AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 237554000X
Éditeur : Slalom (19/05/2016)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Un loup-garou, l'esprit d'un enfant mort, des spectres… autant de combattants acharnés, tirés des plus sombres légendes nordiques, qui sont prêts à détruire Mariefred et ses habitants.
Il faudra toute l'ingéniosité et le courage d'Alrik et de son frère Viggo, deux enfants placés en famille d'accueil, pour défendre la petite ville.
Guidés par Magnar et Estrid et accompagnés par Iris, une jeune fille mystérieuse, Alrik et Viggo vont découvrir le sens d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  24 octobre 2016
Tout d'abord, un grand merci aux éditions Slalom (que je ne connaissais pas du tout) et à Babelio.
J'ai beaucoup aimé ce roman jeunesse (ce tome 1 jeunesse, serais-je tentée de dire, parce qu'en fait, le cliffhanger de fin est juste terrible et appelle une suite à grands cris, je conseillerais donc d'avoir le tome 2 sous la main, ce que, malheureusement, je n'ai pas, lol !).
Je vais devoir réviser mon avis sur les auteurs nordiques (avec lesquels j'ai du mal en général, mais ça fait plusieurs bouquins que je lis où, en fait, ce n'est plus du tout vrai). Alors oui c'est un roman jeunesse, donc forcément plus facile à lire. Mais il n'empêche que c'est bien travaillé. Il est évident qu'on n'apprend pas grand-chose dans ce tome 1, c'est une petite mise en place de la situation, des héros et du cadre, qui ne manque pas d'action, pourtant. C'est très bien traduit, d'ailleurs, du beau travail !
Les caractères des personnages sont bien marqués, brossés à coups de dialogues qui rendent l'ensemble très vivant; C'est bien évidemment très léger pour des adultes, mais parfait pour des enfants et jeunes ados, public visé par ce roman. L'histoire est assez sombre, et basée sur les croyances et mythes nordiques (de ce que j'ai compris car la référence est légère ici. Ce sera sans doute approfondi dans les tomes suivants).
Le récit est appuyé par des planches de bande dessinée en noir et blanc, qui collent parfaitement au récit et viennent renforcer le côté noir de l'histoire, qui nous donne également des portraits des personnages et une carte de la ville au début du bouquin. Cela est sans doute possible un gros plus qui facilite la lecture pour les jeunes, j'avoue que c'est la première fois que je lis un roman jeunesse illustré ainsi (assez abondamment).
Je ne sais pas du tout combien de tomes doit comporter cette série qui vient de commencer, mais je dois dire que si j'étais toujours bénévole à la bibliothèque municipale, je l'aurais conseillée avec enthousiasme à l'achat ! Bref, si vous avez à la maison ou dans votre métier le public visé par cette série (9-11 ans (j'irais jusqu'à 13 facile), foncez, c'est du tout bon !
(Au fait, ce livre fait 170 pages, et non 160 comme écrit dans la description un peu partout)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Pois0n
  31 août 2018
Avant de se lancer dans la lecture de Pax, mieux vaut savoir deux choses : que les tomes se terminent systématiquement sur un cliffhanger (mais alors vraiment en plein suspense), et que la série ne donne plus signe de vie chez son éditeur français depuis plus d'un an et demi. Bref, quand on commence Pax, il faut accepter d'emblée de ne pas avoir droit à une fin, pas même à un ersatz de fin, mais bien à un gouffre béant sur une suite qui demeurera un mystère. A moins, éventuellement, d'avoir un niveau de suédois suffisant pour affronter les dix tomes en VO... ce qui n'est bien évidemment pas mon cas.
C'est donc avec un petit pincement au coeur que j'ai sorti la série de ma pile à lire, n'ayant plus le moindre espoir concernant son avenir. Dès lors, pourquoi attendre plus longtemps ?
Pax, c'est l'histoire de deux frères fraîchement arrivés dans la petite ville de Mariefred et ayant encore du mal à se faire à leur nouvelle famille d'accueil. La troisième. On devine une histoire familiale aussi compliquée que tristement banale derrière les quelques indices que l'on nous donne sur leur mère : maladie, alcool. Quant à leur géniteur, il n'est même pas mentionné, ce qui en soi en dit long.
Le thème de la famille n'est pas là pour planter le décor, mais bien partie prenante de l'intrigue. Les garçons sont écorchés par leur parcours, chacun à leur façon. Si Viggo est une pile électrique qui reste optimiste, Alrik, lui, est totalement bouffé par son insécurité. Ce ne lui facilitera pas la tâche pour affronter les forces surnaturelles qui menacent de s'en prendre à Mariefred... Si la narration est à la troisième personne, c'est bien sur Alrik qu'elle se concentre, même si l'on a occasionnellement droit au point de vue des autres protagonistes. Et si, d'un côté, avoir affaire à un jeune « normal », avec ses doutes et ses peurs, a un petit quelque chose de rafraîchissant, il peut parfois se révéler aussi irritant qu'il peut être touchant. Néanmoins, on ne peut que louer le travail des auteures, qui ont réussi à très bien faire passer le sentiment d'injustice et d'impuissance que ressentent les deux frères, d'autant plus quand le harcèlement scolaire s'en mêle... Clairement, leur situation prend aux tripes, et on se révolte avec eux. Néanmoins, on aurait aimé avoir plus souvent le point de vue du très tête brûlée Viggo.
Reste que ce premier volume de Pax est un pur tome d'introduction, qui est là pour nous présenter les personnages, le contexte et le décor, mais pas tellement plus. le premier mystère surnaturel auquel le jeune duo se retrouve confronté s'avère vraiment très simple ; les rebondissements ne sont pas très nombreux, même si la plume d' Asa Larsson et Ingela Korsell maintient une tension palpable avec trois fois rien. Il faut dire que l'une des deux auteures n'est rien de moins que la maîtresse du polar suédois, et ça se ressent.
Enfin, il ne faudrait pas oublier les très chouettes planches façon comics d'Henrik Jonsson qui parsèment le récit, plutôt bien distillées (elles ne spoilent jamais, pas plus qu'elles ne coupent la narration, mais viennent plutôt habilement la compléter).
Bref, même s'il ne s'y passe en fin de compte pas grand-chose, ce premier tome n'en demeure pas moins un moment de lecture très plaisant, et qui promet du très lourd pour la suite.
Un ressenti d'autant plus frustrant quand on connaît le destin de la série...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RosenDero
  16 mai 2017
Deux frères trimballés de famille d'accueil et famille d'accueil vont découvrir qu'ils sont les élus d'une prophétie et qu'ils devront combattre les forces du mal.
Ce récit fantastique nous entraine dans une petite ville scandinave au centre de laquelle se trouve une bibliothèque jouant le rôle d'aimant sur les forces infernales. Ce récit initiatique mènera les deux gamins cabochards et désoeuvrés vers la sagesse et la maturité, et ils devront prendre leurs responsabilités pour réussir à sauver le monde du désastre.
Facile à lire avec ses personnages attachants, son lot d'action, de suspense, d'intrigue, ses illustrations toujours en accords avec le texte, ce roman jeunesse plaisant et assez drôle souffre du seul défaut (commun à ce genre de littérature) de ne présenter aucune chute, aucune conclusion, mais d'inciter son lecteur à acheter le tome suivant.
Commenter  J’apprécie          120
Overbooks
  23 novembre 2016
J'ai reçu Pax T1 : Les ténèbres avancent d' Asa Larsson et Ingela Korsell des éditions Slalom lors de la dernière opération Masse Critique de Babelio. J'ai choisi ce livre parmi toute la liste car Asa Larsson est une excellente auteure de polar que je n'ai pas encore eu la chance de lire. C'était l'occasion ou jamais de découvrir sa plume.

Pax T1 est un roman jeunesse d'environ 160 pages, qui sera vite dévoré par des lecteurs chevronnés car la police d'écriture est assez grosse et des illustrions type Comics viennent s'intercaler entre les chapitres. J'ai beaucoup aimé cette présentation car elle permet aux lecteurs plus occasionnels de se lancer dans un vrai roman sans trop d'appréhension. Il n'y a pas un effet masse qui peut impressionner. Les illustrations sont toutes plus réussies les unes que les autres. le trait est dynamique et profond. Il colle parfaitement avec l'atmosphère du roman.


On fait la connaissance au cours de ce premier tome de deux frères : Viggo le plus jeune et Alrik. Placés en famille d'accueil dans la petite ville de Mariefried, ils découvrent rapidement que cette ville n'est pas aussi tranquille qu'on le croit. En effet, sous la protection de Magnar et Estrid, les gardiens de la bibliotèque, il vont devoir affronter des créatures maléfiques. Car Mariefred est l'équivalent suédois de Sunnydale avec sa bouche des Enfers. Toutes les puissances maléfiques et démoniaques sont attirés à Mariefred et les deux gardiens, devenus trop âgés, comptent bien sur Viggo et Alrik pour les aider. J'ai beaucoup aimé ses quatre personnages qui même s'ils n'ont pas le même age se ressemblent sur bien des points. Ils prennent sous leurs ailes les deux garçons sans leur tenir rigueur de leurs comportements parfois colériques. Malmenés par les vies, Alrik et surtout Viggo sont en colère et ont du mal à respecter les adultes. Mais la présence des deux gardiens va les apaiser et une très belle amitié faite de respect mutuel va naitre.

En conclusion, Pax T1 : Les ténèbres avancent est un très bon premier tome qui saura capter l'attention des jeunes lecteurs (et des moins jeunes) et surtout leur donner envie de se précipiter sur la suite. Il nous entraine dans un petite ville bien mystérieuse en compagnie de deux jeunes héros un peu turbulents mais terriblement attachants!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Aelynah
  14 juin 2016
Je dois d'abord dire que j'ai été attirée par le résumé dès la sortie de ce roman. Mais qu'elle n'est pas ma surprise de voir que celui-ci est en plus illustré mi roman mi bande dessinée. Cela lui ajoute un charme certain et plonge le lecteur directement dans l'ambiance.
Les entêtes de chapitres avec le corbeau noir et l'air menaçant sont là aussi pour nous amplifier ce côté sombre et légèrement flippant.
Car comme le dit Estrid, une des deux gardiens de la bibliothèque, avec son frère Magnar, les ténèbres avancent. Ici ce n'est pas l'hiver qui vient mais la connotation dramatique est la même et nous pousse à regarder autour de nous s'il n'y a pas un élément différent.
Et puis nous faisons la connaissance des deux frères, Alrik et Viggo.
Ils viennent d'arriver à Mariefred, petit village historique au charme désuet. Ils logent actuellement dans une famille d'accueil le temps que leur mère se remette de ses ennuis de santé. Ils doivent donc ainsi recommencer une nouvelle vie, se faire de nouveaux amis aussi et éviter les ennuis.
Mais avec leurs antécédents ce n'est pas évident et puis les petites frappes du collège les prennent de suite en grippe. Viggo a beau être le plus jeune il est aussi le plus turbulent, un peu pickpocket, beaucoup sanguin, il ne sait rien faire sans se mettre dans les ennuis. Et c'est cette fois une simple partie de ballon prisonnier qui va changer leur vie.
Au contraire de son frère quasi sans peur tel Bayard, Alrik sait ce qu'est la peur. Même s'il ne recule devant rien pour protéger son petit frère, il a parfois du mal à ne pas lui en vouloir de se moquer de tout. Il a beau être courageux, on le sent aussi fragile et sensible. Ces deux-là n'en sont alors que plus attachants et les illustrations mode bande dessinée nous permettent de nous les imaginer plus facilement. Ce qui peut être un obstacle éventuellement à un lecteur adulte mais une bonne aide pour un lecteur plus jeune, pris dans le récit. Elles permettent ainsi de visualiser certaines actions et de donner plus de consistance à l'ambiance ou aux actions en cours.
La rencontre particulière entre les deux frères et les deux gardiens de la bibliothèque est un moment vraiment intéressant car il débute réellement le côté fantastique de ce récit et nous entraîne assez rapidement dans le vif du sujet.
Ombres noires, pieu d'ignominie, créatures sombres et chiens qui hurlent à la nuit, tout cela nous apporte une atmosphère tout à fait propice au suspens, au fantastique et un brin horrifique. de plus l'auteur sait nous plonger facilement dans le climat tendu grâce à des phrases courtes et percutantes.
C'est un roman jeunesse vraiment intéressant et tout à fait génial à lire. Les cent soixante pages se dévorent sans pause et la scène finale de ce tome nous laisse pantois et frustré.
J'ai vraiment hâte de découvrir la suite de cette série qui promet de superbes moments de légendes et de créatures surnaturelles, de magie et de maléfices, de noirceur mais aussi d'aventure.
Lien : http://lespassionsdaely.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   22 octobre 2016
- A mort ! Tous ! crie le petit monstre d'une voix stridente.
Dans la cage posée sur la lourde table en pierre de la bibliothèque, la bestiole fait un raffut de tous les diables. Elle se tient debout sur ses pattes arrière, comme un être humain, et tourne en rond, gratte et tourne encore. Puis elle tend ses bras filandreux à travers les barreaux et donne des coups de griffes dans le vide. Sa peau est lisse et luisante comme celle d'une grenouille. Au milieu de son crâne tout ratatiné, ses petits yeux sont noirs et brillants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
TatooaTatooa   23 octobre 2016
- J'ai posé trois fois le cercle. Par trois fois, la Vague a recouvert le Diable. Par trois fois, la Faucheuse, c'est-à-dire la Mort, a recouvert l'Enfant. Le mal est sur le point de nous envahir, il n'y a pas d'autre explication. Des innocents vont mourir.
(Estrid à Magnar)
Commenter  J’apprécie          140
RevesetimaginesRevesetimagines   04 novembre 2016
C’est trop injuste. Cette pensée le hante. Trop injuste. Vraiment trop injuste.
Il court toujours. Ses jambes, qui semblent avancer toutes seules, filent devant le ponton du château.
Là, il s’arrête. Au bord du chemin se dresse une grande serre. Enfin, une serre… un immense édific de verre. Comme un palais des glaces ou quelque chose du genre.
Il voit son reflet dans les carreaux.
Sans réfléchir, il ramasse une pierre et la lance. Elle traverse la vitre avec fracas. Il en ramasse une autre. Et la lance. Pan ! Encore une. En plein dans le mille. Crac ! Patatras ! Encore une. Le verre se brise et tombe en éclats sur le sol.
Le cœur d’Alrik bat fort.
« Je m’en fiche, se dit-il. Je m’en fiche complètement ! »
Brusquement, quelqu’un l’attrape par le bras. Alrik essaie de se libérer, mais n’y arrive pas.
- Lâche-moi, vieux schnock !
- « Vieux schnock » ? Ce n’est pas mon nom de baptême, lui répond calmement l’homme. Je m’appelle Magnar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RosenDeroRosenDero   08 mai 2017
Répéter cent-six fois qu'ils ne doivent pas y toucher, c'est un peu comme leur demander de le faire.
Commenter  J’apprécie          80
mickaelinecunymickaelinecuny   21 mai 2016
Alrik regarde son petit frère. Viggo n'a même pas peur. Il paraît seulement... intrigué. Décidément, il est aussi maboul que les deux autres. Maman a dû le lâcher par terre quand il était bébé. Il a dû tomber sur la tête quand il était bébé et se cogner à l'endroit du cerveau qui distille la peur. Alrik pour sa part, n'a qu'une envie : prendre ses jambes à son cou et ne jamais, jamais plus revenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Åsa Larsson (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Åsa Larsson
PAX la série - Interview d'Asa Larsson, Ingela Korsell et Henrik Jonsson
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1048 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..