AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782815903554
252 pages
Éditeur : L'Aube (20/01/2012)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Un avocat français, militant révolutionnaire déçu, est chargé d'une étrange mission : retrouver la trace d'un nommé Elias Kassem qui a disparu au cours de la guerre du Liban, lors des affrontements entre Druzes et Chrétiens.
Le silence, la gêne de ses interlocuteurs, les obstacles rencontrés lui font vite comprendre que cette disparition est beaucoup plus mystérieuse qu'il n'y paraît.
D'un monastère maronite jusqu'aux montagnes du Chouf en passant par ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
fbalestas
  19 novembre 2017
Qu’est devenu Elias Kassem, né en 1955, venant du village de Maasser dans le Chouf, professeur chrétien avant la guerre, et dont la femme et les deux enfants ont été massacrés ?
C’est à cette question posée sous forme d’enquête que le narrateur du Déplacé mi-désemparé mi-désabusé après la mort de son père, va se confronter. Ex-militant des droits de l’homme, avocat et aspirant à la Révolution, on sent le narrateur perdu et prêt à toute aventure qui lui permettra de prendre du temps pour réfléchir. Le hasard se présente sous la forme d’une femme libanaise à la recherche de son fils Elias, qui aurait échappé au massacre contre les Chrétiens en septembre 1983 et qui se serait réfugié un temps dans un couvent, mais elle n’en sait pas plus.
Il part donc. Première adresse : le Couvent Notre-Dame de Jounieh, où l’on s’attend à trouver silence et prière, mais qui ressemble plus à un hôtel international. Notre avocat mène l’enquête, mais dès la première rencontre avec la Mère Supérieure il se rend compte que les choses ne sont pas si simples.
« -Vous ne pouvez pas savoir comme elle a été longue et barbare » explique un prêtre maronite, à propos de la guerre. « Pendant quinze ans, tout le monde s’est étripé. 150 000 morts pour un pays de 4 millions d’habitants. Toutes les communautés : les chrétiens, les Druzes, les sunnites, les chiites, avec en plus la participation des Palestiniens, des Israéliens, des Syriens. C’était comme si toute la région se retrouvait sur un ring pour se cogner dessus. »
Se faisant passer pour un écrivain réunissant des éléments afin d’écrire sur les conséquences de la guerre sur les personnes déplacées, notre avocat remarque aussi, quand la Mère Supérieure consulte le registre des réfugiés accueillis au Monastère, que le nom d’Elias est entouré d’un cercle rouge …
Commence alors une longue marche qui va le mener du Couvent à Fatka, puis à Joulieh, puis à Beyrouth et enfin dans le Chouf. Menant son enquête, il va de témoin en témoin : Nadim, le fils de l’imprimeur, avec qui il a travaillé à Jounieh, le vieux pécheur, Salima Azar, la belle informaticienne de Beyrouth, Ramiz, le professeur de français dans le Chouf, jusqu’à cette surprenante soirée avec Walid Joumblatt en personne. Guidé par le seul fil du « hasard », qu’il suit depuis le départ, il arrivera enfin à destination, rencontrera les survivants du massacre et comprendra enfin la complexité des relations interreligieuses dans un petit village libanais.
D’une écriture très agréable, et qui laisse aussi la place à l’émotion, Le Déplacé se lit comme une enquête policière à laquelle on se prend au jeu. A la fin, on a l’impression de connaître ce personnage d’Elias Kassem, impression renforcée par l’utilisation du « je » par le narrateur, et du « tu » qu’il adresse à cet inconnu qu’on découvre peu à peu, en un portrait en creux brossé par ceux qui l’ont connu, créant ainsi une relation fictive qui sonne juste et qui nous touche.
Mais Denis Langlois traite en même temps de thématiques importantes comme la réconciliation, l’oubli ou le pardon dans un pays marqué par les conflits ethniques et religieux.
Peut-on pardonner à ceux qui ont massacré vos proches alors qu’ils étaient jusqu’ici vos voisins ? Peut-on résister à l’appel de la vengeance sans passer pour un traître ? Faut-il organiser des séances collectives de réconciliation générale pour espérer vivre à nouveau ensemble ?
Autant de questions d’une cruelle actualité qui éclaire la situation d’un pays voisin, victime d’un conflit terrible et tout proche : la Syrie.

Lien : https://www.biblioblog.fr/po..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lilicrapota
  01 juin 2017
Après l'aboyeuse de Djibouti, me voilà avec le déplacé. le style est toujours aussi fluide est sympathique. L'histoire semble commencer comme une autobiographie... et je me demande si à bien des points de vue, elle ne l'est d'ailleurs pas!
Le narrateur part à la recherche d'Elias, porté disparu au cours de la guerre du Liban. Puis le roman avance, et puis cette recherche devient une quête personnelle. le glissement progressif de la narration offre un "tu" de connivence à Elias, une confusion identitaire : le héros, qui vient de perdre son père, est à la recherche de lui-même, à la recherche d'un homme qu'il a perdu en cours de route. Intéressant donc, et bien documenté sur ce conflit qui opposa les Druzes et les Chrétiens.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Actualitte   04 avril 2012
On ressent le juriste derrière le romancier, grâce à l'écriture fine, ciselée, efficace de l'auteur. Pas un mot ne manque, ni ne vient en excès, comme une plaidoirie pour l'humanité, avec ses beautés et ses noirceurs.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fbalestasfbalestas   28 mai 2020
Samir Nakhlé, un chrétien d’une cinquantaine d’années, poète à ses heures, arrière-petit-fils de l’auteur de l’hymne national libanais, a été le premier à se réinstaller au milieu des Druzes.
Je m’empresse de le rencontrer. Cheveux légèrement frisés, visage à la fois tendre et volontaire, il me fait visiter sa maison.
- Là, vous voyez, c’était ce qu’on appelle la chambre d’hiver : la seule pièce que l’on chauffait. Toute la famille y mangeait et dormait quand il faisait froid. Des Druzes ont commencé à mitrailler la porte, puis ils sont montés sur le toit et ont lancé une grenade dans la cheminée. Le poêle a explosé.
Il me montre les murs encore criblés d’éclats. Plâtre, ciment, tout a été profondément entaillé. J’imagine ce qu’il en a été des corps.
- Tous ceux qui se trouvaient là ont été tués : ma mère, deux de mes sœurs, un frère et mon oncle. Mon père, lui, était absent. Il assistait à un enterrement dans un autre village. Il a été tué avec un voisin sur la route en revenant à Barouk.
Je risque une question.
- De quel village revenait-il ?
La réponse, celle que j’attendais et redoutais à la fois, tombe, inexorable.
- De Maasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fbalestasfbalestas   08 décembre 2017
En réalité, Elias, je suis en train de me raconter des histoires. C'est toi que j'ai peur et envie à la fois de rencontrer. Peur d'être déçu, peur surtout de ne pas savoir quoi te dire. Je sais tellement de choses sur toi que j'ai l'impression d'être une sorte d'agent secret. Je ne saurai pas comment t'aborder; je ne crois pas que l'histoire du livre à écrire marcherait sur toi. Je me vois mal te dire : "Je vous cherche depuis des semaines à la demande de votre mère, mais je ne sais pas exactement pourquoi." Le vouvoiement soudain montre bien d'ailleurs mon embarras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Denis Langlois (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Langlois
Interview de Denis Langlois, ancien avocat de la famille Seznec. Il parle de son livre intitulée "Pour en finir avec l'affaire Seznec". Tébéo.
autres livres classés : AvocatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1993 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre