AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756025127
Éditeur : Delcourt (24/08/2011)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 27 notes)
Résumé :

Il y a bien longtemps, quand les animaux étaient encore sauvages, vivait un Chat très malin. Installés dans une grotte, l'Homme et la Femme voulurent auprès d'eux des animaux dociles et serviables. Mais comment y parvenir? En suivant le Chat sauvage, vous saurez comment tous les animaux, à l'exception du plus rusé, furent domestiqués... Un récit drôle et impertinent, extrait des Histoires comme ça de Rudyard... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nastasia-B
  12 mars 2016
Voici un conte étiologique issu des Histoires Comme Ça qui se propose de nous narrer l'origine du caractère si indépendant du chat comparativement à celui d'autres animaux domestiques.
Rudyard Kipling, avec son esprit imaginatif et facétieux habituel, tisse une histoire un peu alambiquée mais qui expliquerait pourquoi les chats s'invitent aux foyers des hommes, les ennemis éternels de tous les animaux, et en ressortent comme bon leur semble en ayant prélevé lait et chaleur.
La femme, en bonne ménagère tyrannique avant l'heure, fait de sa caverne un espace douillet où il fait bon vivre. Ce faisant, elle passe des pactes avec divers animaux sauvages : le chien, le cheval, la vache afin qu'ils acceptent sa domination à condition de recevoir leur dû de nourriture.
Mais le chat, soucieux de son indépendance, refuse de nouer un tel pacte avec la femme. Qu'en sera-t-il de l'homme ? du chien ? Comment obtiendra-t-il ce qu'il désire en donnant un minimum de contreparties ? C'est ce que je vous propose de découvrir par vous même si le coeur vous en dit.
En résumé, un album que je trouve assez sympa mais sans plus. Bien entendu, ceci n'est qu'un avis qui s'en va tout seul, c'est-à-dire, bien peu de chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          740
LydiaB
  07 janvier 2013
Soyons honnêtes, si je vous demande de me citer des oeuvres de Rudyard Kipling, vous allez certainement me répondre "Le Livre de la Jungle" et ce poème magistral, "Si". Mais saviez-vous que ce brillant auteur avait écrit un recueil, en 1902, intitulé "Histoires comme ça pour les petits" ? Et parmi les histoires, il en est une qui narre le début de la civilisation et l'emprise de l'homme sur les animaux. Tous les animaux ? Oh non ! Car le chat n'est pas comme les autres. Personne ne peut l'asservir.

Cette histoire mêle à la fois du fantastique et des caractéristiques réelles. Elle met en relief, comment dire ?, la "cohabitation" du félin avec l'espèce humaine. Qui apprivoise qui ? N'est-ce pas là le vrai caractère de ces matous que l'on aime tant et qui, au final, nous font tomber dans leur piège ?

Si vous voulez retrouver votre âme d'enfant, je ne puis que vous conseiller ce beau texte.

Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          430
kathy
  07 avril 2012
Tout le monde connaît Rudyard Kipling , ne serait-ce déjà pour son fameux Livre de la Jungle (1894) popularisé mondialement par Walt Disney en 1967. Tout le monde sait, peut-être aussi, que le monde animalier est foisonnant dans l'oeuvre de Kipling : les animaux sauvages sont au rendez-vous à l'instar du chat qui, lui aussi fut sauvage, bien avant sa domestication.
Ainsi Kipling, écrivit un conte pour nous parler du sauvage félin : The Cat that walked by himself. Conte dont voici les premières lignes :
" Venez tous, oyez et écoutez ! Car cela fut et advint, oui ma Très Aimée, cela survint et se passa du temps que nos Amies les bêtes étaient encore sauvages. le Chien était sauvage, le Cheval était sauvage, la Vache était sauvage, le Mouton était sauvage, le Cochon était sauvage. Mais le plus sauvage des animaux sauvages était le Chat qui s'en allait toujours tout seul. " Il y a très longtemps, tous les animaux étaient sauvages. L'Homme, lui aussi, était passablement farouche. Un jour, la Femme, lasse de cette vie sauvage, fit d'une grotte un nid douillet, illuminée d'un feu de bois. Piqués par la curiosité, les animaux y défilèrent un à un. Tous furent apprivoisés. Tous sauf le Chat, pour qui un lieu en valait un autre et qui s'en allait toujours tout seul... »
Pour le chat de cette histoire, vu, qu'« un lieu en vaut un autre », il ne se lie donc avec personne et reste indépendant, même si, parfois, il se laisse apprivoiser provisoirement (quand ça l'arrange … !)
Rudyard Kipling nous offre ici un conte dont la symbolique ouvre à un véritable débat philosophique sur la notion de liberté et d'indépendance.
Livre, en outre, magnifiquement illustré par des gravures sur bois de May Angeli, -technique qui se pratiquait souvent dans l'édition à l'époque de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
trust_me
  13 décembre 2011
Dans le chat qui s'en va tout seul, Kipling imagine comment les animaux ont été domestiqués par l'homme aux temps ancestraux. Il y a d'abord eu le chien qui, grâce à ses talents de chasseur et sa capacité à garder le logis, a été accepté dans la grotte. Ensuite, ce fut au tour du cheval et de la vache, amadoués par le foin fraîchement coupé. le premier devint un fidèle destrier tandis que la seconde fournit chaque jour son lait frais et onctueux. Seul le chat resta sauvage. Vagabond dans l'âme, il ne devint jamais un ami ou un serviteur de l'homme. Mais quand il décida d'entrer dans la caverne pour profiter du feu et du bon lait, il dut se montrer plus malin que les humains pour devenir le roi du foyer tout en gardant son indépendance et cette petite dose d'ingratitude qui le caractérise.
Après L'enfant d'éléphant et avant La première lettre (à paraître en février 2012), Yann Dégruel adapte en BD une seconde nouvelle du recueil Histoires comme ça de Rudyard Kipling. Les ingrédients sont toujours les mêmes : ouvrage au format carré idéal pour les petites mains ; respect, à la virgule près, du texte original ; utilisation du crayon gras et de la craie pour un rendu des plus séduisants ; dominante de tons ocre et bleu qui apportent beaucoup de douceur ; découpage dynamique et très pertinent. le coté allégorique de la fable est ici plus présent, ainsi que l'humour, plus fin. Un travail à la fois respectueux et original visuellement parlant.
Voila donc une adaptation fidèle dont le charme « graphique » évident permettra à nombre de jeunes lecteurs de découvrir et d'apprécier le ton si particulier de l'auteur du Livre de la jungle.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
cdijeanjaures
  30 novembre 2015
Le plus sauvage des animaux est le chat.
Tous les animaux sauvages vivent ensemble en liberté dans la nature.
Chien et chat sauvages ont été jusqu'à l'entrée de la caverne car ils ont reniflé la bonne odeur du mouton.
Le chien se plie à ce que demande la femme, par exemple chasser avec l'homme, pour pouvoir manger des os et vivre dans la grotte.
Le chat veut rester seul mais au final suit quand même les autres.
Après le chien, vient le cheval qu'il leur permettra de se déplacer, en échange de ce service, la femme lui donnera du foin à manger et de pouvoir rester dans la grotte.
C'est le chat qui trouve une solution pour faire arrêter de pleurer le bébé.
La femme trouve que le chat a beaucoup de qualités alors qu'elle pensait qu'un chat était inutile.
J'ai aimé parce que ça parlait des animaux et des êtres humains.
Je trouve surprenant quand le chien se plie aux ordres de la femme.
J'ai bien aimé quand le chat a été accepté par la femme.
J'ai trouvé marrant quand le chat avait pour travail de chasser les souris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
BDGest   19 septembre 2011
La mise en page est dynamique, les traits suffisamment appuyés pour accrocher le lecteur et suffisamment léger pour laisser les planches aérées. Un beau travail d'adaptation.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   07 janvier 2013
[...] — Sauvage Enfant du Bois Sauvage, retourne au Bois d'où tu viens, car j'ai rattaché mes cheveux, j'ai serré l'éclanche magique, et nous n'avons plus besoin, dans notre Caverne, d'amis ni de serviteurs.

Chat dit :

— Je ne suis pas un ami et je ne suis pas un serviteur. Je suis le Chat qui s'en va tout seul, et je désire entrer dans votre Grotte.

La Femme dit :

— Alors, pourquoi n'es-tu pas venu la première nuit avec Premier Ami ?

Chat se fâcha très fort et dit :

— Chien Sauvage a-t-il fait des contes sur moi ? Alors la Femme rit et dit :

— Tu es le Chat qui s'en va tout seul, et tous lieux se valent pour toi. Tu n'es ami ni serviteur. Tu l'as dit toi-même. Va-t'en donc, puisque tous lieux se valent, te promener à ton gré.

Alors Chat fit semblant de regretter et dit :

— N'entrerai-je donc jamais dans la Grotte ? Ne m'assoirai-je jamais près du feu qui tient chaud ? Ne boirai-je jamais le lait tiède et blanc ? Vous êtes très sage et très belle. Vous ne devriez pas faire de mal, même à un Chat.

La Femme répondit :

— Je savais que j'étais sage ; mais belle, je ne savais pas. Soit. Nous ferons un marché. Si jamais je prononce un seul mot à ta louange, tu pourras entrer dans la Grotte.

— Et si tu en prononces deux ? dit le Chat.

— Cela n'arrivera jamais, dit la Femme ; mais si je prononce deux mots à ta louange, tu pourras t'asseoir près du feu dans la Grotte.

— Et si tu dis trois mots ? dit le Chat.

— Jamais cela n'arrivera, dit la Femme ; mais si je dis trois mots à ta louange, tu pourras laper le lait tiède et blanc trois fois le jour, à jamais.

Alors le Chat fit le gros dos et dit :

— Que le rideau qui ferme la Grotte, le Feu qui brûle au fond et les pots à lait rangés près du Feu soient témoins de ce qu'a juré mon Ennemie, Femme de mon Ennemi. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Nastasia-BNastasia-B   13 mars 2016
Quand Chien Sauvage atteignit l'entrée de la Caverne, il souleva du museau la peau du cheval sauvage et renifla la bonne odeur du mouton cuit, et la Femme, l'œil sur l'éclanche, l'entendit, et rit, et dit :
— Voici le premier. Sauvage enfant des Bois Sauvages, que veux-tu donc ?
Chien Sauvage dit :
— Ô mon Ennemie, Femme de mon Ennemi, qu'est-ce qui sent si bon par les Bois Sauvages ?
Alors la Femme prit un os du mouton et le jeta à Chien Sauvage et dit :
— Sauvage enfant du Bois Sauvage, goûte et connais.
Chien Sauvage rongea l'os, et c'était plus délicieux que tout ce qu'il avait goûté jusqu'alors, et dit :
— Ô mon Ennemie, Femme de mon Ennemi, donne-m'en un autre.
La Femme dit :
— Sauvage enfant du Bois Sauvage, aide mon Homme à chasser le jour et garde ce logis la nuit, et je te donnerai tous les os qu'il te faudra.
— Ah ! dit le Chat aux écoutes, voici une Femme très maligne ; mais elle n'est pas si maligne que moi.
Chien Sauvage entra, rampant, dans la Caverne et mit sa tête sur les genoux de la Femme, disant :
— Ô mon Amie, Femme de mon Ami, j'aiderai ton Homme à chasser le jour, et la nuit je garderai la Caverne.
— Tiens, dit le Chat aux écoutes, voilà un bien sot Chien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
CamironetCamironet   12 février 2019
À cet instant, ma Très Aimée, le Pot de Lait qui se trouvait près du Feu se rompit – pfffuit – car il se souvenait du pacte passé avec le Chat. Et lorsque la Femme descendit du tabouret – ô chose admirable à voir et à entendre ! –, le Chat lapait du lait chaud et crémeux au fond d'un tesson.
Commenter  J’apprécie          30
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   15 avril 2016
quand la lune se lève et que la nuit vient, il est encore le Chat qui va son chemin tout seul et pour lui tous les endroits se valent. Alors il part dans les Bois Humides et Sauvages ou dans les Arbres Humides et Sauvages ou bien sur les Toits Humides et Sauvages, en agitant sa queue sauvage et en s'en allant solitaire et sauvage.
Commenter  J’apprécie          20
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   15 avril 2016
Hâtez-vous d’ouïr et d’entendre ; car ceci fut, arriva, devint et survint, ô Mieux Aimée, au temps où les bêtes Apprivoisées étaient encore sauvages. Le Chien était sauvage, et le Cheval était sauvage, et la Vache était sauvage, et le Cochon était sauvage — et ils se promenaient par les Chemins Mouillés du Bois Sauvage, tous sauvages et solitairement. Mais le plus sauvage de tous était le Chat. Il se promenait seul et tous lieux se valaient pour lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Rudyard Kipling (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rudyard Kipling
Bande annonce du film Mowgli : La Légende de la jungle (2018), nouvelle adaptation cinématographique du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le livre de la Jungle

Comment le garçon se fait-il appeler?

Pierrot
Mowgli
Morane
Mowe
Denis

4 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : Le livre de la jungle de Rudyard KiplingCréer un quiz sur ce livre