AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213685592
Éditeur : Fayard (24/02/2016)

Note moyenne : 2/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Comment construire un ordre international commun dans un monde marqué par des perspectives historiques divergentes, des conflits violents, la prolifération des technologies et l’extrémisme idéologique ? C’est le défi ultime du xxie siècle, auquel Henry Kissinger tente ici de répondre.
Son constat de départ est qu’il n’a jamais existé de véritable « ordre mondial ». Tout au long de l’histoire, chaque civilisation, se considérant comme le centre du monde et reg... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  10 octobre 2016
On repose le dernier livre de Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l'admiration respectueuse et la gêne persistante.
D'un côté, cette brillante fresque de trois siècles et demi d'histoire diplomatique et les analyses visionnaires de l'actualité internationale qui la prolongent ne peuvent que susciter l'admiration. A quatre-vingt dix ans passés, Henry Kissinger est un monstre sacré des relations internationales : il en fut l'un des acteurs les plus influents aux temps de l'administration Nixon et Ford et en reste l'un des commentateurs les plus autorisés. Son livre, typiquement anglo-saxon, est sans équivalent dans l'édition française : c'est ni plus ni moins l'histoire du monde qu'il nous raconte. En ouvrant « L'ordre du monde », on se sent bien modestes face à tant d'érudition ; puis on se sent un peu plus intelligents en le refermant.
A travers le temps et à travers l'espace, Kissinger raconte l'ordre mondial, produit toujours fragile de la combinaison de la force et de la légitimité, au prisme d'une théorie : la théorie réaliste des relations internationales dont il est l'un des pères fondateurs . Ses principes en sont simples : l'histoire des relations internationales est celle des États qui la composent et qui s'opposent au nom de la défense de leurs intérêts égoïstes. Ils ont été posés en 1648 par les traités de Westphalie qui mirent fin à la guerre de Trente ans. Ils furent réaffirmés à Vienne en 1815 au lendemain de la Révolution française et des guerres napoléoniennes. le vingtième siècle les a trahis à deux reprises : en 1919 à Versailles en excluant l'Allemagne de la table de négociation, en 1945 à San Francisco en rêvant à une communauté internationale fondée sur des valeurs partagées.
D'inspiration européenne, ces principes westphaliens ont essaimé à travers la planète : dans le monde musulman où l'Islam aspire à étendre le califat à la terre entière, en Asie où la Chine s'est longtemps vécue comme le « centre du monde » appelé à gouverner « tout ce qui est sous le Ciel ». Par une paradoxale pirouette de l'Histoire, l'ordre westphalien a abandonné les terres qui l'a vu naître pour trouver une nouvelle vitalité dans des régions qui lui étaient étrangères : l'Europe, bercée par le rêve d'une construction fédérale qui a toujours inspiré et inspire encore à Henry Kissinger le plus grand scepticisme, est devenue post-westphalienne alors que l'Asie et, derrière l'image fallacieuse que donne la croyance en une même foi, le Moyen-Orient, sont devenus des espaces westphaliens où des États s'affrontent au nom de leurs intérêts nationaux.
De l'autre côté, le respect que suscite une si brillante analyse n'empêche pas une gêne persistante. Vingt ans après Diplomacy (1994), son oeuvre maîtresse, il livre une analyse qui repose encore et toujours sur les mêmes paradigmes. Témoignage d'une admirable cohérence dans son oeuvre ? ou incapacité à tenir compte de l'évolution du monde ? Henry Kissinger reste fidèle aux principes qui structurent sa pensée depuis la thèse qu'il avait consacrée à Harvard en 1954 à la paix de Vienne. Pour lui, seuls les États et leurs intérêts égoïstes importent. Kissinger reste aveugle au rôle grandissant des acteurs non-étatiques – et aux réflexions de ceux qui, de James Rosenau à Stephen Krasner en passant par Richard Rosecrance ou Susan Strange, n'ont cessé de prophétiser l'avènement d'un monde postnational. Sans doute sensible à cette critique, Kissinger consacre-t-il l'ultime chapitre de son dernier livre aux questions technologiques. Mais, il y est surtout question de l'arme nucléaire – analysée en des termes identiques depuis cinquante ans. Si Internet y est évoqué, c'est plus pour son impact sur notre vie quotidienne que son influence sur la conduite des relations internationales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr