AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Martin (Illustrateur)Jacques Martin (Illustrateur)
EAN : 9782723404167
48 pages
Glénat (15/11/1984)
4.14/5   14 notes
Résumé :

Jacques Martin, créateur d'Alix, Lefranc et autre Orion, et André Juillard, lui-même dessinateur entre autres des Sept Vies de l'Epervier et du dernier Blake et Mortimer, racontent les aventures d'un jeune musicien italien devenu un lord anglais très actif dans les milieux politiques de la jeune République française. De Venise au Caire, puis jusqu'en Louisiane, Arno va vivre dans l'ombre de Bonaparte les rencontres secrè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Davalian
  20 décembre 2014
Le jeune général Napoléon Bonaparte est au coeur de ce premier album de la série Arno. le voilà présenté sous un jour bien sympathique, souriant, humain, paternel, charismatique bref... un héros de l'Histoire charmant et souriant. Bien que ces apparitions sont d'abord espacées, elles s'intensifient sur la fin ne laissant guère de place aux autres personnages.
Le protagoniste est un jeune musicien d'origine vénitienne, fort probablement, qui semble (très) rapidement séduit par le général. Il devient (trop) rapidement une sorte d'espion informel. Une amitié particulière voit le jour. Il y a là quelque chose de la série Alix. L'un se voit confronté avec de mystérieux conjurés bien décidés à occire l'autre, les choses dérapent lorsqu'ils s'en prennent aux proches du musicien qui développe des compétences inattendues au service d'une vengeance.
De nombreux reproches peuvent être formulés d'un point du vue scénaristique (la torture, la proximité avec Bonaparte, les pistes trop faciles...), pourtant elles ne dérangent pas vraiment. La présence de Napoléon fait beaucoup. Les scènes d'action sont également réussies et bien placées (la poursuite en gondole et la scène du château sont les moments les plus emblématiques de ce point de vue).
Le score de quatre étoiles tient également à l'ambiance de cet album. Lorsqu'on le lit, on se trouve transposé dans une Venise occupée par les troupes françaises. Et pourtant malgré le pillage des oeuvres d'art, les exactions tout juste évoquées, il y a les gondoles, la musique les palais... Les dessins de Juillard sont pour beaucoup dans la qualité de ce premier tome... bien difficile à déniches en bouquinerie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
Domichel
  24 janvier 2014
Arno : une série de six albums, interrompue depuis 1997 et sans doute ne reprendra-t-elle pas puisque le scénariste du début est mort aujourd'hui…
Mais quel scénariste ! Jacques Martin lui-même, celui qui a fait naître Alix, Lefranc, Jhen devenu Xan, et autres Orion & Kéos… le Maître pour moi de la BD historique, dont ont eu le bon goût de s'inspirer nombre d'auteurs prolifiques d'aujourd'hui ! Au dessin de ce premier album un certain André Juillard, oui, celui des 7 vies de l'Épervier, jusqu'à aujourd'hui la reprise de Blake et Mortimer (d'un autre maître, Edgar-Pierre Jacobs ; avec d'ailleurs plus ou moins de bonheur quant aux scénarii, mais c'est là une autre histoire).
Ces deux grands de la BD historique, unis pour lancer en 1985 le magazine VÉCU. En effet le n° 1 titrait «Pour les amateurs d'Histoire et de BD» avec une couverture signée Juillard montrant Arno de dos face au sphinx de Guizeh. Ce personnage, musicien de son état, commence sa carrière de ”papier” à Venise et plus tard accompagnera Bonaparte lors de sa campagne d'Égypte. Il sera son oeil caché et l'aidera à déjouer des complots visant le jeune général. Plus tard devenu Premier Consul, Bonaparte enverra Arno en mission aux Amériques où en Louisiane il vivra de nouvelles aventures, à ce jour sans suite.
C'est dommage, car outre une documentation sans faille - on connaît les deux auteurs - tant du point de vie historique que des décors et des costumes, on avait la trame d'une véritable saga qui faisait le bonheur des lecteurs ; trop peu nombreux sans doute, mais très fidèles. le personnage d'Arno était attachant et sa connivence avec Bonaparte n'est pas sans nous rappeler une série d'aujourd'hui, Double Masque, avec La Torpille et le même Bonaparte. le dessinateur avait changé au bout de trois épisodes, laissant la place à Jacques Denoël qui faisait là ses débuts (réussis) en album…
Faut-il qu'il y ait toujours des repreneurs d'histoires quand l'auteur disparaît ? C'est là une question souvent posée, sans réponse définitive, à chaque occasion les pour et les contre s'opposent, mais on avait un sujet qui pouvait continuer encore quelques aventures, cependant le public trop discret aura sans doute scellé le sort d'un personnage de papier à la nature éphémère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fantine
  05 août 2011

C'est avec plaisir que je retrouve Jacques Martin, en tant que scénariste, dans cette série que j'aurais dû lire depuis longtemps.
En compagnie d'Arno, jeune musicien vénitien devenu, à son corps défendant, un intime du Général Bonaparte, le lecteur va vivre, en sa compagnie, une série d'aventures.
Les illustrations d'André Juillard sont précises, nettes, aux détails près tandis que le scénario de Jacques Martin, sous fond de vérité historique exacte, est dense, foisonnante, etc.
Enfin bref, le présent tome (comme les autres titres de la série*) se laisse lire avec plaisir. J'avoue avoir passé un agréable moment en compagnie des divers protagonistes évoluant au fil des pages …
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LigneClaire   03 mai 2021
Le Pique Rouge, L’Œil de Kéops et Le Puits Nubien s’offrent une nouvelle jeunesse dans un beau format.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Bedeo   03 mai 2021
Réédition des trois albums d’André Juillard autour d’une aventure au temps de Bonaparte.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
DavalianDavalian   20 décembre 2014
- Quel faste ! Mais quels sont ces chars ? (Joséphine)
- Des œuvres d'art que les peuples d'Italie offrent au Directoire. (Napoléon)
- Général, ne dit-on pas que ces trésors sont parfois enlevés avec rudesse ?
- Certes, l'enthousiasme est souvent brutal !... Et puis, que voulez-vous, il faut tellement pour secourir la détresse du Gouvernement de la France !... a vous revoir, citoyen gouverneur. (Napoléon)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
raph731raph731   24 mai 2014
- Toutefois en raison du nombre croissant de complots dirigés contre la personne du général Bonaparte, il est nécessaire qu'au préalable chaque plénipotentiaire dépose ses armes, ici, dans la tente anti-chambre... elles vous seront rendues après.
- Je me dois de protester vivement contre cette mesure arbitraire tout à fait contraire aux coutumes...
- L'armée du Directoire ne subit point les usages, elle les crée... déposer tout cela sur cette table (p. 33)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de André Juillard (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Juillard
Vidéo de André Juillard
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4217 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre