AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882504497
Éditeur : Noir sur blanc (09/02/2017)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 9 notes)
Résumé :
D’abord, deux personnages : Sonia, une petite vieille dont l’unique fortune est une vache, et Igor, jeune et beau propriétaire d’une Mercedes grand luxe – laquelle est tombée en panne à la frontière polono-biélorusse. La petite vieille invite l’étranger dans sa misérable cabane, lui verse du lait et se met à lui raconter sa vie. Metteur en scène en vogue à Varsovie, Igor saisit en un éclair que le destin de Sonia offre la matière d’une pièce sur le grand, l’impossib... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Zakuro
  16 février 2017
C'était il y a longtemps, bien longtemps et ce temps là, la vieille Sonka ne parvient plus à en parler, les mots se brisent sur ses lèvres puis reconstruisent inlassablement le puzzle de ses rêves.
Pourtant, c'est bien en ce jour d'août, sur une route perdue de la campagne polonaise, que sa vie va se rejouer. Sonka dès qu'elle voit Igor sortir de sa voiture en panne sait que c'est lui, l'ange de la mort : le dépositaire de ses souvenirs qui va la délivrer d'un poids de malheur faisant d'elle un fantôme du passé.
Igor, le confident et metteur en scène polonais profite du récit de Sonka pour construire et fabriquer l'héroïne de sa nouvelle pièce de théâtre, "l'histoire de Sonia".
Mais la vraie Sonka le touche profondément, lui qui est aussi un homme blessé par l'histoire de son pays. Il endosse au contact de Sonka, sa véritable identité, Ignacy.
Tous les deux s'entendent également par la parole à travers un dilalecte de mots et d'expressions parlé et compris par les polonais, les biélorusses et les russes, que l'on appelle le "paprostu", un héritage qu'ils ont en commun mais qui tend à disparaître.
Au fil du récit, Igor/Ignacy devine derrière le visage ridé de Sonka, la jeune femme qu'elle était, humiliée et brutalisée par son père dont le plus grand bonheur qui est devenu son plus grand malheur est d'avoir vécue brièvement mais intensément un amour interdit.
C'est ainsi que j'ai remonté le temps jusqu'à cet été 1941, quand l'offensive des combats entre l'armée allemande et les défenseurs atteint les terres les plus reculées du nord-est de la Pologne, la Podlachie.
J'ai beaucoupt aimé "Sonia" pour les apports historiques, et le témoignage sans complaisance de la guerre avec son lot de trahisons et de violences dont le massacre des juifs de Grodek.
Et aussi parce que au-dessus de tous ces faits tragiques, l'auteur Ignacy Karpowicz réussit à faire resplendir la figure d'une jeune femme qui découvre le premier amour innocent comme un "souffle chaud, un goût de fraises, de crème fraîche et de sucre" mais broyé par l'Histoire.
C'est un très beau coup de coeur !
Je remercie Babelio et les éditions Noir sur Blanc pour m'avoir fait découvrir "Sonia" et son auteur polonais Ignacy Karpowicz et merci aussi pour sa traduction par Caroline Raszka-Dewez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Orzech
  10 septembre 2017
Cet auteur polonais, je ne le connaissais que de nom et un jour je suis tombée par hasard sur la traduction française de "Sonia". Depuis, ce livre était en attente de lecture dans ma bibliothèque. Cet été, en Pologne, je me suis procuré la version originale. D'ailleurs, c'est souvent comme cela que je fais de belles découvertes en littérature polonaise. Si un livre a la chance d'être traduit en français, je me dis qu'il s'agit d'un bon roman et en général c'est la cas.
"Sonia" est l'histoire d'un amour tragique aux temps de guerre, court, intense et sans avenir. Difficile de rester indifférent au triste sort de cette vieille femme qui se confie à Igor, un metteur en scène, dont la voiture tombe en panne dans un coin perdu de la Pologne. Sonia n'a pas échappé à la misère, la violence et les horreurs de la dernière guerre. Elle se croit pourtant chanceuse d'avoir vécu l'amour de sa vie. C'est un beau portrait d'une femme passionnée, forte et courageuse qui m'a beaucoup touchée.
La narration d'Ignacy Karpowicz nous balade tout en finesse d'un village perdu jusqu'aux planches d'un théâtre de la capitale polonaise où l'histoire suit son cours. J'ai beaucoup apprécié la fluidité avec laquelle on passe d'un lieu à l'autre, parfois même sans s'en rendre compte. C'est un petit bijou qui se déguste tout en douceur le temps d'une journée.
Lien : https://edytalectures.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
sandralouis1979
  01 février 2017
J'ai été retournée, bouleversée de lire le roman Sonia. Comment l'auteur a su, au travers du récit que fait Sonia à Igor de sa vie : ces nombreux viols qu'elle a subit, même de son père, l'indifférence de ses frères , les humiliations, nous faire ressentir tous ca. Et le jugement de tous les villages aux alentours quand ils ont tous cru qu'elle avait une liaison avec un officiel SS.Qui s'avéra vrai mais que personne découvrit car étant en tant de guerre et étant allemand son amour fut impossible et elle épousa un autre homme. Malgré ça, je ressentais que c'était une femme blessé, seule, meurtri e et qui pour survivre jour après jour avait toujour les mêmes rituels. Une femme à qui on n' a pas laissé le temps de savoir aimer et se faire aimer . A qui on a arraché tous ceux qu'elle aimait. Igor , en assistant aux représentations avait l'impression de les réunir tous autour de la scène
Commenter  J’apprécie          40
hannahens
  10 février 2017
Merci à Babelio et aux Editions Noir sur Blanc pour l'envoi gracieux de ce livre.
J'étais curieuse de lire cette histoire et je n'ai pas été déçue, j'ai découvert un auteur polonais intéressant. On est très vite happé par l'histoire de Sonia, histoire tragique qui nous plonge dans la campagne polonaise des années 40.
L'écriture est parfois très belle et j'ai globalement passé un bon moment de lecture mais il manque quelque chose ou plutôt certains passages étaient de trop.
En effet j'ai trouvé les passerelles théâtrales assez inutiles, coupant le rythme du récit et donc parfois l'émotion dégagée ce qui est assez dommage.
Malgré cette idée de montage à laquelle je n'ai pas adhéré je vous conseille ce roman qui propose des moments forts beaux.
Commenter  J’apprécie          20
tantquilyauradeslivres
  17 février 2018
Sonia est l'histoire d'une femme, l'histoire d'un amour mais un amour sans lendemain, un amour sans espoir, un amour contre L Histoire, un amour contre la guerre. Un amour terrible, honteux et douloureux. Sonia arrive à la fin de sa vie lorsqu'elle prend enfin la parole pour raconter cet amour. Et c'est à Igor Grycowski, metteur en scène, qu'elle le raconte. de cette histoire, il fera une pièce...
J'ai d'abord été déstabilisée par la construction du récit qui passe tantôt des souvenirs de Sonia aux scènes de la pièce, mêlant témoignage et adaptation parfois avec une transition si discrète que je ne savais plus trop où j'en étais et me devait de faire une retour de quelques pages en arrières. Démêler le vrai du faux, la parole donnée de la parole retranscrite, tel semble être le piège dans lequel l'auteur veut nous attirer et cela pose question sur les véritables retranscriptions des récits historiques. Même s'il s'agit là d'un roman, on ne peut s'empêcher de se demander, en lisant ces pages, quel est le degré de transformation de certains témoignages.
Certains passages sont durs à lire, tranches de vies de Sonia mais également moments de l'Histoire. On se retrouve plongé en Pologne au moment de la seconde guerre mondiale et l'auteur nous décrit parfaitement l'ambiance qui y règne. L'écriture est puissante, imagée et je n'ai eu aucun mal à imaginer Sonia et son "visage comme on n'en fait plus" et le monde qui l'entoure. de même que l'on passe du récit de Sonia à la pièce d'Igor Grycowsky, on oscille sans arrêt entre beauté et violence, horreur et douceur... car il y a de la beauté dans ce livre malgré sa dureté, la beauté d'un amour, impossible cruel mais beau dans la manière dont les personnages s'y perdent et y croient, de la beauté dans le personnage de Micha, le mari de Sonia dont le dévouement et la lucidité m'a beaucoup touchée, de la beauté dans l'écriture...
Un livre fort, qui ne laisse pas indifférent.

Lien : http://tantquilyauradeslivre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZakuroZakuro   06 février 2017
Sonia restait silencieuse. Si on faisait le compte des minutes de sa vie, on découvrirait certainement qu'elle avait passé toute son existence à se taire. Que les compagnons de ses conversations étaient les vaches, le chat et le chien. Les prés, la rivière et les objets. Elle est assise à présent, jeune et rose, avec ses yeux vairons, élancée comme un peuplier, fraîche comme des draps séchés au grand air tout juste ramassés. Elle se rapproche de la fin de sa vie. Elle s'approche de la fin de son récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
OrzechOrzech   20 août 2017
Je ne veux pas me plaindre, Ihnat, mais il faut que tu saches ce que cela signifiait, il y a longtemps, bien longtemps, être une femme. Par nos collines ici et nos prairies, dans nos granges et nos étables, une femme, ça ne valait guère plus qu'une chèvre, bien qu'une chèvre eût davantage de chance de survie, car elle donnait du lait, tandis que cela n'arrivait aux femmes que de temps en temps, et encore pas à toutes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ZakuroZakuro   06 février 2017
Sonia vivait, car il était si simple de mourir. Sonia nourrissait, car il était si simple d'affamer. Sonia sentait, car il était si simple de devenir insensible.
Commenter  J’apprécie          130
OrzechOrzech   20 août 2017
L'invité prit son temps pour déplier le petit paquet. D'abord, un peu étonné, et curieux aussi, il le soupesa. Il n'était pas bien lourd, sauf que ce qui est important ne pèse jamais bien lourd, tout comme ce qui n'a aucune importance, c'est pourquoi il est si facile de les prendre l'un pour l'autre, de s’emmêler et de se perdre.
Commenter  J’apprécie          10
tantquilyauradeslivrestantquilyauradeslivres   17 février 2018
Je regardais le ciel. Je regardais la voûte aux millions d'étoiles. Je priais : Mon Haspodz, tu possèdes des millions d'étoiles, donne m'en une, la plus petite, fais la tomber avec ton doigt ou en éternuant, et je ferai un vœu. Une seule étoile, la plus petite, elle peut bien être cabossée, je t'en supplie, donne moi une étoile"
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : pologneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
105 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre