AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782849780138
284 pages
Editions du Sextant (27/10/2006)
4.1/5   24 notes
Résumé :
Dans cet essai est proclamée l’idée qu’une société est possible sans capitalisme. Idée qui paraît étrange au XXIe siècle où tout est censé être devenu une marchandise. Elle n’était pas moins étrange à la fin du XIXe siècle. Kropotkine décrit avec netteté et virulence le processus d’accaparement à la base du capitalisme. Main-mise sur les richesses naturelles, sur le produit du travail de nombreux siècles : depuis toujours des hommes ont travaillé, défriché, mis la t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ErnestLONDON
  19 juin 2018
En 1892, Pierre Kropotkine jette les bases d'une société libre et solidaire, à bâtir sur les ruines des banques et des États, sans capitalisme ni exploitation d'aucune sorte. C'est Élisée Reclus qui explique dans sa préface que c'est « une moquerie amère de donner le nom de société », tant que nous n'aurons pas fait la conquête du pain, la conquête pour tous de tout ce qui est nécessaire.
(...)
Sans prétendre élaborer une feuille de route à suivre à la lettre, Kropotkine propose quelques décisions de bon sens et surtout défend les grands principes d'une société anarchiste avec pragmatisme, conviction et lucidité. Tout ceci semble d'ailleurs tellement évident qu'on mesure la ténacité des gouvernants à marteler que c'est impossible, à détruire ou dénaturer toute tentative.
Article complet en suivant le lien.

Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          302
Unhomosapiens
  03 mai 2020
Cette fois, c'est dans une version numérique que je lis ce livre, grâce à Wikisource. Il y avait longtemps que je voulais connaître cet auteur. Là encore, j'abandonne. Certaines idées restent encore très pertinentes à notre époque, comme notamment celles sur la perpétuation des inégalités engendrées par le système capitaliste. Pour autant, les explications amenant à l'idée de la révolution pour donner aux « travailleurs » les moyens de productions, me semblent terriblement datées, ancrées dans un XIXe siècle où, seules, les idées de progrès technique, associées à l'essort de l'industrialisation et l'intensification de la production agricole et de l'élevage sont prises en compte. On retrouve là les idées politiques qui ont mené à la formation des états communistes, URSS en tête. On voit ce que tout cela a donné. Même l'idée de révolution prolétarienne est aujourd'hui obsolète. de plus, Kropotkine ne pouvait imaginer ce que cette doctrine politique pouvait avoir de dommageable pour la nature. La nature qu'il considère uniquement comme un bien commun qu'il fallait faire fructifier. Pouvait-il imaginer que les ressources de la terre seraient un jour en voie d'épuisement face à la surpopulation et que cette exploitation outrancière se retournerait contre nous ? Donc, l'idée de base me semble bonne : lutter contre les inégalités, mais notre XXIe siècle débutant nous montre qu'il faut tenir compte de la variable environnementale. Ce qui rend ce livre terriblement daté. A lire en le replaçant absolument dans son contexte historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
fabricelecoqfoto
  07 juillet 2020
Dans ce livre, Peter Kropotkine nous démontre qu'une société sans gouvernement et non capitaliste est réalisable. Il nous explique par divers moyens les problèmes liés à l'accaparement et à la propriété dans notre société moderne.
Cela peut paraitre assez étrange à notre époque, quoi que le retour de certains à des valeurs de vie plus simples feront que son discourt pourrait bien ressortir avec autant de vigueur que les explications de l'auteur dans ce livre.
Il y a des idées intéressantes, même si je reste persuadé de l'impossibilité de mettre en oeuvre une société telle que décrite ici.
Pour initiés car la lecture saurait prendre un côté lassant pour certains.
Belle pensée humaniste, j'ai beaucoup aimé.
Commenter  J’apprécie          90
Lecamadeplus
  09 décembre 2017
Le prince anarchiste nous invite à construire le monde autrement .Voulons nous une société sans état ,il explique meme si le propos peut paraitre désuet aujourd'hui que c'est possible de manière rationnelle .Notre civilisation n'est pas éternelle .C'est pour ça que je trouve qu'il y a des pistes intéressantes dans ce livre.
Commenter  J’apprécie          110
Broufassa
  06 juillet 2021
Evacuons le seul aspect un peu négatif de l'ouvrage : les exemple chiffrés donnés ne conviennent plus à notre époque.
En revanche, "La conquête du pain" est l'un des meilleurs essais politiques et reste effrayamment d'actualité. Kropotkine nous livre ici un brillant ouvrage sur la révolution et son organisation. Fi du droit au salaire, fi du droit à un emploi, Kropotkine réclame le droit à l'aisance pour tous.
En 300 pages, il décrit ce qui ressemble le plus à un programme révolutionnaire anarchiste: mise en commun des biens, expropriations, réorganisation de la société et du travail, abolition de l'Etat, de la propriété privée, tout y passe. A travers sa réflexion, on aperçoit ce que pourrait être une société réellement libre et dépourvue de misère sociale. En se basant sur des faits et des chiffres, l'auteur propose une société dans laquelle chaque individu aurait la possibilité de vivre pleinement sa vie.
La conquête du pain répond aux principales objections faites aux révolutionnaires (égoïsme de la nature humaine, enrichissement personnel comme seule motivation de l'homme, impossibilité d'une telle société à grande échelle etc...) et constitue l'une de meilleure porte d'entrée vers la pensée anarchiste.
Débordant d'optimisme envers l'humanité et sa capacité à construire un monde meilleur, c'est un livre qui donne envie de changer les choses, nous laissant entrevoir ce qui pourrait être une société libre et heureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Xav93140Xav93140   12 mai 2021
Le jour où le travailleur des champs pourra cultiver la terre sans payer la moitié de ce qu'il produit ; le jour où les machines nécessaires pour préparer la terre aux grandes récoltes seront, en profusion, à la libre disposition des cultivateurs ; le jour où l'ouvrier de l'usine produira pour la communauté et non pour le monopole, les travailleurs n'iront plus en guenilles ; et il n'y aura plus de Rothschild ni d'autres exploiteurs.
Personne n'aura plus besoin de vendre de force de travail pour un salaire ne représentant qu'une partie de ce qu'il produit.
Soit, nous dit-on. Mais il vous viendra des Rothschild du dehors.

Pierre Kropotkine, 1892
(page 57)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
UnhomosapiensUnhomosapiens   02 mai 2020
Nous sommes riches dans les sociétés civilisées. Pourquoi donc autour de nous cette misère ? Pourquoi ce travail pénible, abrutissant des masses ? Pourquoi cette insécurité du lendemain, même pour le travailleur le mieux rétribué, au milieu des richesses héritées du passé et malgré les moyens puissants de production qui donneraient l’aisance à tous, en retour de quelques heures de travail journalier ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ErnestLONDONErnestLONDON   19 juin 2018
Par le régime parlementaire la bourgeoisie a simplement cherché à opposer une digue à la royauté, sans donner la liberté au peuple.
Commenter  J’apprécie          3613
Xav93140Xav93140   22 mai 2021
Le peuple commet bévue sur bévue quand il a à choisir dans les urnes entre les infatués qui briguent l'honneur de le représenter et se chargent de tout faire, de tout savoir, de tout organiser. Mais quand il lui faut organiser ce qu'il connaît, ce qui le touche directement, il fait mieux que tous les bureaux possibles.

(page 113)
Commenter  J’apprécie          52
Xav93140Xav93140   06 mai 2021
Les sociétés se divisent en deux camps hostiles, et dans ces conditions la liberté devient un vain mot. Tandis que le radical demande une plus grande extension des libertés politiques, il s'aperçoit bientôt que le souffle de liberté mène rapidement aux soulèvements des prolétaires ; et alors il tourne, change d'opinion et revient aux lois exceptionnelles et au gouvernement du sabre.
Un vaste ensemble de tribunaux, de juges et de bourreaux, de gendarmes et de geôliers, est nécessaire pour maintenir les privilèges, er cet ensemble devient lui-même l'origine de tout un système de délations, de tromperies, de menaces et de corruption.

(page 24)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : AutogestionVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura