AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267020068
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (08/01/2009)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau Écrire, c'est aussi reconnaître sa dette d'amour envers ceux que René Char appelle les alliés substantiels, c'est lire des épitaphes cryptées, aborder des îlots de solitude, déserter l'ici et maintenant en glissant sur des luges de nuit pour gagner les frontières de l'invisible avec comme guides des émissaires de l'autre côté. Ces pages, roman d'une lectrice, sont des hommages aux maquisards qui ont fait oeuvre délictueus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ClaireG
  23 décembre 2015
Voilà un livre acheté sur son titre.
Le dernier vers du Voyage de Baudelaire me laissait augurer de lointains bleus comme la couverture.
Que nenni !
Je me suis trouvée face à une brochette d'auteurs du XXe s., peu connus voire inconnus (de moi s'entend) qui ont tous ou presque la vocation d'être désespérés, en tout cas celle d'être angoissés. Est-ce également une caractéristique de Linda Lê ? J'aimerais en savoir plus sur elle. Elle a une plume magnifique, passionnée et délicate à la fois.
Entre un Louis-René des Forêts qui se demande si le dévouement à l'écriture apporte la guérison et un Sandor Maraï qui pratique l'exercice de la dérobade, il y a l'art de décontenancer de Felisberto Hernandez.
Il y a aussi le cas intéressant, quoique douloureux, de Robert Walser qui se serait bien transformé en Homme invisible car pour lui, être ignoré était un grand privilège. Il l'a admirablement prouvé dans ses microgrammes illisibles sans loupe.
Il m'a été difficile de suivre l'auteur à travers ses pérégrinations littéraires qui sont plutôt destinées à des professeurs, des érudits ou des chercheurs en existentialisme. Ce petit livre est à voir comme autant d'hommages à des écrivains plus qu'appréciés. Il y a, sans le dire, beaucoup d'admiration sous la plume fragile de Linda Lê, comme si elle aimait les fêlures de tous ces êtres tourmentés.
La figure emblématique de Simone Weil, seule femme sélectionnée, m'était familière par les engagements multiples qu'elle a pris au cours de sa courte vie dans la lutte ouvrière, la guerre civile espagnole puis auprès de de Gaulle avant de reprendre l'enseignement de la philosophie.
Cette lecture m'a paru hermétique à bien des endroits par méconnaissance des écrivains choisis et je n'ai probablement pas apprécié ce livre à sa juste valeur.
Néanmoins, j'ai gardé pour la bonne bouche une saillie de Georges Perros, que pourraient méditer les candidats au bac philo : "Ecrire, c'est renoncer au monde en implorant le monde de ne pas renoncer à nous".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
Tandarica
  10 avril 2015
« Chercherie » inhérente à la survie en milieu hostile. Si comme Walser, Linda Lê réclame la discrétion, son œuvre ne doit pas être « ignorée ». Le 3 février 2009 (en témoigne la dédicace), ma route a croisé, à la Librairie Kléber de Strasbourg, celle de l'auteur qui a changé le cours de ma vie. «Car il détient la clé de l'abîme et celle des hauteurs, grâce auxquelles il accède à une science hybride, conjugaison de deux tendances contradictoires : à se ravaler au rang de la bête captive et à s'élever jusqu'aux cimes de l'esprit libre.» Parmi ces voix, celles de Louis-René des Forêts, Georges Perros, Landolfi, Osamu Dazai, Louis Calaferte, Hanokh Levin (pour une bibliothèque à ne plus quitter), mais aussi Ghérasim Luca avec sa propre invitation : « Être hors la loi/voilà la question/et l'unique voie de la quête ». N'attendez plus, le « nouveau » vous attend.
Commenter  J’apprécie          280
Francharb3
  07 novembre 2014
Première critique pour "Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau", j'arrive à peine à y croire. Précisons d'emblée qu'il s'agit d'un essai et que Linda Lê y parle d'auteurs qui l'ont influencée. La différence avec "Le Complexe de Caliban"? Selon l'auteure elle-même à une rencontre à la librairie Kléber à Strasbourg pour ne pas faire de publicité, "Le Complexe de Caliban" parle plutôt d'un certain nombre de classiques, tandis qu' "Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau" est consacré aux oubliés de la littérature. Je dois avouer que je connaissais peu en effet des auteurs évoqués et dont je cite quelques-uns de mémoire : Osamu Dazai, Stig Dagerman, Felisberto Hernandez, Robert Walser... J'en ai lu certains depuis et je dois dire qu'ils sont souvent aussi passionnants à la lecture que l'essai de Linda Lê. Quelques points communs : souvent la noirceur, le désespoir ou des déboires de toutes sortes ; l'absence de sentimentalisme ; une forme de révolte : au fond de l'inconnu. A votre tour d'y trouver du nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Floccus
  09 mars 2016

