pour t'asseoir sur une chaise. Tu ne poseras pas de questions, tu feras ce qu'on t'ordonne, un point c'est tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cursivecursive   16 décembre 2012
Lorsqu'elle se réveilla, elle était rouge. Ce n'était ni la honte ni un coup de soleil, c'était le rouge franc et parlant d'un panneau de stop.
C'est ses mains qu'elle vit en premier. Elle les leva et les examina en plissant les yeux. Dans l'ombre de ses cils et à la lumière blanche et crue du plafond, elles lui apparurent noires durant quelques secondes. Puis elle accommoda et l'illusion se dissipa. Elle les étudia de dos, de face. Vues par en dessous, elles lui semblèrent avoir à peu près autant de points communs avec elle que des étoiles de mer. Ce n'était pas une surprise - des Rouges, elle en avait déjà vu plusieurs fois, bien sûr, dans la rue et sur les vids -, pourtant, elle n'avait pas imaginé devoir affronter pareille métamorphose dans sa chair. Depuis vingt-six ans qu'elle était en vie, ses mains avaient été d'un rose aux nuances de miel qui virait au brun doré pendant l'été. Aujourd'hui, elles avaient la couleur du sang frais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
NadaelNadael   11 janvier 2013
Hannah devait faire son rappel à la fin du mois de janvier. Il fallait s'en occuper tous les quatre mois et le moindre retard avait des conséquences gravissimes. Si elle n'avait pas sa piqûre à la date requise, la demi-vie biologique du virus commencerait à se dégrader, le chromatisme s'estomperait et sa couleur de peau reviendrait peu à peu à la normale. Mais ce jour-là, elle serait malheureusement bien trop fragmentée pour s'en réjouir.
La fragmentation était pour le gouvernement le moyen de s'assurer que les Chromes restent des Chromes (…). Au début, ça se manifestait par de vagues murmures, confus et sporadiques, qui s'amplifiaient à mesure que le cerveau se détériorait et finissaient par provoquer de véritables hallucinations auditives. La personne affectée avait alors la conviction que l'univers et tous ses habitants lui voulaient du mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NadaelNadael   11 janvier 2013
Instinctivement, elle essaya d'abord de se rendre invisible, puis, mue par une soudaine révolte, elle planta son regard dans celui de ses voisins, ces gens qu'elle écoeurait tant (…). Elle se demanda combien d'entre eux étaient des menteurs et dans quelle mesure leur probité apparente ne masquait pas des crimes aussi graves que les siens. 
Commenter  J’apprécie          160
pclh14pclh14   21 août 2014
et si les tea-parties gouvernaient les Etats-Unis, peut-être la situation de l'héroïne ne serait-elle plus invraisemblable... Hannah avorte pour protéger son amant, pasteur célèbre, chef de son église et récemment promu au gouvernement ; elle est condamnée à être rouge : beaucoup de suspense, jusqu'à la dernière page et une assez bonne description de l'évolution du personnage principal dans ses rapports à elle-même, aux autres et à sa foi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Hillary Jordan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hillary Jordan
Bande annonce du film MUDBOUND (2017), adaptation du roman d'Hillary Jordan, paru en français sous le titre Mississippi.
autres livres classés : puritanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Hillary Jordan (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..