AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marius-François Guyard (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070102983
2070 pages
Éditeur : Gallimard (02/10/1963)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Ce volume contient

Méditations poétiques - La Mort de Socrate - Nouvelles Méditations poétiques - Le Dernier Chant du pèlerinage d'Harold - Chant du Sacre ou La Veille des armes - Épîtres - Harmonies poétiques et religieuses. Des «Harmonies» à «Jocelyn» : Fragments des «Visions» - Odes politiques - Poèmes recueillis dans l'édition des «Œuvres» de 1832 - Poèmes recueillis dans l'édition des «Œuvres complètes» de 1834 - Voyage en Orient. Jocelyn. De «Jo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ThierryCABOT
  12 mai 2013
De nos jours, nous avons quelque mal à imaginer l'engouement qu'a suscité la parution des "Méditations" de Lamartine.
Après le désert poétique du dix-huitième siècle (excepté la présence notable de Chénier mort à l'âge de 31 ans sur l'échafaud), un vrai poète voyait le jour.
Certes, à travers la prose, Jean-Jacques Rousseau dans "Les rêveries du promeneur solitaire" puis Chateaubriand plus tard dans "René" exprimaient une forme de pré-romantisme annonçant déjà, par certains aspects, la venue du chantre d'Elvire.
Mais il convient de noter que, sur un mode original, une sensibilité nouvelle se frayait une voie singulière au sein de la littérature française.
Si des alcools plus forts ont depuis 1820 marqué les esprits, il est difficile toutefois de rejeter sans examen des poèmes aussi lumineux que "le lac", "L'isolement" ou "Le vallon".
Bien des adolescents ont frémi à la lecture de ces vers musicaux, troublants, presque désespérés.
Même ceux qui marquent une prédilection pour Rimbaud, ne semblent pas du tout lui reprocher d'être "étranglé par la forme vieille".
En 2015, il n'est pas rare au demeurant de trouver des "inconditionnels" de Lamartine, au grand dam des prétendus arbitres du goût.
Au-delà de Baudelaire, de Mallarmé, de Michaux et de Char, sa voix à l'évidence continue d'habiter notre ciel poétique, et l'adjectif "lamartinien" est loin d'être passé de mode.
D'autres recueils moins célèbres suivront "Les Méditations". Lamartine si naturellement doué cédera à des facilités d'écriture, abusera des périphrases pompeuses, multipliera les métaphores usées. Il n'en demeure pas moins que le lecteur d'aujourd'hui, en dépit de ces faiblesses, est souvent arrêté par des images splendides, inattendues, fécondes où Lamartine sait nous rappeler qu'il est un grand poète.
Le chef d'oeuvre "La vigne et la maison" écrit à la fin de sa vie en offre d'ailleurs à lui seul la saisissante illustration.
D'aucuns ont reproché à Lamartine ses nombreux emprunts ; il est vrai que Parny, Millevoye et d'autres plumes mineures auraient quelques motifs de lui en vouloir. Mais aucun d'eux n'était de sa taille, et la postérité a tranché en sa faveur.
Que reste-t-il du chantre d'Elvire ?
Une trentaine de poèmes environ que les générations futures liront toujours avec le même plaisir.

Lien : http://www.p-o-s-i-e.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
VACHARDTUAPIED
  08 avril 2013
Je suis tombé sous le charme de l'oeuvre De Lamartine au collège en voyant son portrait sculpté par David d'Angers........Depuis son oeuvre ne me quitte plus....
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   14 novembre 2016
Pensée des morts

Voilà les feuilles sans sève
Qui tombent sur le gazon,
Voilà le vent qui s’élève
Et gémit dans le vallon,
Voilà l’errante hirondelle
Qui rase du bout de l’aile :
L’eau dormante des marais,
Voilà l’enfant des chaumières
Qui glane sur les bruyères
Le bois tombé des forêts.

L’onde n’a plus le murmure,
Dont elle enchantait les bois ;
Sous des rameaux sans verdure.
Les oiseaux n’ont plus de voix ;
Le soir est près de l’aurore,
L’astre à peine vient d’éclore
Qu’il va terminer son tour,
Il jette par intervalle
Une heure de clarté pâle
Qu’on appelle encore un jour.

L’aube n’a plus de zéphire
Sous ses nuages dorés,
La pourpre du soir expire
Sur les flots décolorés,
La mer solitaire et vide
N’est plus qu’un désert aride
Où l’oeil cherche en vain l’esquif,
Et sur la grève plus sourde
La vague orageuse et lourde
N’a qu’un murmure plaintif.

La brebis sur les collines
Ne trouve plus le gazon,
Son agneau laisse aux épines
Les débris de sa toison,
La flûte aux accords champêtres
Ne réjouit plus les hêtres
Des airs de joie ou d’amour,
Toute herbe aux champs est glanée :
Ainsi finit une année,
Ainsi finissent nos jours !