« Ce sont ces alliés substantiels, dont l’absence ferait souffrir, qui viennent ici toquer à la vitre de l’homo lisens afin de l’accompagner le long d’un chemin hérissé d’obstacles, s’il sait, dirait Baudelaire, plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau. » (7)
Moi qui dit toujours que j’aime être dérangée, bousculée par la littérature, moi qui croyait en attendre beaucoup… je suis encore loin de la démarche de Linda Lê qui affronte, se laisse enlacer et regarde en face les auteurs les plus noirs. Elle ne recule devant rien : cruauté, déglingue, démence, et a l’habileté d’en tirer quelque chose. Son carnet de lecture est à l’écrit ce que Tracks est à la télévision. Loin d’un Jérôme Garcin qui m’avait passablement ennuyée dans ses rencontres avec les écrivains, elle m’a fait entrevoir des terrains fascinants. Il faut s’accrocher, s’agripper aux rainures, se couler dans les encoignures, avancer à tâtons. Feuilleté, lu et relu par petits bouts pour finir par oser aborder un chapitre de bout en bout, j’ai goûté la langue, merveilleuse de densité, de sens et de musicalité, les formules puissantes, les phrases qui remuent les tripes, mais il n’aurait pas fallu m’interroger trop avant sur ce que j’en avais retenu. Je suis persuadée que j’ai quelque chose à trouver dans ces pages, ça me travaille, mais n’ai pas tout à fait mis le doigt dessus…
Robert Walser de tous se détache. Ahuri vulnérable « qui se félicitait d’être un propre à rien », membre de la confrérie des rêvasseurs « assez contents de leur dénuement pour ne demander qu’à lézarder », il m’est fort sympathique. Je commencerai par lui dans mes explorations. Louis-René des Forêts, « méditatif, subjugué par les immensités » obtiendra peut-être lui aussi mes faveurs.
« Leur noirceur a des effets toniques, car ils arrachent le voile de Maya et nous renvoient à ce que nous sommes : des instants de chaos. » (20)
Les « explorateurs de confins » à en perdre la raison, les torturés nous exhortant « à scruter les abîmes » par une fission incandescente de la réalité m’effraient quelque peu. J’ai faim de ces plongées hors de tous les carcans, de la vue pénétrante de ces « détracteurs de l’instinct grégaire » qui s’abstraient des « cohortes moutonnières » mais le vide est là, et la noyade possible me laisse un goût nauséeux quand je les aborde. Des arrimages me manquent.
« Inutile de se cramponner à une de ces bouées que dispense la raison raisonnante. » (27)

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
YANCOUYANCOU   30 mai 2016
"Une certaine suspicion pèse sur ceux qui, en tricotant les mailles d'un ouvrage dit de fiction ou plutôt de friction, théâtre de luttes entre leurs différents moi - latents, hypothétiques, voire haïssables -, conservent une distance critique vis-à-vis de leur production. Ils ne vont pas jusqu'à la dénigrer, car ce ne serait qu'un piètre stratagème pour dissuader d'éventuels censeurs, sans être plus au clair avec eux-mêmes. Mais ils sèment de-ci et de-là des indices, propres à éclairer leur jeux, dans des textes qui ne fournissent aucune grille de lecture, ne sont ni des prédications ni des invites au ralliement.
La défiance qu'ils inspirent vient d'une erreur répandue : l'art n'empoigne que s'il obéit uniquement à l'instinct et fait litière de tout raisonnement. Méprise qui autorise les faux-monnayeurs en véracité à user et à abuser de cette recette : écrire avec ses tripes. Ce qui signifie chez ces gâte-sauce sans complexe, accomoder un salmigondis d'effusions calculées et d'effets ménagés, assez au goût du jour pour flatter le chaland, assez corsé pour allécher la commère qui somnole en chaque liseur. Les tics tiennent alors lieu d'éthique ; le chantage à l'empathie de précepte. Ces colporteurs d'une littérature-déversoir, tombereau d'éructations ou torrent de geignements, excipent d'un credo imparable : Avant moi le néant, après moi le déluge. De la subversion ils ont la livrée, et qu'on ne s'avise pas de leur dire : "Ô, mon roi ! Votre majesté est mal culotée !".
Le fait lyrique jaillit souvent d'une source violente, d'un flux de l'obscur où la convulsion, le spasme, l'hallucination, le "tétanos de l'âme", dirait Artaud, conspirent à provoquer des éclats d'écorché. Mais, quand bien même le transcripteur serait soucieux de restituer, dans chacune de ses phrases, l'écho de la vie qui résonne en nous, il doit se garder d'être le pantin de ses émotions, de confondre liberté et relâchement. Il lui appartient d'endiguer les crues verbales, de soumettre ses vocables à plusieurs contraintes.
René Daumal conseillait au scribe d'opérer une transmutation de l'accidentel, du subjectif, du mécanique, méthode radicale pour atteindre à l'essence de la Parole, c'est-à-dire la Saveur qui, selon les poètes hindous, possède trois vertus : la Suavité, ou fluidité, l'Ardeur, ou embrasement, l'Évidence, soit limpidité de l'eau et lumière du feu. C'est à travers cette alchimie qu'il réussit à convertir le chaos intime en une force d'attraction magnétique rassemblant des individualités aimantées par l'universel."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ClaireGClaireG   23 décembre 2015
Les laissés-pour-compte de nos bibliothèques gémissent, les livres de chevet sont des raretés encore à décrypter. N'empêche, nous continuons à écumer les librairies, passons le plus de temps possible à nous pénétrer des aperçus d'autrui, espérant beaucoup de ceux que René Char appelle les alliés substantiels... (p. 7).
Commenter  J’apprécie          160
nadejdanadejda   30 décembre 2010
Lire, écrire, quand on ne se borne pas à réclamer un baume lénitif, c'est accepter de se désabriter, c'est s'exposer à une fission. C'est renoncer au rêve de cohésion et obtenir en contrepartie une révélation. La puissance du verbe réside dans sa défaillance même : il est traître, il s'ingénie à ruiner les espérances.
Commenter  J’apprécie          150
TandaricaTandarica   10 avril 2015
Irréconciliable, il ne se conformait qu’à une règle : rester à l’écart, ne pas se mêler de la tourbe des fauves aux dents longues – « Comment s’en sortir sans sortir ? » demandait-il avec l’à-propos d’un farouche opposant en proie à la stupeur d’être, tourné vers une création « hermétiquement ouverte », renouvelant l’oxymore pour que résonne un chant inouï, nacelle chargée de trouvailles biscornues.
[dans « La morsure des mots », au sujet de Gherasim Luca]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
FloccusFloccus   09 mars 2016
Face aux verrous, ceux de la réalité, ou ceux, moins tangibles, mais non moins difficiles à briser, qui le poussent à se murer dans son silence, l’étrange étranger se doit de jeter ses fausses clés, ses rossignols, autrement dit ses passe-partout, qui n’ouvrent que les portes des lieux communs, chasse gardée des faiseurs de bluettes vermoulues, précisément appelées aussi rossignols, car même les gobeurs de mignardises se sont lassés de leurs rengaines sirupeuses.

Si l’étrange étranger ne s’engouffre pas dans cette brèche, s’il se fraye une voie isolée, il n’ignore pas que, pour faire retentir l’azur de terribles voix venues d’ailleurs, la seule clé à prendre est celle des champs.

[...]

Délogé de lui-même, évincé par une faune proliférante sitôt qu’il s’est acoquiné avec les démons de son imaginaire, semblables aux monstres démembrés des légendes tibétaines, ces amas de tronçons suspendus dans les airs, ces lambeaux de chair avide, l’étrange étranger n’a plus qu’à dépouiller ses gangues et à recueillir ses exuvies, qui exsudent l’impatience d’être la synthèse des antipodes. Il se libère, vaille que vaille, de la cangue de l’identité en s’arrangeant d’une position précaire, où il est toujours en porte-à-faux. (133)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Linda Lê (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Linda Lê
Maison de la poésie (10 nov 2017) - Texte et Lecture de Jean-Philippe Domecq, extrait du Dictionnaire des mots en trop (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution novembre 2017).
Le Dictionnaire des mots en trop :
Comment ? s?entend-on déjà reprocher, des mots en trop ? Mais les mots, on en manquerait plutôt.
Et pourtant. Ame, artiste, coach, communauté? ils sont légion ceux qui éveillent notre résistance intime à tout ce qu?ils charrient d?affects, d?idéologie, de pseudo-concepts ? notre résistance mais pas celle du voisin ! ? Quarante-quatre écrivains explorent ici les raisons pour lesquelles ils renâclent devant certains mots, et leurs réflexions critiques témoignent autant d?un état de la langue que des poétiques et des enjeux de notre temps.
Une expérience littéraire qui vient compléter, en l?inversant, celle du Dictionnaire des mots manquants.
Auteurs : Malek Abbou, Jacques Abeille, Mohamed Aïssaoui, Jacques Ancet, Marie-Louise Audiberti, Michèle Audin, Olivier Barbarant, Marcel Bénabou, Jean Blot, Jean-Claude Bologne, François Bordes, Lucile Bordes, Mathieu Brosseau, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Thibault Ulysse Comte, Seyhmus Dagtekin, Louis-Philippe Dalembert, Remi David, Erwan Desplanques, Jean-Philippe Domecq, Christian Doumet, Renaud Ego, Eric Faye, Caryl Férey, Michaël Ferrier, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Cécile Guilbert, Hubert Haddad, Isabelle Jarry, Cécile Ladjali, , Marie-Hélène Lafon, Sylvie Lainé, Frank Lanot, Fabrice Lardreau, Mathieu Larnaudie, Linda Lê, Guy le Gaufey, Jérôme Meizoz, Christine Montalbetti, Christophe Pradeau, Marlène Soreda, Abdourahman A. Waberi.
http://www.editions-marchaisse.fr/catalogue-dictionnaire-des-mots-en-trop
+ Lire la suite
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
397 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre