AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 223406094X
Éditeur : Stock (20/12/2007)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :

En une poignée de fables féroces, Luc Lang saisit et conjugue la brutalité de notre monde contemporain sur tous les tons : c'est drôle, triste, tragique, dérisoire ou douloureux, c'est toujours impitoyable... Le couple, la famille, mais aussi l'entreprise, le voisinage, la ville ou la route sont autant de lieux qui servent de décor à ces contes cinglants. On sera tour à tour le salaud qui sème la méchancet... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Fadette100
  11 octobre 2012
16 nouvelles mordantes, corrosives, piquantes, par lesquelles Luc Lang aborde une liste des travers de nos existences : l'abandon des personnes âgées, le couple, le monde du travail, le voisinage, la ville, le délit routier . C'est totalement féroce, cinglant, cruel, impitoyable, sans aucune morale....mais hélas cela reflète bien la société actuelle.
Les titres sont numérotés de 1 à 17 mais il n'y a que 16 nouvelles puisque la 13ème nouvelle n'existe pas. Luc Lang serait-il superstitieux ? Certaines personnes pensent que ce chiffre apporte le bonheur. Or, aucune des nouvelles ne connait une fin heureuse.
Le style est au début déroutant : pas de point pour terminer les phrases mais des points de suspension, pas de majuscules, des points d'exclamation et d'interrogation à foison. Les dialogues ou les réflexions des personnages sont intégrés dans le texte sans distinction. le narrateur change à chaque nouvelle. Il est tour à tour acteur, victime, proche ou auteur des perversions.
Lecture recommandée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Fadette100Fadette100   17 octobre 2012
oui, la caisse noire alimentée par les fournisseurs, c'est l'usage ! ça permet de financer sur place les pots d'anniversaire, de mariage, de naissance, d'enterrement, de distribuer des primes au black, des défraiements sans facture, et de monter la grande fête de clôture du chantier, un rendez-vous cléentre ouvriers après avoir travaillé ensemble pendant six mois/un an, à monter une tour de vingt étages... pour chaque chantier, on redistribue toutes les équipes, un vrai casse-tête, mais l'important c'est de ne pas conserver les mêmes équipes ! ça crée des liens trop forts,et des solidarités, c'est dégueulasse ! ils commencent à penser qu'il faut des syndicats, veulent mettre leur nez dans la gestion des plannings, le cahier des charges constructeur, les normes de sécurité, développent l'esprit de corps, c'est la merde ! on a compris, saisi, pigé ! cinq sur cinq !
1 chantier = 1 équipe, on remet tout à zéro, on recommence tout le casting, à chaque fois ! on n'est plus emmerdé par les grandes gueules... dispersées, à l'autre bout du territoire, sur la construction d'une bretelle d'autoroute de l'A6... c'est réglé. Ici, quand un simple couple se forme, même si chacun/chacune travaillent dans des services différents ! recta ! l'un des deux doit quitter le navire, c'est l'usage interne de la maison, c'est dire ! on craint la soudure, la transversalité... il faut de la verticalité ! cloisonner ! on doit cloisonner les gens et les services ! on forme une grande et belle communauté, tous ensemble à conquérir des marchés, à prospérer, mais ! chacun est seul ! Un pour tous, oui ! Tous pour un, non ! c'est une règle d'hygiène, susurrait le père Bouygues, avant de céder sa place aux fils héritiers. (pages 133-135)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Fadette100Fadette100   17 octobre 2012
... trop, c'est trop ! en quatre mois, suis verbalisé à trois reprises sur un passage protégé ? ! Pour refus de priorité envers ... des piétons ? sont pas montés sur roues ! sont pas des véhicules ! sont des éléments pédestres, hétérogènes à la circulation ! sont nonobstant prioritaires, en toute circonstance automobilistique ! et le procès-verbal coûte cher : 250 euros, 3 points ôtés sur le permis : 3 × 3 = 9 ! j'accuse réception et travaille à présent par excès de zèle surdimensionné à démontrer conciliables ces deux univers mobiles (sic)... depuis cinq semaines, laisse systématiquement traverser les piétons en attente sur le trottoir... les suivants me klaxonnent au cul, éructent les pires insanités, m'en fous, je laisse traverser ! j'anticipe même et favorise leur volonté de s'engager sur l'asphalte fumant d'hydrocarbures ! ... mais je vous en prie, après vous ! etc., ce qui me vaut des remerciements appuyés, des saluts, entends les mères de famille me désigner à leurs chiards comme un modèle de civisme, et si tous les conducteurs étaient comme moi, dites merci au monsieur, et patati et patata... les vieux qui me traitent de brave homme, d'homme de cœur, de bonne âme... (Pages 57-58)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fadette100Fadette100   16 octobre 2012
...rien ne tente plus un jeune enfant que d'offrir à manger un animal... un irrésistible élan le porte à ce geste, nourrir, apprivoiser, devenir l'interlocuteur privilégié, l'ami intime d'une nature jusque-là muette et indomptable, y découvrir sa propre humanité, bref ! refaire le mouvement de l'homme ancien qui domestique la nature et l'habite de son imaginaire, des millénaires de travail enfouis dans notre cerveau reptilien que l'enfant rejoue inlassablement... alors, à son tour, il arrache une touffe d'herbe, souvent ses parents le font pour lui, il saisit la touffe maladroitement, entre ses petits doigts tendres,.....(pages 39-40)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fadette100Fadette100   11 octobre 2012
les oiseaux ont de vagues lambeaux de rêves inesquissés, et moi, avec l'âge, ne rêve plus ! yeux grands ouverts dans la noirceur de mes nuits blanches...(page 38)
Commenter  J’apprécie          20
Fadette100Fadette100   17 octobre 2012
ça ne s'explique pas : to fall in love, disent les Anglais, ce n'est pas même tomber amoureux, c'est tomber en amour comme en première ligne, sur le front, à la guerre, foudroyé quand c'est to fall in love, pour de vrai... (page 63)
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Luc Lang (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Lang
Luc Lang pour "La tentation".
autres livres classés : cruautéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

au commencement du septième jour

quel est le nom du héros?

Pierre
Paul
Jacques
Thomas

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Au commencement du septième jour de Luc LangCréer un quiz sur ce livre