AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070369164
370 pages
Éditeur : Gallimard (18/02/1977)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 588 notes)
Résumé :
Boston, 1642. Hester, dont le mari est porté disparu, est mise au pilori car elle a commis l'adultère. Condamnée par la colonie puritaine à porter sur la poitrine un A écarlate jusqu'à la fin de ses jours, elle part vivre à la périphérie de la ville, seule avec sa fille, car elle a refusé de livrer le nom de son amant ...
Considéré comme le premier grand roman du continent américain, cet ouvrage connut à sa publication, en 1850, un immense succès, mais par sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (104) Voir plus Ajouter une critique
joedi
  20 juillet 2017
Boston, an de grâce 1642, la société puritaine est rassemblée sur la place pour assister à la sortie d'Hester Prynne qui désormais portera l'infâme signe de l'adultère. Hester sort de la prison, son bébé Pearl âgée de trois mois dans les bras, la lettre écarlate sur son sein, elle monte sur la plate-forme du pilori où elle devra rester trois heures à la vue de tous. La lettre écarlate, le A de adultère, elle l'a brodé artistement de fioritures fantastiques en fil d'or et, c'est la tête haute qu'elle regarde la population présente. Elle reste muette à l'injonction de dénoncer son amant. Parmi la foule elle aperçoit son mari qui, d'un signe, l'enjoint à se taire. Hester le croyait mort ; depuis plusieurs années il n'avait donné aucun signe de vie alors qu'il devait la rejoindre. Au vu des circonstances, son mari, un savant du nom de Prynne, prend une nouvelle identité, celle de Roger Chillingworth, docteur.
Ce roman de Nathaniel Hawthorne connut un immense succès dès sa parution en 1850 et fut considéré comme le premier grand roman du continent américain. Nathaniel Hawthorne dépeint à merveille la société intégriste de l'époque, il dresse, de façon magistrale, les portraits d'une femme éprise de liberté, d'un mari trompé qui ne vit plus que pour la vengeance et de l'amant rongé par le remord, torturé par son secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7710
Cannetille
  21 février 2020
Nous sommes en 1642. Alors que son mari est porté disparu, Hesther est mise au pilori pour adultère et condamnée par la communauté puritaine de Boston, outre à la prison et à l'exil aux marges de la ville, à porter en permanence la marque infamante de sa faute, une grande lettre A rouge. de son crime naîtra une petite fille, Pearl, dont Hesther refusera obstinément de dénoncer le père. Secrètement rongé par la lâcheté et la culpabilité, celui-ci n'en continuera pas moins une existence de notable respecté, pourtant soumise à son insu à la vindicte soupçonneuse et vengeresse du mari d'Hesther, discrètement réapparu sous une nouvelle identité.

Un des premiers romans de la littérature américaine, ce virulent pamphlet contre l'hypocrisie du puritanisme fit grand bruit à sa parution en 1850. L'auteur y règle en quelque sorte un compte avec sa propre famille, ses ancêtres eux-mêmes puritains ayant pris part à la chasse aux sorcières de Salem en 1692. le roman commence d'ailleurs par un prologue en partie auto-biographique, qui a pour effet de donner un vernis d'authenticité à l'histoire inventée qui va suivre.

L'intrigue s'avère assez transparente, l'amant étant très vite identifiable par le lecteur. Toute la finalité du récit réside dans la symbolique des personnages : Pearl, farfadet moqueur, insaisissable et maléfique, est l'image-même de la faute si réprouvée par la loi puritaine. Face à elle, Hesther, couverte d'opprobre, s'avère la plus chrétienne dans ses comportements et se rachète par sa charité envers les plus faibles, tandis que les membres de la communauté jugés les plus moralement dignes cachent des travers que personne ne sait voir.

Le style, souvent ampoulé, alourdi des commentaires de l'auteur sur les personnages et l'intrigue comme s'il craignait de ne pas être suffisamment compris, encombré de répétitions et de longueurs, est quand à lui extrêmement daté. L'insistance à illustrer toujours les mêmes traits des protagonistes finit d'ailleurs par en rendre certains parfaitement horripilants, tel le pasteur Arthur Dimmesdale dans son auto-flagellation lâche et complaisante.

La lecture reste néanmoins facile et agréable, et revêt une dimension historique et sociale qui n'a pas érigé pour rien cette oeuvre au rang des classiques de la littérature. Si elle peut paraître surannée sur la forme, son fond est hélas toujours d'actualité, dans certains lieux et milieux où le dogme religieux sert toujours à couvrir de bien grandes hypocrisies morales.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          759
si-bemol
  03 mai 2019
A comme “Adultère”. Lettre majuscule, infamante, écarlate - comme la honte et l'impudeur - , lettre de feu qu'elle devra désormais porter cousue sur sa poitrine, elle la femme déchue, marquée aux yeux de tous et pour toujours du sceau du déshonneur, elle : Hester Prynne. Tel en ont décidé, en l'an de grâce 1642, le tribunal de Boston, Massachusetts, et son prévôt, incarnation de “l'affreuse sévérité de la loi puritaine dans sa totalité qu'il lui appartenait de faire respecter à la lettre et sans recours”, qui la condamnent en outre au pilori - exhibition honteuse de son indignité offerte au mépris de toute la communauté.
En Nouvelle Angleterre, dans cette société puritaine de la première moitié du XVIIe siècle, elle a en effet commis l'irréparable : prendre un amant et, circonstance aggravante, concevoir avec lui un enfant du péché. Seul le fait que son mari soit considéré par tous comme officiellement disparu, qu'elle se soit donc estimée veuve et autorisée à aimer à nouveau lui a permis d'échapper à la peine de mort - sentence prévue par la loi pour la faute d'adultère.
Mais voilà qu'exposée au regard de tous sur le pilori de l'infamie elle reconnaît dans la foule qui la contemple avec mépris le mari qu'elle croyait mort, qui réapparaît soudain sous une nouvelle identité et lui enjoint, d'un geste discret, de se taire. Et tandis qu'elle refuse par ailleurs obstinément de révéler le nom de son amant, ce mari qui, la retrouvant enfin la découvre adultère, cet homme dangereux, trouble et profondément malveillant ne vivra plus que pour sa vengeance…
"La lettre écarlate" raconte, selon les mots de son auteur, “une histoire qui est celle de la faiblesse et de la misère humaine” et fait le portrait d'une société à laquelle le corset du puritanisme sert de masque à l'hypocrisie, la médisance, la jalousie et l'absence d'empathie et de coeur. Une société où les femmes “bien pensantes”, raidies dans leur apparente vertu, sont des parangons de malveillance, où l'homme tout puissant dicte à tous - et particulièrement aux femmes - ses lois iniques qu'il prétend être d'essence divine.
Premier grand roman de la toute jeune Amérique, publié en 1850 et tout imprégné des influences du romantisme européen, "La lettre écarlate" est également le roman de l'amour interdit, du secret, des passions dévorantes et des sentiments inavouables - remords, désir de vengeance, haine, lâcheté et désespoir. A partir de ce schéma classique du trio amoureux - la femme, le mari, l'amant - dont deux des protagonistes, ici, portent des masques, Nathaniel Hawthorne tisse une intrigue puissante et noire, admirablement écrite, où sont analysés avec finesse les débordements de la passion et la houle, irrationnelle et désordonnée, qui s'agite dans le secret des coeurs.
Il en émerge, superbe et lumineux, le portrait d'une femme admirable et libre dont la médiocrité de son entourage et de son époque ne sauront abattre ni la noblesse, ni le courage.
Un grand roman, indémodable, et une très belle lecture.
[Challenge MULTI-DÉFIS 2019]
[Challenge HOMMAGE à NOTRE-DAME de PARIS]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          586
Eve-Yeshe
  19 septembre 2017
Ce roman nous décrit très bien la société puritaine, pour ne pas dire intégriste, de l'époque, où les droits des femmes étaient précaires, l'adultère sévèrement condamné au pilori avec obligation de porter la lettre écarlate A sur ses vêtements, dans un contexte d'hypocrisie notoire.
Hester aurait pu choisir l'exil, néanmoins elle choisit de continuer à vivre dans cette communauté qui les méprise, elle et sa fille Pearl, vivant de ses travaux de couture, et adoptant une conduite irréprochable.
Elle refuse de dénoncer son amant et force l'admiration. On note au passage que ce sont les femmes, vraies grenouilles de bénitier, qui sont les plus dures avec elle. Quant aux représentants de la loi, qu'ils soient juge, homme d'Église ou autres, ils brillent par leur mépris des femmes, et leur désir de les dominer.
Même si je préfère le personnage d'Hester, j'ai apprécié les deux personnages masculins principaux: le Pasteur Dimmesdale, cet homme d'église que beaucoup prennent pour un saint avec ses sermons qui enflamment ses ouailles mais qui s'étiole, rongé par un mal intérieur qui le brûle autant que la lettre écarlate portée par Hester.
D'autre part, le mari d'Hester, haut en couleurs, qui réapparaît le jour de sa condamnation, exigeant d'elle le silence, changeant de nom, autoproclamé médecin qui va utiliser les vertus des plantes apprises au contact des Indiens à des fins bien funestes:
« En un mot, le vieux Roger Chillingworth était une preuve évidente de la faculté qu'a l'homme, de se transformer en diable si pendant assez longtemps il joue un rôle de diable. Ce malheureux personnage avait subi pareille transformation en se consacrant pendant sept ans à l'analyse d'un coeur torturé, en tirant de cet office tout son bonheur, en attisant cette douleur dévorante dont il se repaissait passionnément. »
Nathaniel Hawthorne raconte donc les ravages de l'amour mais aussi ceux de la haine, les deux pouvant conduire à la destruction, mais aussi comment prendre son destin en mains et ne pas devenir une victime dans cette société puritaine et fermée sur elle-même.
J'ai beaucoup aimé ce roman, symbole du Romantisme américain, tant par l'histoire qu'il raconte que par le style de l'auteur. Je n'ai pas vu le film mais pourquoi pas?
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
Myriam3
  21 avril 2016
Publié en 1850, La Lettre Ecarlate est considéré comme le premier roman américain. Teinté de morale et d'un romantisme noir, inspiré des Romantiques européens, ce livre est ancré dans L Histoire américaine, le puritanisme des premières années coloniales dans lequel prend place le procès des sorcières de Salem.
Ce qui est intéressant, c'est que Hawthorne a ajouté un "w" à son nom pour se démarquer de deux de ses ancêtres, le premier qui a émigré d'Angleterre parmi d'autres puritains, célèbre pour sa sévérité au sein de la magistrature, et le fils de celui-ci, qui a fait partie des juges de ce fameux procès de Salem.
La Lettre écarlate prend place dans ce milieu puritain du 17ème siècle où religion et loi ne faisaient qu'une. Hester, précédant son mari dans son voyage de l'Angleterre pour Boston, ne le voyant pas la rejoindre et le croyant mort, entame peu de temps après une relation avec le ministre de la paroisse. La naissance de leur fille révèle l'adultère, et elle est condamnée à porter le A de l'adultère sur sa poitrine jusqu'à sa mort. Elle refuse d'avouer le nom du père, condamnant celui-ci à une culpabilité secrète qui le dévore.
Contrairement au film, qui est une adaptation très libre, le récit commence au moment où Hester monte sur l'échafaud, son bébé dans les bras, pour afficher aux yeux de tous son crime.
C'est au cours de cet événement que son mari réapparaît et découvre l'adultère. Il demande aussitôt à Hester à ce que son identité ne soit pas révélée, pour des raisons encore obscures.
Tout le roman tourne autour de la culpabilité psychologique des deux anciens amants au nom de la loi malgré la conscience de la pureté de leurs sentiments.
Hester vivra seule quelques années auprès de sa fille Perle dans laquelle elle détecte des traits qui lui semblent maléfiques malgré sa beauté et sa jeunesse.
Le roman est empreint d'un symbolisme noir proche des croyances des Puritains à cette époque, un symbolisme un peu trop fort parfois qui m'a dérangé, mais sinon j'ai été surprise par la facilité avec laquelle se lit ce roman et la profondeur qui s'en dégage.
La postface de D.H Lawrence, critique envers la société américaine, partagée entre l'affichage d'une bonté et une paix de façade et un désir de destruction, de scandale intérieur, est très provocatrice et controversée quand il s'agit des femmes, forcément coupables... Je l'ai lu comme un déchaînement envers le sexe dit faible plutôt gratuit, mais sans doute s'agit-il plutôt du sentiment d'une certaine époque...
Quoi qu'il en soit, c'est le genre de roman court et puissant qui reste longtemps dans les esprits, pour à la fois son romantisme noir et la cruauté de ce pan d'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          531

Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   20 mai 2014
Question de savoir si la haine et l'amour ne seraient pas une seule et même chose au fond. Chacun des deux sentiments parvenu à son point extrême suppose un degré très élevé d'intimité entre deux êtres, la connaissance approfondie d'un autre cœur.
Chacun fait dépendre d'une autre personne la nourriture affective et spirituelle d'un individu. Chacun laisse le sujet qui l'éprouve - celui qui aime passionnément ou celui qui déteste non moins passionnément - solitaire et désolé par la disparition de son objet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
PiertyMPiertyM   01 mars 2017
Pauvre misérable ! De quel droit un faible comme lui était-il allé se charger d’un crime ? Le crime est l’apanage des forts, des gens aux nerfs d’acier, qui ont le choix, qui peuvent ou en supporter le fardeau ou faire appel à leur énergie sauvage pour prendre le bon parti de le rejeter tout de suite. Cet esprit faible et entre tous sensible ne pouvait faire ni l’une ni l’autre chose et, pourtant, faisait sans cesse l’une ou l’autre ce qui embrouillait en un même inextricable nœud l’angoisse d’une culpabilité défiant Dieu et d’un vain repentir..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
stcyr04stcyr04   03 avril 2012
Au centre, un ruisseau courait, nimbé d’une vapeur légère. Les arbres qui se penchaient audessus avaient laissé tomber dans ses eaux de grosses branche; Elles engorgeaient le courant, produisant, çà et là, des tourbillons et des profondeurs noires tandis que sous le passage libre du flot on voyait briller comme un chemin de cailloux et de sable brun. Si l’on suivait le ruisseau des yeux, on pouvait apercevoir ses eaux miroiter à quelque distance, mais on en perdait bien vite toute trace dans l’enchevêtrement des troncs d’arbres, des buissons, des rocs couverts de lichens. Tous ces arbres géants et ces blocs de granit semblaient s’appliquer à rendre mystérieux le cours de ce petit ruisseau. Peut-être craignaientils que, de sa voix infatigable, il allât murmurer sur son passage les secrets du cœur de la vieille forêt ? ou refléter des révélations
sur le miroir lisse d’une de ses anses ? Sans cesse, en tout cas, le
petit ruisseau poursuivait son murmure gentil, tranquille, apaisant mais mélancolique comme la voix d’un enfant qui passerait son enfance sans amusement et ne saurait comment être gai au milieu d’un entourage morne et d’événements sombres.
– Ô ruisseau ! Sot et fatigant petit ruisseau ! s’écria Pearl
après l’avoir écouté un instant. Pourquoi es-tu si triste ? Prends
un peu courage et ne sois pas tout le temps à soupirer !
Mais, au cours de sa petite vie parmi les arbres de la forêt,
le ruisseau avait traversé tant de graves aventures qu’il ne pouvait s’empêcher d’en parler et paraissait n’avoir rien d’autre à dire. Pearl lui ressemblait en ceci que sa vie à elle provenait aussi d’une source mystérieuse et se déroulait dans un décor aussi mélancoliquement assombri. Mais à l’inverse du petit ruisseau, elle bondissait, étincelait et babillait légèrement dans sa course.
– Que dit ce petit ruisseau triste, Mère ? demanda-t-elle.
– Si tu avais un chagrin à toi, le ruisseau t’en parlerait
comme il me parle du mien, lui répondit sa mère
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Gwen21Gwen21   04 décembre 2018
C’est un curieux sujet d’observations et d’études que la question de savoir si la haine et l’amour ne seraient pas une seule et même chose au fond. Chacun des deux sentiments parvenu à son point extrême suppose un degré très élevé d’intimité entre deux êtres, la connaissance approfondie d’un autre cœur. Chacun fait dépendre d’une autre personne la nourriture affective et spirituelle d’un individu. Chacun laisse le sujet qui l’éprouve – celui qui aime passionnément ou celui qui déteste non moins passionnément – solitaire et désolé par la disparition de son objet. C’est ainsi que, d’un point de vue philosophique, les deux passions semblent essentiellement identiques à ceci près que l’une se montre sous un jour céleste et l’autre sous un jour ténébreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Gwen21Gwen21   22 novembre 2018
Disons aussi une vérité dure et triste : la brèche que le mal a creusée dans une âme humaine ne peut jamais, en notre état mortel, être réparée. On peut faire bonne garde afin que l’ennemi ne se fraye pas derechef un chemin vers la citadelle ou n’aille pas, même, tenter de choisir, pour théâtre d’assauts futurs, d’autres voies que celle qui lui avait été une fois favorable. Un mur en ruine n’en subsiste pas moins et, toute proche, la ronde sournoise d’un ennemi entendant bien renouveler un triomphe qu’il n’oublie pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Nathaniel Hawthorne (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathaniel Hawthorne
Nathaniel Hawthorne : La lettre écarlate (France Culture / Samedi noir). Photographie : Nathaniel Hawthorne (1804-1864) - Crédits - Ann Ronan Picture Library - AFP. Diffusion sur France Culture le 3 février 2018. Boston, au temps des premiers colons puritains. Pour avoir mis au monde un enfant illégitime, une jeune femme est condamnée à porter sur son corsage une lettre écarlate la désignant comme femme adultère. Réalisation par Michel Sidoroff. Texte adapté de l’américain par Andréa Finck. Conseillère littéraire : Caroline Ouazana. « “La lettre écarlate” est publiée en 1850 mais l’histoire qu’elle raconte se déroule deux cents ans plus tôt, dans le Boston des premiers colons puritains. Si la vie de Hawthorne ne ressemble plus à celle de ses ancêtres, celle des femmes a changé également. Elles ne se contentent plus d’être des épouses, elles travaillent désormais et, si elles ont la chance d’être nées dans des familles éclairées, elles étudient, débattent et manifestent leurs opinions concernant les droits des femmes et l’esclavage. En 1845, Margaret Fuller avait publié “Les femmes du dix-neuvième siècle” considéré comme le premier ouvrage féministe. Hawthorne, lui, peine à faire éditer ses nouvelles, ce qui l’oblige à accepter un poste dans l’administration afin de subvenir aux besoins de sa famille. Le succès arrivera enfin à quarante-six ans grâce à “La lettre écarlate”, un roman à charge contre les puritains et leur intransigeance. Son héroïne, Hester Prynne, est une jeune femme condamnée pour avoir mis au monde un enfant illégitime. Sa condamnation à porter sur son corsage une lettre écarlate la désignant comme femme adultère fait certes d’elle une victime des lois de son époque, mais Hester Prynne n’a pas le comportement d’une victime. Alors que sa faute pourrait lui valoir une condamnation à mort, elle tient tête à ses juges en refusant de dénoncer le père de son enfant tout comme elle tiendra tête aux dignitaires de la ville en d’autres circonstances. En cela, elle n’est pas une femme représentative de l’époque du puritanisme. Sa force de caractère et son indépendance acquise par son travail font davantage penser aux femmes du dix-neuvième siècle. Certaines études évoquent d’ailleurs la possibilité que la personnalité de Margaret Fuller, qui avait eu un enfant hors mariage en Italie où elle avait été envoyée en 1846 en tant que correspondante étrangère par le New York Tribune, ait inspiré Hawthorne. Et selon lui, ce seraient des documents découverts dans les archives des douanes qui lui auraient donné l’idée de ce roman. Les deux ne sont pas incompatibles. Nathaniel Hawthorne nous offre, avec “La lettre écarlate”, une magnifique héroïne qui, entre un mari dévoré par le désir de vengeance et un amant trop lâche pour accepter les conséquences de ses actes, est le seul personnage à s’en sortir la tête haute. » Andréa Finck
Avec : Philippe Weissert (Révérend Arthur Dimmesdale) Aurore Paris (Hester Prynne) Sandrine Le Berre (Pearl) Marc-Henri Boisse (Roger Chillingworth) Alain Rimoux (Gouverneur Bellingham) Alain Macé (Révérend John Wilson)
Les commères : Pascale Caemerbeke, Cécile Arnaud, Stéphanie Lebbé, Nathalie Kanoui, Macha Kouznetsova
Pascal Bekkar (Brackett, le directeur de la prison) Laurent Lederer (Le badaud) Bastien Bouillon (Le bedeau) Stéphane Szestak (Le gardien de prison) Johann Proust (Le capitaine) Didier Merigou (Le serviteur du gouverneur Bellingham)
Et les voix de :
Marianna Granci, Laurine Bauby, Emilie Pierson, Pauline Caupenne, Elodie Vincent, Olivia Forest, Marison Adrianasolo, Myrèn Astrée
Bruitage : Bertrand Amiel. Prise de son, montage, mixage : Olivier Dupré et Pierre Henry. Assistante à la réalisation : Manon Dubus
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : puritanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Le Minotaure (de Nathaniel Hawthorne)

Dans quelle cité vivaient Thésée et sa mère ?

Athènes
Trézène
Trézènes
Trésène

10 questions
40 lecteurs ont répondu
Thème : Le Minotaure de Nathaniel HawthorneCréer un quiz sur ce livre

.. ..