(...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Aurel82Aurel82   28 septembre 2019
Hymne au soleil

Vous avez pris pitié de sa longue douleur !
Vous me rendez le jour, Dieu que l’amour implore !
Déjà mon front couvert d’une molle pâleur,
Des teintes de la vie à ses yeux se colore ;
Déjà dans tout mon être une douce chaleur
Circule avec mon sang, remonte dans mon coeur
Je renais pour aimer encore !

Mais la nature aussi se réveille en ce jour !
Au doux soleil de mai nous la voyons renaître ;
Les oiseaux de Vénus autour de ma fenêtre
Du plus chéri des mois proclament le retour !
Guidez mes premiers pas dans nos vertes campagnes !
Conduis-moi, chère Elvire, et soutiens ton amant :
Je veux voir le soleil s’élever lentement,
Précipiter son char du haut de nos montagnes,
Jusqu’à l’heure où dans l’onde il ira s’engloutir,
Et cédera les airs au nocturne zéphyr !
Viens ! Que crains-tu pour moi ? Le ciel est sans nuage !
Ce plus beau de nos jours passera sans orage ;
Et c’est l’heure où déjà sur les gazons en fleurs
Dorment près des troupeaux les paisibles pasteurs !

Dieu ! que les airs sont doux ! Que la lumière est pure !
Tu règnes en vainqueur sur toute la nature,
Ô soleil ! et des cieux, où ton char est porté,
Tu lui verses la vie et la fécondité !
Le jour où, séparant la nuit de la lumière,
L’éternel te lança dans ta vaste carrière,
L’univers tout entier te reconnut pour roi !
Et l’homme, en t’adorant, s’inclina devant toi !
De ce jour, poursuivant ta carrière enflammée,
Tu décris sans repos ta route accoutumée ;
L’éclat de tes rayons ne s’est point affaibli,
Et sous la main des temps ton front n’a point pâli !

Quand la voix du matin vient réveiller l’aurore,
L’Indien, prosterné, te bénit et t’adore !
Et moi, quand le midi de ses feux bienfaisants
Ranime par degrés mes membres languissants,
Il me semble qu’un Dieu, dans tes rayons de flamme,
En échauffant mon sein, pénètre dans mon âme !
Et je sens de ses fers mon esprit détaché,
Comme si du Très-Haut le bras m’avait touché !
Mais ton sublime auteur défend-il de le croire ?
N’es-tu point, ô soleil ! un rayon de sa gloire ?
Quand tu vas mesurant l’immensité des cieux,
Ô soleil ! n’es-tu point un regard de ses yeux ?

Ah ! si j’ai quelquefois, aux jours de l’infortune,
Blasphémé du soleil la lumière importune ;
Si j’ai maudit les dons que j’ai reçus de toi,
Dieu, qui lis dans les coeurs, ô Dieu ! pardonne-moi !
Je n’avais pas goûté la volupté suprême
De revoir la nature auprès de ce que j’aime,
De sentir dans mon coeur, aux rayons d’un beau jour,
Redescendre à la fois et la vie et l’amour !
Insensé ! j’ignorais tout le prix de la vie !
Mais ce jour me l’apprend, et je te glorifie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nastasia-BNastasia-B   06 janvier 2013
Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?

Milly ou la Terre Natale. (N. B. : suite à un retour très empreint de nostalgie sur les terres de mon enfance à l'occasion des fêtes de fin d'année.)
Commenter  J’apprécie          140
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   08 avril 2013
La retraite

Aux bords de ton lac enchanté,
Loin des sots préjugés que l'erreur déifie,
Couvert du bouclier de ta philosophie,
Le temps n'emporte rien de ta félicité ;
Ton matin fut brillant ; et ma jeunesse envie
L'azur calme et serein du beau soir de ta vie !

Ce qu'on appelle nos beaux jours
N'est qu'un éclair brillant dans une nuit d'orage,
Et rien, excepté nos amours,
N'y mérite un regret du sage ;
Mais, que dis-je ? on aime à tout âge :
Ce feu durable et doux, dans l'âme renfermé,
Donne plus de chaleur en jetant moins de flamme ;
C'est le souffle divin dont tout l'homme est formé,
Il ne s'éteint qu'avec son âme.

Etendre son esprit, resserrer ses désirs,
C'est là ce grand secret ignoré du vulgaire :
Tu le connais, ami ; cet heureux coin de terre
Renferme tes amours, tes goûts et tes plaisirs ;
Tes voeux ne passent point ton champêtre domaine,
Mais ton esprit plus vaste étend son horizon,
Et, du monde embrassant la scène,
Le flambeau de l'étude éclaire ta raison.

Tu vois qu'aux bords du Tibre, et du Nil et du Gange,
En tous lieux, en tous temps, sous des masques divers,
L'homme partout est l'homme, et qu'en cet univers,
Dans un ordre éternel tout passe et rien ne change ;
Tu vois les nations s'éclipser tour à tour
Comme les astres dans l'espace,
De mains en mains le sceptre passe,
Chaque peuple a son siècle, et chaque homme a son jour ;
Sujets à cette loi suprême,
Empire, gloire, liberté,
Tout est par le temps emporté,
Le temps emporta les dieux même
De la crédule antiquité,
Et ce que des mortels dans leur orgueil extrême
Osaient nommer la vérité.

Au milieu de ce grand nuage,
Réponds-moi : que fera le sage
Toujours entre le doute et l'erreur combattu ?
Content du peu de jours qu'il saisit au passage,
Il se hâte d'en faire usage
Pour le bonheur et la vertu.

J'ai vu ce sage heureux ; dans ses belles demeures
J'ai goûté l'hospitalité,
A l'ombre du jardin que ses mains ont planté,
Aux doux sons de sa lyre il endormait les heures
En chantant sa félicité.
Soyez touché, grand Dieu, de sa reconnaissance.
Il ne vous lasse point d'un inutile voeu ;
Gardez-lui seulement sa rustique opulence,
Donnez tout à celui qui vous demande peu.
Des doux objets de sa tendresse
Qu'à son riant foyer toujours environné,
Sa femme et ses enfants couronnent sa vieillesse,
Comme de ses fruits mûrs un arbre est couronné.
Que sous l'or des épis ses collines jaunissent ;
Qu'au pied de son rocher son lac soit toujours pur ;
Que de ses beaux jasmins les ombres s'épaississent ;
Que son soleil soit doux, que son ciel soit d'azur,
Et que pour l'étranger toujours ses vins mûrissent.

Pour moi, loin de ce port de la félicité,
Hélas ! par la jeunesse et l'espoir emporté,
Je vais tenter encore et les flots et l'orage ;
Mais, ballotté par l'onde et fatigué du vent,
Au pied de ton rocher sauvage,
Ami, je reviendrai souvent
Rattacher, vers le soir, ma barque à ton rivage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   08 avril 2013
Un nom

Il est un nom caché dans l'ombre de mon âme,
Que j'y lis nuit et jour et qu'aucun oeil n'y voit,
Comme un anneau perdu que la main d'une femme
Dans l'abîme des mers laissa glisser du doigt.

Dans l'arche de mon coeur, qui pour lui seul s'entrouvre,
Il dort enseveli sous une clef d'airain ;
De mystère et de peur mon amour le recouvre,
Comme après une fête on referme un écrin.

Si vous le demandez, ma lèvre est sans réponse,
Mais, tel qu'un talisman formé d'un mot secret,
Quand seul avec l'écho ma bouche le prononce,
Ma nuit s'ouvre, et dans l'âme un être m'apparaît.

En jour éblouissant l'ombre se transfigure ;
Des rayons, échappés par les fentes des cieux,
Colorent de pudeur une blanche figure
Sur qui l'ange ébloui n'ose lever les yeux.

C'est une vierge enfant, et qui grandit encore ;
Il pleut sur ce matin des beautés et des Jours ;
De pensée en pensée on voit son âme éclore,
Comme son corps charmant de contours en contours.

Un éblouissement de jeunesse et de grâce
Fascine le regard où son charme est resté.
Quand elle fait un pas, on dirait que l'espace
S'éclaire et s'agrandit pour tant de majesté.

Dans ses cheveux bronzés jamais le vent ne joue.
Dérobant un regard qu'une boucle interrompt,
Ils serpentent collés au marbre de sa joue,
Jetant l'ombre pensive aux secrets de son front.

Son teint calme, et veiné des taches de l'opale,
Comme s'il frissonnait avant la passion,
Nuance sa fraîcheur des moires d'un lis pâle,
Où la bouche a laissé sa moite impression.

Sérieuse en naissant jusque dans son sourire,
Elle aborde la vie avec recueillement ;
Son coeur, profond et lourd chaque fois qu'il respire,
Soulève avec son sein un poids de sentiment.

Soutenant sur sa main sa tête renversée,
Et fronçant les sourcils qui couvrent son oeil noir,
Elle semble lancer l'éclair de sa pensée
Jusqu'à des horizons qu'aucun oeil ne peut voir.

Comme au sein de ces nuits sans brumes et sans voiles,
Où dans leur profondeur l'oeil surprend les cieux nus,
Dans ses beaux yeux d'enfant, firmament plein d'étoiles,
Je vois poindre et nager des astres inconnus.

Des splendeurs de cette âme un reflet me traverse ;
Il transforme en Éden ce morne et froid séjour.
Le flot mort de mon sang s'accélère, et je berce
Des mondes de bonheur sur ces vagues d'amour.

- Oh ! dites-nous ce nom, ce nom qui fait qu'on aime ;
Qui laisse sur la lèvre une saveur de miel !
- Non, je ne le dis pas sur la terre à moi-même ;
Je l'emporte au tombeau pour m'embellir le ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Alphonse de Lamartine (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alphonse de Lamartine
LAMARTINE – Le lac légendaire où le temps suspend son vol (ARTE, 2017) Un reportage, réalisé par Benoît Renard, extrait de l'émission "Invitation au voyage" diffusée sur Arte le 23 octobre 2017.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
809 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre