AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 237933014X
Éditeur : Passes Composes (10/04/2019)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
La place des femmes dans l’écriture de l’histoire, un sujet d’actualité. Il est courant d’affirmer qu’au XVIIIe siècle, les femmes étaient libres, pour ne pas dire libérées. Puis d’ajouter dans la foulée que la Révolution française les a privées de leurs droits. Pour illustrer ce propos, les protagonistes de cette représentation utilisent à l’envi l’argument des femmes tenant Salon. Toutefois, il ne suffit pas de se cantonner dans l’impressionnisme d’une telle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ichirin-No-Hana
  03 août 2019
Les Femmes et la Révolution : 1770-1830 est, comme son titre l'indique si bien, un documentaire sur la place des femmes avant, pendant et après la Révolution Française. Véritable période de chamboulement, Christine le Bozec, nous offre avec cet ouvrage une vision beaucoup plus éclaircie sur cette période. L'autrice nous dément des visions erronées que l'on a pu apprendre sur la place des femmes pendant cette période et nous fait découvrir des portraits de femmes passionnantes, des femmes combatives et inspirantes totalement méconnues jusqu'alors pour moi. La titre est parfaitement documenté et passionnant tout en restant totalement accessible.
Un très bon documentaire qui saura ravir les lecteurs curieux mais également les historiens plus aguerris.
Commenter  J’apprécie          252
MizieFourmi
  07 août 2019
Si vous me lisez depuis longtemps, vous savez que la Révolution Française est LA période historique que j'affectionne le plus. J'ai rendu un mémoire dessus en troisième année de licence, j'ai suivi plusieurs cours sur ce thème alors quand j'ai vu apparaître dans la liste de la Masse critique non-fiction, l'ouvrage de Christine le Bozec, Les femmes et la Révolution (1770-1830), je l'ai sélectionné sans hésiter. Et je remercie chaleureusement les éditions Passés/Composés et Babelio pour cet envoi.
Comme c'est un essai d'histoire, j'ai mis un petit moment à le lire afin de bien comprendre tous les enjeux des propos de Christine le Bozec. L'ouvrage débute sur l'avant-révolution et la période des salons. Elle revient sur les droits des femmes à la veille de la révolution afin de dresser un constat de la situation pré révolutionnaire Ce rappel permet de comprendre quelle était la place des femmes dans un siècle où l'on a tendance à créer deux catégories : les femmes du peuple et les femmes de cour. En commençant par ce constat, l'auteure montre que la question du droit des femmes et leur légitimité à occuper l'espace public existe depuis bien avant la Révolution.
A partir de là, l'ouvrage nous emmène de chapitre en chapitre de 1789 à 1830 et détaille toutes les évolutions qu'ont connu les femmes, les positives comme les négatives. L'auteure évoque autant les grandes figures comme Olympe de Gouges ou Mme Roland que la petite blanchisseuse qui s'est intéressé au mouvement politique pendant un court moment.
J'ai apprécié cet essai car on ne tombe pas dans la caricature de l'histoire des femmes actuelle où il y a une tendance à les mettre constamment au premier plan, à montrer que ce sont elles les vraies héroïnes de la Révolution… Ici, les faits évoqués remettent en perspective le rôle des femmes. Il est bien expliqué qu'elles sont d'abord présentes en révolution pour obtenir de quoi nourrir leur famille. C'est leur premier but, notamment lorsqu'on parle des femmes du peuple. Mais là où l'ouvrage se révèlent très intéressant, c'est le moment où il creuse les véritables engagements politiques dans les clubs, les partis (Girondins, Montagnard), dans les créations des salons… Il permet de se rendre compte du véritable rôle que certaines femmes ont joué (dont on a oublié le nom aujourd'hui d'ailleurs…).
L'autre point abordé intéressant est celui de la place des femmes dans l'espace public MAIS du point de vue des hommes. On prend connaissance de certains textes et de certaines réactions de la part des hommes, alors maître de l'espace public justement. On suit alors tout le cheminement des lois, dans le but d'abord d'améliorer le sort des femmes puis, suite aux différents changements de gouvernements, de les exclure complètement de la vie politique, sociale et culturelle.
C'est un excellent essai, qui nécessite quand même une connaissance générale de la période pour comprendre l'essentiel des propos. Mais je le conseille à toutes les personnes que l'histoire des femmes intéresse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sorayabxl
  20 mai 2019
Les femmes et la Révolution, 1770-1830 est un essai historique de Christine le Bozec sur la participation des femmes à la vie publique pendant la Révolution française, ainsi que pendant les années immédiatement antérieures et postérieures à cet évènement. Docteure en histoire et ancienne professeure d'université, Le Bozec offre ici un ouvrage de vulgarisation concis et accessible, y compris pour les lecteurs peu familiers de la période. Ceux-ci y trouveront une bonne introduction au sujet, avec des références bibliographiques utiles en fin d'ouvrage pour aller plus loin.
Les lecteurs ayant déjà lu ou effectué des recherches sur le rôle des femmes dans les révolutions des XVIIIe et XIXe siècles risquent toutefois d'être déçus. Les sources citées dans le texte sont intéressantes mais ne contiennent aucune « pépite ». On aurait aimé par exemple l'insertion de quelques visuels pour illustrer le propos, tels que des représentations de femmes dans les caricatures et les tracts révolutionnaires (le choix ne manque pas) ou dans les oeuvres d'artistes de la période.
Sur le fond, l'ouvrage n'apporte pas grand-chose de nouveau. le choix d'accorder une place importante aux salonnières est certes intéressant, mais cela créé un certain déséquilibre car les passages consacrés aux femmes du peuple (ouvrières, commerçantes, paysannes) sont assez peu développés, bien que celles-ci aient également joué un rôle important (et parfois plus important que celui des femmes de la noblesse et de la bourgeoisie) dans les mouvements insurrectionnels. le travail exceptionnel de Dominique Godineau sur la contribution des femmes du peuple à la révolution est certes mentionné, mais trop peu exploité.
Les principales thèses développées par Les femmes et la Révolution, quoique bien étayées, ne sont pas toujours formulées de manière convaincante. Ainsi, l'autrice s'attèle avant tout à démonter ce qu'elle décrit comme « le mythe de la salonnière d'Ancien Régime, femme libre et libérée » (p. 199). Un « mythe » franchement contestable car, si les salonnières bénéficient en effet d'une réputation de femmes lettrées et influentes, à la fois auprès de leurs contemporains, et auprès des historiens d'aujourd'hui, peu d'ouvrages les présentent comme des femmes libres et beaucoup d'auteurs insistent au contraire sur l'importance des conventions sociales et sur la façon dont la liberté de ton dans les salons contraste avec la nature codifiée des relations sociales hors de ces lieux de rencontres et de débats.
De même, l'affirmation selon laquelle les femmes auraient perdu leurs droits « culturels » mais conservé leurs droits « civils » après 1799 est en partie contestable. Si le Bozec a raison de souligner l'exclusion des femmes des institutions culturelles officielles, le nombre de femmes artistes au début du XIXe siècle est loin d'être inférieur à celui de la période précédente. En matière de droits civils, le retour en arrière sur le droit au divorce illustre par ailleurs une forte régression des droits des femmes suite à l'adoption du Code civil par Napoléon.
C'est finalement la partie centrale de l'ouvrage qui offre l'analyse la plus intéressante, en décrivant les différentes modalités d'action des femmes pendant les différentes phases de la Révolution française. La dernière partie sur les années 1799-1830, très rapide, n'offre que très peu d'éléments sur l'impact pour les femmes de la période de transition entre la chute de l'Empire napoléonien et la Restauration.
Les femmes et la Révolution est donc une lecture principalement destinée aux curieux qui s'interrogent sur le rôle des femmes de 1789 à 1799. Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur les conditions de vie des femmes du peuple et sur les représentations de la femme en lien avec l'iconographie révolutionnaire, on recommandera plutôt les excellents ouvrages et articles de Dominique Godineau (Citoyennes tricoteuses) et Michelle Perrot (Les femmes ou les silences de l'histoire).
* * * Article original écrit pour le Suricate Magazine : lesuricate.org * * *
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MuseaUranie
  18 juillet 2019
Profitant de la dernière Masse Critique Babelio non-fiction, je me suis tourné vers cet essai peu connu, mais ô combien intéressant ! Christine le Bozec propose de revenir sur les dernières années de l'Ancien Régime jusqu'au Consulat afin d'analyser la position de la Femme dans ces années charnières. le moins, qu'on puisse dire, c'est que ce fut intense.
L'autrice le dit dès le départ, l'idée d'une femme libre durant le siècle des Lumières est une vision idéalisée d'une minorité de femmes. Faire salon était plutôt rare, bien que certaines furent de vraies mécènes. L'essai nous présente une femme du XVIIIe qui se bat pour acquérir un minimum de reconnaissance et l'ouverture aux Académies appuyé par de nombreux extraits. Extraits qui montre une certaine réalité de l'époque, misogyne, voir franchement anti-féminine. le propos de l'époque est souvent violent et j'ai eu beaucoup de mal à ne pas cracher mon venin envers ces types.
Le combat féministe à commencer tôt et les dernières années de l'Ancien Régime furent vraiment le moment de l'ouverture. Et puis arrive la Révolution avec son lot d'extrémiste qui se dit que bon, ces petites nanas en jupon sont bien mignonnes et sont bien utiles (quand même hein), mais elles devraient peut-être revenir à leur place. On découvre qu'ainsi, quelques hommes ont essayé de faire comprendre à leur congénères que, oui, elles avaient un cerveau et l'utilisé même plutôt bien. Mince alors !
Je ne vais pas en dire plus, mais j'ai eu un vrai enthousiasme à lire Les femmes et la révolution. C'est vraiment une lecture abordable qui offre une vision large de l'époque. On comprend que certaines choses dans la vie sociale, culturel et politique étaient possibles et nous furent retirées manu militari au lendemain de la Terreur. J'espère d'ailleurs que l'autrice écrira le même essai sur le XIXe tant les deux siècles sont imbriqués.
Essayez juste de rester calme en le lisant. Pas comme moi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Audrey56
  01 juillet 2019
HISTOIRE - Aristocrates, bourgeoises ou femmes du peuple, ce sont les figures des Femmes et la Révolution, récemment édité par la nouvelle maison Passés Composés, que convoque Christine le Bozec. Grâce, ou à cause, de certaines femmes remarquables et remarquées, Mesdames de Staël, Campan ou encore Olympe de Gouges, pour ne citer qu'elles, il est souvent admis que le XVIIIe siècle fut un siècle de quasi liberté féminine.

Il ne faudrait pourtant pas se tromper, et ne pas arborer quelques dames pour cacher la forêt – où se camoufle quantité de femmes opprimées, souvent privées d'éducation et contrainte au mariage et, de suite, à une vie non choisie faite de gestion du foyer et de travaux en tous genres pour subsister.
Les problématiques d'une Germaine de Staël, prônant, au début de la Révolution française, l'établissement d'une monarchie constitutionnelle, ne peuvent coïncider avec celles de la femme du peuple qui ne sait si elle trouvera assez de pain pour le prochain repas. Tâche autrement plus ardue que de refaire le monde dans un salon entourée de quelques bons amis.
C'est toute cette diversité que l'on rencontre dans le livre, Les femmes et la Révolution – 1770-1830, de la docteure en histoire et spécialiste de la Révolution française, Christine le Bozec.
La suite sur : www.actualitte.com
Lien : https://www.actualitte.com/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Actualitte   03 juillet 2019
Ce livre, fort instructif, laisse un petit goût amer, il me semble que trop souvent j’ai noté en marge « n’a pas tellement changé aujourd’hui ».
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
talou61talou61   12 avril 2019
Mettre en avant la liberté dont jouissaient quelques femmes des Lumières, vanter leur indépendance et monter en épingle leur pouvoir et leur ascendant intellectuel, participe, entre autres moyens, à discréditer les années révolutionnaires.
Commenter  J’apprécie          30
sorayabxlsorayabxl   20 mai 2019
Si la plupart des droits civils conquis par les femmes au cours des premières années révolutionnaires (1789-1792) furent sauvegardés, en revanche leurs droits concernant le domaine culturel, hérités de l'Ancien Régime, préservés souvent de justesse par la Révolution, disparurent dès le début du Directoire.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : révolution françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre